Accueil > Société | Chronique par Rémi Douat | 8 février 2011

Tu seras un consommateur, mon fils

Les magazines spécialisés autour de la naissance et de l’enfant
négligent le père, mais n’oublient pas de culpabiliser les mères qui
ne suivent pas les dernières tendances marketing.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La presse magazine a une capacité
à se spécialiser tout à fait étonnante.
Il s’agit d’un commerce et
dans ce business, on appelle ça
des niches. Les passionnés de
camping-cars ont ainsi une demi-douzaine de
titres à leur disposition qui leur parlent chaque
mois de cette passion dévorante. La presse
magazine se spécialise aussi dans les événements
de la vie, comme par exemple Forever,
pour un mariage réussi, qui a lui aussi pléthore
de concurrents !

De même, autour de la naissance et de la grossesse,
les magazines explosent. Et bien qu’a
priori la chose se fasse le plus souvent à deux,
l’homme ne semble pas être la cible privilégiée.
Le futur père entre ainsi dans Neuf mois, Maman
 ! ou Enfants magazine comme par effraction.
D’abord, un épais plastique le sépare de
la lecture, il y met les dents, les ongles et de
l’ardeur. Il appartient à cette génération qui se
veut au-dessus de tout soupçon. Il fera de l’haptonomie,
posera des questions à l’échographie,
aura un avis sur les poussettes, se lèvera la
nuit, changera le gosse, acceptera de rentrer à
16 h 30 du boulot… Bref, il prendra sa part, de
joies comme de galères. Il va donc les dévorer
ces jolis magazines couleur layette. Déjà, le plastique
craque et on aperçoit la titraille de Une :
« Make Up, formes… Après bébé, je reste sexy »,
« Découvrez comment le cordon vous relie à
bébé », « Votre check-list pour la maternité »...
« Qu’est ce que je fous là ? » s’écrie le futur père
aussi désemparé que la dernière fois qu’il s’est
trompé de toilettes sur une aire d’autoroute et
a dû subir le regard désapprobateur de congénères
féminines.

Papa est hors cadre

On feuillette avec attention le numéro de févriermars
du bien nommé Maman ! sans trouver la
moindre trace de son mec, à la maman. Des
érythèmes fessiers aux drôles de peurs des toutpetits
en passant par les otites, l’iconographie
met en scène « maman » et « bébé », selon la
formule consacrée. Papa est hors cadre. Alors
on plonge dans le texte. « Trois besoins essentiels
à combler avant 6 ans », titre le dossier. Et
attention, c’est du sérieux, l’article en question
a été contrôlé par une psychanalyste. Amis mâles, réjouissez-vous. Si vous comptiez partir en vacances quelques années au lendemain de
l’heureux événement, faites-vous plaisir. A croire
le magazine, votre emploi du temps sera bien
dégagé pour les six années qui suivent la naissance
du pitchoun. L’autonomie, par exemple,
c’est important ça l’autonomie. Commentaire de
la journaliste : « A nous, mamans, d’apprendre à
le laisser se lancer tout en veillant à sa sécurité.
 »
Tandis que les mâles poilus iront à la chasse
pour assurer la survie du foyer ?

Tant pis. Le père – dont la présence n’est que
tolérée dans les dossiers « Comment sauver son
couple après bébé » ou « Comment rester unis
après l’annonce d’un handicap » – se passera de
lecture de magazines périnataux.
Au moins échappera-t-il à l’avalanche
publicitaire à laquelle il
se serait exposé. Car avant tout,
cette presse spécialisée est un
grand supermarché.

Etre un bon parent, c’est être un
bon consommateur. Et la sanction peut vite tomber
 ! Quoi ? Madame n’accompagne pas son
régime grossesse de comprimés de minéraux à
13,50 euros la cure d’un mois’ Comment donc,
mère indigne, et tes vitamines à 15 euros’ Heureusement,
le mensuel Neuf mois veille au grain
dans son dossier « Ma valise idéale pour la maternité
 ». D’abord, sachez que la valise pour le
grand jour se prépare « trois mois à l’avance » !
Fringues, appareil photo, sèche-cheveux pliant,
soutien-gorge d’allaitement (une bonne mère
allaite, bien sûr) mais aussi du maquillage.
« Très important pour recevoir les visiteurs et
être au top sur les photos souvenirs »
, précise
le magazine.

Joujous pour adultes

Le gamin n’est guère épargné. Allez-vous priver
votre enfant plus longtemps de la veilleuse
berceuse pingouin à 39,95 euros’ Enfants
magazine, en partenariat avec une grande enseigne
de jouets, recommande le Smartphone
pour gnome de 24 mois, « pour bien grandir ».
Deux pages plus loin, la publication
se réjouit de sa nouvelle
rubrique « 100 familles ont testé
 ». Des produits sont envoyés
aux « lectrices » (toujours pas
de bonhomme à l’horizon) qui
testent et donnent leur appréciation.
Et, devinez quoi, c’est comme à l’Ecole
des fans au moment de la remise des cadeaux,
« tout le monde a gagné ». Les mamans comblées
rivalisent d’adjectifs pour qualifier les joujous
pour adultes culpabilisés, du Robot multiquick
à la solution micellaire et nourrissante en
passant par le siège auto-transformer...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur le même thème

19 septembre 2012
Par Nicolas Kssis

Session de rattrapage

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?