Accueil > économie | Par Jean-Baptiste Ferrière | 8 octobre 2007

Heures supplémentaires : « Donner plus à ceux qui gagnent déjà plus »

Membre fondateur du réseau de contre-expertise OUPS, Pierre Concialdi, économiste, a participé à l’élaboration d’une note analysant l’impact de la loi sur les heures supplémentaires. Verdict : creusement des inégalités entre les salariés, individualisation du rapport à l’emploi, impact modéré sur la croissance et le pouvoir d’achat...Décryptage d’une idéologie du travail fondamentalement libérale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Martelé durant toute la dernière séquence électorale, le slogan « travailler plus, pour gagner plus » a marqué l’esprit des actifs. Et pour cause, puisqu’environ 18 millions de salariés sont concernés par l’entrée en vigueur du nouveau dispositif d’exonération d’heures supplémentaires. Quels seront les conséquences de cette mesure phare du gouvernement Sarkozy intégrée à la loi TEPA relative au travail, à l’emploi et au pouvoir d’achat. Même les responsables des ressources humaines s’arracheraient les cheveux pour arbitrer son application en entreprise.

Pour Pierre Concialdi, membre du réseau OUPS (Observatoire Unitaire des Poltiques Sociales), nouvelle plate-forme de convergence des pratiques de contre-expertise (Fondation Copernic, ACDC, Marchandise...), « l’analyse des effets probables de la loi sur les heures supplémentaires, dont l’impact global se chiffre à 6 milliards d’euros, montre qu’elle est à la fois socialement injuste et économiquement inefficace. En réalité, l’exonération fiscale et sociale de ces heures repose exclusivement sur un parti pris idéologique. Il s’agit pour le gouvernement de poursuivre un travail de sape visant à miner les avancées de la loi sur les 35 heures et à affaiblir les solidarités collectives en individualisant encore plus la relation d’emploi ».

Source de conflits d’intérêts et d’inégalités entre hommes et femmes

Simple effet d’annonce ? Frein à l’embauche ? Démantèlement du code du travail ? Et quid des heures supplémentaires qui pour l’heure restent impayées ? Le Réseau OUPS vient de réaliser une note (1) visant à mesurer l’impact de cette loi dont il n’est pas sûr qu’elle puisse réellement relancer la croissance. « Sur le plan macro-économique, explique Pierre Concialdi, elle relève, sans surprise, d’un mécanisme libéral qui vise à diminuer le coût du travail des entreprises de plus de vingt salariés et augmenter légèrement celui des plus petites ». Injecter de l’argent dans le porte-monnaie des actifs pour accroître leur pouvoir d’achat et donc relancer la consommation : la défiscalisation des heures suplémentaires pourraient-elles avoir un effet kéynésien ? « Nous tablons sur une hausse de l’ordre de 0,3 à 0,4 % du budget des ménages », estime Pierre Concialdi. Dérisoire...

Et le porte-parole de l’OUPS de souligner le creusement des inégalités entre les salariés que cette loi va entraîner puisque « ses bénéfices seront concentrés sur 90 % des salariés effectuant déjà des heures supplémentaires », prévient Pierre Concialdi. Dans la mesure où c’est l’employeur qui décide de l’attribution des heures supplémentaires, ce volet de la loi TEPA risque « d’attiser conflits et rivalités entre les employés d’une part, mais aussi entre les salariés et leur employeur qui a désormais une plus grande marge de manoeuvre pour manier la carotte et la bâton », résume-t-il. En passant de 10 à 25 %, la majoration des heures supplémentaires risque également « d’accentuer les inégalités entre hommes et femmes. Le travail à temps partiel étant principalement accompli par des salariées, le plafonnement des heures compémentaires pourrait être source d’un certain ressentiment des travailleuses à l’égard du gouvernement ». Un gouvernement qui a pris soin de présenter cette réforme en trompe-l’oeil comme un jackpot inespéré.
(1) Pour consulter la note du réseau OUPS, cliquer sur

MP3 - 6.1 Mo

Entretien audio

Dans un discours clair et argumenté, l’économiste et chercheur à l’IRES (Institut de recherches économiques et sociales), Pierre Concialdi synthétise la note du réseau OUPS sur les heures supplémentaires. Pour écouter son interview, cliquer sur

PDF - 123.3 ko

Plus d’infos sur http://sarkoups.free.fr/

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?