Accueil > La Midinale | Entretien par Pierre Jacquemain | 24 mai 2017

Gérard Filoche : « Il faut menacer d’occuper les entreprises »

Syndicaliste et socialiste très contestataire du PS, Gérard Filoche revient sur les dégâts de la loi El Khomri et sur ceux que promet la prochaine réforme du code du travail. Et il appelle encore à l’unité de la gauche.

Vos réactions (162)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (162)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Gérard Filoche, à sa maniére, a tout dit. Mais ... la France insoumise se voit mieux seule qu’accompagnée ! La tentation hégémonique de la FI, qui s’appuie sur une stratégie de la tension, peut-elle aider à la recomposition de la gauche ? Jean-Luc Mélenchon, plutôt que de travailler à un large rassemblement pour battre Emmanuel Macron, considère la bannière de la FI et le programme « l’Avenir en commun » comme les seuls outils d’un succès aux législatives.
    Après des semaines de polémiques, le dépôt des candidatures a scellé, 1e 19 mai, l’échec d’un accord entre le PCF et la France insoumise, et la France insoumise avec quasiment tout le monde ! Une division qui compromet sérieusement les chances de prolonger la dynamique de la campagne présidentielle pour les législatives.
    La FI a en effet déclaré soutenir un candidat dans quasiment chaque circonscription du pays. « Les groupes d’appui locaux ont fait remonter des viviers de binômes au comité électoral national, qui avait la charge de choisir librement des investitures », explique Bastien Lachaud, directeur de campagne des législatives pour la FI. Au final, plusieurs candidats PCF sont soutenus par la FI (dont Marie-George Buffet) dans trois circonscriptions où les députés sortants ont parrainé Jean-Luc Mélenchon. D’autres ont choisi de se soumettre à la charte insoumise. Enfin, certains accords locaux ont été trouvés très partiellement.
    Sur le plan national, ce sont surtout des duels mortifères qui se profilent. À Marseille, le PCF s’est désisté là où se présente Jean-Luc Mélenchon (ce qu’il ignore !), mais la FI se maintient face au communiste Jean-Marc Coppola qui avait appelé au désistement précédent ! Les orateurs nationaux de la FI, comme Charlotte Girard (Essonne), Alexis Corbière (Montreuil-Bagnolet), Éric Coquerel (Seine-Saint-Denis) se présentent face à des communistes. Ici et ailleurs. Ces choix à géométrie variable s’expliquent en partie par la résistance de certains militants locaux. À Gennevilliers et Vénissieux, par exemple, des Insoumis favorables à une union avec le PCF se sont plaints d’avoir été contredits par leur direction. Mais Jean-Luc Mélenchon ne démord pas de sa stratégie de tension avec le PCF, argumentant que les sept millions de voix qui se sont portées sur son nom, le 23 avril, lui « créent des responsabilités et des devoirs »... Il ne veut pas faire de « magouilles », il veut « remplacer le PS », et pourquoi pas remplacer tout le monde ... !
    Il a renvoyé la responsabilité de ces désaccords à Pierre Laurent, citant le supplément Communistes paru dans l’Humanité du 11 janvier, dans lequel il était écrit : « Pierre Laurent rappelait qu’il n’a jamais été question d’accord pour les législatives avec FI, et il n’y en aura pas. » Le secrétaire national du PCF a depuis, sans être entendu, expliqué que cette phrase avait été détournée dans un sens contraire à sa pensée et qu’il défendait un accord dans les autres pages du même supplément. Mais rien n’y fait, au point de déstabiliser une grande partie des électeurs.
    Tentation hégémonique de la FI ? Bastien Lachaud argumente que « les candidats non soutenus par Mélenchon ne peuvent se prévaloir de son soutien ». Reste une question : cette tentation hégémonique de la FI, qui s’appuie sur une stratégie de la tension, peut-elle aider à la recomposition de la gauche ? « Si la gauche continue à croire qu’une seule dynamique vaut à la place de toutes les autres, elle ne prendra pas le chemin des causes communes et prendra, j’en suis convaincu, le chemin des déceptions, du ressentiment, des aigreurs et de la défaite », s’inquiétait dans l’entre-deux-tours de la présidentielle Edwy Plenel, qui estime que « jamais la gauche n’a été aussi fragile, aussi divisée, aussi minoritaire ». C’est ce que redit de manière très claire Gérard Filoche.
    Jean-Luc Mélenchon oppose en permanence la "cohérence" à l’élargissement : Il affirme que le meilleur outil pour ce faire est son cadre, ainsi que son programme, ne convaincant que ses partisans sous le charme. Pierre Laurent, pour sa part, appelait à bâtir un rassemblement de toute la gauche opposée à Macron pour remporter les législatives.
    Bon, ne prédisons en rien le résultat des législatives, mais la partie qui était gagnable est devenue perdante, de toute évidence. Mais, attendons, et, en attendant, oublions Fi et Mélenchon.
    Mélenchon a été une chance pour la gauche, aujourd’hui, il est devenu un frein, voire un handicap.
    Les défaites font réflêchir et produisent parfois des effets bénéfiques. On verra. Dés le 19 juin, la Gauche devra se construire sans aucune exclusive. Pour cela, un cadre large existe déjà - libre, tolérant et respectueux comme un espace "laïque" - c’est le Front de Gauche.

    Patrice le Gallois Le 24 mai 2017 à 14:45
       
    • Le conformisme politicien des appareils du PS, de EELV et du PCF a fait perdre le peuple de gauche au 1er tour de la Présidentielle.

      Satisfait d’avoir accompli le sale boulot pour lequel ils sont payés, :)
      ils remettent ça pour les Législatives
      afin de faire gagner leur vrai candidat :
      Mr Macron. :)

      Ils diront évidemment,
      comme ils le font déjà,
      que les Insoumis sont responsables
      d’avoir contribué à réveiller un peuple
      que ces politichiens savaient si bien endormir,
      que ces politichiens savaient si bien mépriser et menacer. :)

      Ouvriers, employés, salariés, paysans, artisans et chômeurs,
      vous tous qui faites partie de ce que ces politichiens appellent "la France d’en bas"...
      si vous voulez vous libérer...
      Dégagez-les tous dès maintenant ! :)
      Ces gens n’ont strictement rien à faire de vos vies,
      ils ne vous considèrent en réalité
      que comme leurs esclaves.
      Dégagez les tous ! :)

      cavalierbleu Le 24 mai 2017 à 16:17
    •  
    • Le problème de la "gauche", ce n’est pas Mélenchon ou la France Insoumise, c’est sa propre définition devenue "obscure" voir "obsolète" avec le quinquennat "socialiste" qui vient de s’achever...

      J’ajouterai que ce qui a plombé la présidentielle, c’est qu’elle a été instrumentalisée afin de mener le combat pour le pouvoir à l’intérieur du PS : Hamon (et G. Filoche) tentant de forcer un ralliement improbable des "droitiers contrariés" qui contrôlaient l’appareil du parti socialiste.

      Et de fait, l’ambition de G. Filoche de construire une vaste alliance de gauche allant de M. Valls (en lui forçant la main) à P. Laurent (plutôt pour, qui en douterait) en passant par Mélenchon pour la présidentielle et les législatives nécessitait l’adoption d’un comportement totalement schizophrène résumé par l’exemple du soutien à une candidate M. El Khomri qui se présenterait contre la propre loi qu’elle avait porté et défendu corps et âme (puisqu’il aurait bien fallu négocier TOUS les soutiens) ! Car d’évidence, si cet exemple était emblématique, il y en avait bien d’autres !

      "Hamon président et Mélenchon 1er ministre", "le PS c’est 6 millions de voix et la FI 250.000 minables clics !", disait-il souvent tout en contradiction... Pourquoi vouloir d’un Mélenchon qui ne représentait finalement pour lui personne comme 1er ministre ? Je passe sur les noms d’oiseau et innombrables insultes assenées dès que la patience lui manquait face à des interlocuteurs qui lui rappelaient les positions "indéfendables" de son propre parti tout au long des 5 ans qui venaient de s’écouler.

      G. Filoche finissait par réclamer cette union au prix des programmes respectifs, réduits à quelques points de convergences, oubliant tous ceux qui fâchaient, quand bien même ils eurent revêtu un caractère primordial dans la "cohérence" initial du projet de chacun ! Car il semble que cette exigence de cohérence chère à la France Insoumise et utile pour donner des garanties aux électrices et électeurs quant à l’engagement du mouvement à agir conformément à ses paroles, ne soit pas "important" au final pour les partis politiques résignés qu’ils sont à laisser sur le bord du chemin tous ceux de leurs électeurs qui seront exclus du consensus !

      Dès lors, il s’agissait donc d’abandonner tout simplement les programmes (certes remanié plus d’une fois au PS), au mépris de tout le travail d’élaboration accompli, pour se rassembler derrière un programme au rabais écrit sur "un coin de table" par quelques uns ( car à n’en pas douter, les sympathisants auraient trouver fort à dire pour chaque élément retiré).

      Bref, invoquer la "gauche" pour demander l’union n’a aucun sens tant que les incohérences et contradictions du parti socialiste et de leurs alliés de circonstances (faut-il vraiment évoquer le parti communiste ou tout le monde aura compris ?) égayeront le paysage politique français ! Par contre, défendre le peuple-citoyen face aux intérêts d’une oligarchie-financière puissante qui tente de défaire acquis et sociaux et détruire sans vergogne la nature tant que ça lui rapporte, voilà qui parle à tous !

      Nous verrons bien ce qui fait sens en terme de combat aux yeux des électrices et des électeurs aux législatives...

      carlos Le 24 mai 2017 à 17:07
    •  
    • il continue à justifier le maintien de la candidature d’Hamon et sa campagne anti Mélenchon.
      pathétique
      ce sont ces gens lè qui ont fait perdre la France insoumise.

      dan93 Le 25 mai 2017 à 16:15
    •  
    • Sauf que la FI n’est pas un parti politique , mais un mouvement et que beaucoup de membres de ce mouvement le quitterait en cas d’accord politique avec de vieux partis discriminés dans l’opinion.

      martin Le 27 mai 2017 à 16:24
  •  
  • Mr Filoche est un membre du PS.

    Le PS est le parti qui a écrit et voté la loi El Khomri.

    Mr Filoche est un "anarcho-syndicaliste" égaré dans un parti de droite...

    qui nous explique que,
    pour avoir une politique de gauche,
    il faut voter pour un parti de droite...

    Libre à lui...
    mais libre à moi de dire qu’il est stupide.

    Il nous dit que les responsables de la division de la gauche
    ne sont pas les responsables de son parti qui ont trahi le peuple de gauche...
    mais bien les "diviseurs" de ce "petit parti" que serait la FI...

    Je lui réponds que la FI, c’est presque 20% des voix
    et le PS, à peine 6%...
    et que par conséquent, le "petit parti", c’est le PS...
    Eh oui, Mr l’oligarque anarcho-syndicaliste,
    votre parti, celui dont vous et vos amis "Frondeurs"
    ont toujours été incapables de diriger la politique...
    et qui est devenu un parti de droite malgré vous...
    est encore aujourd’hui dirigé par une caste de politichiens indignes qui se sont vendus et ont vendu votre parti au MEDEF et au CAC 40...

    Mais Mr Filoche est incapable de comprendre cela...
    et il nous appelle à voter pour le PS...
    qui n’a absolument pas changé et reste donc un vrai parti de droite qui est encore et toujours dirigé par les amis de François Hollande...
    d’ailleurs, c’est le dernier Premier Ministre de Hollande,
    et ami de Valls, qui dirige leur campagne...
    avec un mot d’ordre, toujours le même,
    "défendre le bilan de François Hollande"... :)

    Mais Mr Filoche préfère dire aux électeurs de voter pour le parti qui a créé le phénomène politico-médiatique Macron...
    comme ça, après, ils pourront aller occuper des usines...
    et se faire taper dessus par des CRS envoyés par le PS. :) :) :)

    (Ne pas oublier que Mr Cazeneuve a couvert les CRS qui ont tué Rémi Fraisse)

    Moi, je propose, que Mr Filoche et ses amis "Frondeurs d’opérettes" aillent aujourd’hui même occuper le siège du PS jusqu’à ce qu’ils aient réussi à reprendre le contrôle de "leur" parti....
    et qu’ils en fassent un parti de gauche...
    parce que, en attendant, le PS est indéniablement un parti de droite. :)

    Les diviseurs de la gauche ne sont pas ceux qui, comme la France Insoumise, disent qu’il faut rassembler le peuple de gauche sur des valeurs de gauche...

    Les diviseurs de la gauche, ce sont les politiciens comme Mr Filoche, qui disent que "pour unir la gauche, il faut prôner des alliances avec la droite"...
    ou plus précisément, que pour unir les appareils politiciens qui se sont appropriés la gauche, il faut continuer à les soumettre à des politiciens de droite...
    continuer les petits arrangements entre amis de politichiens,
    qui, de droite ou de gauche, sont avant tout des politichiens.

    D’ailleurs le terme même de "Frondeurs" indique la gravité de l’état de la classe politique française...
    Historiquement, les Frondeurs, c’était l’Aristocratie se rebellant contre le monarque absolu, Louis XIV, pour lui ravir le pouvoir.

    Le fait que les "Frondeurs" du PS aient accepté ce terme indique clairement qu’ils se prennent pour des Aristocrates...

    et que les dirigeants du PS qui leur ont donné ce nom
    se prennent pour Louis XIV. :)

    Ne comptez ni sur un monarque absolu ni sur des aristocrates
    pour représenter le peuple de gauche...
    Ces gens se considèrent comme des "Seigneurs"
    et ne représentent que le MEDEF...

    Comptez plutôt sur des gens qui font partie du peuple de gauche...
    c’est à dire pour les candidats désignés par la France Insoumise. :)

    Et nous reparlerons de Mr Filoche et des "Frondeurs"
    quand ils auront séquestré Mr Cambadelis au siège du PS... :)

    Qu’ils montrent l’exemple ! :)...
    Pour que, au moins une fois dans leur vie,
    ils aient fait quelque chose par eux-mêmes... :)

    Parce que d’habitude, c’est le peuple qui fait,
    en votant pour eux...
    et eux, derrière, ne font jamais rien. :)

    cavalierbleu Le 24 mai 2017 à 15:03
       
    • je n’ai jamais été "frondeur"
      nous sommes la gauche socialiste en continuite depuis 24 ans
      nous ne sommes comptables que de ce que nous défendons dans notre revue D&S qui parait chaque mois et qui relie ses 4000 abonnés, ses sites, ses livres, ses videos, ses meetings, ses actions,
      quant tu nous parles parles nous à nous, pas au PS, nous avons combattu Hollande des l’ANI, la loi Sapin, la loi Ayrault, la loi Macron, la loi El LKhomri, nous l’avons souvent fait de façon pionnière, en dépit des sabotages (JLM 6 Mai 20213, 1er décembre 2013) ou des absences (Macron 2015, El Khomri 2016)
      il est dur de tirer la gauche vers ’action commune de front unique, mais c’est notre ligne.

      Filoche Le 25 mai 2017 à 09:44
    •  
    • Mr Filoche,
      je suis au regret de devoir vous informer que vous êtes bipolaire.

      Je ne vous dis pas cela comme un communiste historique stalinien dans le but de vous psychiatriser...
      je vous dis cela pour que vous trouviez un médecin compréhensif qui vous aidera ç vous y retrouver et à savoir où vous habitez...
      je vous dis cela pour votre propre bien, pour votre propre santé.

      Vous me dites que vous n’êtes pas le PS...
      et, en même temps, vous êtes membre du PS...
      et vous appelez à voter pour le PS...
      admettez qu’il y a de quoi prêter à confusion. :)

      Vous êtes contre la loi El Kohmri...
      mais vous êtes membre du parti qui a promulgué et voté cette loi... :)
      c’est si éminemment paradoxal que je comprends très bien qu’il n’y ait que vous qui puisse arriver à comprendre votre "logique". :)
      Moi, franchement, je ne vous comprends pas le moins du monde...
      et je pense que vous êtes tout simplement en plein délire.

      Sincèrement, il me semble que vous avez du rater quelques épisodes dans le feuilleton de votre vie...
      c’est probablement le fait d’avoir passé tant de temps en compagnie de politiciens qui a occasionné ces dégâts psychiques chez vous...

      la contemplation quotidienne de la corruption ne laisse pas indemnes ses spectateurs, Mr Filoche.

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 12:39
  •  
  • Il est chou gérard,

    Toujours membre du PS et ayant appelé à voter micron. Un abîme de cohérence.

