Accueil > N° 22-23 - Juillet-Août 2012 | Par King Martov | 24 juillet 2012

Jamaïque, 1976

Adrian Boot et Michael Thomas

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le rêve de « socialisme
démocratique » de Michael
Manley est en train de sombrer,
gangrené par la gangstérisation
du politique qui voit les bandes
armées se partager Kingston en
territoires hostiles. Bob Marley
est en train de faire connaître le
reggae, mais il est incapable de
guérir sa patrie de la violence qui
la ronge. La misère grandissante
fournit à chaque camp des
hordes de « gunmen » (hommes
de mains) qui font couler le sang.
Les sound system ne raisonnent
plus de l’optimisme du ska ni du
romantisme du rocksteady. C’est
un peu tout cela que ce court
texte, d’une plume argotique
et canaille, décrit en faisant se
culbuter rasta et Fidel Castro,
CIA et Red Stripe.

Babylon on a thin wire, d’Adrian
Boot et Michael Thomas, éd. Allia,
96p., 6,20 €.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?