Accueil > Culture | Par Julia Moldoveanu | 1er juillet 2004

Quand je fais silence/ Alejandro Jodorowsky

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

//« Arbre d’ombres/ni « je » ni « mien »/ Douloureux silence/que j’appelle poésie . Alejandro Jodorowsky connaît-il ce stratagème silencieux de la saisie de l’autre ? Ces espaces conquis avec une telle économie de moyens, ces espaces peu bavards sont rares en poésie. « Chaque parole/est un dieu/quand je fais silence . Si les Pierres du Chemi ne sont pas des haïkus : ces brèves scintillements d’esprit japonais au souffle très réglementé à 17 syllabes : ce qui reste comme ressembance, c’est l’art du retrait, la ponctuation silencieuse du blanc, la discrétion, la pudeur. C’est peut-être pour cela que les suites lapidaires égrénées par le poète : 201 : passent à travers la peau, entrent dans le sang, devenant de précieux moments de conscience partagée avec l’autre. Du Cioran à l’envers, ces syllogismes sans amertume : du douloureux tempéré par une humilité sans rapport au religieux, mais pas de désespoir, « il existe toujours la possibilité d’un pire . Une attente, un émerveillement devant les paradoxes : « Un jour/tu tiendras mes os/dans tes mains (41). « Après tant/et tant d’années à méditer/je tue encore les mouches (202). Le sourire, la sagesse. Une construction soutenue par l’amour, le partage : « Tu es mon enfant/Quand tu me lis/je t’engendre . C’est peut-être pour ce franc énoncé qu’il faut porter le livre avec soi, l’ouvrir de temps en temps sous le soleil pour sourire avec ce vagabond qui vous dira « Mes chaussures sont ma patrie »//, sans tabou aucun face à la nostalgie. Ce serait elle, cette nostalgie, qui l’approche du bouillon latino-américain où il est né. Et une certaine folie qui le pousse du cinéma au roman, en passant par la passion pour le conte et la tarologie. Un Jose Arcadio Buendia qui veut tout essayer, la glace, le daguerréotype, la mort... En toute sobriété.

Julia Moldoveanu

Alejandro Jodorowsky , les Pierres du Chemin (piedras del camino) ,

traduit de l’espagnol (Chili) par Marianne Costa,

édition bilingue, Le Veilleur & Maelström, 14 ?

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?