    T’attends quoi Gégé pour rejoindre les insoumis et faire ton méa culpa pour ton appel au vote ?

    irae Le 24 mai 2017 à 15:35
       
    • FI n’incarne aucune rigueur programmatique a nos yeux, D&S, nous défendons un programme" le social au coeur", a nos yeux infiniment plus recherché, plus expérimenté, plus performant
      Jamais nous ne "rejoindrons" FI, ce n’est pas notre truc, notre praxis, notre projet,
      Nous n’avons aucun examen à passer, aucune leçon à recevoir, rien à faire "oublier", nous sommes des socialistes (gauche socialiste D&S) fiers de l’être qui nous sommes battus pied a pied contre Hollande des l’ANI, la loi Sapin, la loi Ayrault, la loi Macron, la loi El Khomri,
      Nous ne supportons pas la grossièreté les injures, les mépris, la suffisance de FI sur les réseaux sociaux, cela nous semble relever d’un secte triomphaliste, comme on en a connu dans les années 70 avec les maoïstes,
      ça ne durera pas à cause de cela ça finira en mille morceaux - malgré ou plutôt à cause de l’autoritarisme qui y règne
      Nous sommes pour un grand parti de toute la gauche uni et pluraliste, démocratique avec droit de tendance, tout ce que n’est pas et ne sera jamais "FI"
      On est pas "peuple" on est lutte de classes,
      On n’est pas "insoumis" on est syndiqués
      On est pour l’Europe d’Hugo et de Trotski, pour une Europe sociale et démocratique, pour une Europe des peuples, pas pour une Europe des banques, donc pas pour l’UE, mais pas pour le nationalisme, ni pour le souverainisme
      Nous ne sommes pas nationalistes mais internationalistes, on chante l’internationale et pas seulement la Marseillaise
      une de vos candidates dans le Pas de Calais fait campagne "insoumise et patriote", ça on ne le fera jamais
      on préfère un ouvrier allemand qui mange du hareng qu’un patron français qui nous bouffe tout cru
      Notre mouvement est enraciné dans l’histoire du mouvement ouvrier, on n’est pas et on ne veut pas être "neufs" : sans passé pas d’avenir ! Sans bilan du stalinisme et de la social démocratie, pas de programme révolutionnaire
      La social démocratie en crise partout n’est pas morte, et l’unité de la gauche rose rouge verte est indispensable hier, et demain pour gagner
      il n’y aura jamais "d’insurrection civique" sans insurrection sociale,
      la gauche ce n’est pas seulement les estrades et les harangues, c’est d’abord et surtout un maillage de partis, de syndicats, d’associations, d’élus, qu’il faut rassembler dans les entreprises, les bureaux, les quartiers, les territoires, pour cela il faut passer des accord, tricoter des collectifs, faire la part belle au respect des différences et des convergences, tout ce que Mélenchon a refusé de faire depuis 18 mois, nous imposant la défaite la déroute, le malheur,
      Oui, on pouvait faire accord, à 80 % un texte commun entre Mélenchon et Hamon, c’était possible en le travaillant, je l’ai écris, transmis, JLM a refusé tout accord avec Hamon quand on pouvait encore gagner ensemble,
      Le désastre du 23 avril a 20 h est en majeure partie imputable à Mélenchon : c’est une tragédie qu’il a imposé au salariat, a nos frères et soeurs, à notre pays... des millions de gens non nantis non protégés vont être victimes de sa politique, de la déroute
      Je me moque du charisme, ni dieu ni césar, ni tribun, on en a tout autant..
      nous sommes contre un parti plébiscitaire vertical, centraliste bonapartiste, nous sommes je le répète pour un parti pluraliste, démocratique unitaire avec droit de tendance
      Mais malgré toutes ces différences, oui, nous proposons l’unité pour des actions, pour des campagnes, pour des élections contre les ordonnances macron ,pour défendre le droit du travail, pour nos salaires bruts et nets

      filoche Le 25 mai 2017 à 09:39
    •  
    • oui, nous sommes partie prenante des Millions de voix socialistes et nous battons pour qu’elles participent de la victoire de la gauche unie et de la révolution sociale.
      oui on a appele a voter Le pen, en nous pinçant le nez, c’est à dire sans aucune forme de caution a Macron, quiconque n’a pas fait cela se donne un faux beau role puisqu’en fait il laissait les autres le faire...
      quant aux "insoumis" comme tu dis, jamais : FI n’incarne aucune rigueur programmatique a nos yeux, D&S, nous défendons un programme" le social au coeur", a nos yeux infiniment plus recherché, plus expérimenté, plus performant
      Jamais nous ne "rejoindrons" FI, ce n’est pas notre truc, notre praxis, notre projet,
      Nous n’avons aucun examen à passer, aucune leçon à recevoir, rien à faire "oublier", nous sommes des socialistes (gauche socialiste D&S) fiers de l’être qui nous sommes battus pied a pied contre Hollande des l’ANI, la loi Sapin, la loi Ayrault, la loi Macron, la loi El Khomri,
      Nous ne supportons pas la grossièreté les injures, les mépris, la suffisance de FI sur les réseaux sociaux, cela nous semble relever d’un secte triomphaliste, comme on en a connu dans les années 70 avec les maoïstes,
      ça ne durera pas à cause de cela ça finira en mille morceaux - malgré ou plutôt à cause de l’autoritarisme qui y règne
      Nous sommes pour un grand parti de toute la gauche uni et pluraliste, démocratique avec droit de tendance, tout ce que n’est pas et ne sera jamais "FI"
      On est pas "peuple" on est lutte de classes,
      On n’est pas "insoumis" on est syndiqués
      On est pour l’Europe d’Hugo et de Trotski, pour une Europe sociale et démocratique, pour une Europe des peuples, pas pour une Europe des banques, donc pas pour l’UE, mais pas pour le nationalisme, ni pour le souverainisme
      Nous ne sommes pas nationalistes mais internationalistes, on chante l’internationale et pas seulement la Marseillaise
      une de vos candidates dans le Pas de Calais fait campagne "insoumise et patriote", ça on ne le fera jamais
      on préfère un ouvrier allemand qui mange du hareng qu’un patron français qui nous bouffe tout cru
      Notre mouvement est enraciné dans l’histoire du mouvement ouvrier, on n’est pas et on ne veut pas être "neufs" : sans passé pas d’avenir ! Sans bilan du stalinisme et de la social démocratie, pas de programme révolutionnaire
      La social démocratie en crise partout n’est pas morte, et l’unité de la gauche rose rouge verte est indispensable hier, et demain pour gagner
      il n’y aura jamais "d’insurrection civique" sans insurrection sociale,
      la gauche ce n’est pas seulement les estrades et les harangues, c’est d’abord et surtout un maillage de partis, de syndicats, d’associations, d’élus, qu’il faut rassembler dans les entreprises, les bureaux, les quartiers, les territoires, pour cela il faut passer des accord, tricoter des collectifs, faire la part belle au respect des différences et des convergences, tout ce que Mélenchon a refusé de faire depuis 18 mois, nous imposant la défaite la déroute, le malheur,
      Oui, on pouvait faire accord, à 80 % un texte commun entre Mélenchon et Hamon, c’était possible en le travaillant, je l’ai écris, transmis, JLM a refusé tout accord avec Hamon quand on pouvait encore gagner ensemble,
      Le désastre du 23 avril a 20 h est en majeure partie imputable à Mélenchon : c’est une tragédie qu’il a imposé au salariat, a nos frères et soeurs, à notre pays... des millions de gens non nantis non protégés vont être victimes de sa politique, de la déroute
      Je me moque du charisme, ni dieu ni césar, ni tribun, on en a tout autant..
      nous sommes contre un parti plébiscitaire vertical, centraliste bonapartiste, nous sommes je le répète pour un parti pluraliste, démocratique unitaire avec droit de tendance
      Mais malgré toutes ces différences, oui, nous proposons l’unité pour des actions, pour des campagnes, pour des élections contre les ordonnances macron ,pour défendre le droit du travail, pour nos salaires bruts et nets

      Filoche Le 25 mai 2017 à 09:47
    •  
    • Bravo, monsieur Filoche pour vos réponses, concrètes, qui me soulage de réécrire exactement,les mêmes choses que vous.
      Je vais vous reprendre sur un point, ou le complémenter :

      Le désastre du 23 avril a 20 h est en majeure partie imputable à Mélenchon : c’est une tragédie qu’il a imposé au salariat, a nos frères et soeurs, à notre pays... des millions de gens non nantis non protégés vont être victimes de sa politique,

      Oui, et ils le savent tous, celà fait 5 ans qu’on ecrit aux militants ... Gauche désunie = Pas de second tour pour la gauche,
      Gauche populistes (Melenchon) = Le Pen au second tour,

      Ils le savaient qu’ils ne passeraient pas au pouvoir, ils n’étaient là que pour devenir la principale force de l’opposition en chiffre, quitte à infliger 5 ans de macron aux ouvriers. Ils le savaient.

      Aucunes inquiétudes à avoir, le PS va vite revenir la principale force de gauche. Quand les gens en auront marre de Melenchon, ses prises de positions internationales pour les dictateurs, sans oublier les invectives, propos mensonger, insultes de la part de ses militants.

      Une secte, agressive.

      bdpif Le 25 mai 2017 à 13:44
  •  
  • " Le terme de gauche n’a plus aucun sens politique, sinon de brouiller toute compréhension des politiques mises en œuvre. Et comme le dit fort justement Jean Luc Mélenchon aux accusateurs de la « France Insoumise », ce sont les programmes qui comptent. Force est de constater qu’entre celui des gouvernements successifs du parti socialiste ou des gouvernements de l’UMP, les divergences sur le fond n’occupent pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. Les politiques dites de gauche et de droite divergent parfois sur la méthode, le rythme, mais nullement sur le fond. Le capital a toujours été servi au détriment du travail par les uns et par les autres, et c’est dans la continuité que les pouvoirs successifs –dits de gauche ou de droite- ont permis que le capital précisément capte plus de 10% de la valeur créée au détriment des ouvriers, des retraités, des salariés en quelques années."
    (...)
    "Les Hamonistes, les frondeurs d’hier, les Filoche et autres qui réclament donc « l’union de la gauche » demeurent dans le parti socialiste. Leur chef demeure Cambadélis, et la ligne que ce dernier dégage est donc celle qu’ils reconnaissent. "
    (...)
    " La question de la gauche d’abord :
    Elle n’est plus le point de repère à partir duquel se situer. Le point de départ n’est pas l’étiquette, mais le programme. L’union oui, mais il faut alors rompre avec les attaches qui sont contradictoires avec les intentions affichées. Le repère doit être la cohérence du programme. La démocratie, la république, la sociale, la république sociale… Et l’attitude qui en découle, le respect de la parole donnée, du mandat, du peuple, des militants."

    (...)
    "Le clivage n’est pas celui qui opposerait gauche et droite, clivage purement idéologique dans le meilleur des cas, coupé des réalités matérielles. Celui qui nous occupe concerne le peuple d’une part, l’oligarchie ou les élites d’autre part, le travail d’une part, le capital et la finance d’autre part, qu’on trouve tout autant parmi ceux qui se définissent de droite, comme ceux qui se définissent de gauche."

    Extraits de :
    (http://)la-sociale.viabloga.com/news/l-union-de-la-gauche-c-est-l-union-pour-faire-quoi-et-avec-qui

    Victor Le 24 mai 2017 à 15:37
       
    • le desastre du 23 avril à 20 ? h est essentiellement du a melenchon : L’unité en dix épisodes
      épisode 1 : ça commence le 21 janvier 2016, tous les dirigeants de la gauche sont là dans la même pièce, à Paris dans le 20°, on est quarante et on discute deux heures, pour construire une plateforme commune et une candidature commune pour la présidentielle, tout est cassé par Mélenchon qui nous dit « il n’y a pas de débat, la plate-forme c’est celle de 2012, la mienne, et il faut un candidat expérimenté, qui sache faire, il faut 9 millions, qui ait l’argent, c’est moi » cette position brutale de refus d’unité s’avérera quels que soient nos efforts ensuite, immuable.
      épisode 2 : février avril : Melenchon ira tout seul s’auto proclamer sur TF1 et refusera ensuite toute alliance, toute discussion. Il s’opposera et dénoncera activement des grandes primaires de toute la gauche, prévues par toute la gauche, et même un moment proposées à toute la gauche PCF et Vert, par le PS les 4 et 11 décembre, dans le but de parvenir à une plateforme et à un candidat commun. Il découragera le PCF, les Verts, le PS lui même de les organiser, alors qu’au départ toute la gauche (et bien au delà, Libé, etc) les voulait. L’argument était qu’Hollande les emporteraient : je disais urbi et orbi que « non », il serait perdant et perdu, et qu’il ne se présenterait pas. Et je disais aussi que si c’était Valls il serait battu, il n’y aurait rien a craindre, ce serait un candidat de gauche et non pas un candidat du quinquennat qui l’emporterait. La preuve en a été faite. Les rapports de force issus notamment de la grande mobilisation sociale anti loi El Khomri étaient favorables à ce qu’un candidat de la gauche unie l’emporte après avoir écarté Hollande et Valls. Macron n’y va pas, alors que Hollande les a accepté : si Macron y était allé il aurait été battu lui aussi, comme Valls. Probablement que Mélenchon les aurait emportées s’imposant sans conteste à gauche : seul un candidat valable de la gauche socialiste aurait pu été en concurrence avec lui.
      épisode 3 : juin – octobre : le temps passant faute de primaires, et en dépit de nos efforts et appels pour l’unité, les congrès des Verts et du PCF y renoncent (début juin), même si on en débat lors des universités d’été des verts et du PCF (où on va à trois de D&S à Angers et Lorient fin août), puis à celle de la motion B (La Rochelle, 11 septembre ou je gagne à l’applaudi maitre en proposant des primaires et l’unité) Le CN du PS renonce à ces grandes primaires de décembre le 2 octobre et les convoque les 22 et 29 janvier. En fin 2016, Melenchon enregistre des « ralliements », du PCF, de « Ensemble, » les Verts font leur propre primaire et choisissent Jadot. Tout en refusant de discuter de sa campagne, en refusant tout accord, toute plateforme, tout collectif, Mélenchon accepte les ralliements en traitant fort mal les « ralliés« . Il confirme à chaque étape manifestement son choix d’une campagne plébiscitaire et non pas « unitaire ». Il refuse toute campagne collective (nous l’aurons critiqué tout au long de l’an 2016, espérant modifier ses convictions, à l’usage des faits et débats, sans être jamais entendus, et c’est ce qui causera la défaite finale sur laquelle nous ne cessons d’alerter).
      épisode 4 : octobre – janvier : quand, par défaut, des primaires plus petites du point de vue de leur périmètre sont organisées les 22 et 29 janvier par le PS « ouvertes de la gauche et des écologistes » – mais épurées par Cambadélis, j’en suis écarté alors que je pouvais les gagner), Mélenchon les raille, sort un livre de Corbières contre leur principe, publie des affiches pour les saboter et appeler ouvertement à les boycotter, Mélenchon explique à ce moment là qu’il préfère Valls ou Hollande.
      En effet sans primaires, Hollande y serait peut être « allé » et sans primaires le PS aurait désigné Valls. C’est le vote de 2,1 millions d’électeurs militants qui va en décider autrement de façon démocratique, en dépit de l’hostilité des amis de Mélenchon.
      épisode 5 : janvier : la gauche socialiste réussit pour la 1e fois depuis un siècle à battre la majorité de l’appareil du PS, après avoir réussi à ce que Hollande ne soit pas candidat, elle gagne les primaires en éliminant Valls. Hamon est le candidat élu. Un million et demi de voix, 60 % c’est sans conteste. Valls s’incline alors. Hamon (comme Montebourg), a promis d’appeler JL Mélenchon le 29 janvier et de faire avec lui un programme commun de gouvernement, et, de lui même il ajoute « j’irais à cette discussion sans faire de ma candidature un préalable ». Au lieu de se féliciter de la victoire de la gauche socialiste, de saisir la perche, Corbières la conteste, tente de la ridiculiser. Mélenchon encaisse le coup les premiers jours : il a fait campagne solitaire depuis un an, il a 250 000 supporters et 9 % des voix, Hamon a 1,2 million d’électeurs et 16 % des voix. Mélenchon accuse alors Hamon d’être resté sous tutelle de l’appareil, de ses candidats députés. Ses amis nient à Hamon l’autorité d’être de la gauche socialiste et le traitent comme s’il était comptable de la trahison du quinquennat. Ils font l’amalgame au lieu de se réjouir que la gauche socialiste ait gagné : un clivage lourd polémique et sectaire, va s’installer qui contribuera à faire perdre ensuite le 23 avril.
      Hamon met en place un organigramme de campagne où figurent peu à peu les notabilités du quinquennat sortant, il veut amadouer le parti, mais pas nous, la gauche socialiste ni D&S, qui avions combattu le quinquennat depuis le début, (congrès de Toulouse, ANI, lois Sapin, Ayrault, Macron El Khomri, ce que n’avait pas fait avec autant de force Hamon) nous pouvions contribuer à lui donner visibilité et autorité, Hamon ne nous utilise pas une seule fois en trois mois. Pourtant nous n’allons cesser d’être actifs et de prendre des initiatives, y compris en donnant notre version du revenu universel, et en incitant sur le « candidat de la feuille de paie ».Et surtout en menant le combat jour et nuit pour l’unité et éviter le désastre du 23 avril à 20 h.
      épisode 6 : Mélenchon dit qu’il ne peut y avoir accord s’il n’y a pas épuration des députés de droite du PS. Hamon refuse de « couper des têtes » à juste titre. Je fais aussitôt la proposition personnelle puis publique sur RMC, qu’il y ait un accord global, un programme de gouvernement commun, que Hamon soit président et Mélenchon premier ministre, et qu’il y ait une nouvelle convention PS pour redésigner les députés après la présidentielle. Cambadelis accepte évidemment la convention. Et Cambadelis dit « Hamon est libre de sa campagne » : ce qui est vrai. Personne ne dicte à Hamon ses choix. Hamon a été libre de sa campagne de bout en bout. Il commet l’énorme erreur de ne pas tenir sa parole et de ne pas appeler Melenchon pour le contraindre à un accord à chaud après le 29 janvier. Personne ne relaie ma proposition « Melenchon premier ministre ». Dans l’équipe autour de Hamon, certains parient que Mélenchon va baisser à 7 %, moi j’affirme qu’après un an de campagne ce ne sera pas le cas et qu’il garde les 11 % et ira au dessus, et que nul ne peut gagner sans accord, que ce soit à 15/15 ou à 17/7 ! Mais les jours s’écoulent sans que Hamon, donné par les sondages à 16 ou 17 % tandis que Mélenchon baisse à 9 %, n’engage le travail pour une candidature unique, je me bats comme un beau diable à côté de Hamon, au repas du 4 février, au comité politique du 11 février, auprès de ses amis Cherki, Hanotin, Germain, Balas, par contacts, téléphones, réunions, par lettre, par mail, puis par un « appel » puis par des pétitions unitaires, pour qu’il le fasse, sur mon blog, avec tous le réseau D&S mobilisé. Mais Hamon n’écoute pas et ne saisit pas l’opportunité, ne tient pas sa promesse faite au cours des primaires, il a totalement tort et il va perdre a cause de cela. Il signe avec Jadot seul, prétendant aborder Mélenchon avec une meilleure position.
      épisode 7 : Mélenchon écrit à Hamon une lettre que je caractérise comme « ouverte » contrairement aux apparences, et je propose à Hamon d’y répondre. J’en écris un brouillon (publié sur ce blog remontez après le 23 avril -idem pour un projet de programme commun). Hamon commet une nouvelle erreur, il aurait du y répondre. Cependant il va au Portugal, chercher l’excellent exemple du gouvernement unitaire de là-bas. Bonne intention, mais au lieu de revenir avec le bon exemple, Mélenchon depuis Paris traite pile poil le PS de « corbillard », et depuis Lisbonne, la délégation Hamon rompt à cause de cela. Maladroitement. Nouvelle erreur grave et définitive car c’est là que commencent la crise et la descente.
      épisode 8 : je cherche à renouer les liens avec JLM, j’obtiens un quitus pour le faire de façon discrète, j’écris un projet de programme commun, mais le soir du jour ou un RV est esquissé, JLM et BH vont se voir directement pendant deux heures dans un restaurant chilien du 20°. Et là ils se quittent sans accord, même si avec une « clause de revoyure » (mentionnée par JC Cambadelis en BN). Façon 5° République, ils décident à deux en tète à tète du sort de millions de gens et du pays tout entier, sans débat, sans écoute, sans expliquer. C’est foutu. Mélenchon a imposé à Hamon qui ne se bat pas, l’absence d’accord dont il ne voulait à aucun prix depuis le début. Hamon acquiesce sans combattre car lui même n’en a pas la force. Mélenchon croit passer en puissance : nous disons, nous crions : c’est impossible, ca va être le désastre.
      épisode 9 : Voyant cela, l’aile droite du PS crie « ouf » et se détache, Valls comprend que sans alliance avec Melenchon, Hamon et la gauche ont perdu. Il sait qu’il peut alors retourner sa veste sans risque et trahit donc en s’en allant chez Macron, avec les Delanoë, Le Foll, Ferrand, Castaner, Collomb, Le Drian, etc.… ils vont chez Macron quand ils comprennent qu’il n’y a pas d’accord, car, avant, la perspective d’un accord les tétanisait. Cela a un résultat immédiat, à chaque coup de poignard, Hamon commence à baisser et Mélenchon à monter dans les sondages, la courbe s’inverse. Le sabotage distillé jour après jour affaiblit encore plus Hamon qui recule derrière Melenchon. Tout cela nourrit abondamment Macron, qui, sinon, commençait à reculer. Et liquide le PS, car 160 « hollandais » qui croyaient s’allier à Macron et récupérer le PS vont exploser en vol dans le processus destructeur qu’ils ont enclenché et qui va les pulvériser.
      épisode 10 : nous savons que la progression de Mélenchon ne sera pas suffisante pour franchir l’obstacle de 3, 4 ou 5 points qui le sépare de Le Pen, Macron, Fillon. Pour cela il y faudrait l’unité. On va multiplier les efforts jour et nuit, semaine après semaine, pour arriver à un accord politique global. Nous faisons des manifs, délégations, téléphones, quatre samedi de suite, nous multiplions les appels déclarations de personnalités. Nous sommes certains que sans unité on ne peut gagner. (Il eut été possible de faire un peu comme Le Pen Dupont-Aignan en « 72h » ou en « 48 h »).
      Jamais il n’a été question de ralliement, de retrait, de désistement, de soumission de l’un à l’autre ! Pourquoi ? Parce que, pour que ça marche, il fallait un accord politique afin de permettre le transfert du maximum de voix. D’ailleurs le maximum de transfert de voix s’est produit, vers la fin Mélenchon a gagné deux ou trois millions voix socialistes qui ne voulaient pas perdre et votaient « utiles ». Mais cela n’a évidemment pas suffi et il est resté 2,4 millions de voix socialistes, qui se seraient reportées et auraient permis la victoire s’il avait été signé un accord politique global. Sans accord politique, ces voix n’ont pas été « spontanément » vers le vote utile, la dynamique a été insuffisante. La majorité de D&S n’a pas voulu faire croire ni céder à la superstition, à la magie, à la dernière chance, le désastre était théoriquement prévisible, inscrit, inévitable sans unité. Mais Melenchon a refusé et coulé toutes les « chances » jusqu’au bout puisqu’à la fin il s’est même vanté dans « le Parisien » vendredi 14 avril d’avoir eu « raison de résister à l’unité ». Il confirmait, par défi, pour lui -même et pour les autres, son impossible et folle théorie initiale du 21 janvier 2016, de passer seul au forcing, sans alliance.
      Voila le drame de cette présidentielle qui fait des deux « chefs » Jean-Luc et Benoit les deux dirigeants de gauche les plus bêtes du monde.

