Accueil > N° 51 - mai 2008 | Par Stéphanie Barrat | 6 mai 2008

Léo Moreau, vice-président de l’UNL : " Le 15 mai sera une manifestation décisive "

Le défilé contestataire des lycéens est parti en début d’après-midi, mardi 6 mai, de la place de la République en direction de Bastille. Les lycéens d’Ile de France se sont retrouvés pour protester contre les suppressions de postes prévues à la rentrée 2008. Cette mobilisation n’a pas été aussi importante que les précédentes. En effet, ils étaient 1 900 selon la police et 6 000 selon l’Union nationale lycéenne, on est loin des chiffres des précédents cortèges.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dès la sortie du métro, un important dispositif policier est mis en place, des CRS ont encadré le défilé jusqu’à la dispersion des manifestants. Les lycéens équipés de banderoles, sifflets et autocollants ont manifesté dans une ambiance festive et bon enfant. Ils ont crié des slogans "éducation on t’aime et on va te sauver", "résistance", ils ont "fait du bruit" pour leur convictions. Dans le cortège, on pouvait lire sur les banderoles "la mort de l’enseignement public" et en guise de clin d’oeil "mai 68 mai 2008, notre colère n’est pas réduite". Pour Léo Moreau, vice-président de l’UNL, "la mobilisation aujourd’hui n’est pas cruciale, certes, il y a moins de manifestants que dans les cortèges précédents mais c’est normal car le temps d’information était réduit et il y avait bac blanc", avant d’ajouter "le 15 mai sera une manifestation décisive, les lycéens se déplaceront massivement". Confiant, Léo Moreau, "attend des signes dans les prochains jours de la part du gouvernement".

Les enseignants ont ouvert le défilé, "je n’ai pas cours le mardi après-midi, alors je suis venue soutenir mes élèves", déclare Clémentine, professeur de mathématiques. "Le 15, il y aura beaucoup de monde dans la rue et chez les enseignants ça va être suivi", assure l’enseignante, puis elle ajoute "même si les lycéens sont autonomes, le fait de voir leurs profs dans la prochaine manif va leur donner du coeur à l’ouvrage car ça fait déjà un mois qu’ils luttent".

Un peu avant 15h30, les lycéens se sont dispersés en promettant d’être présents la semaine prochaine, "on compte sur vous le 15", crie à la foule le détenteur du microphone. Les commerçants ont remonté leurs rideaux de fer, et en rentrant chez eux, deux jeunes lycéens se demandent combien de temps va leur prendre leur dissertation et leur commentaire. Rendez-vous, dans 9 jours, pour la journée de grève nationale et de manifestation fonction publique/lycéens.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?