Accueil > Société | Par Emmanuel Riondé | 10 mars 2012

Les archéologues en ont plein les fouilles

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 8 février dernier, les salariés de l’Institut national
de recherches archéologiques préventives
(Inrap) étaient en grève
. Leurs revendications ?
En finir avec la précarité des 20 % d’agents en
CDD de cet établissement public employant
2 300 archéologues ; et augmenter l’activité de
fouilles. Créé sous forme d’établissement public
en 2001, l’Inrap dépend du ministère de la
Culture et établit des rapports de fouilles sur des
sites en voie d’aménagement qu’il tente, le cas
échéant, de « préserver ». Une activité qui lui vaut
une réputation d’ « empêcheur de bétonner en
rond ».

En 2003, une loi a ouvert le marché à la concurrence
du privé. Et comme ce sont les aménageurs
qui choisissent et payent les opérateurs,
le critère du « moins-disant financier » fait désormais
rage. L’Inrap avec ses salariés traités normalement
et ses structures – 50 centres, 8 directions
interrégionales et un siège à Paris – ne peut
bien sûr pas rivaliser avec les boîtes privées bien
présentes sur le marché et qui, selon le Syndicat
général des personnels de l’archéologie (SGPA)
CGT, pratiquent le « dumping social ». Et tant
pis si l’Inrap est le seul à remplir une mission de
recherche en fournissant des études détaillées
suite aux travaux de fouilles. Cette plus-value
scientifique est bien dérisoire… Pas pour les archéologues
de l’Institut qui demandent que l’État
retrouve les maîtrises d’ouvrages, aujourd’hui
dans les mains des aménageurs.

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?