      S’ils s’étaient mis d’accord par un accord global le 29 janvier la gauche aurait gagne, non seulement on aurait gagne la présidentielle, mais en plus, on aurait refonde une nouvelle gauche unitaire en une circonstance historique qui lui aurait donné un caractère exceptionnel

      Filoche Le 25 mai 2017 à 09:49
    •  
    • @ Filoche
      Je note que ce n’est plus que la faute à Mélenchon ! Fallait le dire d’emblée au lieu d’entretenir le doute en clamant votre indignation face aux micros et caméras quant à responsabilité partagée de Hamon ! Vous restez bien l’homme de votre parti nonobstant vos appels à la rue (que je partage).
      "Ce que ne supportent ni les uns, ni les autres, c’est bien la référence programmatique qui interdit toutes les combinaisons à géométrie variable. Ils préfèrent l’opportunisme de circonstance, prêts à dire une chose et son contraire sans contestation possible.
      (...) Comme l’indiquait fort justement Jean Luc Mélenchon, dès lors que le programme se trouve relégué au rang des accessoires, les « candidatures d’union de la gauche », dont se font les hérauts membres du PS et du PCF, ont pour destinée naturelle la « Macronie » qui déjà en son sein rassemble LR, PS, et se prépare au soutien de ceux qui n’y sont pas encore officiellement mais qui trouveront prétexte –celui de l’extrême droite par exemple- pour faire le pas."
      Dès lors toutes les narratives auto-justificatives à charge en 10 ou n épisodes sont permises. bla-bla-bla

      Victor Le 25 mai 2017 à 10:36
  •  
  • Bonjour
    les diviseurs c’est tout les personnes qui mettent en avant leurs différents politiques , que cela soit mr Filoche ou , certains PCF ou FI, ou d’autres. Pour lutter ,se syndiquer, faire gréve...on n’a pas besoin d’une carte politique.....a la limite syndicale .
    Ce qui compte , c’est d’être uni face a un employeur, être capable de faire grève , et éventuellement de se syndiquer et peut importe le syndicat.
    Je voudrais bien savoir , dans tout ceux qui polémiques sur ces blogs, combien sont syndiqué , et dans une entreprise !?...
    Faut-il rappeler en France la faiblesse du mouvement syndicale, prés de 5 % édifiant !!!.
    Pour avoir était en entreprise et syndiqué , je me souviens de tout les arguments pour justifier de ne pas se syndiquer, lutter et faire gréve. Tout était bon !!...
    Les syndicat font trop de politique, la CGT caca , la CGT trop ouvrière, trop bleu de chauffe, la CGT ceci, la CGT cela, le gauchiste de service .. Le patronat vous baise, la CGT vous encule !!!, la CGT trop lié au PCF.....la liste et longue pour trouver mille raison de ne pas se syndiquer.
    On pouvez leur dire , bon , ben si vous voulez pas de la CGT faites votre propre syndicat , lutter, faites gréve....rien a l’horizon !.
    Pour autant , je ne fait pas la promo de la CGT ou d’un quelconque syndicat. Car se révolter, lutter , s’organiser, faire gréve, peut importe le syndicat.Peut importe la carte politique aussi, et les différences de lignes. Peut importe si on est PCF, FI, PS, NPA, LO, ou rien, le tout c’est de se retrouver ensemble.
    Pour moi, le mal est ailleurs, l’esprit de révolte, à reculer , l’individualisme a fait des dégats, le réformisme sous toute ses formes a pris le dessus, entre autres , mais il faudrait épiloguer plus longuement sur le sujet....
    je trouve donc déplorable ces polémiques, entre organisations politiques qui règles leurs compte sur, sur ce blog, ils nuisent à l’unité des travailleurs. Filoche comme les autres.

    bob Le 24 mai 2017 à 16:11
  •  
  • L’immuable G Filoche comme à son habitude fait du G Filoche , c’est l’idiot utile de Cambadellis . Comment accorder du crédit à un homme dont l’attitude incohérente saute aux yeux de tous . Il fait parti de ce que F Lordon appelle " la gauche pleurnicharde , celle dont la main gauche, ignore ce que fait sa main droite ". Faire de la pédagogie autour du code du travail c’est bien , pour un syndicaliste. Mais adhérer à un parti qui foule aux pieds , continuellement vos convictions politiques et vos prises de positions , c’est incompréhensible pour le commun des mortels . C’est du même tonneau , que soutenir un candidat à la présidentielle sans soutenir son programme, mais en faisant une campagne indépendante sur la base d’un autre programme.

    "Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse "

    GG Le 24 mai 2017 à 16:22
       
    • Si vous lisez le programme du PCF "La France en commun" (accessible sur internet) vous constaterez que le programme de FI "L’Avenir en commun" est un copié-collé du précédent à 95%. C’est facile à vérifier, à moins d’être de mauvaise foi, ce qui est courant. Il n’y a donc aucun problème sur le programme quand on est d’accord 95% ! Le problème est ailleurs et j’espère bien que vous finirez par le voir, l’entendre, et surtout le comprendre !

      Patrice le Gallois Le 24 mai 2017 à 16:45
    •  
    • Je vous renvoie P. Le Gallois à l’analyse du programme "L’avenir en commun" par "les économistes du parti communiste"... C’est pas vieux, fin d’année dernière !
      Il ne vous en faudra pas plus je pense pour vous assurer que c’est donc plutôt eux qu’il faut convaincre qu’il s’agit quasiment du même programme ! Parce qu’ils ne vont probablement pas être d’accord avec vous du tout !

      carlos Le 24 mai 2017 à 17:16
    •  
    • Adressé à GG@

      Si vous lisez le programme du PCF "La France en commun" (accessible sur internet) vous constaterez que le programme de FI "L’Avenir en commun" est un copié-collé du précédent à 95%. C’est facile à vérifier, à moins d’être de mauvaise foi, ce qui est courant. Il n’y a donc aucun problème sur le programme quand on est d’accord à 95% ! Le problème est ailleurs et j’espère bien que vous finirez par le voir, l’entendre, et surtout le comprendre !

      Patrice le Gallois Le 24 mai 2017 à 17:31
    •  
    • la gauche pleurnicharde dont la main gauche ignore la main droite" ? Nous à D&S avons une ligne constante opiniâtre, combative depuis 24 ans, nos deux mains frappent dans le meme sens pour unir la gauche contre le Medef, le CAC 40, nous ne sommes comptables que de notre combat, pas de la direction du PS. Partout ou on peut défendre de bonnes idées a gauche on se doit de le faire. Par contre hélas, il y en a qui agissent a l’écart de l’essentiel et qui sont pas de mains pas de syndicat, pas de partis, pas d’action commune... et qui donnent des leçons !

      Filoche Le 25 mai 2017 à 10:31
    •  
    • @P. Le Gallois - Vous faites la sourde oreille ? voici un lien vers la note de synthèse du PCF sur le programme de la France Insoumise qui d’après vous est si proche de celui du parti communiste :

      (http://) quimper.pcf.fr/93865

      carlos Le 26 mai 2017 à 14:54
    •  
    • Carlos@

      Je sais fais pas la sourde oreille ! Vous vous manifestez caché sous un pseudo comme tous les lâches et en plus vous êtes un idiot ! Je n’ai pas de temps à perdre !

      Patrice le Gallois Le 26 mai 2017 à 15:03
    •  
    • @P. Le Gallois - c’est une blague ? Mon prénom ne suffit pas à rendre mes propos ou les sources que je cite crédibles ?
      Vous avez raison, ne perdez pas votr temps avec moi...

      carlos Le 27 mai 2017 à 22:33
    •  
    • Carlos@

      Désolé Carlos ! Je ne t’avais pas reconnu ! Mais je pensais que tu avais été condamné à perpétuité ! Quand es-tu sorti de prison ? ... Et toujours insoumis ! super ! on ne se refait pas ! Bien à toi. A te lire...

      Patrice le Gallois Le 28 mai 2017 à 20:29
    •  
    • @P Le Gallois - en plus d’être insultant, vous m’avez convaincu que vous en tenez une bonne couche... Je ne vous en tiendrais donc pas rigueur si vous passez votre chemin et vous occupez de répondre à d’autres. Une erreur suffit.

      Carlos Le 28 mai 2017 à 21:39
    •  
    • Carlos@

      Vous n’avez aucun humour ! c’est ce qui est fréquent chez les insoumis ... Bref, remarquez, contrairement à ce que vous dites, que je ne vous ai jamais sollicité. C’est vous qui m’avez interpellé. Et toujours avec cette pointe de provocation permanente qui ne mène nulle part, vous le savez bien. Mais, je vous trouve très sympathique et suis sûr que nous pourrions très bien nous entendre . Fraternellement. Patrice.

      Patrice le Gallois Le 28 mai 2017 à 23:20
  •  
  • Tiens, revoilà Gérard Filoche..
    Il est vraiment curieux celui là, un inspecteur du travail combatif, syndicaliste, marxisant, intelligent et charismatique...

    Mais pourquoi nous prend il autant pour des cons ?

    La loi El Khomri ils nous l’ont mise grave cher Mr Gérard filoche !
    Au printemps 2016 , vos collègues socialistes ont fait ce que la droite sarko n’avait pas osé tenter.
    Comment peut on être satisfait du mouvement social contre la loi macron/el khomri ?
    Si c’est une blague, c’est le genre de blague qui doit bien faire rire le patronat alors.

    A chaque manifestation on s’est fait nasser, gazer, tabasser.. même pendant la marche du 1er mai 2016 à Nation je n’avais jamais vu autant de personnes âgées en panique qui se vomissaient dessus, les flics avaient open bar et se comportaient comme des vrais porcs !
    Vals et hollande ont gagné à coup de matraque et de 49.3 :
    Ils nous ont défoncé ! BASTA !!
    Le reste c’est du pipeau, de la posture de vieux dandy gauchiste, parce ces manifs ce n’était qu’un aperçu de ce qu’on va manger !

    Il est incroyable ce filoche, et le disque est définitivement rayé, il est en boucle et répètera encore dans 25 ans que le PS est le plus grand parti ouvrier de France et que tous ceux qui le contestent, Melenchon en tête, sont des larbins de la droite…

    Après tout le travail de fond qu’a réussi à mener la FI, tout ce courage et cette énergie pour remotiver des gens qui en ont tellement marre des politicards, on doit cracher sur Méluche parce que 20 % c’est nul ?
    Et hamon n’était pas là pour gratter des points à la FI et décorer la vitrine de la boutique PS par hasard ?

    19 % ça ne suffit pas, non c’est clair ! Mais franchement, quel mouvement aurait pu faire mieux avec TOUTE la puissance des grands médias de gauche comme de droite qui vous pourrit du soir au matin ?

    Et donc revoilà le professeur filoche qui la ramène encore.. qu’est ce qu’on rigolerait si on était dans un film, sur scène dans une pièce satirique mais en vrai.. ce n’est pas drôle du tout.

    Arouna Le 24 mai 2017 à 17:10
       
    • Pas mieux. Bravo. Merci. Tout est dit.
      A ce stade je ne suis pas loin de penser que le filoche est une torpille des dominants.

      Irae Le 24 mai 2017 à 19:10
    •  
    • la loi el khomri nous avons été les premiers à l’analyser, la décortiquer, la dénoncer la combattre, sans nous vanter mieux que beaucoup d’autres à gauche, 160 meetings dans 70 départements, 1000 articles, un livre, 100 videos, 200 medias, tous nos sites, des lettres hebdo, une revue mensuelle, toutes les manifs, l’unit, le collectif, quel est votre problème a ce sujet ? nous avons contraint Hollande a ne pas se représenter et nous avons battu Valls alors que vous n’y croyiiez pas ! nous, c’est la gauche socialiste, D&S, quand allez vous arrêter de faire l’amalgame avec la direction du PS que nous avons combattu pied a pied ?

      Filoche Le 25 mai 2017 à 11:46
    •  
    • 4 hypothèses :

      1 - François hollande, Mr vals et toute la bande de solfé n’attendaient que cette élection pour aller se mettre au chaud du coté d’en marche, l’occasion était à saisir pour les VIP du PS, ça faisait tellement longtemps qu’ils voulaient un parti démocrate version frenchy.

      2 - Les classes dirigeantes en ont marre de l’alternance, car même avec le concours de la fille lepen elles ont pris acte du fait que les sans-dents rechignent de plus en plus à jouer le jeu et mettre le bon bulletin dans la boite à président. Elles gardent l’extrème droite au chaud, c’est toujours efficace quand la populace tente de mettre en place un vrai partage des richesses mais on en est pas encore là.
      le concept d’extrème-centre est plus sympa quand même !! dans le style CDU/SPD. Manifestement, elles ont fait comprendre aux dirigeants de gauche et droite que ça se passerait comme ça pour cette fois ci.

      3 - François hollande et Mr vals ont tellement été tourmenté par la justesse de la critique de Gérard Filoche et D&S qu’ils ont été se couvrir la tête de cendres et abjurer leur hérésie droitiste.
      le grand parti socialiste est rentré à la maison, il va défendre contre tous les ennemis du peuple sa « ligne » anarcho-communisto-démocrate, l’horizontalité bienveillante est en force et le fourbe melanchon a été démasqué ! il pourra toujours tenter une nouvelle carrière au Venézuéla.

