Accueil > Culture | Par Jean-Baptiste Ferrière | 29 mars 2007

Le bouillon de culture de la nocturne « A l’écoute du Louvre »

En partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), le Louvre a orchestré le 23 mars une nouvelle soirée musicale gratuite pour les moins de 26 ans. L’occasion pour un grand nombre de primo visiteurs de découvrir les oeuvres du musée à travers le prisme des musiques jazz, baroque ou classique.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le succès des nocturnes du Louvre ne se dément pas. Une fois encore, plusieurs milliers de visiteurs ont rallié, ce 23 mars, les départements de peinture et sculpture du "plus grand musée du monde". Amateurs de saxophone, guitare ou viole de gambe ont pu découvrir au gré de leurs pérégrinations dans les ailes Sully, Richelieu et Denon, les performances live de musiciens du conservatoire. En solo, quatuor ou grand ensemble, ces jeunes prodiges ont interprété de courts intermèdes en relation avec les oeuvres environnantes. En mars 2006, certains d’entre-eux avaient déjà participé à la première manifestation de ce type. Une véritable mise en situation professionnelle dont les bienfaits pour ces artistes en devenir ne sont plus à démontrer.

Synergie artistique

L’entrée libre pour les moins de 26 ans a eu au moins le mérite de rendre accessible à un large public une culture parfois jugée élitiste. Une chose est sûre : la politique de la nocturne "A l’écoute du Louvre" consiste avant tout à drainer un maximum de jeunes primo visiteurs. Volontairement conçu comme une expérience de partage avec le public, le parcours musical avait pour principal objectif de susciter chez les spectateurs un autre regard sur les collections du musée. Leur offrir une nouvelle perception de l’art en instaurant un dialogue entre musique et architecture, musique et peinture, musique et sculpture. Le Louvre s’est métamorphosé le temps d’une soirée en espace de rencontre et d’échange convivial. A quand une nocturne entièrement gratuite ?

Entretien audio avec les organisateurs de l’événement :

Interview croisée de Cyrille Gouyette, chargé de la programmation des nocturnes jeunes du Louvre, et Gretchen Amussen, sous-directrice des affaires extérieures au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP). Durée : 6 minutes.

MP3 - 5.6 Mo

Ambiance "cuivres" au 2ème étage de l’aile Richelieu :

 extrait du concert d’un ensemble de douze saxophonistes (durée : 5,30 minutes) :

MP3 - 5.2 Mo

 interview de Simon, saxophoniste barynton (durée : 3 minutes) :

MP3 - 2.9 Mo

 photo :

Ambiance "jazzy" dans la Cour Marly :

 extrait du concert d’un sextet de jazz (durée : 9 minutes) :

MP3 - 8.4 Mo

 interview des membres du groupe (durée : 3 minutes) :

MP3 - 3 Mo

 photo :

Ambiance "acoustique" au 2ème étage de l’aile Richelieu :

 extrait du concert (durée : 1,30 minutes) :

 interview du guitariste Thomas Keck (durée : 1 minute) :

MP3 - 948.2 ko

 photo :

Ambiance "improvisation générative" dans la Cour Marly :

 extrait du concert (durée : 4,30 minutes) :

MP3 - 4.2 Mo

 photo :

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?