Accueil > politique | Par Gilles Alfonsi | 1er février 2000

Le Parti communiste dépérit : changeons-le !

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Chacun des participants à la préparation du congrès devrait mesurer que le Parti communiste n’est plus en mesure de perdre du temps. Il continue de s’affaiblir, de sorte que se contenter de vouloir "relancer l’activité" sur les bases anciennes serait suicidaire. J’attends du congrès la décision d’élargir le champ d’intervention du Parti à toutes les formes de domination, à partir de la motivation et de la volonté d’agir de chacun. Cette idée, Lucien Sève la théorise en parlant du communisme comme d’un mouvement global de désaliénation, dans tous les domaines de la vie sociale. Premièrement, le Parti communiste est profondément marqué par une analyse des rapports sociaux focalisée sur l’exploitation au travail et par une conception de la révolution où la transformation sociale serait entièrement subordonnée au changement économique. Il convient de dépasser cette conception. Non pour oublier la lutte des classes à l’entreprise mais parce que les canaux de domination sont variés, multiples, et qu’il n’y a pas à choisir entre les injustices.

En deuxième lieu, il n’est pas possible de transformer la société à partir ou dans une seule sphère particulière, aussi structurante soit-elle pour la société. On ne pourra changer radicalement l’école : par exemple pour qu’elle ne soit pas un outil de reproduction des inégalités sociales : sans ouvrir, dans le même temps, le chantier de la citoyenneté et celui d’un autre système économique. On ne peut non plus construire un nouveau système de santé sans inventer de nouvelles relations entre citoyens et institutions. Il ne s’agit pas de considérer que l’existence d’un mouvement global de désaliénation serait un préalable à l’action dans tel ou tel domaine : c’est du contraire qu’il s’agit. Troisièmement, partir de l’individu, de sa motivation, signifie arrêter de vouloir à tout prix choisir à sa place où et sur quoi il peut militer. Libérer l’initiative individuelle, valoriser l’initiative personnelle, créer et soutenir la naissance et le développement des lieux d’élaboration et d’action (collectifs thématiques, groupes de travail, réseaux... qui ne s’opposent pas aux cellules), voilà l’avenir. Au lieu d’une crispation sur l’ancien qui périclite, il faut chercher une nouvelle cohérence choisie et partagée.

Enfin, vouloir établir une "chronologie révolutionnaire", c’est-à-dire déterminer une recette où une "main invisible" viendrait permettre la succession des phases transitoires vers le communisme, c’est en fait renvoyer à plus tard (ou à jamais !) le dépassement du capitalisme. Au contraire, réalisons-le aujourd’hui. Pour construire le communisme tout de suite, il nous faut une autre organisation, un fonctionnement différent, avec des animateurs régulièrement renouvelés. A tous les niveaux, il faut des personnes, des budgets et des moyens matériels au service de la libération de l’initiative individuelle et collective. Que les sections, les fédérations, le comité national soient des lieux accueillants, conviviaux, mettant à la disposition de chaque bénévole des outils techniques pour intervenir, écrire, communiquer, se former... Il faut par exemple un plan d’accès à Internet pour les animateurs et les adhérents, des lieux mutualisant les moyens techniques et favorisant la transversalité. Les moyens de notre organisation sont limités et sa situation financière difficile. Je formule l’hypothèse que ces moyens seront mieux utilisés au service de cette dynamique plutôt qu’à maintenir coûte que coûte une activité de plus en plus factice. Dans tous ces domaines, la frilosité pourrait laisser dépérir le P. C.

* Chargé de projet santé. Co-animateur du collectif PCF de lutte contre le sida

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Vous etes pour quelque chose NON ??
    Les gens ne vous reconnaient plus

    marie Le 27 mars 2016 à 22:48
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?