Accueil | Par Jérôme Saliou | 18 avril 2013

La Nuit

de Michèle Bernstein

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Etonnant ce petit roman de Michèle Bernstein. Tant par sa construction que par la position dans laquelle il met le lecteur. Publié initialement en 1961, le roman narre l’histoire d’un couple « libre » se remettant en jeu dans une double inconstance. Les liaisons sont dangereuses mais on n’est pas chez Laclos et aucune chute moralisatrice n’est à attendre. Tout baigne dans une stratégie de l’indifférence qui n’a comme but que le renforcement du couple initial. Ce qui est surtout étonnant, c’est le style, la structure mise en place. Des descriptions longues et alambiquées à la Robbe-Grillet, des récits entremêlés au changement de temps constants, un narrateur non omniscient… C’est tellement outrageusement Nouveau Roman que le doute s’installe. Ne serait-on pas dans la parodie. Car, en fait, c’est précisément ce que l’on cherche. Michèle Bernstein était la compagne de Guy Debord durant les années 1950 et 1960. Elle participe activement à l’élaboration de l’Internationale Situationniste qui utilisait fréquemment le détournement. Nous voilà donc, lecteurs de 2013, à lire le texte en y cherchant les termes clefs situs. Et il y en a des références au potlatch, au spectacle, au mouvement ami COBRA (COpenhague-BRuxelles-Amsterdam) ironiquement rebaptisé PYTHON (Paris-Yokohama-Tunis-Hambourg-Oslo-Namur). Alors on creuse. On cherche le couple Bernstein-Debord dans un grand jeu de « qui est qui ». Oh ! La femme est décrite comme l’auteure de Tous les chevaux du roi, titre du premier roman de Bernstein. Tiens, l’homme porte des pulls en laine, comme Debord. Bref, on est en pleine fétichisation spectaculaire. Dans tout ce sur quoi dégueule le mouvement situationniste. Et on se retrouve un peu comme un con, coincé en plein paradoxe. Enfin, ni plus ni moins que l’ensemble des spectateurs de l’exposition Debord à la BNF. Juste pareil.

La Nuit de Michèle Bernstein, éditions Allia, 160 pages, 9,20 euros.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Du même auteur

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?