Accueil > N°21 - Mai 2012 | Par Mathieu Dejean | 25 mai 2012

Violence politique

Anne-Marie Duranton-Crabol

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

L’historienne Anne-Marie Duranton-
Crabol nous plonge au coeur
des années 1960 qui ont vu
l’apogée d’un cycle de violence
politique
. Le plasticage est alors
la sinistre marque de fabrique
de l’Organisation armée secrète
(OAS). Ses activistes multiplient
les attentats en métropole, préférant
mettre l’Algérie à feu et à sang
plutôt que de la céder aux indépendantistes.
Dans cette escalade
de violence, l’État n’est pas
en reste : Algériens, antifascistes
comme pieds-noirs font les frais
de la répression. À l’issue de la
crise, un abîme sépare la gauche
militante du régime gaulliste, tandis
qu’à l’extrême droite, la « nostalgérie
 » plane sur les cendres
encore chaudes de l’OAS.

L’OAS. La peur et la violence

d’Anne-Marie Duranton-Crabol

éd. André Versaille, 191p., 19,90 €.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?