Accueil > N° 65 - octobre 2009 | Par | 6 octobre 2009

La Ligue Odebi appelle à la désobeissance civile

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La Ligue Odebi constate sans grand étonnement le vote final du texte de loi « Internet et Création » dit « Hadopi » du nom de l’instance de surveillance mise en place.

Hadopi est la quatrième loi successive que les internautes subissent depuis 7 ans maintenant. Nous avions eu le projet de loi LSI sous le gouvernement socialiste de Jospin puis les LCEN, DADVSI sous les gouvernements Villepin et enfin Hadopi sous Fillion/Sarkozy.

Ces lois n’avaient qu’un seul et unique objectif : restreindre et confiner la parole libre, la mettre sous surveillance et l’empêcher de vivre.

Les droits d’auteur, la pédophilie (pour la LCEN) ou le terrorisme (pour la LSI et la future loppsi) n’étaient que des prétextes visant à jouer sur les affects du peuple Français pour lui faire peur et le contraindre à accepter des privations de libertés indignes d’une démocratie moderne.

Ce n’est pas un combat politique mais philosophique. Ce n’est pas un combat « de droite » ou « de gauche » mais un combat que chacun, selon ses opinions politiques, peut comprendre et entamer ; il n’est le monopole d’aucune inclinaison politique.

La Ligue est en particulier profondément déçue par un personnel politique médiocre, inadapté à son temps et dont les faits et gestes sont enveloppés d’une odeur nauséabonde de corruption.

Que dire quand nous savons qu’en juillet dernier une petite loi « entre amis » sauve la vie à la scientologie [1] alors que dans cette même séance les dernières retouches à la mise en place d’un contrôle de notre vie privée sont mises en place ou encore quand un député PS passe avec l’accord des députés UMP un amendement visant à supprimer l’inéligibilité pour « manquements au devoir de probité. » [2]

Pendant 7 ans, les députés et les sénateurs se sont comportés en prostituées de luxe à la solde de quelques lobbys rétrogrades et sont restés sourds aux arguments de la société civile démontrant largement l’inutilité de ce qu’ils s’apprêtaient à faire.

Nous avons expliqué, débattu et encouragé les internautes à écrire à nos députés et sénateurs, croyant encore que le sens de l’honneur ou le simple bon sens suffiraient à faire obstacle à l’absurdité de ces lois inefficaces, dangereuses et rétrogrades.

Nous, citoyens français, nous sommes fait traiter de Nazis, de collabos, avons été décrits comme des pédophiles un brin terroristes alors même que nous ne demandions que plus de transparence et d équité.

Le gouvernement soutient des capitaines d’industrie dépassés et qui n’ont jamais su s’adapter, à coups de millions d’euros prélevés sur le dos des contribuables traités de collabos par ces mêmes lobbys

Comment, qu’on soit libéral de droite, libéral de gauche, communiste, socialiste ou gaulliste, peut-on continuer à supporter de tels affronts à l’intelligence ? Comment pouvons-nous expliquer à nos enfants qu’il faut respecter des institutions qui ne se respectent plus elles-mêmes ?

Nous ne pouvons plus l’expliquer.

Le vote de l’Hadopi marque une rupture fondamentale et durable entre notre classe politique et les citoyens français.

Ce vote marque la victoire finale de la corruption sur la démocratie dans ce qu’il convient d’appeler maintenant la République Banannière de France. La Ligue Odebi appelle donc tous les citoyens, quelles que soient leurs opinions politiques, à la désobéissance civile.

22/09/2009 Ligue Odebi http://www.odebi.org

[1] http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/09/14/01016-20090914ARTFIG00610-la-scientologie-ne-pourra-pas-etre-dissoute-.php [2] http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/09/22/amendement-surprise-d-un-depute-ps-sur-l-ineligibilite_1243578_823448.html

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?