Accueil > Société | Entretien par Sabrina Kassa | 17 octobre 2011

« L’école reste à la traîne »

Entretien
avec Benoît
Falaize,
ancien chercheur
à l’Institut
national
de recherche
pédagogique (INRP), qui
vient d’être nommé directeur
des ressources à la
Cité de l’histoire de l’immigration.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards.fr : Quelle place occupe le
17 octobre 1961 dans les
manuels scolaires ?

Benoît Falaize : Pour le moment, cela occupe
une place assez ténue. Selon
moi, c’est parce que la connaissance
historique sur le 17 octobre
1961 est très récente.
Il a fallu attendre la traduction
de l’ouvrage de Jim House et
Neil Mac Master aux éditions
Tallandier en 2008 pour que
l’on ait un ouvrage de référence
avec des données fiables, des
archives, etc. Jusqu’à présent
il n’y avait que des livres de
témoignages ou des livres militants
de la mémoire algérienne
des années 1960.

Regards.fr : Et pourquoi la recherche
scientifique a-t-elle pris
autant de temps ?

Benoît Falaize : C’est une question de sources,
et encore aujourd’hui les archives
sur la guerre d’Algérie
ont du mal à s’ouvrir. Les travaux
d’histoire se font ainsi petit
à petit, au rythme de l’ouverture
des archives, d’autant plus que
l’on touche là à la question de
la préfecture de Paris, dirigée à
l’époque par Maurice Papon. La
question du 17 octobre 1961
soulève en effet des sujets sensibles
 : comment un préfet qui
avait déjà oeuvré, comme on le
sait, pendant la seconde guerre
mondiale, pouvait-il être à la
tête de la préfecture de Paris
au moment où l’on réprimait les
manifestations algériennes ?
On comprend facilement pourquoi
ces sujets dérangent car
ils posent la question de l’administration
française.

Regards.fr : Le 17 Octobre est-il selon
vous un sujet encore
tabou ?

Benoît Falaize : Je pense que ça l’est de moins
en moins, d’une part parce que
ça a été pris en charge très tôt
par les associations de l’immigration
et par tous les réseaux
militants de gauche. D’autre
part, paradoxalement, le procès
Papon a beaucoup aidé à
ce que ce ne soit plus un sujet
tabou. Enfin, il y a un désir dans
la communauté éducative, de
l’inspection générale aux professeurs,
de dépasser les enjeux
de mémoire et d’enseigner
enfin cette histoire dans toute
sa complexité.

Regards.fr : On dit pourtant que les
enseignants rencontrent
beaucoup de problèmes
à aborder ce sujet…

Benoît Falaize : C’est vrai que dans certains
établissements ça peut poser
des problèmes, notamment
entre enfants issus de familles
de Harkis et de familles FLN,
pour dire les choses un peu
schématiquement, sans que
les enfants sachent en réalité
grand-chose de l’histoire des
uns et des autres. Mais en
général, quand les cours sont
bien assurés et que les profs
connaissent leur sujet, cela se
passe bien car les élèves sont
ravis d’avoir un cours d’histoire
là-dessus. Mais cela suppose
que les enseignants aient une
formation et une maîtrise des
ouvrages récents sur la guerre
d’Algérie. Je constate que cela
avance et que ceux qui ont
entre 25 et 40 ans, ont un meilleur
accès à cette littérature.
Pour la génération précédente,
quand le thème était abordé,
c’était souvent du « bricolage »
personnel.

Le 17 octobre vu par des lycéens français

Hama, 16 ans, en première,
lycée Voltaire, Paris

Le 17 octobre 1961 ? – C’est la naissance de
mon père –, interrompt un de ses camarades
.
Non, je n’ai aucune idée de ce qu’il s’est passé.
C’est moche. Nous n’avons pas encore étudié la
guerre d’Algérie mais c’est au programme cette
année. J’ai vu une photo dans le livre d’histoire où
un homme tient le drapeau de l’Algérie.

Isa, 16 ans, en première,
lycée Saint-Charles, Marseille

La guerre d’Algérie, c’est une guerre comme les
autres donc, au lycée, on devrait en parler comme
les autres. Mais la France veut cacher sa défaite
et le fait qu’ils ont massacré beaucoup de gens.

Alexandre, 16 ans, en première,
lycée Voltaire, Paris

Nous avons étudié la guerre d’Algérie en 3e. Je
me souviens, au brevet, il y avait une frise à remplir.
Mais en dehors de dates apprises bêtement
par coeur, nous n’en savons pas grand-chose.
J’aimerais qu’on m’explique les causes de cette
guerre, comment elle s’est déroulée, finie, et
quelles relations nouent les deux pays désormais.

Élodie, 18 ans, en terminale,
lycée Voltaire, Paris

Je n’ai jamais entendu parler du 17 octobre ni des
événements qui ont eu lieu ce jour-là. Le peu de
chose que je sais, je les ai vues dans des films
ou dans des livres, en dehors des cours. Quant à
Papon, je n’ai aucune idée de qui il est.

Leina, 16 ans, en première,
lycée Saint-Charles, Marseille

C’est une manif des Algériens à Paris. Mes parents
m’ont expliqué que les gens étaient descendus
dans la rue et que la police avait tiré, tué et
jeté les gens dans la Seine. La guerre d’Algérie,
quand on l’a vue en 3e, j’ai été en conflit avec mon
prof d’histoire. On a passé moins d’une heure sur
le sujet en fin d’année. Il nous a donné des dates
et n’a pas employé des mots objectifs. Je lui ai dit
que ça ne suffisait pas pour parler de ce sujet.

Propos recueillis par J.I. et E.R.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?