Accueil > monde | Reportage par Anne-Claire Gras | 13 février 2012

La presse mexicaine entre deux feux

Depuis 2000, 74 journalistes ont été tués au Mexique. Un chiffre qui
témoigne des dangers que font peser les narcotrafiquants sur les
médias, mais aussi de l’absence de volonté politique de protéger
la profession. Reportage.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Pour enquêter dans les villages
fantômes du nord du pays, où
toute autorité publique a disparu
pour laisser le champ libre aux
narcos, j’ai pris énormément de
précautions
, témoigne la journaliste mexicaine
Marcela Turati. J’ai mis six mois avant de pouvoir
y pénétrer, à bord d’un camion de livraison
Coca-Cola, en me faisant passer pour une
employée. Et bien sûr, je ne pouvais ni interviewer
les gens ni prendre des notes.
 » De son
expérience dans les bastions du narcotrafic, elle
a tiré un livre, Fuego cruzado (Feu croisé) : elle y
partage les témoignages de quelques-unes des
familles des victimes de la guerre qui oppose,
depuis l’arrivée au pouvoir de Felipe Calderón,
militaires et cartels de la drogue (lire encadré).
Marcela travaille aujourd’hui pour l’hebdomadaire
d’actualité Proceso (lire encadré), dont les
locaux sont installés dans le centre de Mexico.
Elle bénéficie ainsi d’une relative sécurité. « Les
narcotrafiquants hésitent à s’en prendre aux
journalistes de la capitale et à pénétrer ainsi
dans le coeur de la vie politique et institutionnelle
du pays
 », souligne-t-elle. La situation est
tout autre dans le reste du pays… D’après les
chiffres de la Commission nationale des droits
de l’homme (CNDH) publiés en septembre,
74 journalistes ont été tués depuis 2000, dont
huit depuis le début de l’année. Il faut ajouter à
cette liste le meurtre récent de María Elizabeth
Macías Castro, rédactrice en chef d’un journal
de la ville frontalière de Nuevo Laredo. Selon leur
habitude, les criminels ont laissé sur sa dépouille
un « narco-message » pour mettre en garde les
journalistes tentés d’enquêter sur leurs activités
illicites. Ces menaces récurrentes s’avèrent
redoutablement efficaces : la plupart des rédactions
situées dans les villes chaudes n’envoient
plus de journalistes sur les scènes de crime,
ou refusent de diffuser certaines informations
sensibles, par peur de représailles.

Pressions d’État

Le narcotrafic n’est pas la seule source de pression
qui mette à mal la liberté de la presse mexicaine.
Or le pays s’apprête à vivre une année
électorale cruciale : à l’été 2012, un nouveau
président sera élu, ainsi que six gouverneurs
d’État. Pour les autorités, nationales et locales,
l’enjeu consiste à étouffer les scandales que
pourraient soulever les médias à quelques mois
des scrutins. L’arme la plus efficace dont elles
disposent s’appelle la « publicité officielle » :
il s’agit des campagnes d’information que
financent les institutions, ministères ou gouvernements
et qui représentent la principale
source de revenus de la majorité des rédactions…
sans qu’aucune régulation ne soit appliquée.
« La répartition des budgets sert à récompenser les médias “en phase” avec
le gouvernement… et à punir les autres
 », explique
Article 19, une association de défense
de la liberté d’expression.

Aujourd’hui, le bilan sanglant de la guerre menée
contre le narcotrafic risque de marquer au fer
rouge le sextennat de Felipe Calderón. Le président
tente de limiter les dégâts et de rallier à
sa cause les grands patrons de presse. Il y est
arrivé en mars dernier, en réunissant devant les
caméras de tout le pays une cinquantaine de
responsables de presse pour signer l’Accord
pour la couverture informative de la violence.
Le texte invite les médias à « s’autoréguler »,
en condamnant systématiquement la violence
générée par la délinquance organisée, en « incitant
les citoyens à dénoncer les délinquants »,
ou encore en ne diffusant aucune information
qui mette « en danger la viabilité des opérations
menées contre le crime organisé
 ». Certains
titres, comme le magazine Proceso ou le
quotidien de gauche La Jornada, ont refusé d’y
participer, dénonçant notamment sa récupération
par les deux plus grandes chaînes du pays,
Televisa et TV Azteca, très proches du pouvoir.
En échange de son soutien au projet et à la politique
du gouvernement en général, le duopole,
qui contrôle 94 % de l’offre télévisée, sait qu’il
pourra bénéficier d’avantages juteux. Le premier
d’entre eux : son maintien à la tête du marché
ultra-convoité du triple play (offre incluant
Internet, TV et téléphonie).

