Accueil > politique | Par Clémentine Autain | 7 novembre 2010

Europe ecologie (3) - A gauche ?

A Lyon, les 13 et 14 novembre, se tiennent les Assises nationales du rassemblement des écologistes, étape finale du processus de fusion des Verts et d’Europe Ecologie. Ou va se situer, politiquement, la formation qui en sera issue ? C’est la question que s’est posée Regards

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

.

Point de vue .

A Europe Ecologie comme ailleurs, il y a la lettre et l’esprit. La lettre, celle du manifeste de création du mouvement, ressemble à un projet de transformation sociale et écologique. Beaucoup de vert, mais plus proche du rose que du rouge. Car si l’affirmation des droits, la maîtrise publique de l’énergie ou l’éloge de tous les « sans » traduit l’ancrage à gauche, l’affrontement avec la logique du capital n’apparaît qu’à la marge. L’esprit, c’est plus au centre qu’on le trouve. A ce jour, la mélodie des symboles et des actes tire la métamorphose du côté de l’option démocrate et pas de l’alternative assumée.

L’impact de la gauche des Verts semble bien ténu...

Que l’une de ses figures emblématiques et fondatrices, Daniel Cohn-Bendit, s’affirme clairement pour le capitalisme et l’économie de marché a son importance. Même si le leader de 68 a suscité l’ire des Verts et dû renoncer à inviter Rama Yade à l’université d’été des écolos, Corinne Lepage (Cap21 et ex-Modem) partageait tranquillement une tribune avec Cécile Duflot. Cet été à Nantes, Noël Mamère confirmait : «  Il n’y pas de ligne anticapitaliste. Nous sommes réformistes . » Et si Cécile Duflot a régulièrement participé aux meetings unitaires sur les retraites initiés par Attac et la Fondation Copernic, Eva Joly n’a pas jugé utile de faire ce genre de déplacement. A Europe Ecologie, on ne cache pas draguer plutôt l’électeur du Modem que celui du Front de Gauche. Dans une période de repères idéologiques incertains, le mouvement surfe sur l’ambiguïté, au lieu de travailler à une reconstruction du parti pris critique.

Certains font le pari que la dynamique et la modernité du mouvement conduiront à la refonte d’un pôle novateur et radicalement transformateur. Qu’il soit permis d’en douter... La distance franche avec la tradition du mouvement ouvrier n’est pas neutre. Que l’appartenance à gauche et la lutte contre la logique néolibérale ne soient plus centrales, ne l’est pas non plus.

Clémentine Autain

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?