Accueil > Société | Par Nicolas Kssis | 1er février 2008

Le Paris-Dakar : Mort d’un rallye-voyageur

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous ne subirons pas en 2008 l’odieux Paris-Dakar. De toutes les nouvelles de ce début d’année, en tout cas dans le registre sportif, celle-ci fut la plus réconfortante. Le plus pitoyable reste toutefois qu’il aura fallu un lamentable chantage islamo-terroriste (et la menace la plus inquiétante pour l’avenir pèse en premier lieu sur les Mauritaniens) pour que cette abomination automobile se trouve clouée sur place. On aurait certes préféré voire un mouvement de protestation de masse, des intellectuels indignés, des médias critiques avoir la peau de « la bête immonde » en 4x4.

Malheureusement, cette course de la honte n’aura jamais véritablement scandalisé les élites, et de nombreux artistes en furent souvent de chauds complices (y compris Coluche), sans choquer d’ailleurs davantage le bon peuple, bouche bée devant les sketchs nocturnes de Gérard Holtz. Pourtant, il y avait de quoi remuer les tripes des meilleurs militants qui, hormis la mouvance Quels Corps ?, considéraient d’un œil distant et indifférent cette fête foraine ambulante et métallique, couverte de sponsors, négligeant par là même l’énorme impact sur l’imaginaire de nos concitoyens que véhiculait (c’est le cas de le dire) une telle monstruosité de pneus et d’huile. Depuis 1979, peu d’événements symbolisèrent en effet à ce point la permanence du regard colonial sur l’Afrique. Autrement dit l’amour du continent noir et du Sahara, mais le mépris total pour ses habitants, réduits au rang de silhouettes fugaces devant les caméras soumises du service public. Le désert vécu comme un décor de « l’aventure humaine » de quelques privilégiés se baladant au milieu du drame permanent d’une région ravagée par la misère et la guerre, avec des « villages exotiques » agrémentant ce quasi-décor de cinéma. Les arguments pseudo-humanitaires ne tiennent pas la route devant la morgue de la plupart des participants, dont finalement la seule passion ne se porta jamais que sur le chrono et leurs belles voitures ou motos, objets vrombissants de leur puissance toute virile sarclant le territoire « vierge » de « l’Afrique sauvage ». Un dédain qui alla du comique jusqu’aux formes les plus abjectes, surtout lorsque le nombre des morts « civiles » (dix-sept spectateurs dont huit enfants) , commença à s’additionner dans le passif moral de l’organisation. Les coureurs en goguette n’allaient pas gâcher leur plaisir pour des dégâts collatéraux, souvent rendus responsable de leur propre mort en raison de leur « inconscience ». Une situation que dénonça le Collectif des victimes anonymes du Dakar, notamment après la mort de deux enfants en 2006, Boubacar Diallo, 10 ans, et Mohammed Ndaw, 12 ans. On se souvient aussi des affaires de pollution de points d’eau, ressources inestimables dans cette région, par des coureurs angoissés par leur retard au point d’oublier ce qu’il adviendra après leur éphémère passage dans les dunes de Mauritanie ou du Maroc. Certains penseront que nous avons mauvais esprit. En effet, et même avec une fierté certaine que le spectacle de tous ces casques bariolés en deuil ne fait qu’exacerber. Nicolas Kssis

Regards n°48, Février 2008

Sociologie du sport

Une idée assez répandue, presque un lieu commun, prétend que le sport est longtemps resté méconnu voire mal aimé des sciences sociales. Ce n’est pas la moindre des qualités de la somme de Jean-Paul Callède que de retisser le fil de la longue généalogie des chercheurs et des penseurs qui ont permis de donner naissance à une sociologie du sport digne de ce nom et aujourd’hui plutôt féconde, bien que divisée en courants d’influence (freudo-marxistes, bourdieusien, etc.). On lira avec attention les pages consacrées à la réception de certains ouvrages fondateurs, preuve rassurante qu’un livre peut encore avoir un rôle social.

Jean-Paul Callede, La Sociologie française et la pratique sport , 1875-2005, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine

2008....

C ?est officiel, le sport a de gros problèmes. Même les médias les plus discrets sur le sujet s’en font désormais l’écho. Imaginez un peu, le Paris-Dakar doit être annulé sous les menaces terroristes d’Al Qaida, tandis que les JO de Pékin sont déjà voilés par la question des droits de l’Homme. Les sportifs jouent au people (et en sont victimes comme Laure Manaudou) pendant que les affaires ne cessent de se multiplier à coup de sommes occultes. Sans oublier que désormais les stades auront des noms de sponsors et que Canal Plus menace de ne plus vouloir cracher au bassinet de la Ligue de football pour un si mauvais championnat. Pendant ce temps se profilent les municipales qui vont sûrement peser lourd sur le maintien ou non d’une certaine forme de service public du sport, mais qui s’en soucie ?, cela ne concerne que quelques millions de pratiquants amateurs. La période des fêtes est terminée, et le temps des bonnes résolutions’

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?