Alexandrie, porteurs, 1900. Brooklyn Museum Archives
Accueil > monde | Par Sabrina Kassa | 7 mars 2011

L’heure du post-islamisme a-t-elle sonné ?

Il nous faut ouvrir les yeux sur ce qui
se joue, au risque sinon d’en rester au
« péril islamiste ». Dans la rue arabe, un
post-islamisme démocratique conciliant
tradition islamique et modernité
cherche ses marques.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’islam politique, qu’est-ce au juste ? Alors
que la rue arabe se réveille et que les peuples
se battent pour la démocratie en Tunisie, en
Egypte, en Jordanie, en Algérie… la question
de l’islam politique hante les esprits occidentaux
qui semblent craindre « le péril islamiste ». Pourtant
tous les observateurs revenant de Tunisie
et d’Egypte ne cessent de dire que ces mouvements
de masse sont portés par des jeunes,
dont les outils et le langage n’ont rien d’idéologique,
ni de particulièrement islamique. Pour
comprendre ce qui se passe dans ces sociétés,
mieux vaut écouter les bloggeurs et les rappeurs
que l’écho des mosquées !

Que ce soit en Tunisie ou en Egypte, c’est grâce
à l’ouverture du jeu politique dû au soulèvement
de peuples arabes étouffés par le despotisme et
dépités par l’inefficacité de leurs Etats que les islamistes
sont d’actualité. C’est donc la chute des
pouvoirs autoritaires qui a appelé les partis islamistes
à être des interlocuteurs de la phase de transition, et non l’inverse. Mais la crainte est là : les islamistes vont-ils rafler la mise ? Les révolutions
vont-elles être récupérées par des « fous
de Dieu » instaurant demain la charia ? Ou, à
l’inverse, y a-t-il des éléments qui laissent espérer
de voir dans l’ouverture politique vers les islamistes
les premiers pas de la démocratie ?

La mise en mouvement politique au nom de
l’islam ne date pas d’hier : elle a commencé au
XIXe siècle comme moteur de la résistance à la
violence coloniale. Et si la référence politique à
l’islam a reflué lors des consolidations des indépendances
politiques, l’usage de la religion n’a pas perdu tous ses atours. L’islam est ainsi inscrit dans la constitution algérienne. Mais son
grand retour date incontestablement de l’échec
du nationalisme étatiste et du panarabisme.
Quand les anciens tissus sociaux sont déchirés
et réduits en miettes, « les peuples voient dans
l’islam un ultime recours : ils cherchent dans
la religion des réponses politiques à leurs problèmes
 », analysent Alain Gresh et Dominique Vidal [1]. « L’essor des mouvements islamistes, rappellent-ils, est aussi lié au vide politique créé
dans le monde arabe par la répression multiforme
des années 1950-1960 : partis interdits,
syndicats caporalisés, organisations populaires
vidées de toute substance.
 »

Un large spectre

Plusieurs grands thèmes vont alors structurer ce
champ politique : la moralisation individuelle et
collective, la défense de l’oumma (la communauté
musulmane) et la lutte contre l’occupation de
la Palestine. Ceci dit, comme l’ironise avec justesse
Nicolas Dot Pouillard de l’Institut français
du Proche-Orient : « Le mouvement islamique
a aujourd’hui pratiquement quatre-vingt ans
d’existence au Moyen-Orient. L’imaginer comme
un ensemble uni, homogène et sans différenciation,
c’est comme supposer que la gauche
recoupe un spectre large allant des anciens de
la bande à Baader à Tony Blair…
 » [2]
Les islamistes donc sont des politiques qui invoquent
l’islam à des fins politiques. Ils ont été
les vecteurs de la grande vague de contestation
des années 1970 et 1980, qui a culminé
avec la révolution islamique en Iran. Aujourd’hui,
le spectre est large et les modes d’action très
diversifiés : on y trouve le parti AKP (Parti pour
la justice et le développement) dont le gouvernement
sunnite démocratiquement élu en Turquie
en 2002 frappe à la porte de l’Union européenne,
les Frères musulmans (en Egypte, Jordanie et
Syrie), le Fis algérien (Front islamique du salut),
le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien, le
Ennahda tunisien… Mais aussi la mouvance
complètement dé-territorialisée et internationaliste
d’Al-Qaeda, qui à la différence des autres
organisations politiques islamistes veut rester en
dehors du jeu politique étatique.

