Accueil > idées/culture | Par | 8 septembre 2009

Le gouvernement doit répondre aux attentes des salariés de RFI

Communiqué de la Cgt, le 8 septembre 2009

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Alors que le Président de la République a déclaré que « la question de l’emploi est cruciale. Tout doit être mis en oeuvre pour sauver des emplois (...) Il faut tout faire pour éviter les licenciements », une entreprise dont l’Etat est l’unique actionnaire, Radio France Internationale, supprime 206 emplois, soit plus de 22% des effectifs. Ces suppressions incluent, selon l’aveu même de la direction, des "départs contraints", c’est-à-dire des licenciements secs. La grève des salariés de RFI contre ces licenciements, commencée le 12 mai, a été suspendue le 14 juillet et a repris, malgré les tentatives d’intimidation de la direction, le 1er septembre.

Le procédé de la direction, qui remplace des salariés grévistes par des salariés non-grévistes, a suscité vendredi 4 septembre un mouvement spontané de la part des journalistes, dont une centaine s’est déclarée en grève pour « protester contre les méthodes inadmissibles de la direction de RFI", qui constituent "une atteinte grave au droit de grève ».

La CGT exige le respect du droit de grève, soutient les salariés de RFI, demande que des négociations soient enfin ouvertes et qu’à cette fin, l’intersyndicale CGT, FO et SNJ soit reçue par le ministre de la Culture, M.Frédéric Mitterrand.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le même thème

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?