Accueil > Société | Par Jean-Claude Oliva | 1er mars 1999

Qui a peur de l’individu ?

Voir aussi

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Invitée, Miss-Tic Le premier sens donné par le Robert pour "individu", c’est "être humain", particulier et différent de tous les autres. Un deuxième sens complète le premier, "membre d’une collectivité humaine", que des syntagmes viennent expliquer, l’individu et la société, et la masse, et l’Etat. Y a-t-il opposition ?

La reconnaissance et la réalisation des aspirations de l’individu condamnent-t-elles au libéralisme ? Ne peut-on imaginer un autre possible qui réalise ces souhaits ? Ce sont les questions que Regards a posées à diverses personnalités.

Le sociologue Alain Ehrenberg dessine la figure de l’individu contemporain : "on demande moins aux gens d’obéir que d’avoir de l’initiative, moins de se conformer à des interdits que de devenir soi-même." "Dégageons la notion d’individu de sa caricature individualiste" , recommande le philosophe Dominique Lecourt. Et Véronique Tessier, responsable nationale de la Jeunesse ouvrière catholique, montre des jeunes qui doivent trouver leur place dans la société avant de s’intéresser à son devenir. Le dirigeant communiste Serge Guichard met en évidence l’enjeu du moment : "est-ce que tout projet politique, toute action, aspiration, mettant l’individu et la dynamique des droits de l’Homme au coeur de ses préoccupations, de ses objectifs, est fatalement voué à flirter avec les pensées libérales ?" Pour l’économiste Alain Lipietz, "la France n’échappera au couple infernal « État- Marché » qu’en renouant avec ses combats anciens pour la libre association des individus, par la base". Pour Philippe Breton, "c’est peut-être la question de la démocratie qu’il faut poser à travers la représentation qui se diffuse aujourd’hui d’un Homme qui ne se réaliserait pleinement qu’en tant qu’individu". L’historienne Michèle Riot-Sarcey se réjouit des nouvelles perspectives qui s’offrent à nous. "Les dogmes anciens s’épuisent. Cela génère, certes, l’angoisse, mais favorise aussi l’expression des individus..." Enfin le philosophe Jacques Milhau abordera d’un point de vue plus théorique dans un prochain numéro de Regards "l’individualisme solidaire".

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Du même auteur

1er juillet 2000
Par Jean-Claude Oliva

L’empire du temps

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?