Accueil > Culture | Par Jean-Baptiste Ferrière | 4 octobre 2007

Histoire : La Commune de Paris (1871) ressuscite

Peter Watkins

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

réparation et avec un maigre budget, Peter Watkins (1) avait signé en 2000 « La Commune (Paris, 1871) ». Une reconstitution chronologique, filmée en noir et blanc, de cette période charnière de l’histoire révolutionnaire héxagonale : « première insurection prolétarienne », selon Karl Marx, contre le gouvernement versaillais issu de l’Assemblée nationale composée en grande partie de royalistes. Une séance de rattrapage est prévue puisque la version « courte » de 3 h 30 sera projetée dans les salles à partir du 7 novembre. La version originale de 5 h 45 étant désormais disponible en DVD.

Réalisé en plans séquences avec le concours de plus de 200 participants (intermittents du spectacle, chômeurs, sans-papiers...), le film retrace la période s’étalant du du 26 mars jusqu’à la semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871. Le propos de Peter Watkins n’est pas ici de retranscrire les événements sous une forme purement documentaire, mais plutôt de réinventer les acteurs de la Commune via un téléscopage médiatique.

Gros plan sur le quartier Popincourt

La construction narrative alterne en effet les images d’une équipe de JRI suivant les communards sur le terrain avec celles du journal télévisé instrumentalisé par le gouvernement versaillais. Témoignages poignants de communards avides de transformations sociales d’une part, informations tronquées voir erronées des exactions de la garde nationale de l’autre. Les compte-rendus propagandistes tranchent avec la volonté ferme des insurgés d’en découdre.

Gamins des rues, ouvriers, artisans, patrons, fonctionnaires, soldats, intellectuels, curés, bourgeois... Les comédiens s’approprient les locaux de la Parole errante d’Armand Gatti à Montreuil pour y incarner avec force les personnages emblématiques du quartier de Popincourt dans le 11è arrondissement de Paris. Comme pour mieux mettre ces événements en perspective avec notre époque, Peter Watkins a donc choisi de placer ses acteurs sous le prisme des médias dominants. Un procédé qui trouve écho dans l’uniformisation de nos sources actuelles d’information audiovisuelles.

Entretien audio :

Laurent Roth interprète le rôle du présentateur du journal de la télévision nationale de Versailles. Homme de gauche, il explique pourquoi il a choisi d’incarner un personnage aux antipodes de ses convictions politiques et raconte son expérience du tournage.

Pour écouter son interview, cliquer sur

MP3 - 6.1 Mo

(1) Né en 1935 à Norbiton au Sud de l’Angleterre, Peter Watkins a commencé sa carrière comme asssitant-réalisateur de courts-métrages et de films documentaires. Il rencontre le succès avec « Culloden » puis tourne La Bombe qui reçevra l’Oscar du meilleur documentaire en 1966 mais sera interdit d’antenne par la BBC pendant 20 ans. Ayant quitté sa terre natale, il réalisera « Les Gadiateurs », « Punishment Park », « Edvard Munch » et « LeVoyage ». Cinéaste engagé, Peter Watkins a toujours porté un regard critique sur les mass medias audiovisuels. Le Festival International du Film de la Rochelle lui a notamment rendu un vibrant hommage en juin 2004.

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?