Accueil > Société | Par Jean-Claude Oliva | 1er septembre 1999

Un manque pour la recherche française

Entretien avec Jean Daillant

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Claude Allègre a décidé de cofinancer un synchrotron en Grande-Bretagne (Diamond) et d’abandonner le projet Soleil. Ce qui provoque un vif émoi parmi les scientifiques.

Quels seraient les conséquences pour les chercheurs français de l’abandon du projet Soleil ?

Jean Daillant : Un manque à la fois quantitatif et qualitatif en expériences utilisant le rayonnement synchrotron. Quantitatif parce que Soleil était étudié pour les besoins français alors que les investissements annoncés permettent d’espérer au plus un tiers de Diamond. Qualitatif parce que le domaine des très basses énergies ne sera pas couvert et que certaines expériences ne seront pas possibles (concernant le retraitement des déchets nucléaires, par exemple, nécessitant une "ligne chaude").

Cela aurait-il forcément des conséquences néfastes sur le potentiel scientifique en France et plus généralement sur la recherche ?

Jean Daillant : Je ne citerai que les trois conséquences qui me paraissent les plus néfastes. Un centre de rayonnement synchrotron national est un lieu de rencontres entre chercheurs (environ 2000 utilisateurs au LURE) et un outil commun au service des laboratoires ; cela ne sera plus possible. L’abandon des compétences nationales dans le domaine du rayonnement synchrotron ne permettra plus de collaborations internationales équilibrées. Qu’adviendra-t-il de projets ambitieux, type génopôle d’Evry, si les outils ne sont plus là ?

Ne peut-on imaginer que ces crédits soient mieux utilisés dans d’autres projets scientifiques ?

Jean Daillant : Il est très difficile de répondre, mais je vous rappelle que :

* Directeur-adjoint du LURE à Orsay.

1. Les chiffrages sérieux montrent que la participation à Diamond avec la prolongation nécessaire du LURE dans ce cas ne coûtera pas moins cher à la France2. Ce rôle de laboratoire commun au service des autres en fait un formidable outil dans des domaines très variés (physique, biologie, chimie, sciences de la terre, industrie...) n

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Du même auteur

1er juillet 2000
Par Jean-Claude Oliva

L’empire du temps

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?