Accueil > Société | Par Jackie Viruega | 1er juillet 1998

Rencontre

L’égalité devant l’école reste une question de fond. Une de celles à l’ordre du jour à la rencontre de Bobigny.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Organiser à Bobigny une rencontre intitulée " transformer l’école " alors que résonnait encore ce qu’on a appelé le mouvement de la Seine-Saint-Denis, ne relevait pas exactement du hasard. Ce dimanche 17 mai, d’ailleurs, enseignants et parents d’élèves impliqués dans le mouvement étaient présents au débat initié par le Parti communiste (1). Le slogan des manifs du 93 : " On n’est pas des moins que rien " répondait exactement à cette petite phrase de M. Fauroux : " On ne peut pas enseigner la même chose à Bobigny que dans le septième ar-rondissement de Paris. " L’égalité devant l’école reste en effet une question de fond. Une de celles à l’ordre du jour de ce débat. Annick Davisse, formatrice en IUFM, l’a formulée avec force, en demandant si l’égalité des chances à l’école consiste à faire accéder les " pauvres " à ce qu’ont les autres, ce dont elle doute, puisque " l’échec scolaire met en cause tout le système éducatif ". Changer l’école ou poser un regard compassionnel sur les élèves défavorisés ? Toujours cette tension entre deux caractéristiques de l’école : l’émancipation ; la reproduction des inégalités sociales. Nicole Borvo, notant que "l’école est plus malade de la société " 14% de la population vivent au-dessous du seuil de pauvreté" que l’inverse", soulignait à quel point l’égalité de tous les enfants devant la scolarité est au coeur des enjeux de classe.

Egalité ou regard compassionnel ?

C’est le cas de la qualité de l’école, donc du contenu de l’enseignement. La formation de l’individu, du citoyen, du travailleur est en question à la fin de notre siècle, du fait notamment qu’est requise une formation initiale et permanente plus développée que jamais. Un enjeu. Face auquel le le patronat, par exemple, estime que les entreprises souffrent d’une pénurie de motivation, pas de savoir. Autre question fondamentale : les moyens que la nation entend consacrer à l’éducation. Entre l’Etat, les collectivités et les familles, la France consacre en tout 7% du PIB à l’éducation. Comme il y a cinquante ans.

Les trois axes des propositions du PCF

Pour contribuer à " l’existence d’un espace public de confrontation et d’élaboration où choix éducatifs, choix de société et choix politiques se mettent en cohérence ", le PCF avance trois axes de propositions. D’abord, des objectifs de formation de haut niveau pour le plus grand nombre ; ensuite la rupture avec l’élitisme et la ségrégation sociale, dans le cadre national du service public d’enseignement et à l’aide de dispositifs permettant de réaliser l’égalité ; enfin, l’obligation de la collectivité de donner à chaque jeune une formation initiale jusqu’à 18 ans qui débouche sur une qualification professionnelle, qui permette d’entrer dans la vie active ou de poursuivre des études.

1. Nicole Borvo, secrétaire du comité national du PCF, responsable des questions de l’enseignement était à l’initiative de cette rencontre. Sont intervenus notamment Michel Deschamps, secrétaire général de la FSU ; Richard Gispert, astrophysicien ; Michel Laurent, secrétaire de la fédération de Seine-Saint-Denis du PCF ; Bernard Saint-Girons, vice-président de la conférence des présidents d’université ; Josiane Schiavi, vice présidente du conseil régional d’Ile de France chargée de l’enseignement ; Bernard Birsinger, député-maire de Bobigny ; Gérard Chauveau, chercheur en sciences de l’éducation ; Jean Gallot, universitaire ; Maurice Hérin, universitaire ; Denis Paget, secrétaire général adjoint du Snes ; José Tovar, secrétaire de la FSU en Seine-Saint-Denis ; Karine Delpas pour l’Unef ; Samuel Joshua de l’association " Transformer l’école pour tous " ; Georges Dupon-Lahitte de la FCPE ; Jean-Louis Sylvestre, de l’URIF-CGT. Alain Hayot, responsable des questions de l’enseignement supérieur et de la recherche pour le PCF, clôturait la journée.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?