      4 - Après 30 ans ; toutes ces grèves, ces manifs avec les retenues sur salaire, et le summum avec la loi el khomri 2016 quel résultat ? Que dalle ! Ils accélèrent les "réformes" et on encaisse…
      Melenchon et La FI que je soutiens depuis le prado 2012 ont réussi à remotiver des potes et des copines qui étaient devenues cyniques et pleines de haine pour tous ces politicard de cauchemars. Ce mouvement, c’est peut être pas le grand parti d’Ambroise Croizat mais ça a redonné l’envie de se battre à des gens qui n’en ont plus rien à branler de la gauche et de la droite, et contrairement à ce que disent les tartuffes de gauche, ce ne sont pas tous des fachos ou des abrutis ceux qui ne votaient plus, loin de là !
      Ils veulent une vie meilleure, dans un monde en paix, eux aussi !
      et la FI a fait partir un truc dont on aura pas à rougir Mr filoche, jamais !

      Arouna Le 25 mai 2017 à 20:30
    •  
    • @Arouna

      Les résulats de votre FI sont simples/
      Un second tour Lepen / Macron

      Vous n’avez strictement servi à rien de positif a gauche.

      bdpif Le 26 mai 2017 à 00:57
    •  
    • Salut Dupif !
      on se verra à la fête de la Courneuve, au stand de l’andouille de St Amant Roche Savine. Ah ah ah !!

      Arouna Le 26 mai 2017 à 01:07
  •  
  • Bonjour
    Filoche le dit lui mêmes , c’ est Hollande , mais la gauche aussi qui a trahis les travailleurs !...alors pourquoi recommencer avec cette gauche là ?!. cela n’a pas changer depuis 1981 et mêmes avant.
    Beaucoup de gens pense que mettre la "gauche" au pouvoir anesthésie les luttes, car les travailleurs compte sur leur dirigeants de "gauche" pour satisfaire leurs revendications...sans lutter, que cela tombe dans haut sans lutter. Les directions syndicale vont dans ce sens , surtout ne pas gèner leur gouvernement de "gauche". Donc a chaque fois ils sont déçue, la gauche fait l’inverse.

    bob Le 24 mai 2017 à 17:31
       
    • Fort bien qui l’empeche de quitter ce parti de vendus.

      Irae Le 24 mai 2017 à 19:12
    •  
    • c’est surtout Mélenchon qui a refusé du début (21 janvier 2016) a la fin (18 avril 2017), tout accord politique global à gauche et a donc fait perdre toute la gauche le 23 avril de façon désastreuse, il était impossible de gagner sans unité on le savait tous depuis le début ! mais Hamon a aussi une grande part de responsabilité, tous deux sont les deux dirigeants de gauche les plus bêtes du monde, s’ils s’étaient mis d’accord nous serions au pouvoir, et pas Macron.

      Oui ! le PS est mort déjà en 1958, 1968, 1969, 1983, 1993, 2002, 2007, 2012, et tu seras encore oblige de voter pour lui en 2022, ajustes un peu ta tête ton histoire, ta théorie, tu gagneras en lucidité et efficacité… comme au Portugal par exemple, ou 5 ans après Socrates ceux qui juraient que le PS était mort se sont alliés avec lui, ou comme en Allemagne ou le Spd est parti pour s’allier à gauche avec Die Linke (amis de Mélenchon) et les Grünen. Sans oublier le Labour ou Corbyn a remplace les blairistes
      6 % ou 19 % ca n’a aucune importance, ça ne sert a rien, c’est fout, c’est le dessale on a tous perdu a cause de la division fatale.

      Filoche Le 25 mai 2017 à 09:51
    •  
    • Parmi les très nombreux propos délirants de Mr Filoche,
      il y a le fait qu’il ose écrire que le PS était déjà mort en 1958... :)

      c’est quand même très impressionnant un parti qui meurt...
      avant même d’être né. :) :) :)

      Tout dans l’interview et dans les très nombreux commentaires signés de son nom
      (mais probablement co-écrit par bdpif,
      le troll officiel du PS sur ce site :))
      est de l’ordre du n’importe quoi,
      de la diarrhée verbale délirante
      n’ayant pour but que de noyer les lecteurs sous un flot de mensonges tous plus gros les uns que les autres,
      de manière à masquer l’évidence...

      Le PS est un parti corrompu jusqu’à la moelle
      dont il faut impérativement se débarrasser.

      Le plus tôt sera le mieux.

      La chose concerne également une partie de l’appareil du PCF,
      genre Chassaigne et Dartigolles,
      qui roule pour le PS pour la même raison que Mr Filoche...
      pour être payé. :)

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 14:50
  •  
  • Bonjour
    Ce n’est donc pas l’unité de la gauche,et reconstruire la gauche, et le PS (comme le veut filoche)qu’il faut faire , mais l’unité des travailleurs, a la base, qui déborde les syndicats et partis politiques de gauche. Et l’unité passe par dépasser les clivages et divisions syndicales et politiques !!.
    Il faut rappeler quand 1936 et 68, la base dans les entreprises ont débordé les appareils syndicaux et les partis. Les travailleurs sont aller plus loin que les appareils, qui ont pris le train en marche.
    Le PCF le PS et mêmes l’extrème gauche n’étaient plus dans le coup, n’on rien vue venir. idem les syndicats.

    bob Le 24 mai 2017 à 17:40
  •  
  • Et tant que nous y sommes petite mise au point.

    Des jours de salaire perdus aux défilès sous les pluies battantes mon Gégé tes occupations d’usine tu vas aller te les faire toi-même. Perso j’ai plus les moyens, fallait y penser avant le 6 mai et tes appels irresponsables au retrait de FI au profit de Hamon (M. J’ai une femme chez LVMH) et micron.

    Tu nous prends vraiment pour des crétins.

    Irae Le 24 mai 2017 à 19:23
       
    • En 55 ans de militantisme, ma premiere carte CGT remonte à 1963 j’ai quelques idées de jours de salaire perdus, et des kms sous la pluie, des dizaines de milliers de km a travers toute le france en meetings, et des dizaines de milliers de réunions, d’articles, de livres, de videos, de medias, de débats,

      Filoche Le 25 mai 2017 à 10:33
    •  
    • 55ans à militer dont 24 à D&S, des milliers de réunions et tout ça pour ça ? Faut être mégalo, maso et barge. Bonne continuation...

      René-Michel Le 31 mai 2017 à 22:39
  •  
  • G. Filoche, si contradictoire ! Hollande a tout brisé ? Mais c’est une farce ! Depuis 1983, avec le fameux tournant dit de la rigueur, s’affirme la dérive droitière du P"S". Faut-il rappeler qu’à l’issue des législatives de 1986, le FN, déjà instrumentalisé, envoyait 35 députés à l’Assemblée ? Faut-il rappeler les politiques de dérégulations tous azimuts sous Mitterrand II, sous le gouvernement Bérégovoy ? Faut-il rappeler, plus tard, le gouvernement Jospin qui privatisa plus que la droite ? Qui signa l’infâme traité d’Amsterdam ? Faut-il citer tous les noms de ce P"S" qui mirent tant le cœur à l’ouvrage de détricotage des acquis de Gauche ? Faut-il rappeler l’attitude du P"S" lors du référendum de 2005 ? J’en passe et des meilleures. Bref, G. Filoche avez-vous la mémoire hémiplégique ?

    Babeuf

    Babeuf Le 24 mai 2017 à 21:55
       
    • en 2012 la gauche avait tout, c’est bien la politique de Hollande qui a tout cassé !

      Filoche Le 25 mai 2017 à 10:41
  •  
  • Filoche est une sorte d’amuseur publique.
    Tout ce contre quoi il se bat finit par se produire.
    Beaucoup de belles paroles et un résultat inverse.
    Si Hamon et Mélenchon s’étaient mis d’accord dit-il (sous entendu si Mélenchon avait rejoint Hamon).
    Il devrait écouter Michel Onfray sur la ’’fonction’’ de Hamon : bloquer Mélenchon et ne pas gêner Macron.
    En clair de bonnes idées mais une mauvaise stratégie.

    Thomas Le 25 mai 2017 à 00:33
       
    • @G. Filoche

      Mais de quelle "gauche en 2012", parlez-vous ? Sans remonter, dans le temps, aux successives trahisons de la social-démocratie, à partir de 1983, cette "gauche" sous l’hégémonie du P "S" avait déjà renoncé à toute idée de transformation sociale. Je ne réécris pas ce que j’ai relevé précédemment. Non, Gérard Filoche, la "gauche" en 2012, n’avait pas tout car elle n’était plus, depuis belle lurette, la "gauche". Hollande n’a fait que parachever à haute dose ce qui était déjà, n’a fait que rendre visiblement ce qui était déjà essentiellement.

      Babeuf

      babeuf Le 25 mai 2017 à 12:35
    •  
    • oui la gauche avait tout en france en 2012, le salariat en attendait tout, et il avait raison, sauf qu’il fallait se batte plus tôt plus uni, plus habilement

      oui c’est la trahison hollandeValls, que la gauche socialiste D&S a combattu pied a pied qui a liquide le quinquennat sinistre

      oui pourtant on pouvait gagner s’il y avait un accord Hamon Melenchon, mais des les deux "chefs" ont refusé cette unité victorieuse et nous ont conduit au desastre

      hélas, maintenant FI promet la "cohabitation" et "melenchon premier ministre" les 11 et 18 juin on est en plein délire sectaire, la c’est la preuve absolue que vous etes hors sol

      quelle tristesse, il y aura entre 7 et 45 deputes de gauche tout compris, inclus les pro macroniens, et socialistes et PCF, EELV et .. un FI ?

      c’était prévisible des le 23 avril au soir... et avant quand on savait que la division allait provoquer cela...

      il vaudrait mieux rire les leçons que de vous entêter

      sans unité on ne gagnera jamais jamais jamais

      pas de parti plébiscitaire, centralisée, vertical,

      vive une gauche de terrain, unie, un maillage de partis de syndicats d’associations, un front populaire sur programme commun,

      zéro voix pour Macron, votez gauche unie ! 6 % ou 19 % c’est le même électorat, la meme base, et de toutes façons tout ça est perdu... la défaite du 23 avril est irrattrapable hélas encore peut on en tirer la leçon pour l’avenir

      Filoche Le 25 mai 2017 à 14:28
    •  
    • oui la gauche avait tout en france en 2012, le salariat en attendait tout, et il avait raison, sauf qu’il fallait se battre plus tôt plus uni, plus habilement

      oui c’est la trahison HollandeValls, (que la gauche socialiste D&S a combattu pied a pied) qui a liquide le quinquennat sinistre

      oui pourtant on pouvait gagner s’il y avait un accord Hamon Melenchon, mais des les deux "chefs" ont refusé cette unité victorieuse et nous ont conduit au desastre

      hélas, maintenant FI promet la "cohabitation" et "melenchon premier ministre" les 11 et 18 juin on est en plein délire sectaire, la c’est la preuve absolue que vous etes hors sol

      quelle tristesse, il y aura entre 7 et 45 deputes de gauche tout compris, inclus les pro macroniens, et socialistes et PCF, EELV et .. un FI ?

      c’était prévisible des le 23 avril au soir... et avant quand on savait que la division allait provoquer cela...

      il vaudrait mieux tirer les leçons que de vous entêter

      sans unité on ne gagnera jamais jamais jamais

      pas de parti plébiscitaire, centralisée, vertical,

      vive une gauche de terrain, unie, un maillage de partis de syndicats d’associations, un front populaire sur programme commun,

      zéro voix pour Macron, votez gauche unie ! 6 % ou 19 % c’est le même électorat, la meme base, et de toutes façons tout ça est perdu... la défaite du 23 avril est irrattrapable hélas encore peut on en tirer la leçon pour l’avenir

      Filoche Le 25 mai 2017 à 14:30
  •  
  • Occuper les entreprises et mepriser les forces politiques de la FI par exemple... Magnifique stratégie d’un siècle passé...
    M Filoche, 6% de 6% ça fait combien ?
    Visiblement ça fait toujours d’énormes certitudes...

    nello Le 25 mai 2017 à 08:27
       
    • zéro voix pour Macron, votez gauche unie ! 6 % ou 19 % c’est le même électorat, la meme base, et de toutes façons tout ça est perdu... la défaite du 23 avril est irrattrapable hélas encore peut on en tirer la leçon pour l’avenir

      sans unité de la gauche pas de victoire possible. Cessez vos amalgames infamants svp : nous avons écarté Hollande, battu Valls, Hamon appartenait à la gauche socialiste pas au PS sortant, nul ne devait se désister il devait y avoir un accord politique global, seul moyen de reporter 2,4 millions de voix, le refus de cet accord est la cause unique de la défaite, le sectarisme et la division l’ont emporté alors que nous aurions du gagner

      Filoche Le 25 mai 2017 à 09:53
    •  
    • Mr Filoche doit consulter un psychiatre de toute urgence.
      Il n’est pas possible d’aligner autant de propos délirants sans être réellement perturbé mentalement...

      Ou alors, c’est de la pure et simple corruption...

      Dans les deux cas, cela indique qu’il faut changer le mode de fonctionnement de la politique...

      Car que ce soit par "burn-out" ou par corruption,
      Mr Filoche nous donne un exemple parfait
      du fait que la profession politique produit d’énormes dégâts sur les gens qui la pratiquent.

      Allez, qu’il dégage aussi....
      avec tous ses alliés de droite ! :)

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 14:32
  •  
  • Je crois que votre idéologie vous aveugle..la gauche Tuyau de poêle que vous parez de toutes les vertus n’aurait pas dépassé 13% le 23 Avril.
    C’est le positionnement ouvert et généreux de la FI qui a permis d’élargir le socle jusqu’aux 20% inespérés. Comment cela peut il vous rester invisible...?!

    nello Le 25 mai 2017 à 10:01
       
    • quelle illusion triomphaliste est la votre ! votre idéologie vous aveugle, FI n’est ni ouverte ni genereuse, ni unitaire, ni efficace, c’est son refus d’unité qui a cause la terrible défaite du 23 avril, qui a liquide les chances de la gauche, les 19 % et les 6 % ne servent plus a rien, c’était le meme électorat, et on a tous perdu a cause de vote sectarisme, de celui de JLM comment pouvez vous ne pas voir cela ? ni dieu ni césar ni tribun, ni parti vertical, ni parti centraliste, ni parti plébiscitaire, vive les partis democratiques, unitaires, avec droit de tendance, proportionnels, vive l’unité des partis, syndicats, associations, assez de forcings et d’estrades, respect écoute, unité de toute la gauche

      Filoche Le 25 mai 2017 à 10:38
    •  
    • "nous avons écarté Hollande, battu Valls," dit Filoche. On croit rêver. Bouffonnerie :
      (http://www).bfmtv.com/mediaplayer/video/benoit-hamon-le-bilan-de-francois-hollande-n-est-pas-assez-bon-936649.html
      Rappel : Hamon = "nous" = 6,3 %

      Victor Le 25 mai 2017 à 10:49
  •  
  • A mr Filoche
    Vous ne voulez pas voir une chose
    les gens ne veulent plus entendre parler du PS, mêmes a gauche !!
    cela devrait vous poser question ?
    De simple électeur qui ne rentre pas dans les calculs des états majors, donc dire s’est la faute a Fi , ne votez pas FI....ne change rien. Ils ont voter contre le PS et ce qu’il représente !! d’abord.
    Peut être un cycle générationnel se termine, la génération qui a porter Mitterrand s’en va, et ferme la lumière.
    Une autre génération avec Mélenchon et FI et d’autres se lève, peut être avec ses illusions, comme la précédente, mais j’ai l’impression que vous êtes encore dans la génération Mitterrand.......

    bob Le 25 mai 2017 à 11:21
       
    • sauf au moins 2,4 millions de voix a Hamon et 3 millions qui on vote "utile" pour JLM mais sans le suivre... vous avez le droit de vivre dans votre secte et de croire ce que vous dites, mais le PS vous survivra
      FI durera moins que le PS, je ne sais pas si ce sera bien ou mal, mais ce sera ainsi

      Filoche Le 25 mai 2017 à 14:15
  •  
  • Filoche et les siens (rôsatres, verdâtres) portent l’entière responsabilité de l’échec du 21 avril. À 600.000 voix près, M. Le Pen n’était pas au second tour ; mais comme les médias avaient claironné le contraire, ils ont tous marché comme des moutons dans la combine anti-Mélenchon (l’homme à abattre pour les euro-Médef, évidemment). Par sottise, routine et incompétence politique, iIs ont bousillé la seule campagne qui pouvait faire gagner les classes populaires ; ils ont ignoré et vilipendé le seul programme sérieux et cohérent susceptible de renforcer les luttes et de faire prendre à la France une autre direction que celle du gouffre où nous entraîne le capitalisme néo-libéral. Leur hargne contre la FI et Mélenchon ne fait que refléter leur incompréhension des aspirations populaires, celles des millions de gens qui en ont assez de leurs combines prétendument unitaires, parce qu’elles assurent toujours la victoire des dominants. Si l’abstention a pris en France des proportions aussi dramatiques, c’est justement parce que les gens sont écoeurés par cette prétendue "union" de petits groupes d’appareil qui s’entre-flattent comme les ânes s’entre-grattent. Filoche est au PS, il est donc de toutes façons co-responsable de la politique de droite du PS, et toute son action au sein du PS se résume à une publicité mensongère pour ce parti (qu’il voulait explicitement "sauver"), et revient à tromper les électeurs sur la vraie nature de cette ligne politique qui n’est, ni sociale, ni démocrate, même si elle change de nom, et fût-elle prétendument "unitaire". En réalité, Filoche croit que sa carrière d’inspecteur du travail, même mouvementée, suffit à racheter toutes les injustices et les souffrances causées à la population par une politique de barbouilleurs qu’il a, même s’il s’en défend, cautionnée, du simple fait d’être resté dans les instances dirigeantes. Il est grand temps qu’on sorte de l’équivoque étouffante d’une gauche de droite, et que ceux qui la soutiennent en vue de gagner les bonnes places apparaissent pour ce qu’ils sont : des politiciens complètement coupés de la vraie vie.

