Accueil > Société | Par Catherine Tricot | 1er novembre 2005

Grippe aviaire - Quelle action politique ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

En matière de pandémie, il faut des moyens en quantité suffisante. Mais il faut aussi ne pas se tromper d’enjeu. L’efficacité de l’action publique suppose que la France s’engage dès maintenant sur six grands sujets.

1. Qui va fabriquer médicaments et vaccins ? Quand les enjeux financiers et de survie sont à ce point élevés, il est légitime d’engager la responsabilité publique. La proposition d’un pôle public du médicament, avancée à gauche, devrait être poussée... pour sortir le Tamiflu de la sphère marchande. Ce pôle pourrait le produire et en fixer le prix. Il pourrait également contribuer à la production de gélules en direction des pays défavorisés, ou contribuer à leur production dans les autres pays.

2. Ce contrôle public ne peut être seulement national ou même européen. Il faut aussi se poser la question d’une instance internationale sous l’égide de l’ONU. L’absence d’une structure médicale et sanitaire internationale opérationnelle s’est déjà révélée néfaste à la Nouvelle-Orléans, lors du tsunami ou du récent tremblement de terre au Pakistan. Tous ont montré la nécessité d’une meilleure coordination des interventions. La menace de pandémie amplifie encore le besoin.

3. Cette menace de pandémie révèle une nouvelle fois les changements radicaux d’échelle à l’heure d’un monde interdépendant. Donner vraiment une chance au Sud de sortir du sous-développement est désormais une condition vitale pour le Nord. Si le Sud n’a pas les moyens de lutter contre la maladie, c’est la planète entière qui en souffrira.

4. Une politique de prévention et de soins dans le cas des grandes contagions servira de révélateur de la politique sociale en général. Sans-papiers, sans-domicile fixe, précarisés extrêmes risquent d’échapper à cette prévention. Il faut sortir des situations de non-droit.

5. La démocratie et l’information sont des conditions de l’efficacité. Dans l’entreprise, dans les collectivités territoriales, les mesures de prévention et de préparation doivent être débattues avec tous.

6. Il faut relancer le système de santé français qui a montré sa difficulté à faire face à une crise lors de la canicule par manque de moyens humains et matériels. Et d’emblée surseoir aux fermetures de lits.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?