Accueil > Culture | Par Thomas Bauder | 20 juin 2012

Tous ensemble, tous ensemble…

Où l’on comprend que même les super-héros
impérialistes en spandex peuvent être raccords avec
Georges M. lorsqu’il énonçait il y a près de 40 ans que
« l’union est un combat ».

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il s’agit d’abord de reconnaître la part de plaisir, tout autant
que de honte bue, à entrer dans une salle de cinéma pour y
visionner un film comme Avengers. Soit Iron Man, Captain
America, Hulk, La Veuve Noire, The Hawk, Thor et Nick Fury,
réunis à l’écran pour résister à l’invasion de ceux qui menacent
notre planète Terre, comme on pense se sauver de la famine
en ingurgitant un hamburger constitué de deux tranches
de steak haché, de cornichons mous, de salade industrielle,
d’une tranche de fromage fondu, ainsi que d’une sauce secrète…
Ceci pour dire que ce film est d’abord proprement
indigeste.

Et pourtant, dans cet océan de mauvais goût visuel, on ne
peut s’empêcher d’éprouver une joie trouble à percevoir,
par-delà la propagande bouffonne du propos, une morale
politique surgissant des tréfonds de cet objet cinématographique
« mainstream ». Il suffit pour cela de transposer les
codes du film pour s’apercevoir que Avengers, après tout,
pourrait même participer, quoi qu’imparfaitement, au débat
central de la « convergence des luttes ».

Il paraît ainsi assez évident d’identifier, chez nous, Loki, demi-
dieu jaloux et revanchard prêt à asservir la Terre et ses
habitants avec l’aide de monstres galactiques, équivalents
grand écran des bêtes immondes qui nous pourrissent déjà
la vie. De l’autre côté du manche, la bande des Vengeurs a
d’abord du mal à se constituer, malgré l’intervention logistique
impressionnante du Shield. C’est que, de ce côté-ci de
la liberté, chacun défend son indépendance et son pré carré.
Quant à l’organisation sus-citée, elle est à la fois indispensable
à chacun des protagonistes et critiquée pour son rôle
hégémonique et ses objectifs cachés. Vous pigez ?

La clé du succès viendra de Hulk,
personnage ambivalent et d’abord
repoussoir de toute la bande.
Même si, là encore, comparaison
n’est pas raison, Hulk, timide en privé,
terrible en public, sera celui via
lequel viendront finalement s’agréger
les super-pouvoirs de chacun
des héros latexés. Certes, Hulk
n’est pas rouge mais vert, nonobstant,
comme nous tous, mais particulièrement
celui-là, Hulk possède
une force qui tient en peu de mots :
il est toujours en colère !

Portfolio

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?