    Autrement Le 25 mai 2017 à 12:42
  •  
  • Il suffit de lire ce que pense G. Filoche du mouvement de la France Insoumise, des sympathisants de la F.I. et de son candidat à la présidentielle, Melenchon pour comprendre que "l’unité de la gauche" telle qu’il la conçoit s’avère totalement impossible ! Comment des "sectaires imbéciles" soumis à la toute puissance d’un gourou monomaniaque pourraient ils prendre part à un grand rassemblement rose / rouge / vert et arriver à échanger sereinement ? Moi même étant sympathisant PHI, je ne suis plus aux yeux de certains que celui qui a fait "éliminer" la gauche ( laquelle ? Celle de D&S ? Celle du PS ? C’est très probablement la même d’ailleurs...) à la présidentielle ! La seule et l’unique, celle des 6% ! Car celle de Melenchon, celle des 19,5% (puisqu’il faut absolument personnaliser et désigner LE coupable fusse en 10 épisodes) n’existe pas ! Alors rentrez chez vous les ignobles insoumis immondes agents du patronnat et du FN qui pensiez avoir appris quelque chose après toutes ces années sous le joug d’un système politico-financier bien rôdé et destructeur et rêviez d’une solution démocratique ! Ceux qui n’ont de leçons à recevoir de personne sont encore là ! Quelle fatigue...

    carlos Le 25 mai 2017 à 14:13
       
    • oui, quelle fatigue, car nous défendons l’unité avec vous malgré nos désaccords avec vous, mais vous vous défendez la guerre totale au sein de la gauche et donc l’échec permanent

      Filoche Le 25 mai 2017 à 14:17
    •  
    • @G. Filoche - l’unité des gens de Bonne volonté elle s’est déjà faite ! Avec pour symptôme les 19,5% que vous méprisez ou minimisez selon les moments ! Faut il être aveugle pour ne pas voir que les gens vivent déjà l’échec permanent de la Défense de leurs intérêts par les partis politiques et ne pas hésiter à leur prédire un destin plus funeste que celui vers lequel les font tout doucement glisser ceux qui prétendaient les soutenir ? La guerre totale dites vous ? Mais je crois que les sympathisants de la FI, et plus globalement les gens, se foutent royalement de savoir quel parti politique sera majoritaire dans ce que beaucoup continue d’appeler la "gauche" et qui n’a plus aucun sens surtout après ce quinquennat ! De toute façon, l’unité se fera par la rue... et certainement pas au niveau des formations politiques ! De ce point de vue, je suis tout à fait d’accord avec vous...

      carlos Le 25 mai 2017 à 17:21
    •  
    • ... d’ailleurs c’est grâce à tout cette mobilisation autours de la loi el Kohmri que la France Insoumise a pu cristalliser la colère populaire et avancer un projet constructif pour l’avenir !

      carlos Le 25 mai 2017 à 17:54
    •  
    • @ Carlos
      Bonjour. Filoche aura été un grand syndicaliste combattant
      mais un piètre - et à présent pathétique - personnage politique que son passé politique trotskiste ouvriériste (LCR) et que son anti-stalinisme proche des discours anti-totalitaires des conservateurs de droite des années 80-90 "nouveaux philosophes" (Glücksmann, BHL, Goupil etc...) aura amené à privilégier l’entrisme dans la "sociale-démocratie-ps" où il s’est illusionné de croire pouvoir construire une alternative de gauche. IL n’y a pas si longtemps il expliquait (en tous cas à moi sur un autre site) que l’avenir de la gauche de lutte passerait par le p"s", le peuple de gauche se reconnaissant majoritairement dans cette mouvance sociale-démo. On voit à présent combien il s’est toujours trompé. Je pense que dans sa critique à l’égard de Mélenchon il y a aussi du ressentiment lié au fait que celui-ci a fait un choix de rupture et d’indépendance d’appareil dont il est incapable. Filoche n’a aucun avenir politique ; il s’accroche désespérément dans le déni de ses aberrations ("Hamon président, Mélenchon 1er ministre "- sic ) à son pédalo qui a coulé , son glorieux passé de militant syndicaliste (sans ironie de ma part) lui faisant office de bouée de sauvetage personnelle et médiatique. Il faut bien vivre...

      Victor Le 26 mai 2017 à 10:44
    •  
    • @victor - je sais bien tout ça... Mais j’avoue ressentir un sentiment d’écoeurement et de haut-le-coeur à voir G. Filoche utiliser ce ton "mielleux" ou du moins "innocent" en évoquant l’unité de la gauche dans regards après avoir pu vérifier ce qu’il pense vraiment des sympathisants de la France Insoumise dans son blog pendant la campagne présidentielle ! Il se "Cohn-benditise" en prenant tous les gens pour des cons... Et j’ai épuisé ma patience concernant ces donneurs de leçons qui n’en tirent jamais aucune de leur coté.

      carlos Le 26 mai 2017 à 14:21
    •  
    • @ Carlos, 26 mai 14:21. Pour vous dire le fond de ma pensée, je crois que Filoche, en raison de ses erreurs initiales d’analyses de situations historiques politiques (sur le stalinisme, la sociale démocratie notamment) s’est figé (et à mon avis "apparatchiké") dans la posture du militant syndicaliste-radical- frondeur utile du P"s", rôle qu’il a cru - je crois sincèrement ou naïvement - d’influence et de transformation au sein du p"s". A présent qu’il ne peut plus rien espérer de cette posture, la faillite du p"s" étant aussi la sienne pour une part, il joue les "bonzes" donneurs de leçons. Quant à son ton, il sait être très agressif, irascible et brutal (j’en sais quelque chose en tant que qu’ex-commentateur opiniâtre de certains de ses billets) comme souvent le sont les "sommités" déchues et contestées. La discussion avec ce genre de "croyants" est impossible, dès que l’on s’en prend à leurs dogmes (du genre : mais qu’est-ce que vous fichez encore au p"s" ?)

      Victor Le 26 mai 2017 à 16:27
  •  
  • a "cavalier bleu" qui "psychiatrise" mon cas, et me conseille un médecin tout en se défendant de faire comme les psy en URSS avec leurs opposants : tu fais partie de ceux qui faute de savoir discuter réfléchir, dans FI m’ont balance un tombereau d’insultes qui font honte a la gauche et allez, disons le, même a l’humanité : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité... je milite depuis 55 ans, j’en ai vu beaucoup mais rarement autant de fanatisme, depuis l’époque des maos spontex, c’est engendre non pas par un gourou, mais par une ligne politique folle qui croit qu’elle doit écraser la gauche entière, pour la changer par la force, évidemment cela n’arrivera jamais, ça nous conduit au désastre le 23 avril et ce sera le cas le 18 juin, tout cela sera remonté, corrige, avale, annulé refait par le temps, cette résurgence de stalinisme tardif et larvé sera éradiqué .. mais c’est triste quand même qu’on en soit là.

    Filoche Le 25 mai 2017 à 14:45
       
    • Je dois bien dire Mr Filoche que je comprends beaucoup mieux les gens qui vous ont affublé de tous ces noms d’oiseaux...
      que votre positionnement politique...
      qui est réellement totalement incohérent.

      Et je suis surpris que le fait que tant de gens vous aient dit la même chose...
      ne vous ait pas fait vous demander
      si vous n’étiez pas, en effet, quelque peu incohérent.

      Ne consultez aucun médecin...
      si vous ne le voulez pas...

      Il n’en demeure pas moins que votre position est si incohérente
      que je me demande très sérieusement
      si vous ne seriez pas véritablement bipolaire, Mr Filoche.

      Et sachez que je n’en ris pas,
      les gens bipolaires sont pour moi des gens en souffrance...
      je dis cela pour essayer de vous aider à prendre conscience de votre état...
      car il faudrait vous soigner.

      Toute votre biographie et le contenu de votre agenda
      ne font que confirmer le "diagnostic" exprimé à la fin de mon message...

      "La politique nuit gravement à la santé". :)

      Et c’est une des raisons pour lesquelles
      il faut faire avec "le temps de politique "
      comme avec "le temps de travail"...

      il faut le réduire afin de mieux le partager. :)

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 15:37
    •  
    • Qu’il fait bon vivre en France Insoumise.

      Un petit gout de Corée du Nord, un soupçon de venezuela,
      la vielle gauche URSS est de retour en France et en Espagne.

      Quiconque ira contre la nouvelle gauche finira comme Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski dans son pavillon des cancéreux.

      Je vous l’affirme Cavalier Bleu, et les autres,vous êtes bargeot.
      Paranoïaques et insultants. Un peu lâche aussi, derrière vos clavier.

      D’une part, tout "les témoins de Melenchon" adorait Monsieur Filoche il y a quelques mois et là, hop,ils le deteste. Il aurait rejoins Melenchon, ce serait une idole, mais non, là, il veut pas le rejoindre. Et c ’est normal. La FI fait peur, autant que le FN.
      La FI au pouvoir, ce serait un pays ruiné, et puis plein de morts dans le monde avec un petit chêque en blanc de la France à la Russie pour qu’elle fasse un peu de shopping en Syrie ou ailleurs.

      La FI n’est pas la gauche, c ’est l’extrême gauche. Bien populiste, et qui n’ira jamais au pouvoir.

      Le parti socialiste a besoin de corrections, mais il va vite revenir la principale force de Gauche, la seule. Et le PCF aussi va vite revenir.

      La FI n’était qu’un feu de paille. Un an d ’existence. Aucuns résultats dans le réel. Juste un chiffre aux elections, et une tentative de liquidation de tout les autres partis de gauche.

      Un mouvement antirépublicain, même pas foutu d’appeler à voter contre Le Pen.

      Sa stratégie ? Devenir la principale force d’opposition à gauche, sans s’allier avec personne, quitte à faire passer la droite au pouvoir, comme podemos en Espagne.

      Gruger tout ses militants, leur prendre du temps, de l’argent, des espoirs ... Et leur mettre du Macron. Sans oublier un bon salaire de député pour Melenchon et ses proches, Corbière, Girard, etc ...

      L’ouvrier, le peuple, ne sont que des éléments sacrifiables pour la FI. 5 ans de Macron pour eux, ils s’en fichent ... Des pions sur un echiquier qu’on sacrifie en première ligne pour faire juste passer le roi de l’autre coté.

      Que tout le monde se rassure, le PS et le PCF vont vite revenir à leur place : La vrai Gauche.

      bdpif Le 26 mai 2017 à 00:52
    •  
    • @bdpif- "L’ouvrier, le peuple, ne sont que des éléments sacrifiables pour la FI. 5 ans de Macron pour eux, ils s’en fichent ... Des pions sur un echiquier qu’on sacrifie en première ligne pour faire juste passer le roi de l’autre coté."

      => voyons... Ne vous rendez vous donc pas compte que ce que vous décrivez n’a rien de l’avenir avec la France Insoumise ? Mais du passé et du présent issus de la méthode appliquée par le PS et le PC jusqu’ici entrautre ? Combien de travailleurs pauvres et de chômeurs supplémentaires faudra t’il fabriquer pour briser votre aveuglement ?

      Carlos Le 26 mai 2017 à 09:49
  •  
  • cavalier bleu :
    Gérard Filoche, né le 22-12-1945 à Rouen
    Père René Filoche, 1911-1978, cheminot, menuisier SNCF
    Mère Antoinette Filoche, 1913-2000, aide-soignante
    Licence et certificat de maîtrise de philosophie, à Rouen, 1968
    Activités professionnelles multiples :
    1962 – 1982 : moniteur colonie, coursier de banque, conducteur de train, manutentionnaire-docker chauffeur-livreur, facteur, maître-auxiliaire, enseignant de philosophie, journaliste et l’un des dirigeants du quotidien « Rouge » du 15-3-1975 au 29-1-79, ouvrier du livre 1978-1979, puis
    contrôleur du travail à la formation professionnelle de 1982 à 1985

    inspecteur du travail de 1985 à aujourd’hui, d’abord en agriculture en Champagne Ardennes de 1987 à 1989, ensuite à Paris 3° arrondissement à partir de mars 1989 puis dans le 2° arrondissement d’avril 2003 à décembre 2010

    Militant politique et syndical
    à la CGT depuis 1963
    membre de l’UEC et du PCF de 1964 à 1966
    dirigeant de l’UNEF, à Rouen, de 1964 à 1969
    co-dirigeant du CVN, Comité Vietnam National
    co-dirigeant du comité de grève des étudiants de Rouen en mai 68
    co-fondateur et dirigeant des JCR à partir de 1965,
    président de l’AGER-UNEF à Rouen, 1968-1969
    co-fondateur et membre du Bureau politique de la LCR de 1969 à 1994
    co-fondateur des Comités Chili 1973-1975
    membre du secrétariat unifié de la Quatrième internationale de 1979 à 1994
    co-fondateur de SOS Racisme 1984
    membre du Parti socialiste et de son Conseil national depuis 1994
    secrétaire de section à Combs-la-Ville, en Seine et Marne, 1997-2001
    co-fondateur de Copernic en 1998
    membre de la section travail du Conseil économique et social, sept 1999-août 2001
    membre du Bureau national du Parti socialiste novembre 2000 – novembre 2005
    membre du Conseil scientifique d’Attac
    membre du Conseil national du Parti socialiste novembre 2008- novembre 21012
    membre du Bureau national du Parti socialiste novembre 2012

    Auteur ou co-auteur de
    Printemps portugais Ed. Actéon 1984
    Le socialisme est une idée neuve (collectif) Ed. D&R, 1991
    Les clairons de Maastricht avec Julien Dray, Ed. Ramsay, 1992
    Édouard Balladur et les 5 millions de chômeurs, Ed. L’Harmattan, 1993
    Pour en finir avec le chômage de masse, Ed. La Découverte, 1995
    Le travail jetable, Ed. Ramsay, 1997
    68-98, une histoire sans fin, Ed. Flammarion, 1998
    Le travail jetable, non, les 35 h, oui, Ed. Ramsay 1999
    La République sociale, textes de référence de la Gauche socialiste, Ed. l’Harmattan, collectif 1999
    Collaboration à un documentaire 52’ de Richard Bois Inspection du travail : la dernière digue Kuiv’Production, 1999 diffusé sur France 2 le 2 avril 1999
    Les 7 jours d’Attika, Ed. Ramsay, avec Harlem Désir, Julien Dray, Marie-Noëlle Lienemann, Jean-Luc Mélenchon, septembre 2000
    Bien négocier les 35 h, guide pratique (et critique) à l’usage exclusif des salariés, Ed. La Découverte, avec Sylvian Chicote 2001
    Retraites : réponse au Medef, Ed. Ramsay, avec Jean-Jacques Chavigné 2001
    Ces années-là… quand Lionel…, Ed. Ramsay, 2001
    20 ans de Chsct, étude pour le Conseil économique et social », Ed. Journal officiel, 2001
    Postface aux textes de Marx-Engels sur l’Afghanistan, Ed. des mille et une nuits, 2001
    Simon le juste Idée et collaboration à ce téléfilm avec Dan Frank et Gérard Mordillat, Kuiv’Production, 1997-2001, diffusion France 2 le mercredi 29 janvier 2003
    Carnets d’un inspecteur du travail, Ed. Ramsay, novembre 2004, réédition en poche diffusion Vilo 2005
    SOS Sécu !, Ed. Au bord de l’eau, avec Gérard Berthiot et Jean-Jacques Chavigné, 2004
    On achève bien les inspecteurs du travail… Jean-Claude Gawsewitch éditeur, février 2005
    À celle ou celui qui portera les couleurs de la gauche en 2007, Ed. Ramsay, juin 2005
    Louise, son père, ses mères, ses sœurs, son frère, participation à ce documentaire produit par Iskra diffusé sur Arte et à deux reprises sur France 3 en fév. 2005 et août 2006
    Participation à Dans le secret de l’assassinat de deux inspecteurs du travail, film de Jacques Cotta, diffusé par France 2 le 16 septembre 2005
    Co-rédacteur Pour une VI° République sociale avec, entre autres, Marc Dolez, JJ Chavigné, Eric Thouzeau, Pierre Ruscassie, avril 2006 Ed. D&S
    Contribution à Travail flexible et salariés jetables avec Michel Husson Ed. La Découverte août 2006
    La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi pas le travail ? Ed. JC Gawsewitch Octobre 2006
    Mai 68, histoire sans fin (1964-1994) réédition Ed. JC Gawsewitch 2008
    Salariés, si vous saviez… Dix idées reçues sur le travail en France Ed. La Découverte mars 2008
    Les caisses noires du patronat Ed. JC Gawsewitch mars 2008
    Nouveaux carnets d’un inspecteur du travail Ed. JC Gawsewitch avril 2009
    Préface à Le droit à la paresse de Paul Lafargue Ed. Le Passager clandestin novembre 2009
    Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible, Ed. JC Gawsewitch mars 2010
    Dette indigne Ed. JC Gawsewitch avec Jean-Jacques Chavigné novembre 2011
    Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible, avec Jean-Jacques Chavigné octobre 2013
    Comment résister à la démolition du code du travail ? Ed. Le vent se lève avec Richard Abauzit 2013
    Vive l’entreprise ? le code du travail en danger Ed. Hugo et cie janvier 2015
    Comment résister aux lois Macron El Khomri et cie ? Ed. Le vent se lève avec Richard Abauzit 2016
    Cérium roman policier tome 1 avec Patrick Raynal, Ed du Cherche-midi paru le 6 avril 2017
    La révolution russe racontée aux enfants Ed Gawsewitch. 2017

    Rédacteur en chef de Démocratie & socialisme, mensuel de la gauche du Parti socialiste 24e année

    À paraître :
    Mai 68 histoire sans fin (1994-2012) tome 2 la gauche socialiste
    Samarium polar tome 2
    Lanthane polar tome 3

    Passage émissions télévisées : « La marche du siècle » en 1995 et 1999, CQFD en 1999 et 2000, Zone interdite et Capital M6, Polémiques, Le vrai faux journal, Forum, Canal + journal télévisé en direct France 2 et 3, LCI, I télévision, Canal +, Bloomberg TV, Direct 8, au Canada, en Belgique, BBC, « Sans aucun doute », Ciel mon mardi, sur TF1, différents débats sur la V, « Ripostes », « Les infiltrés », « Arrêts sur image » BFM, Cnews, TF1, Fr2, Soir 3, C’est à vous, ONPC, Passages radios : France Culture, « Le téléphone sonne », « Matinale » de France inter, « Humeurs vagabondes », « Panique à Mangin palace » ou « Charivari » à France inter, (et 4 émissions de Daniel Mermet) France info, France bleu, RFI, RTL, Sud radio, RMC, Europe n° 1, TSF, Radio Canada, JJ Bourdin,
    Articles dans la presse étrangère et nationale (Le Monde, Libération, La Tribune, Le Nouvel Observateur, l’Express, le Point, Marianne, l’Evénement du jeudi, Le Figaro, le Nouvel économiste, L’Humanité, Hebdo des socialistes, Rouge, Le Monde diplomatique, Alternatives économiques, Politis, Paris Match, VSD, Toc, Numéro 1, Santé & travail, Liaisons sociales) et locale (à l’occasion de ses déplacements en province et de la publication de ses livres). Chroniques dans 86 n° de « Siné hebdo » puis dans « Siné mensuel ».
    Chroniques hebdomadaires dans l’Humanité-Dimanche (338…) et dans Marianne2.fr, Huffington Post, Nouvel Observateur,

    Filoche Le 25 mai 2017 à 14:52
  •  
  • Mr Filoche doit consulter un psychiatre de toute urgence.
    Il n’est pas possible d’aligner autant de propos délirants sans être réellement perturbé mentalement...

