Accueil > politique | Par Simon Grysole | 22 juin 2007

Roger Martelli : « Passer d’un pôle d’adaptation à un pôle de transformation sociale »

Pour écouter l’interview audio :

MP3 - 42.4 Mo
Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

On serait arrivé à « la fin d’un cycle », commencé en 1980 avec l’arrivée de Mitterand qui marque l’hégémonie du PS au sein de la gauche française et l’entrée en crise de la droite gaulliste qui durera 25 ans. A l’instar de Chirac, celle-ci sera tiraillée entre « le néolibéralisme et le maintien d’un Etat paternaliste et protecteur ». Selon Roger Martelli*, cette période est terminée. Désormais, avec Sarkozy, la droite a réussit un « mariage entre un ultralibéralisme assumé et un discours d’autorité, de hiérarchie, d’ordre social, de mise au travail, etc.

Contradictions à gauche

La gauche n’a pas su anticiper ce changement, pour une part elle l’a accompagné. Mais d’après lui, on ne peut parler de la gauche en général. Depuis le tournant de la rigueur en 1983, « le PS a intériorisé l’impossibilité de mettre en application les réformes de structures qui avaient été énoncées lors du programme commun en 1974 ». Les socialistes sont donc actuellement devant une contradiction entre le contenu de leurs politiques d’adaptation au capitalisme libéral, et des discours qui gardent un contenu fondé sur des notions de gauche. C’est leur grande fragilité politique. Ils vont donc être amenés à « choisir entre le social-libéralisme et une nouvelle voie vers une sociale-démocratie plus protectrice, plus redistributrice ». « Mais cela supposerait revenir sur 25 ans d’histoire, ce à quoi la majorité du PS n’est pas prête ».

De l’autre côté, « la gauche de contestation et de transformation sociale » a été dominée de 1930 à 1980 par les communistes, qui n’ont jamais su trouvé les conditions d’une relance, d’une réelle rénovation. Donc la gauche d’alternatives est aujourd’hui devant une contradiction : vouloir rester à la marge et servir au mieux d’aiguillon en gardant une pureté idéologique, et avoir vocation à devenir majoritaire pour occuper une place centrale.

Place aux nouvelles générations ?

Selon lui, s’il est possible de revenir à des notions fondammentales de gauche, cela n’est pas suffisant. Sarkozy n’a pas seulement réalisé un « retour à », il s’ancre dans des valeurs traditionnelles, mais en les renouvelant complétement. A gauche, depuis 25 ans, on est resté soit dans « une logique du renoncement », soit dans « une logique de la conservation », en reprenant par exemple les mots et symboles d’une gauche liée à une société industrielle en expansion, où la classe ouvrière était alors en pleine croissance. La gauche doit au contraire amener « une critique ancrée dans la réalité et capable à un moment de changer la donne », permettant de « passer d’un pôle d’adaptation actuellement majoritaire à un pôle de transformation sociale ». Il faut également trouver des formes de relations nouvelles entre les partis politiques et le mouvement social comme le mouvement ouvrier avait su en tisser. Il pointe également le fait que « la gauche dans son ensemble, comme la gauche de la gauche, est encore dominée par les héritiers de 68 », et s’ils ont « encore un rôle à jouer », « le temps est venu de permettre aux nouvelles générations culturelles, pratiques, politiques, d’accéder à des responsabilités et jouer le rôle dominant dans le travail de construction ». C’est selon lui « la clef du succés » !

Quelques livres récents de Roger Martelli :

Faut-il défendre la nation’ , La Dispute, 1998

Pour une nouvelle fondation , Syllepse, 1999

Le Communisme autrement , Syllepse, 1998

Le communisme au futur , La dispute, octobre 2002

Le Communisme est un bon parti. Dites-lui oui ! Éditions La Dispute, 2003

Le communisme , Milan Eds, janvier 2005

1956 communiste, le glas d’une espérance , La dispute, octobre 2006

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?