Accueil | Par Nicolas Kssis | 8 octobre 2013

Mulatu Astatke « Sketches of Ethiopia » (Jazz village)

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La musique éthiopienne a connu un regain d’intérêt ces dernières années grace aux rééditions de la série « éthiopiques » sélectionnées avec soin par Francis Falceto - qui ressuscitait l’effervescence groovy d’Addis Abeba d’avant la dictature léniniste de Mengistu. Parmi tous ces volumes, semblait survoler un nom, tapis dans l’ombre, Mulatu Astatke. Si l’artiste n’est connu que d’une petite troupe d’aficionados de jazz (ce bourlingueur a vécu à Londres et aux États-Unis où il a joué avec Duke Ellington, il a même enseigné au MIT) ou de « world music » , vous avez sûrement déjà entendu ses compositions, par exemple dans la bande originale de Broken Flowers, de Jim Jarmush. Après avoir collaboré avec la jeune garde des Heliocentrics, collectif londonien qui ouvrait son œuvre sur des productions et des sonorités plus modernes, il revient avec ce nouveau disque à des compositions plus classiques et fidèles à ses débuts. On y retrouve la patte singulière de ce maître du vibraphone qui sut distiller les influences de son pays dans des titres empreints de soul universelle et d’effluves latines élégiaques. En concert le 10 octobre, au Trianon, à Paris.

www.ethiojazz.com

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?