    Ou alors, c’est de la pure et simple corruption...

    Dans les deux cas, cela indique qu’il faut changer le mode de fonctionnement de la politique...

    Car que ce soit par "burn-out" ou par corruption,
    Mr Filoche nous donne un exemple parfait
    du fait que la profession politique produit d’énormes dégâts sur les gens qui la pratiquent.

    Allez, qu’il dégage aussi....
    avec tous ses alliés de droite ! :)

    cavalierbleu Le 25 mai à 14:32 ma profession n’est pas politique, ej en suis pas élu, je ne touche rien, je cotise depuis 50 ans, et je ne vous permets d’insulter ainsi mon intégrité militante :Agenda Gérard Filoche 1er semestre 2016
    Tous les lundis 18 h : BN du PS
    Jeudi 21 janvier : Metz 57 formation CHSCT (35)
    Samedi 23 Janvier 2016 : Louviers 27 (100)
    Lundi 25 janvier : Europe n°1 de 10 à 11 h
    Mardi 26 janvier : conférence de presse CQFD et manif – soir France info de 20 à 21 h
    Samedi 30 janvier : réunion AGPG MLG, D&S
    Dimanche 31 janvier : réunion sections PS Paris Mutualité
    Mardi 2 février : Lycée Agen 47 (100)
    Jeudi 4 Février : Moulins UD-CGT Allier 03 14 h 21 h (150)
    Samedi 6 février : + CN du PS =MLG + D&S
    Mardi 9 février : Montpellier 14 h 30 + CGT Perrier 25 + Repères à Vauvert 30 (130)
    Jeudi 11 février : 15 h 30 – 17 h 30 université Paris 5 (70)
    Vendredi 12 février : 20 h 30 Bruyères le Châtel 91 (35)
    Samedi 13 février : 20 h 30 Concarneau (300)
    Lundi 15 février : France bleue Corse 12 h 10 à 12 h 58 puis BN
    Vendredi 19 février : 17 h à Wizermes St-Omer (62) (35)
    Lundi 22 février : RMC Bourdin 3 700 000 vues
    Jeudi 25 février : Daniel Mermet ITV 300 000 vues + cinéma Louxor « merci patron » (300) Paris 19° 300
    Lundi 29 février : RFI 7 h 50 + soir Bn
    Mardi 1 er mars : RV gauche unitaire
    Mercredi 2 mars : 20 h 30 Paris 4° cercle Utopia, CQFD (40)
    Jeudi 3 mars : CR de Siné mensuel, 18 h cinéma St Michel Merci patron 21 h 30
    Lundi 7 mars : BN à 18 h avec El Khomri + 20 h CQFD Bourse du travail MLG Paris
    Mardi 8 mars : CQFD Morlaix 22 congrès CGT CHPM de 14 à 17 h (50)
    Mercredi 9 mars : mobilisation BFM 12,8 millions de vues
    Jeudi 10 mars : Toulouse CGT PCF 31/ D&S 31 (250)
    Vendredi 11 mars : Toulouse 31 AM Fac du Mirail (250) et le soir collectif JOB (160)
    Samedi 12 mars : CQFD Tarbes 65 (95)
    Bouclage D&S 233 + Sortie du livre contre Macron el Khomri et Cie
    Lundi 14 mars : BN – I télé 18 h 15 - les lundis de gauche au PCF Fabien Paris 75019 (150)
    Mardi 15 mars : 12 h 13 h 30 : CE Renault-Lardy – (70) Cercle E. Pailleron Paris 19° de 19 à 21 h (15)
    Mercredi 16 mars : France bleue 7 h + CQFD réunion 20 h à Sens 89 (100°
    Jeudi 17 mars : 9 h 30 - 12 h congrès architectes Paris 120 19° arrêt sur image + + 18 h Le Havre 76 200
    Vendredi 18 mars : CQFD Dieppe 12 h à 14 h 150 puis 18 h CQFD Sotteville les Rouen 76 150
    Samedi 19 mars : CQFD Tulle Corrèze 19 à 15 h 50
    Lundi 21 mars : midi Alcatel Au Ulis Essonne 91 (90) – 18 h + Bn
    Mardi 22 mars : CQFD 9 h 30 à 17 h UD CGT 34 Montpellier (220) + Ps (90)
    Mercredi 23 mars : 19 h meeting central parisien Montreuil 93 CQFD (350)
    Jeudi 24 mars : manif + Huma Agora 120
    Vendredi 25 mars : CQFD 20 h 30 Audincourt 25 PSA-Sochaux (170)
    Samedi 26 mars : PS AGPG Arras Isbergues 15 h (90)
    Lundi 28 mars : 20 h 30 PCF a Ivry (70)
    Mardi 29 mars : 12h Meudon sur Seine Gemalco (30), CQFD soir 19 h à Aubervilliers (70)
    Jeudi 31 mars : grève manifestation + 17 h 08 vers Rennes 35 (100)
    Vendredi 1er avril : PS à Brest 29 (250)
    Samedi 2 avril : à Margat (50) PS puis LdH à Quimper 29 (130)
    Mardi 5 avril : réunion lycée Dorian, à 9 h 30 (200) puis réunion FdG à Plessis-Trevise 78 (50)
    Mercredi 6 avril : ministère du travail à 17 h avec F Ruffin + réunion CQFD salle Jean Damme Paris 75 002 (50)
    Jeudi 7 avril : PS Asso citoyenne à Malaucène 84 (180)
    Vendredi 8 avril : CQFD à Manosque 04 Asso citoyenne (150)
    Samedi 9 avril : à Péage du Roussillon (200) CQFD
    Lundi 11 avril : LCP Sénat à 15 h (diffusée dimanche soir)
    Mardi 12 avril : réunion midi à université de Pontoise (170) puis soir à Nanterre (40)
    Mercredi 13 avril : CQFD à Clermont-Ferrand 63 (300) + Fédé PS (70)
    Jeudi 14 avril : Réunion UD-CGT du Var Toulon 83 à 14 h (70)
    Vendredi 15 avril : Réunion PS 13 Marseille (65)
    Samedi 16 avril : de 9 h 30 à 18 h théâtre de la Porte St Martin (500)
    Lundi 18 avril : réunion 12 h DRJSCS (40) + réunion PS à Vandoeuvres (57) (50)
    Mardi 19 avril : CQFD PS Noailles Oise 60 (50)
    Mercredi 20 avril : réunion GRDF a Nice (75) 06 puis a Menton (90) MJS
    Jeudi 21 avril : Réunion PS dans les Ardennes 08 avec Christophe Léonard (100)
    Vendredi 22 avril : réunion à Nantes CGT FO Solidaires FSU Unef (400) nuit debout 500
    Samedi 23 avril : réunion socialistes le matin + CQFD 14 h à La Roche-sur-Yon (100)
    Lundi 25 avril : midi Snecma Evry Bras de fer (50) - CQFD Chalons en Champagne 51 (130)
    Mardi 26 avril : réunion 10 à 17 h UNEF Fac de Rouen 76 - 50 ans de mai 68 + PS Bosc le Roger + soir Elbeuf
    Jeudi 28 avril soir : Metz Briey UD CGT 57 (100)
    Vendredi matin de 9 à 13 h : UL CGT Metz : formation droit travail (50)
    Vendredi 29 avril : nuit debout République Paris 19 h (500)
    Lundi 2 mai 7 h 50 RFI + mardi 3 sur France info + mercredi 4 sur LCI
    Mardi 3 mai : CQFD à Champigny 94 (80)
    Jeudi 5 mai : CR sine mensuel non car Bob est parti ce matin
    Lundi 9 mai à 19 h salle mairie 2° arrondissement appel des 100 (50)
    Mardi 10 mai : réunion gauche avec JP Mercier Gennevilliers 93 (80)
    Mercredi 11 mai : réunion à Mende 18 h annulée pour enterrement de Bob Siné
    Jeudi 12 mai : réunion à Limoges (87) (600)
    Mardi 17 mai : réunion 21 h CQFD à Niort 79 (300)
    Vendredi 20 mai : réunion 20 h Le Mans 72 (400)
    Lundi 23 mai : formation Paris 9 h-16 h Bourse du w pôle emploi FSU (400)
    Mardi 24 mai : réunion à Fontenay sous Bois 94 (130)
    Mercredi 25 mai : réunion à Orléans 45 (250)
    Lundi 30 mai : Bn du PS
    Mardi 31 mai : 17 h EHESS (50) + Fakir soir (400)
    Jeudi matin à 10 h 30 : + meeting au Havre (700)
    Vendredi 3 juin : 17 h 30 : UL-CGT Beauvaisis (200)
    Les 3, 4 et 5 juin : congrès du PCF
    Lundi 6 juin : Bn du Ps
    Mardi 7 juin : 11 h RATP Pavillons sous Bois (50)
    Mercredi 8 juin : réunion PS D&S à Nevers (100)
    Jeudi 9 juin : réunion PS Saint Paul les Dax 40 (100)
    Vendredi 10 juin : réunion avec Bizi Bayonne (200)
    Dimanche 12 juin : meeting Copernic au Dejazet (350)
    Lundi 13 juin : de 12 a 14 h institut Gustave Roussy (30) + Mermet + Bn du PS
    Mardi 14 juin : RTL 8 h + 14 h manifestation à Paris + France 24 à18 h 30 + 20 h 21 h les informés France info + BFM
    Jeudi 16 juin : LCI + H Europe 1 10 h + avion pour réunion Nice 06 (200)
    Vendredi 17 juin : Attac Moret 77 (60)
    Lundi 20 juin : 20 h FdG Fleury-Mérogis 91 (65)
    Mercredi 22 juin : Meeting à Rouen (80)
    Jeudi 23 juin : Attac Gisors 27 (70)
    Vendredi 24 juin : 93 unitaire gauche Saint-Ouen (100)
    Lundi 27 juin : de 10 h à 18 h séminaire de la motion B (70) + BN du PS
    Mardi 28 juin : manifestation puis meeting 18 h 30 Paris 10° appel des cent (35) puis 21 h tele
    Jeudi 30 juin : journée avec SAF avocats Dieppe 76 (80)
    Vendredi 1er juillet : UL CGT 76 Harfleur (90)
    Les 2 et 3 juillet : week-end de D&S (50)
    Du 4 juillet jusqu’au 30 : vacances dans le 66
    Le 8 et 9 juillet : CGT puis Nuit debout à Avignon 120 + 80 + 80
    Le 20 juillet : repas de quartier à Perpignan-Nord 66 (50)
    Le 21 juillet : réunion avec des socialistes AGPG Sainte-Marie la Mer 66 (12)
    Agenda Gérard Filoche dernier semestre 2016
    Tous les lundis 18 h : BN du PS
    Mercredi 17 août : enregistrements 7 messages de campagne
    Jeudi 18 août : 22 h direct sur LCI
    Dimanche 21 août : 13 h 15 : 7’ sur France info
    Lundi 22 août : 8 h 15 : matinale sur LCI
    Mercredi 24 aout : conférence téléphonique D&S
    Jeudi 25 aout : ITV à VSD 13 h - RMC à 14 h 30
    Samedi 27 août : université d’été PCF le matin 11 h à Angers, puis chez les Verts 16 h à Lorient 56
    Dimanche 28 août à Angers : plénière PCF à 10 h sur le travail à Angers 49
    Lundi 29 août : 19 h une heure sur Radio Orient avec Loïc Barrière (enregistré à 14 h)
    Mardi 30 août : I télé 17 h France info 20-21 h BFM 21 h 30
    Mardi 30 août : Rmc à 6 h 45 Lci 11 h Rfi 18 h
    Vendredi 2 septembre : Foire de Châlons-sur-Marne 51 FR3 Parisien l’Union RCS
    Lundi 5 septembre : BN du PS BFM sur Cahuzac + ITV Society -
    Mercredi 7 septembre : 9 h – 11 h enregistrement TF1/LCI
    Jeudi 8 septembre : 9 H sur Alstom RMC - sur les grandes gueules de 12 h à 12 h 40 RMC TV
    Vendredi 9 et samedi 10 et dimanche 11 : fête de l’Humanité trois jours
    Vendredi 14 h 30 : village du livre débat Pierre Chaillan – vend 18 h 30 débat stand du Gard - samedi 11 h débat avec la JOC + débat appel des cent à18 h ?
    Dimanche : université AGPG motion B à La Rochelle 17 -
    Lundi 12 septembre : BN du PS
    Mercredi 14 septembre : procès de Laura Pfeiffer contre Téfal à 14 h Chambéry
    Jeudi 15 septembre : mobilisation contre loi El Khomri + soir réunion à Alenya (PO) droit du travail 66
    Lundi 19 septembre : 11 H RV avec AFP - Bn du PS puis Dn de la motion B
    Mardi 20 septembre : de 9 à 10 h Sud radio + ITV JDD + ITV flexibilite + réunion « appel des cent » à Talant Dijon (21)
    Mercredi 21 septembre : réunion à Limay près de Mantes-la-Jolie 78
    Jeudi 22 septembre ; enregistrement chez Ardisson SLT
    Samedi 24 septembre : réunion direction de campagne
    Vendredi 30 septembre : réunion à Rennes à 20 h avec intermittents (120)
    Dimanche 2 octobre, matin CN motion B 10 h 30 dans Paris 15° puis 14 h Mutualité CN du PS
    Lundi 3 octobre : « appel des cent » à Saint-Etienne 42 et Le Puy 43
    Mardi 4 octobre : St-Chamond + « appel des cent » à Lyon 69
    Jeudi 6 octobre : 16 h IT Royer + réunion 19 h jeunes Paris + 20 h 15 réunion CHSCT
    Vendredi 7 octobre : 19 h rv au 85 Dominique Tricaud
    Samedi 8 octobre a 15 h au magasin Babou en grève M° Gallieni
    Lundi 10 réunion : BN + motion B candidats 20 h
    Mardi : rv Fage, rv Marianne,
    Mercredi 12 octobre : Le Havre La Poste + 20 h 45 : Théâtre des Variétés, Laurent Ruquier
    Jeudi 13 et vendredi 14 octobre : réunion droit du travail à Liège Belgique
    Dimanche 16 octobre : RV à Paris 18 h avec des jeunes de Nantes, Lyon, Paris
    Mercredi 19 octobre : réunion à Villedieu, La Faux-Montagne, Limoges
    Jeudi 27 octobre : à Bruxelles à 18 h 30 FGTB Uber loi travail
    Vendredi 28 novembre : rendez vous avec des responsables politiques et syndicaux wallons
    Samedi 28 octobre 10 h : Colloque Maison des Potes
    Lundi 30 octobre : France info 8 h 30 9 h
    Mardi matin 8 h 25 RMC : 8 h 30 9 h
    Jeudi 3 novembre : CR Siné mensuel
    Samedi 5 novembre : samu à 15 h - « Cinéma le Luxy » Ken Loach Mairie d’Ivry
    Mardi 8 novembre : intervention à université Aix IET Sciences po (echec report)
    Mercredi 9 novembre, paris Premier, polonium 23 h
    Jeudi 10 novembre : sortie nationale de « La sociale » de Gilles Peret
    Vendredi 11 novembre : à 8 h matinale Sud Radio
    Samedi 12 novembre : réunion nationale « appel des cent » Montreuil
    Lundi 14 novembre : voyage en Dordogne Brives Marquay
    Mercredi 16 novembre : ITV Viva BFM
    Vendredi 12 h 30 : RV grévistes Mégabus à Bercy
    Samedi 19 novembre de 18 à 19 h Radio Gazelle
    Mercredi 23 novembre : à 9 h congrès Coorace
    Mardi 29 novembre 9 h RMC 17 h M6 19 h LGJ
    Mercredi 30 novembre : itélé 19 h
    Jeudi 1er décembre : débat Challenges, avec Véolia, 10 h 30 soir BFM, Fance info, TVinfo, France 3, France 24
    Vendredi 2 décembre : RMC Bourdin, Franceinfotv, Sud radio, BFM
    Samedi 3 décembre : I télé
    Dimanche 4 décembre : Soir 3
    Lundi 5 décembre : RMC, conf presse + BN
    Mardi 6 : Sud radio LCI le Point Radio Africa
    Jeudi 8 : RMC GG Itélé
    Vendredi 9 décembre : matinale 7 h 50 Radio classique
    Samedi 10 décembre : réunion nationale de soutien à la candidature mairie II°
    Mardi 13 décembre : matinale l’opinion + réunion a Rouen FR3 Paris-Normandie puis Ruffin + Courrier Picard à Amiens à 18 h
    Mercredi 14 décembre : France inter RMC
    Jeudi 15 décembre : Huffington Post + dépôt parrainages CNOP + manifestation VTC
    Samedi 17 décembre CN PS presse toute, itele bfm
    Mardi 20 décembre LCI Smic et impôts
    Jeudi 22 décembre : 8 h 15 sud radio 71
    Dépôt recours le mardi 20 audience le lundi 26 jugement le mercredi 28 décembre
    Mercredi 28 décembre : itéle bfm France info, rtl europe1 sud radio 20’minutes challenges, le point l’express,

    Filoche Le 25 mai 2017 à 14:57
  •  
  • M Filoche j’ai votre réponse : 6% de 6%, voilà ce que vous représentez, cela fait 0,36%.
    Et effectivement, penser que vous seriez au centre de l’Union confine hélas au pathologique.
    Traiter comme vous le faites les presque 7 millions d’électeurs qui nous ont fait frôler le deuxième tour, parler de défaite dans un contexte où votre ignoble parti nous avait rendu très minoritaires, c’est inqualifiable.
    Vous étés un personnage clivant, et vous ne construisez rien, désolé.

    nello Le 25 mai 2017 à 14:59
  •  
  • le PS et né en 1905 et a fête ses cent ans en 2005

    Filoche Le 25 mai 2017 à 15:18
       
    • Faux Mr Filoche !

