Accueil > Société | Par Simon Grysole | 8 mars 2007

Malgré la résistance, Ungdomshuset est détruit

Des milliers de manifestants, des affrontements violents avec les forces de l’ordre et le soutien international n’ont pas suffit. Ungdomshuset (« la maison des jeunes »), un lieu autogéré depuis 25 ans au coeur de Copenhague n’existe plus. Les occupants ont été délogés et le bâtiment a été rasé le 5 mars.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La maison de quatre étages était occupée depuis 1982, puis « mise à disposition » par la mairie, suite aux luttes du mouvement autonome et squatteur des années 70 et 80. Cette expérience sociale et libertaire accueillera de nombreuses activités politiques et culturelles alternatives. Quotidiennement, ont lieu des réunions, discussions, expositions, projections, ateliers diverses, répétitions de groupes de musique locaux, concerts, etc. Petit à petit, il devient un lieu symbolique de la culture underground en Europe. Même Björk ou Nick Caves passeront par là.

Mais ce bâtiment est aussi chargé d’histoire : construit en 1897, on l’appelle alors la « Maison du peuple » (« Folkets hus »), sorte de bourse du travail utilisée par les syndicats danois. C’est même dans ce lieu que la deuxième conférence internationale des femmes socialistes décida en 1910 la création de la journée de la femme.

En 1999, la mairie de Copenhague tenue par les socio-démocrates, décide de remettre en cause ce compromis et revend le terrain... à une secte catholique fondamentaliste, « Faderhuset ». A partir de 2003, les tentatives d’expulsion commencent et les squatteurs s’organisent pour empêcher que ce lieu leur soit repris.

Le 1er mai 2006, une manifestation a lieu devant la mairie, une banderole indiquant : « Ungdomshuset reste ! Vous pouvez vider la mairie ! Solidarité avec Christiania ». Christiania, une zone occupée (« la ville libre ») en plein centre de la capitale danoise depuis 1971, est elle aussi menacée. Elle a perdu son statut de communauté alternative en janvier 2006. Certains pensent qu’après Ungdomshuset, c’est Christiania qui est sur la liste, car elle figure depuis longtemps dans le collimateur du gouvernement de centre droit.

En décembre a lieu la première tentative d’expulsion disposant de gros moyens. C’est alors 5000 personnes qui descendent dans les rues le 15 du mois. Le lendemain, c’est un Black bloc de 500 personnes qui déborde les forces de l’ordre, lesquelles procéderont à 300 arrestations. Les semaines suivantes, nombre d’activistes rejoignent Copenhague en prévision du prochain assaut des forces de l’ordre.

Le 1er mars, la police intervient : une unité spéciale anti-terroriste atterrit sur le toit par hélicoptère, épaulée par des centaines de policiers anti-émeutes, des véhicules blindés bloquant l’ensemble du quartier, des canons à eau, etc. Les occupants sont expulsés. Les quatre jours suivants, des manifestations sont organisées et des affrontements très durs ont lieu. Les quartiers de Noereebro et Christianshavn sont transformés en champs de bataille. Mais la combativité des squatteurs et de leurs soutiens n’empêcheront pas la destruction d’Ungdomshuset qui a eu lieu ce 5 mars, sous haute protection policière.

Depuis le 1er mars, 675 personnes ont été arrêtées par la police danoise, dont 145 étrangers (provenant surtout d’Allemagne et des pays scandinaves), et 190 d’entre eux sont actuellement placés en détention préventive. Ce 6 mars encore, 1500 personnes ont défilé dans les rues de Copenhague pour protester contre la fermeture d’Ungdomshuset. Des actions de solidarité ont été organisées en Europe, et ce 8 mars un rassemblement est prévue devant l’ambassade danoise à Paris.

+ d’info :

Le rassemblement parisien a réunit une cinquantaine de personnes, dont quelques suédois résidant à Paris. Les CRS présents en nombre ont encerclé les manifestants, ont procédé au contrôle d’identité avant d’ordonner la dispersion du rassemblement, qui semble-t-il n’aurait pas été déposé en préfecture. D’après les manifestants, trois lycéens français qui se sont rendu à Copenhague auraient « disparu » depuis le 1er mars : les parents seraient sans nouvelles et l’ambassade de France ne leur aurait donné aucune information.

Liens vidéo :

Une idée de ce que pouvait être Ungdomshuset :

http://www.youtube.com/watch?v=J9l6gHm66qw&mode=related&search=

Quelques vidéos sur les manifestations et affrontements dans les rues de Copenhague depuis le 1er mars :

http://www.youtube.com/watch?v=-SUeDS1dZrM&mode=related&search=

http://www.youtube.com/watch?v=ivx9pq4nwRk&mode=related&search=

http://www.youtube.com/watch?v=8DGvIzXWPF8&mode=related&search=

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?