Accueil > économie | Par | 7 avril 2009

Prime de 500 euros pour les chômeurs non indemnisés : le nouveau tour de passe-passe du gouvernement

CGT, le 3 avril 2009

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le gouvernement vient de mettre en place une prime exceptionnelle de 500 euros

dédiée aux chômeurs non indemnisés. Première surprise : cette prime ne sera pas destinée aux jeunes primo-demandeurs d’emploi mais aux personnes ayant travaillé au moins 305 heures dans les 28 derniers mois. Une fois de plus, les jeunes qui n’ont encore jamais eu accès au marché du travail sont encore oubliés alors que Nicolas Sarkozy annonçait pourtant il y a encore quelques jours vouloir « s’occuper du chômage des jeunes ».

Autre déconvenue de taille : cette prime concerne les personnes ayant perdu leur emploi entre le 1er avril 2009 et le 31 mars 2010. Autrement dit, les dizaines de milliers de précaires qui ont déjà rejoint les listes de Pôle Emploi avant le 1er avril ne peuvent pas être concernés et ne pourront, en tout état de cause pour la

plupart ,retrouver un emploi compte tenu de la situation du marché du travail. Un comble à l’heure où les embauches sous forme de contrats à courte durée (CDD, intérim) sont au point mort, les précaires étant depuis plusieurs mois, les premières victimes de l’explosion du chômage.

En clair, la prime risque au final de ne pas concerner grand monde et s’apparente bien à une coquille vide. Une fois de plus, le gouvernement se contente de multiplier les effets d’annonce au détriment des réels besoins des demandeurs d’emploi, à l’heure où moins d’un chômeur sur deux est indemnisé et où la nouvelle convention d’assurance-chômage vient surtout réduire la durée des droits de nombre d’entre eux.

La CGT exige du gouvernement qu’il mette en place d’urgence une véritable aide à destination des demandeurs d’emploi les plus fragilisés, précaires et primo-demandeurs d’emploi y compris ceux déjà inscrits à Pôle Emploi. Ces derniers doivent pouvoir bénéficier d’une indemnisation forte à la hauteur de leurs besoins, comme le revendiquait la CGT lors des récentes négociations sur l’assurance-chômage.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?