Accueil > monde | Par Emmanuel Riondé | 5 avril 2011

La mort de l’enfant d’Arna

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Juliano Mer Khamis, directeur du freedom theatre de Jenine a été tué lundi 4 avril de 5 balles alors qu’il circulait dans le camp de réfugiés de cette ville située au Nord de la Cisjordanie.

Agé de 52 ans, Juliano Mer Khamis était un personnage comme il en existe peu en Palestine-Israël. Citoyen israélien, né à Nazareth d’une mère juive, Arna Mer, et d’un père palestinien chrétien, Saliba Khamis, deux militants communistes, Juliano Mer Khamis se disait "100 % palestinien et 100 % juif".

Il dirigeait, au sein du camp de réfugiés de Jenine, le théâtre créé par sa mère à la fin des années 80. Comme elle, Juliano Mer Khamis était un militant passionné de la cause palestinienne et un défenseur acharné du rapprochement des deux peuples. En 1995, sa mère Arna mourrait d’un cancer.

Sept ans plus tard, en 2002, le théâtre allait être rasé lors de l’offensive israélienne à Jenine qui reste la plus sanglante opération menée au cours de la deuxième intifada [1].

En 2004, Juliano Mer Khamis livrait un film bouleversant, Les enfants d’Arna, consacré au travail conduit par sa mère auprès des enfants du théâtre et qui reste selon le journaliste du Monde Gilles Paris "sans nul doute le meilleur film pour comprendre la seconde intifada" [2]. Recevant un très bon accueil, le film avait été couronné cette même année d’un premier prix au Festival International canadien du documentaire :

En 2006, le théâtre était reconstruit et Juliano Mer Khamis s’installait dans le camp de réfugié de Jénine, longtemps considéré par Israël comme un fief inexpugnable de la résistance palestinienne.

A ses côtés, pour l’aider à la relance du lieu, se trouvait Zakaria Zubeidi ancien leader, à Jenine, des brigades des martyrs d’Al Aqsa, l’organisation de résistance armée du Fatah. Avant d’être l’un des militants armés les plus recherchés par Israël, lui même avait été l’un des "enfants d’Arna" [3]. Ces gosses de Jenine qui dans le théâtre de la vieille juive avaient trouvé un terrain de jeu, de construction, d’évasion. Nombre d’entre eux allaient mourir en 2002, alors qu’il avaient moins de trente ans, au moment de l’offensive israélienne. On les voit dans le film, visages d’enfants en 1989, devenus jeunes adultes combattants 10 ans plus tard.

C’est leur ami, le fils d’Arna, qui est tombé sous les balles lundi 4 avril dans le camp de Jenine dont il était "l’un des fils" selon le gouverneur Qadura Musa, qui a condamné ce meurtre.

Sale journée en Palestine hier. Alors que la municipalité israélienne de Jérusalem approuvait la construction de 942 nouveaux logements à Jérusalem-est occupée, à Jénine, des hommes masqués -encore non identifiés à ce jour - assassinaient Juliano Mer Khamis. Avec lui s’éteint l’un des trop rares symboles - un symbole beau, vivant et dynamique - d’une possible coexistence palestino-israélienne.

Notes

[1lire l’ouvrage Avril à Jenine de Nahla Chahal et Hala Kodmani, éd. La découverte, nov. 2002

[3lire sur maan news, agence de presse palestinienne, l’article, en anglais, consacré à cet assassinat : http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=375522

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?