Accueil > idées/culture | Éditorial par Clémentine Autain, Roger Martelli | 4 juillet 2011

L’engagement de demain

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est entendu désormais : les intellectuels se taisent ou ils
– elles ! – plastronnent.
On s’est habitué au constat depuis
la charnière des années 1970-1980. En juin 1979, Sartre et
Aron, les deux vieux ennemis, consciences antagoniques de
l’engagement à gauche et à droite, se retrouvent ensemble
à l’Elysée, pour discuter avec le président VGE du sort des
boat-people vietnamiens, victimes du totalitarisme communiste.
Un peu moins de trois ans plus tard, Max Gallo, porteparole
du gouvernement Mauroy, se plaint dans Le Monde du
« silence des intellectuels ».

En ces temps-là, temps de contre-révolution libérale en gestation,
il était acquis que la révolution n’était plus d’actualité.
Le communisme rabattu sur le soviétisme, l’économie de
marché devenait l’horizon indépassable de l’action humaine.
Le sens profond des choix politiques ne semblait plus faire
débat. Or la politique tout entière et la figure moderne de
l’intellectuel fonctionnaient à la controverse sur le sens : pour
quoi, pour qui et comment agit-on ensemble ? En bref, l’Histoire
était finie. Plus besoin, donc, des intellectuels : vivent
les experts et les communicants ! La fin de la guerre froide
semblait être celle de la conflictualité.

Nous n’en sommes plus là. L’idée de révolution n’est pas
morte. Et quand il faut à la fois continuer et transformer, s’enraciner
et refonder, être fidèle et subversif à part égale, il y a
plus que jamais besoin d’intellectualité.

Les retrouvailles ne s’improvisent pas. Le dialogue de la politique
et de l’intellectualité ne se fera pas sur l’oubli. Des manières
de faire anciennes disparaîtront, d’autres se reconstitueront.
Nous verrons, à l’usage, ce que seront les figures de
l’engagement de demain. En attendant, nous avons demandé
à des intellectuels divers par leurs pratiques et leurs univers
symboliques, mais réunis par leur pensée critique, leur radicalité,
de nous parler de l’actualité. « Leur » regard vaut le
détour.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?