      Le PS est né en 1969.

      De 1905 à 1969, il existait un autre parti appelé la SFIO...

      qui deviendra le PS en fusionnant avec
      "les clubs de renouveau de la gauche" en 1969.

      Vous continuez donc à mentir et à raconter n’importe quoi...

      il faut vraiment que vous entamiez une thérapie, Mr Filoche.

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 15:47
  •  
  • cavalier bleu : les staliniens sont staliniens jusqu’au bout, ils vous envoient en hopital psychiatrique et ils déforment et nient l’histoire
    au fait la SFIO correspondait bien a PS
    comme la SFIC correspondait à PCF avant que Staline ne la dissolve pour plaire aux USA ?

    Filoche Le 25 mai 2017 à 17:56
       
    • En effet, Mr Filoche,
      vous êtes stalinien jusqu’au bout. :)

      La SFIO, c’est la SFIO
      et cela ne s’appelle pas le PS...
      qui n’existe que depuis 1969.

      Pour ma part, je n’ai plus rien à faire avec vous
      qui écrivez sur ce site depuis des années sous le pseudo de bdpif...

      Je vous laisse à votre "delirium tremens". :)

      cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 18:30
    •  
    • Pour ma part, je n’ai plus rien à faire avec vous
      qui écrivez sur ce site depuis des années sous le pseudo de bdpif...

      cavalier bleu

      pas de pot c’est la 1e fois que je viens sur ce site et seulement parce que j’ai fait une ITV sur video et qu’elle est attaquée,

      pas de pot il faut que je tombe sur un type qui veut m’envoyer en hopital psychiatrique, je le signale a Regard

      pas de pot je ne sais pas qui vous etes, cavalier bleu, moi je n’écris jamais sous un pseudo sur les reseaux sociaux, et ji’ignore tout de votre bdpif

      Filoche Le 25 mai 2017 à 19:51
  •  
  • C est beau ca d’avoir les moyens de perdre des journées de salaire depuis....en effet je ne peux pas concourir de longues années de chômage m’ayant mise à l’abri je suppose.
    Et tant qu’on en est à faire la compète combien d’hivers avez vous pointé aux restos du coeur ?
    J’ai gardé précieusement ma carte pour ne jamais oublier. On n’a pas eu la même vie vous ne pouvez pas nous comprendre.

    Irae Le 25 mai 2017 à 19:17
  •  
  • C est beau ca d’avoir les moyens de perdre des journées de salaire depuis....en effet je ne peux pas concourir de longues années de chômage m’ayant mise à l’abri je suppose.
    Et tant qu’on en est à faire la compète combien d’hivers avez vous pointé aux restos du coeur ?
    J’ai gardé précieusement ma carte pour ne jamais oublier. On n’a pas eu la même vie vous ne pouvez pas nous comprendre.

    Irae Le 25 mai 2017 à 19:17
  •  
  • je ne comprend pas, vous me donnez des leçons de misère, mais je compatis tout à fait, mais vous n’avez même pas idée d’a qui vous parlez...

    Filoche Le 25 mai 2017 à 19:47
       
    • Pour entrer dans un registre plus politicard vous voir vous ranger aux cotés des cogneurs anti mélenchon de Bhl a barbier en passant par attila pardon attali libé le mal nommé riss et on en oublie tant la liste des appelants au vote micron fut longue m’inspire la plus haute méfiance à votre égard.
      Le ps de gauche ? Vraiment ? Fi complice des capitalistes climato-écolo-septiqies et depuis quand ?
      Les culpabilisateurs des abstentionnistes ne font que me conforter dans mon choix. Je ne regrette pas mon non vote. Au moins moi je peux en cohérence m’opposer à celui que j’avais déjà appelé à dégager pas vous

      Irae Le 25 mai 2017 à 21:18
  •  
  • Et puis vos "des leçons de misère" condescendants relèvent du plus parfait mépris de classe et de méconnaissance du réel.
    Tiens continuons combien de jours de sdf pour ?

    Irae Le 25 mai 2017 à 21:27
  •  
  • filoche rime en che pas en fi

    L’amiral Larima
    Larima quoi
    la rime à rien
    l’amiral Larima
    l’amiral Rien.

    cantaous Le 25 mai 2017 à 22:08
  •  
  • Donc, au final,
    nous avons sur cette page l’interview de filoche,
    un troll trop laid qui dit des trucs au pif
    parce qu’il ne sait plus très bien où il habite.

    Je le répète :
    "La politichiennerie nuit gravement à la santé". :)

    Mr Filoche en est un dramatique et lamentable exemple.

    cavalierbleu Le 25 mai 2017 à 23:18
       
    • "chiennerie" ça manquait à l’inventaire des insultes de FI ! vous innovez et rejoignez vos amis dont les mots ramassés sont les suivants : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité

      Filoche Le 26 mai 2017 à 10:20
  •  
  • Bonsoir,
    Je milite modestement dans un groupe d’appui de la France Insoumise. Je me suis impliqué au quotidien, opiniâtrement dans mon syndicat depuis des dizaines d’années comme tant d’autres camarades. M Filoche, vous qui avez le talent, l’opportunité de porter la parole des humbles, des salariés évitez, de grâce, les paroles qui blessent, les invectives.

    citoyen ariégeois Le 26 mai 2017 à 00:10
       
    • @citoyen ardechois - tss tsss ! Non decidement, à supporter la France Insoumise vous voilà relégué au même rang que les autres par G. Filoche...

      carlos Le 26 mai 2017 à 14:30
  •  
  • @G. Filoche
    J’ai le plaisir de soumettre à votre sagacité quelques questions dont la liste non exhaustive suit ci-dessous :

    Votre P"S" a-t-il lancé un processus de coproduction citoyenne regroupant des milliers de contributions émanant de "simples" citoyens à l’élaboration d’un programme (dont on peut discuter certains aspects) sans compter l’audition de divers spécialistes dans des domaines-clé ? Ceci afin de proposer une cohérence programmatique anti-néo-libérale ?

    Votre P"S" propose-t-il une Constituante dont le mode de composition exclut toute personne ayant déjà exercé un mandat et comptant dans son effectif, une partie de constituants tirés au sort ? Ceci pour en finir avec cette pseudo-république monarchique ?

    Votre P"S" se prononce-t-il pour un référendum révocatoire à l’encontre de tout élu trahissant son mandat de quelque façon que ce soit ?

    Votre P"S" prévoit-il une extension forte des droits des salariés notamment celui de préemption sur l’entreprise en cas de menace de délocalisation ou d’opération spéculative de la part des "créateurs de richesse" ?

    Votre P"S" prévoit-il une refondation de l’entreprise qui en finisse avec la seule reconnaissance juridique des détenteurs de capitaux ?

    Votre P"S" prévoit-il le retrait de l’OTAN qui subordonne la France aux exigences militaires des USA ? (dont on voit les beaux résultats jusqu’à aujourd’hui)

    Votre P"S" entend-t-il dénoncer avec force et vigueur cette Europe ordo-libérale et ses institutions antidémocratiques qui agissent en toute opacité (Voir le CETA, TAFTA) ? ,Remettre en question le TSCG par exemple ? Débattre sur les présumées vertus de l’euro ?

    Votre P"S" prévoit-il l’abandon de tout grand projet inutile et écologiquement irresponsable ?

    Votre P"S" prévoit-il une réforme fondamentale de l’impôt sur le revenu ?

    Votre P"S" entend-t-il revenir sur toutes les loi scélérates qu’il a fait voter ?

    Votre poulain Hamon n’a-t-il pas participé au gouvernement Hollande que vous dénoncez ? N’a-t-il pas voté pour le CICE ? N’a-t-il pas approuvé et mis en œuvre les contre-réformes de l’enseignement ? N’a-t-il pas voté l’ANI de 2013 ? Le "pacte de responsabilité" ? N’a-t-il pas voté toutes les mesures de dramatique austérité à l’encontre de la Grèce ?
    N’a-t-il pas décidé sciemment de ne pas participer aux votes de prolongation l’état d’urgence de février, juillet et décembre 2016 ?
    N’a-t-il pas refusé de signer la lettre ouverte demandant la reconnaissance de l’État de Palestine ?
    Se prononce-t-il clairement pour une sortie planifiée du nucléaire en orientant le travail et la formation des gens vers de nouvelles activité liées aux énergies renouvelables ?
    N’a-t-il pas voté pour la loi renseignement dont on sait à quelle visée anti-résistance sociale elle est, au fond, destinée ?
    N’a-t-il pas manœuvré pour placer Valls comme premier ministre avec son bon pote Montebourg qui fit tant de prouesses en tant que "ministre du redressement productif" ?

    Les "frondeurs" (en peau de lapin) ont-ils vraiment agi pour censurer le gouvernement Valls ?

    Le fait que, dans des villes et des quartiers populaires, le vote JLM est notable (se reporter aux chiffres) alors que, depuis des années, non seulement ces couches dites populaires ne votaient plus PC F mais surtout encore moins P"S" , oui, cela ne suscite-t-il chez vous aucune interrogation ?

    Voulez-vous M. Filoche que soit continuée cette liste de trahisons de votre P"S", trahisons qui, contrairement à ce que vous ne dites pas, ne datent pas du sinistre quinquennat Hollande mais depuis Mitterrand II ?
    M. Filoche, qui est le vrai fossoyeur de la gauche depuis ces dernières années : le P"S" ou JLM ?

    Autant je vous suis entièrement et approuve vos critiques affûtées concernant les questions relatives au droit du travail, autant pour le reste...

    Bien à vous

    Babeuf

    babeuf Le 26 mai 2017 à 09:24
       
    • "mon" PS, c’est un parti ouvert pluraliste, avec droit de tendance ou les directions sont élus a la proportionnelle, celui de l’aile droite nous l’avons frontalement combattu et nous l’avons vaincu, celui de l’appareil nous lui reprochons d’avoir cédé devant l’aile droite pendant cinq ans, c’est une orientation politique que D&S combat dans l’ensemble depuis 24 ans avec la gauche socialiste. Ne me reproche pas ce que je combat. Je ne suis comptable que de D&S, de ce qu’il y a écrit dans D&S, dans nos textes, livres, sites, meetings, luttes, articles, videos, lettres, mels, et votes, lisez et interrogez moi, nous te répondrons, mais avec moi, avec nous, tu parles a la gauche socialiste, à D&S, on a un programme, une stratégie, une histoire, une praxis, et bien plus ancien expérimente, solide que le votre, on était pour une constituante bien avant vous, et pour 1800, 60, 32, 20, 5... et pour un République sociale parlementaire, élue à la proportionnelle, laïque, féministe, écologique, internationaliste, pacifiste.

      Filoche Le 26 mai 2017 à 10:09
    •  
    • @babeuf - G.Filoche pourrait vous repondre à sa manière :

      tu fais des amalgames et tu dis n’importe quoi en répétant bêtement les arguments d’une secte diviseuse d’extrême gauche ! Car c’est ce qu’est le parti de Mélenchon, petit père du peuple à l’ego démesuré que vous adorez tous benoitement au final !
      Nous n’avons de leçons à recevoir de personne à D&S et moi-même j’ai milité pour les droits des travailleurs depuis que je tiens sur mes 2 jambes ! Pour ta gouverne, je ne défends pas le programme du PS et nous avions d’ailleurs proposé un programme d’union de la gauche, nous à D&S à l’entre-deux tour ! Mais ton gourou n’en a pas voulu ! Il est le grand et unique responsable du désastre du 21 avril !!!! Et c’est pas fini avec les législatives car il remets ça !! Tu seras toi aussi responsable par ton vote d’avoir fait du mal au salariat, espèce de nantis, en priviligieant par ton anti-socialisme primaire le champion du patronnat : Macron !

      C’est du lu, du relu, du rerelu... G. Filoche n’est pas dans la discussion et l’echange, il est de ceux qui ont des certitudes et la première d’entre elle (je vous invite à passer faire un tour sur son blog si ce que vous avez pu lire ici... Pas mon ironique petit laius bien sûr... n’a pas suffit pour vous en convaincre), c’est que la France Insoumise n’est qu’une secte stalinienne animée par des bargeots extrêmistes violents et stupides. La deuxieme étant qu’il a toujours raison quand il énonce quelque chose...

      Carlos Le 26 mai 2017 à 10:25
    •  
    • @Baboeuf

      Ne vous vexez pas, rien de personnel contre vous, mais vous nous tenez un discours type d’opposant à tout ce qui n’est pas soi. Un chapelet ...

      Le PS vous a fait beaucoup, de Hollande à Mitterand, en passant par Jospin.

      Du RSA, des 35 heures, des embauches de fonctionnaires, etc ...

      Les gens ont oubliés tout cela, pour eux, c ’est de l’acquis. Ils oublient de le défendre.

      Le PS a eu ses défauts. un peu de mollesse Economique de Hollande. Mais en même temps, pouvait il faire grand chose. Tsipras aussi, le pouvait il ?

      L’Europe, moins de guerres, mais mauvaise gestion economique et sociale. La montée des courant extrêmes.

      Ces elections arrivent après un bon crack boursier, les défaults et conséquences d’une libéralisation et de nos entreprises à l’étranger à bas prix et depuis les années 70 qui ont delocalisés nos entreprises. La montée du populisme, les excés ideologiques de la gauche aussi, podemos, Grillo, et le plus important la montée ou remontée du faschisme en Europe (Autriche, Belgique, Ukraine), nous avons même des guerres en europe, sans oublier le reste de l’Europe, en Syrie et autres pays du moyen orient.

      Le PS a fait les frais du populisme, il fallait un bouc emissaire.

      Les populistes ont promis du neuf, du frais, des jeunes, changer la constitution, moins de mandats, etc ... Cà n’a aucunes incidences au point de vue economique, emploi, etc ...

      Du vide, du populisme ..

      Il nous faut une gauche avec la tête sur les épaules, les pieds sur terre, humaniste et viable en tant que gestion du pays.

      Le PS vient de prendre 4 points en troix semaines, il repasse a 10, il va aussi se récupérer les décus du gouvernement Macron prochainement, on va vite en arriver avec un gauche de nouveau sur ses pieds, PS, PCF, et tout les autres qui font partie de l’ensemble, Ensemble, NPA, qui reprendront le pouvoir collectivement, en bossant ensemble

      bdpif Le 26 mai 2017 à 10:40
  •  
  • @babeuf - ben tiens ! Je vous laisse comparer...

    Carlos Le 26 mai 2017 à 10:30
       
    • @bdpif

      Le P"S", Hollande et consorts nous ont fait tellement de bien. Ben tiens...

      Je n’ai ni le temps et plus la motivation à dresser la liste longue comme un jour sans pain, de toutes les mesure néo-libérales qu’a prises le P"S" durant ses mandatures, dont la dernière en date (que va aggraver Macron) fut la loi dite El Khomry (qui remet tellement de choses en question)dont, le moins que l’on puisse dire, est qu’elle fut promulguée de façon super démocratique...

      J’en arrête là et vous laisse à vos certitudes

      Babeuf

      babeuf Le 26 mai 2017 à 10:54
    •  
    • mais pourquoi vous parlez a ma place et pas du tout avec mes mots, vous mettez des guillemets mais je n’ai jamais écrit cela, jamais, c’est un procédé détestable

      Filoche Le 26 mai 2017 à 12:07
    •  
    • @filoche - comme je l’ai marqué, c’est bien de cette manière que vous "auriez" pu lui repondre ! D’ou les guillemets... Mais aussi en mentionnant pour référence votre blog pour qu’il puisse bien vérifier si mon laïus ironique, comme je le qualifiais moi-même, s’avèrait si loin de la vérité que cela ! D’ailleurs, vous avez répondu pendant l’intervalle ou justement je consultais vos propres réponses à tous ces "trolls" de la France Insoumise qui vous interpellaient sur votre soutien inconditionnel au PS... Je m’y suis reconnecté alors que je m’etais bien juré de ne plus jamais y retourné, écoeuré par tout ce que j’y avais pu lire ! Chacun remarquera que je ne me suis manifestement pas si trompé que cela sur le fond... Pas Babeuf à qui je m’adressais en tous cas...

      Je suis surpris que vous soyez étonné de retrouver ici ce procédé que vous qualifiez de "détestable" pourtant à la hauteur du niveau minable de vos interlocuteurs "contrariants", dont une bonne partie est sympathisante PHI et donc foncièrement obtue et inculte comme vous aurez pu le noter... Dont je revendique être moi-même l’un des champions de la bêtise et du raisonnement sectaire le plus bourrin (grace à vous puisque vous avez pris le temps de m’ouvrir les yeux sur votre blog il y a quelques temps déjà... Meme prénom, facile de m’y retrouver) ! Loin de l’analyse fine et absolument pas partisane à laquelle vous vous livrez vous-même ainsi que du sens de la mesure dont vous faites preuve en interpretant si intelligemment et sans insultes tous les mots et motivations de vos interlocuteurs sur votre blog...

