Accueil | Par Pierre Jacquemain | 31 janvier 2013

Florange : vers une coordination européenne des luttes

Les métallos en appellent à un mouvement social d’ampleur.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Seul le gouvernement n’y croit pas. Ou plus. Pourtant, les salariés de Florange, veulent encore y croire. « La balle est dans le camp de l’Etat, il reste une solution possible, celle de la reprise du site par Bernard Serin » tempête Jacques Minet, représentant CFDT. Bernard Serin, ce « patriote qui s’est engagé avec ses fonds propres » d’après Arnaud Montebourg est un aciériste, un industriel connu et reconnu. A Matignon, on goutte peu à cette option. Il est jugé peu crédible. Du côté du gouvernement – les salariés de Florange ont été reçus par le conseiller « RH » de François Hollande – comme du côté du Parti socialiste – ils ont été reçus par Harlem Désir « et sa ribambelle de collaborateurs qui ne connaissent pas le dossier » – même son de cloche : tout le monde s’en remet à l’accord signé le 30 novembre dernier entre le gouvernement et Arcelor. Cet accord « a été négocié et signé sans nous » dénonce le syndicaliste CFDT avant de conclure : « dans ce beau pays qu’est la France, les socialistes ont renoncé, c’est désormais le Medef qui dirige ».

Forts d’une pétition de plusieurs dizaines de milliers de signatures, les salariés de Florange sont à bout. Ils disent avoir été trahis. A plusieurs reprises. Ils sont déçus du gouvernement même s’ils croient en la sincérité du ministre du redressement productif : « nous n’avons plus aucun contact avec lui » avoue Jacques Minet tout en poursuivant : « les décisions nous concernant se prennent à un niveau beaucoup plus haut ». Si rien n’est perdu pour les salariés de Florange, ils ont « un peu de mal à se projeter ». Même « les sénateurs et les députés du coin nous lâchent, ils font marche arrière », avoue Jacques Minet. Pas facile de mobiliser les troupes dans ces conditions. Cela dit, les salariés de Florange réfléchissent à de nouvelles actions. Car pour la plupart, une nationalisation temporaire de Florange est encore possible. Quant à la négociation avec Arcelor autour d’un projet de plan social (cf. accord Matignon/Arcelor du 30/11/12), il n’en est pas question. Pour Minet : « il n’y aura pas de discussion avec Arcelor tant que le dossier industriel ne sera pas fermé ».

A Liège en Belgique, au cœur de l’Europe, un site similaire à celui de Florange – pour lequel un bel avenir était pourtant promis, va fermer : ArcelorMittal devrait supprimer 1 300 emplois. Pour Edouard Martin, le métallo-leader de la CFDT, cette nouvelle décision résonne comme un aveu : « comment peut-on encore faire confiance à Mittal ? Il s’est engagé de la même manière auprès du gouvernement wallon qu’auprès du gouvernement français » s’est-il ainsi exprimé sur France 3 Loraine. ArcelorMittal s’était engagé à créer un pôle d’excellence du laminage à froid en contre partie de la fermeture des hauts fourneaux. Il n’en sera vraisemblablement rien. Les 2/3 des effectifs vont sauter. Partout en Europe, en Espagne, au Portugal ou en Italie, le scénario se répète. L’Europe : c’est peut peut-être « la » solution pour Jacques Minet : « les luttes pour le maintien des emplois, pour la sauvegarde de nos industries sont nombreuses en Europe, il faut une coordination ». Des contacts commencent à être pris entre les différents sites européens menacés. Des mobilisations de rue, des manifestations à l’échelle de l’Europe, pour un mouvement européen, unitaire, pourrait ainsi voir le jour. C’est en tout cas ce à quoi s’attèlent désormais les salariés de Florange.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?