Accueil > Société | Par | 1er novembre 2005

Grippe aviaire - Que sait-on ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’humanité prend conscience d’une menace à peine croyable. Du fond des âges remonte le souvenir des pandémies de peste, de choléra. On se souvient soudainement que la grippe espagnole en 1918-1919 a fait plus de morts que la Première Guerre mondiale. Quelles sont les causes d’une grippe ? Sommes-nous à la veille d’une pareille catastrophe ? Le point sur les informations médicales.

Les annales de la médecine recensent une pandémie de grippe trois fois par siècle. La gravité de ces pandémies est variable : entre 20 et 40 millions de décès en 1918 (grippe espagnole) et un million en 1957 et 1968. Chaque pandémie évolue en deux ou trois vagues successives d’environ deux à trois mois, avec des intervalles de quelques mois. La grippe « banale » responsable d’épidémie annuelle est due aux virus « humains ». Rarement, il s’agit de pandémies dues à un virus mutant.

L’OMS est aujourd’hui formelle : « Depuis 1968, date de la dernière pandémie (...) le monde n’a jamais été aussi proche d’une pandémie ». L’organisation estime que toutes les conditions sont réunies, à l’exception notable de la mutation du virus H5N1 vers un virus humain. Mais cette mutation du virus est statistiquement hautement probable. Notamment parce que, écrit l’OMS, « le virus s’est étendu géographiquement à de nouveaux pays, accroissant ainsi la taille de la population exposée. Chaque nouveau cas humain donne au virus la possibilité d’évoluer vers une souche pandémique pleinement transmissible ».

Dès l’été, les pouvoirs publics français ont entendu l’alerte. Deux réunions interministérielles ont eu lieu depuis les vacances. Et le ministère de la Santé français veut prendre la mesure du risque médical. Sur son site, on peut lire : « Si un virus de grippe aviaire, tel le H5N1, vient à acquérir la capacité de transmissibilité interhumaine, le développement pandémique atteindra tous les pays : aucune mesure d’isolement étanche ne pourra vraisemblablement en protéger un pays durablement. » Et de poursuivre : « En l’absence d’intervention (...), le nombre de cas en fin d’épidémie varierait entre 9 et 21 millions, le nombre d’hospitalisations entre 455 000 et 1,1 million et le nombre de décès entre 91 000 et 212 000. » Evidemment, les premiers mots de la phrase comptent. « En l’absence d’intervention ». Toute la question est donc de préparer cette intervention.

Qu’est-ce qu’un virus ?

Pourquoi est-il dangereux ? Comment mute-t-il ?

Un virus est un parasite qui s’installe dans les cellules et les oblige à fabriquer leur propre structure. Plus la structure d’un virus se rapproche de ce que l’organisme est habitué à combattre, moindre est sa virulence. Il existe plusieurs types de virus grippaux.Certains contaminent l’humain, d’autres les oiseaux (virus aviaire), les deux peuvent contaminer le porc.D’ordinaire, un virus aviaire ne contamine l’humain qu’en cas de contact massif avec des oiseaux malades. C’est le cas des contaminations récentes dans le Sud-Est asiatique. A l’état natif, ce virus n’est pas contagieux d’homme à homme. Mais le virus aviaire peut se transformer et acquérir la capacité de contagion interhumaine. Soit par mutation génétique spontanée, soit par mélange entre le virus aviaire et le virus humain. Cela se produit lorsqu’un organisme est simultanément infecté par les deux types de virus : chez un porc, le plus souvent, ou chez l’homme. Le risque de recombinaison augmente avec l’étendue de l’épizootie de grippe aviaire. Ce nouveau virus hybride est à l’origine des pandémies de grippe aviaire.

Dans le cas d’une mutation du virus H5N1, le ministère de la Santé prévoit que « l’incubation pourrait durer un à sept jours et la période symptomatique cinq à dix jours. Contagieux environ 24 heures avant le début des signes et pendant la période symptomatique de la maladie, un malade contaminerait en moyenne une quinzaine de personnes » ...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?