Accueil > N°20 - Avril 2012 | Par Mathieu Dejean | 7 mai 2012

Virage à 90 °

Laurent Kestel

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Exclu du PCF en 1934, Jacques
Doriot retourne sa veste et fonde
en 1936 le Parti Populaire Français
(PPF).
Avant que l’engeance
anticommuniste ne se révèle antisémite
puis collaborationniste,
elle se voit déjà assigner le label
« fasciste ». Loin de naturaliser ce
coup de force idéologique, Laurent
Kestel propose de « restituer
les phénomènes de conversion
politique dans leur dimension
contextuelle et relationnelle
 ».
Ainsi «  le “fascisme” du PPF
découle en fait d’une assignation
identitaire qui a réussi
 ». Le flou
identitaire de Doriot, banni des
gauches, et sa rencontre avec des
intellectuels « non-conformistes »,
ont précipité sa mutation.

La conversion politique. Doriot,
le PPF et la question du fascisme
français

de Laurent Kestel

éd. Raisons d’agir, 233p., 20 €.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?