Une profession sclérosée

« Il est urgent de réformer le paysage médiatique
du pays… mais sûrement pas en mettant
en place un accord qui ne fait que renforcer les
liens ambigus entre pouvoir et grands groupes
de presse
, reconnaît Raúl Trejo Delarbre, sociologue
des médias. Par manque de moyens et
d’indépendance, les médias mexicains, à part
quelques exceptions, ne traitent du crime organisé
que sous son aspect anecdotique, sans
aucun recul, sans aucune analyse. Le pays a
besoin d’un véritable journalisme d’investigation,
de codes déontologiques stricts, et
d’un changement radical dans la façon dont
travaillent les journalistes.
 »

Pour relever le niveau de la presse, les associations
de journalistes misent sur une revalorisation
de la profession, et exigent différents ajustements
 : sécurité sociale pour tous, hausse des
salaires (aujourd’hui, un journaliste local gagne
entre 250 euros et 500 euros par mois, alors que le salaire moyen est de 300 euros). Mais
elles réclament avant tout que l’État prenne les
mesures nécessaires pour mieux protéger les
journalistes menacés, et surtout pour que leurs
assassins soient jugés, alors qu’à peine plus de
10 % des homicides ont pour le moment abouti
à une condamnation. Mais jusqu’à maintenant,
leurs revendications sont restées lettre morte
auprès du gouvernement.

Internet, nouveau terrain de guerre

Dans ce contexte difficile pour les médias traditionnels,
les réseaux sociaux ont pris une place
prépondérante. En mars, ils étaient plus de
4 millions de Mexicains à posséder un compte
Twitter, soit 13 % des internautes. Spécificité
du site au Mexique : la plateforme sert à relayer
les alertes de fusillades… souvent bien avant
la radio ou la télévision. « Pour les citoyens, les
réseaux sociaux jouent un rôle cathartique. Le
climat de violence et de défiance envers les
autorités a atteint un tel niveau que le web
est devenu le seul lieu où exprimer ses peurs.
Face à cette montée en puissance, le pouvoir,
habitué à contrôler les médias traditionnels,
cherche à réagir
 », souligne María Elena Meneses,
ancienne journaliste reconvertie dans
la recherche. Comme ce fut le cas à Veracruz.
En août dernier, deux internautes ont diffusé de
fausses infos concernant des attaques armées
dans des écoles de la ville, créant une panique
énorme. À la suite de l’incident, le gouverneur a
fait inscrire dans le code pénal local le délit de
« perturbation de l’ordre public », conçu sur mesure
pour punir jusqu’à quatre ans de prison les
personnes à l’origine de fausses rumeurs. Une
quinzaine d’États pourraient à leur tour adopter
cette mesure dans les mois à venir, fragilisant
encore davantage une liberté d’expression déjà
bien amoindrie.

Calderón, le « Président des 50 000 morts »

En 2006, fraîchement élu, Felipe
Calderón entrait en guerre contre les
cartels de la drogue, sollicitant l’appui
de l’armée mexicaine. Depuis, au même
rythme que les scandales de corruption
et les bavures impliquant le pouvoir, le
nombre de morts ne cesse de grimper : il
atteint 50 000, selon le Mouvement pour
la paix, principal mouvement de protestation
contre la stratégie du gouvernement
et la violence liée à la guerre contre
le narcotrafic.

Les agences AFP et Reuters parlent quant
à elles de plus de 45 000 victimes.
Fin novembre, des défenseurs des droits
de l’Homme ont déposé une plainte auprès
de la Cour pénale internationale, afin que
le président et son cabinet de sécurité
soient jugés pour crimes contre
l’humanité. Le texte, fédérant 23 000
signatures, recense des centaines de délits
commis par des militaires ou
des fonctionnaires d’État : assassinats,
tortures, agressions sexuelles,
disparitions, traite de migrants…

A.-C. G.

Proceso, le magazine qui dérange

En 1976, plusieurs journalistes créent
l’hebdomadaire Proceso, après avoir été
congédiés du Excelsior à cause
de pressions présidentielles. Ces dernières
années, la revue, dont le tirage varie entre
100 000 et 150 000 exemplaires, a fait
du narcotrafic son thème de prédilection,
en publiant des enquêtes, des interviews
de chefs de cartels, ou encore
en dénonçant la corruption du pouvoir.

« Depuis quatre ans, les choses se sont
incroyablement accélérées, et la violence
a envahi massivement le pays. Cela nous
a obligés à opérer certains ajustements
dans notre façon de travailler
, précise
Alejandro Pérez Utrera, coordinateur
éditorial. Par exemple, nos journalistes ne
se rendent jamais à un rendez-vous hors
de nos locaux. Il leur arrive aussi
de ne pas signer certains articles
sensibles. Dans les cas extrêmes, nous
leur fournissons les moyens nécessaires
pour les mettre à l’abri : un camion,
et ils déménagent en quelques heures
pour aller vivre dans un autre État,
voire un autre pays.
 » Proceso est aussi
dans le collimateur des autorités.
Dernière attaque en date : en septembre,
la majorité des exemplaires vendus à
Monterrey et Veracruz ont été achetés
massivement par des inconnus, afin de les
faire disparaître des kiosques… Étrange
hasard : à chaque fois, les numéros
dénonçaient les défaillances
des autorités locales.

A.-C. G.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?