A l’origine, les islamistes ne sont pas du tout des nationalistes, leur projet est de rassembler la oumma sous un même leadership politique.
Mais ces trente dernières années, dans l’optique
de prendre le pouvoir, la plupart de ces mouvements
se sont inscrits dans des logiques nationales. Après avoir milité pour l’établissement d’un Etat islamique pratiquant la charia
– en théorie applicable de manière universelle
quelles que soient l’histoire et les spécificités
des pays – les Frères musulmans, en Egypte et
ailleurs, mais aussi le régime iranien ont abandonné
cette idéologie pour des stratégies plus
nationalistes, pragmatiques et ouvertes aux alliances
avec d’autres forces politiques.

Un maigre bilan

Des alliances d’autant plus nécessaires que l’islam
politique n’est pas en forme. Déjà en 1992,
Olivier Roy pointait son «  échec » [3], car disait-il, aucun mouvement islamiste n’a d’alternative
économique à proposer et aucune expérience,
de l’Etat socio-islamique de l’Iran de Khomeiny
à la technocratie conservatrice du Pakistan, n’a
réussi. « La seule réalisation qui verra vraiment le
jour est l’établissement d’un système bancaire
 »,
résume-t-il. Le bilan du projet politique de l’Etat islamique est donc
maigre et les musulmans le savent.

« Le repli global des mouvements politiques islamistes,
notent Alain Gresh et Dominique Vidal,
ne s’accompagne pas d’un recul de la religion,
au contraire.
 » On assisterait plutôt à une « privatisation
de la réislamisation », dont le fast-food
hallal et le rap islamique sont des illustrations.
L’islam politique n’en est pas pour autant mort,
mais il est marqué par sa diversité et l’éclatement
de ses stratégies suivant les rapports de
force et les bases sociales des partis se réclamant
de l’islamisme. Bases qui peuvent être des
classes populaires, des jeunes universitaires au
chômage, mais aussi des secteurs établis, plus
aisés socialement (lire ci-contre). Comme le
note Bernard Duterme, du Cetri, «  le phénomène
est aussi pluriel dans ses orientations, dans la
portée qu’il donne à ses actions que dans ses
revendications
 ». [4]

Des capitaux hallal

Fondée sur la charia, la finance islamique interdit
le recours aux intérêts (pour prétendre à une
rémunération, la banque doit être associée aux
risques et donc aux pertes et profits), à la spéculation
(la banque ne prête que ce qu’elle a en
dépôt) et aux investissements considérés comme
impurs (jeu, alcool, armement, pornographie,
tabac…). Soucieux de ne pas prendre de risque,
les capitaux islamiques, de l’ordre 100 milliards
d’euros sur les 700 milliards qui circulent dans le
monde, sont aujourd’hui davantage orientés vers
les activités commerciales que vers les activités
de production de biens, plutôt vers le court terme
que vers le long terme et plutôt vers le profit
privé que vers le profit social. Alors que l’islam est
encore perçu comme incompatible avec le « nouvel
ordre mondial » et contre l’impérialisme, la
finance islamique, elle, ressemble surtout à une
niche « éthique » de la finance globalisée.

S.K.

Les Frères musulmans sont-ils de droite ?

Obnubilée par le rapport de l’islam au politique,
l’analyse se porte rarement sur la lecture islamiste
de l’économie. Dans « Les Frères musulmans
égyptiens face à la question sociale » (Religioscope,
mai 2009), Husam Tammam et Patrick
Haenni expliquent à partir du corpus idéologique
islamique pourquoi les Frères musulmans (FM)
sont si actifs pour aider les pauvres (obligation
religieuse faite aux riches d’être généreux) mais
si discrets sur les luttes sociales (crainte de « fitna »,
chaos lié à la séparation des croyants entre
dominants et dominés). La crise économique,
les conséquences des privatisations (que les Frères musulmans
avaient soutenues) et le chômage de masse ont
toutefois poussé les Frères musulmans à s’intéresser
à la question sociale. «  Les Frères, dans leur
programme économique, restent souvent dans
les généralités ou dans un discours déclinant des
orientations socio-économiques contradictoires,
allant d’un discours franchement néolibéral
focalisé sur le dégraissage des appareils d’Etat à
des positions s’inscrivant dans le droit fil de l’héritage
nassérien. Un observateur a remarqué la
tendance des parlementaires FM à s’aligner sur
les intérêts de classe de leur circonscription, une
logique de représentation qui pousse à gauche
les députés issus de districts ouvriers et à droite
ceux de quartiers plus aisés.
 »

S.K.

Notes

[1Les 100 clés du Proche-Orient, Hachette, 2006. Edition remise à jour à paraître en mars 2011

[2« Un islamisme ouvert sur la gauche », 2009, www.cetri.be

[3Echec de l’islam politique, d’Olivier Roy, Seuil, 1992. « Révolutions post-islamistes », Le Monde, 12 février 2011.

[4« Contestation versus coercition dans le monde arabe »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?