      Bref, vivement que ces appels à l’unité de la "gauche", dont on se demande de qui elle servira les intérêts (car ce ne seront pas ceux des gens), s’arrête une bonne fois pour toute et qu’on passe sur le débat de fond au programme ! Programme de la France Insoumise dont on se demande encore pourquoi vous ne l’avez pas soutenu à la présidentielle alors qu’il était si proche de celui que vous résumez encore aujourd’hui avec votre suite de chiffre (votre proximité sur le sujet fait-elle de vous un populiste ?) ALORS ? POURQUOI ?

      carlos Le 26 mai 2017 à 13:41
  •  
  • @G. Filoche,

    Gérard, je lis bien ta réponse et ce que tu défends de la ligne D&S. Mais que n’avez-vous toi et tes camarades, mis en œuvre ou pu mettre en œuvre tout cela, y compris une "constituante bien avant nous", pour ne prendre que cet exemple que tu cites ? Tu dis que vous avez vaincu l’aile droite du P"S", ah bon ? Et comment concrètement ? Par le vote Hamon à votre primaire, un Hamon qui n’a récolté que 6 % à la présidentielle ? Avez-vous réussi à prendre le contrôle du P"S" ? A le réorienter à Gauche ? D’autres s’y sont essayé et qui ont renoncé car lorsqu’un appareil est bien verrouillé, comme toute institution, il est impossible de le "réformer " de l’intérieur. Cela est valable pour le P"S", le "PCF" ou cette Europe néo-libérale. On ne résout pas un problème avec la logique qui l’a engendré. Permets-moi, Gérard de penser encore une fois, que la dérive très droitière du P"S" ne date pas de ce calamiteux quinquennat que tu dénonces (à juste raison). Je t’invite, avec la probité intellectuelle dont je te crois savoir faire montre, de considérer ces 30 ans d’histoire(pour n’en remonter que là) qui attestent du ralliement au néo-libéralisme de ce parti que tu continues à défendre.

    Libre à toi, bien sûr et de manière irréfragable de vouloir persévérer. Quant à moi et des millions d’autres, c’en est fini avec ton parti et cela ne date pas des dernières séquences électorales. Bon courage à toi, sincèrement.

    Babeuf

    babeuf Le 26 mai 2017 à 10:41
       
    • Le PS est de gauche depuis cent ans les sociaux libéraux ont pris le contrôle du PS
      Hollande a aggravé les choses en trahissant tout au long de son quinquennat
      Cambadelis hérite du PS mais sans projet ni envergure, il n’est pas la gauche socialiste
      la gauche socialiste n’est pas le PS Cambadelis
      pourquoi faire un amalgame aussi faux ?
      nous l’avions dit d’avance, il y a une « fenêtre de 11 semaines » entre le 29 janvier et le 23 avril pour réaliser l’unité Hamon et Mélenchon et gagner sinon ce sera désastre pour toute la gauche,
      et nous l’avions dit d’avance, dans ce cas, l’appareil PS reprendra le dessus contre la gauche socialiste,
      il n’y avait qu’une solution :
      gagner le 23 avril c’était tout gagner
      perdre c’était tout perdre

      La seule occasion de devenir majoritaire au sein du PS c’était entre le 29 janvier et le 23 avril, si nous avions réussi l’unité Mélenchon Hamon nous aurions tout gagne et changé la face de la gauche, du pays, du salariat, de l’humanité. Là nous avons tout perdu. Je me bats encore pour les législatives cependant pour l’unité, pour un groupe rose rouge vert anti macron indépendant mais je sais combien c’est aléatoire

      Oui ! le PS est mort déjà en 1958, 1968, 1969, 1983, 1993, 2002, 2007, 2012, et tu seras encore oblige de voter pour lui en 2022, ajustes un peu ta tête ton histoire, ta théorie, tu gagneras en lucidité et efficacité… comme au Portugal par exemple, ou 5 ans après Socrates ceux qui juraient que le PS était mort se sont alliés avec lui, ou comme en Allemagne ou le Spd est parti pour s’allier à gauche avec Die Linke (amis de Mélenchon) et les Grünen. Sans oublier le Labour ou Corbyn a remplace les blairistes

      Filoche Le 26 mai 2017 à 11:57
    •  
    • millions et millions... des millions de voix socialistes sont plus que jamais indispensables a toute victoire de la gauche, les 6 millions PS du 6 décembre 2015, les 2,4 millions de Hamon du 23 avril, si elle se transforment en abstentions on perd, si elles vont vers Macron par défaut parce que Melenchon les repousse on perd, si elles ne viennent sur Melenchon que pour UN vote utile le 23 avril in extremis ça n’indique rien pour l’avenir, la gauche a besoin d’unité sinon elle n’est rien, et on va le vérifier les 11 et 18 juin

      Filoche Le 27 mai 2017 à 06:20
  •  
  • En tout cas, une chose est sûre,
    c’est qu’avec des opposants comme Filoche,
    Hollande et Valls n’ont eu aucun mal à faire du PS
    un vrai parti de droite. :) :) :) :) :) :) :) :)

    cavalierbleu Le 26 mai 2017 à 11:23
       
    • on a combattu Hollande pied a pied mieux que vous depuis l’ANI, la loi Sapin la loi Ayrault, la loi Macron la loi el khomri, vous avez été incapables de le battre de dehors, nous l’avons fait de dedans, nous avons eu assez de force pour l’empêcher de se représenter ! ensuite Mélenchon souhaitait avoir Valls en face de lui, nous avons battu Valls et c’est la première fois depuis cent ans que la gauche socialiste battait l’appareil, mais vous n’avez pas saisi l’occasion et vous avez maintenu la division, qui, c’était fatal, devait nous faire perdre.

      Filoche Le 26 mai 2017 à 12:05
  •  
  • Si M. Filloche est intéressant lorsqu’il s’intéresse au droit du travail, il est imbuvable lorsqu’il tente de faire de la politique politicienne. On le découvre sous sa mauvaise facette, imbus de sa personne, se regardant le nombril et étalant ses médailles comme le ferait un résistant soviétique de la seconde guerre mondiale, appareillé pour l’occasion de centaines de breloques. Ce résistant ayant lui au moins tenu le fusil et mis en danger sa vie.
    Pour ce qui concerne Filloche, son attitude et ses propos sont navrants d’amateurisme et d’opportunisme. Il s’écoute parler, n’hésitant pas à dire une chose et son contraire.
    Pour ma part, je n’ai même as regardé la vidéo, simplement pris connaissance des échanges. J’en tire la conclusion que Jean Luc Mélenchon et les Inoumis ont bien eu raison de tenir jusqu’au bout la stratégie qu’ils s’étaient fixés, le programme l’Avenir en Commun avec ses trois axe l’urgence écologique, l’urgence démocratique et d’urgence sociale.
    J’emprunterai à une Insoumise le reste de ma réponse qui garde encore toute sa valeur. Merci à Laure ZUDA ; article parue sur le site du Grand Soir. c’est un peu long, mais bien moins que ce qu’à pu écrire M. Filloche.
    En préambule à ce qui suit, notez que cet article ne reflète que mon avis personnel, qu’il n’a pas prétention à être autre chose qu’une contribution portée au débat pour ceux qui le liront. A ce titre il n’engage donc que moi.
    Ainsi le voilà revenu le temps du “dialogue” et du “grand rassemblement de la gauche”, cette Arlésienne qui refait surface à chaque élection, aussi ponctuelle qu’un coucou Suisse. Et l’on voit donc fleurir, très en avance sur le printemps, des pétitions et des tribunes qui en appellent à notre responsabilité, agitent l’épouvantail FN, prophétisent la mort de la gauche, s’effraient d’un risque majeur pour la France, etc.
    “Entendez-vous, discutez entre-vous, rassemblez-vous”, nous dit-on sur tous les tons.
    Alors discutons... puisqu’on fait mine de nous le demander.
    J’espère que vous ne m’en voudrez pas de commencer cette discussion en pointant d’abord ce qui l’obère. Parce que discuter des sujets sur lesquels nous sommes d’accord, pardonnez-moi, je n’en vois pas l’utilité.
    Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné...
    « - Je suis totalement d’accord avec vous, mon cher.
     Vous êtes bien aimable mon bon ami et je tiens à vous signaler que je ne le suis pas moins. D’ailleurs j’approuve totalement ce que vous dites.
     Comme vous êtes obligeant ! Laissez moi vous dire, à mon tour, à quel point votre avis rejoint le mien.
     Dites, dites, je vous en prie, mais permettez-moi, avant toute chose, de préciser que vous avez raison... etc, etc.. ».
    Sauf à mettre artificiellement en scène le mythe de “la gauche rassemblée”, en balayant sous le tapis les désaccords de fond et de forme (les deux vont toujours ensemble et ne sont pas anecdotiques), on sait où cela mène, on a déjà donné avec le Front de Gauche. Et là, ne comptez plus sur moi.
    Le “rassemblement de la gauche”, ceux qui me connaissent savent déjà ce que j’en pense : inutile, pas d’actualité, incapable de renverser la table, mais surtout, surtout, une mauvaise réponse à la question posée par un nombre croissant de personnes : comment fait-on pour sortir du merdier dans lequel “la gauche” et la droite, ont contribué à nous mettre ?
    Adonc, le grand rassemblement serait la solution à nos problèmes !
    Puisque la droite du PS nous a mis dans la mouise, avec la complicité -à minima- passive de la gauche du PS (rajout par moi et de M. Filloche), que Macron – ni de droite ni de rauche – y a participé activement, que le PCF balance et qu’EELV, complice actif, ne fanfaronne plus depuis que les parrainages tardent à tomber, agrégeons le tout. “Mélenchons-nous” avec La France Insoumise, agitons bien fort le bocal et nous en sortirons tous neufs !
    Que l’on ne compte pas non plus sur moi pour participer à cet enfumage qui nous ferait passer pour des inconsistants qui soutiennent un candidat qui se présente à la présidentielle, alors même qu’un autre proposerait les mêmes solutions, aurait les mêmes convictions et des chance de l’emporter. C’est faux !
    Il y a bien, entre Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Yannick Jadot (et je ne parle même pas d’Emmanuel Macron) des divergences programmatiques, dont celles sur l’UE, la planification écologique, l’OTAN, la politique internationale, pour ne citer que celles-ci, qui sont déjà, à mon avis, fondamentales.
    Les faire passer à la trappe, ou dans “l’aplanisseuse” à divergences qu’impose tout “rassemblement”, ne reviendrait qu’à rendre invisibles les idées que nous défendons, nous conduirait dans le mur, encore une fois et il est déjà proche.
    Pour solder ces désaccords, il n’y a pas 36 solutions :
     Batailler avec les uns et les autres pour démontrer que le programme de l’un est LA solution et que les autres s’y rallient (je suis au regret de dire que je n’y crois guère),
      Piocher dans les programmes des uns et des autres – quand ils en ont – ce qui fait “consensus” et oublier le reste (“l’aplanisses” à divergences),
     Engager, à grand renforts de bourrage de crâne médiatico-sondagier, un concours de « qui à la plus belle » dynamique, chance, voix, tête, cravate (rayez la mention inutile), ce qui est déjà commencé,
     Ou laisser braire et s’adresser aux principaux concernés : le peuple.

    C’est cette option là que nous avons choisie, il y a presqu’un an déjà avec la France Insoumise et quiconque souhaite s’y coller avec nous est le bienvenu !
    Et je précise, n’en déplaise à ceux qui nous dépeignent en fantoches décérébrés, que nous ne participons pas à un casting d’”Incroyable talent”. Notre soutien ne se mesure pas à la faveur des sondages et nos convictions, elles, ne souffrent aucun “critère de redressement”.
    Nous militons pour nos idées, celles qui nous paraissent être indispensables pour notre pays, notre avenir, celui de la planète. Et donc pour faire en sorte que celui qui les porte et que nous avons choisi pour nous représenter, arrive à l’Elysée et les mette en oeuvre. Je parle ici de Jean-Luc Mélenchon.
    Petite incidente à l’attention des malotrus de tous poils et de toutes formes : Je profite de cette occasion pour vous dire combien c’est "agaçant" d’être systématiquement réduits à des "fans", des "groupies", des "adeptes" et de devoir endosser tous les costumes miteux dont on affuble les militants de la France Insoumise, nous déniant de fait notre intelligence, notre capacité de penser, tout en piétinant nos espoirs et nos idéaux. Inutile et vexatoire, c’est en outre une drôle de façon de procéder s’il s’agissait de nous convaincre de vous rejoindre.
    C’’est donc bien de nos désaccords dont il convient de parler et du chemin à parcourir pour arriver à ce dialogue (puisqu’il paraît qu’on nous le demande).
    A l’instar de Jean-Luc Mélenchon et de beaucoup d’autres, je pense que ce chemin passe d’abord par la case "clarté".
    Celle que l’on doit à toutes celles et ceux qui se sont engagés dans la France Insoumise, mais plus encore et bien plus largement, à toutes celles et ceux qui n’ont pas renoncé à voir le monde changé par autre chose que le chambardement climatique qui s’annonce.
    Abstentionnistes, électeurs, militants, déçus, révoltés, idéalistes, rêveurs, désespérés, chômeurs indemnisés, précaires sans aide, salariés à découvert le 10 du mois, actifs, retraités, fonctionnaires, handicapés, malades, bien-portants, jeunes, vieux, enfants, adultes, femmes, hommes, amoureux de la nature, des animaux, à toutes et tous, dans notre diversité : bref, à nous, les gens.
    La clarté, ce n’est pas une posture, c’est une nécessité.
    Et c’est même un préalable au dialogue parce qu’à moins d’être amnésique, tout nous montre que chaque fois que l’on transige sur la clarté on (c’est à dire nous, les gens) se fait avoir dans les grandes largeurs.
    "Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup", disait Mme Aubry. On sait aujourd’hui à quel point.
    Ainsi, il n’est pas possible d’imaginer se retrouver côte à côte avec des Valls, El Khomry et consorts, pour faire campagne pour les présidentielles et les législatives. En découvrant, sur le site du PS, la liste des investitures déjà actées, il en est d’autres, comptables du bilan de ce quinquennat, avec lesquels ce n’est pas possible.

    Ce n’est pas "demander leurs têtes" que de le dire. C’est être clair et c’est demander, en retour, la clarté. Celle qui revient à dire et à assumer que ce qu’ils ont imposé au pays n’est pas possible, pas acceptable et qu’à ce titre, il est exclu d’envisager de les remettre dans le circuit décisionnaire, où que ce soit.
    Et donc, si c’est exclu, il convient de ne pas cautionner qu’ils soient candidats sur les listes d’un parti avec le candidat
    duquel on nous demande de nous rassembler, fusse au prétexte des “statuts” dudit parti, dont je rappelle obligeamment que nous ne sommes pas membres.
    Cela revient aussi à pointer les contradictions du “rassemblement” que l’on nous veut nous vendre et refuser de s’y engluer.
    Yannick Jadot y voyait lui aussi un écueil, tant qu’il se sentait encore candidat. “(...) si l’enjeu de Benoît Hamon c’est de faire le compromis avec Manuel Valls, Jean-Marie Le Guen, Stéphane Le Foll, tous ceux qui malheureusement dans ce quinquennat ont organisé un énorme gâchis (...), il n’y aura pas de grande dynamique”.
    Pourtant à lui on ne dit pas qu’il “demande des têtes”...
    Tout le monde a bien ri (jaune) lorsque M. Valls, en campagne, à annoncé qu’il abrogerait le 49.3. Et bien vous savez quoi ? Cela me fait le même effet quand j’entends Benoît Hamon dire qu’il abrogerait la loi El Khoury sans remettre en question la candidature de l’ex-ministre qui l’a présentée au Parlement. Désavouer une loi, c’est aussi désavouer ceux qui l’ont élaborée, défendue, imposée. C’est cela être clair !
    Qui comprendrait qu’après avoir lutté pied à pied contre les idées et les lois odieuses qu’on nous a fourguées à grand renfort de 49.3, on se retrouve demain, bras dessus, bras dessous, pour “construire une majorité gouvernementale cohérente et durable” avec celles et ceux qui les ont pondues et nous les ont faites avaler de force ? Pas moi en tout cas...
    En outre, je n’oublie aucun œil crevé, aucun coup de matraque (où qu’elle se retrouve placée, involontairement, à l’insu du plein gré de celui qui la tient) et encore moins la mort de Rémi Fraisse, comme vous j’en suis sûre.
    Ce n’est pas non plus possible d’accepter qu’au nom du “rassemblement” avec le courant droitier du PS (!), nous nous retrouvions à porter leurs idées, dont Benoît Hamon devra ingérer et régurgiter une partie comme “gage du rassemblement de sa famille”
    Que l’on m’explique encore comment le programme de Benoît Hamon pourra être mis en oeuvre avec les ex-ministres dont il prétendait combattre les idées et positions quand ils étaient pilotes de l’avion. La discipline de parti ? La discipline du groupe parlementaire ? Les “frondeurs” d’hier demanderont aux députés de demain une discipline qu’ils se vantent de n’avoir pas respectée eux-même ?
    .
    Sérieusement ? On voit bien que c’est intenable...
    Que reste-t-il alors ?
    Compter sur les députés de la France Insoumise pour soutenir le programme du candidat Hamon, une fois qu’il aurait été élu ? Sérieusement...?
    Vous imaginez réellement, si Hamon était élu, que les candidats de la France Insoumise, qui auront fait campagne sur notre programme, seront les points d’appui de votre candidat et de votre programme ? Tss, tss, tss...

    "Du passé faisons table rase"... ?
    Oui, mais... non, justement.
    Je sais bien que certains socialistes sincères encore au PS (aussi surprenant que cela paraisse, il y en a), ne partagent pas mon point de vue sur le fait que Benoît Hamon et les “frondeurs” sont comptables du bilan de ce quinquennat. Et pourtant...
    Il y a eu des occasions de s’opposer réellement à ce gouvernement et même des occasions que certaines de ces lois odieuses ne passent pas. Elles n’ont jamais abouti.
    Que ce soit par "loyauté envers le parti" ou par "discipline de parti" (irrecevable pour moi), ou pire, par "stratégie interne", certaines abstentions sont des renoncements inacceptables.
    Tout comme le fait de n’avoir pas censuré ce gouvernement quand cela pouvait être fait. Les deux voix qui ont manqué pour une motion de censure de "gauche", me restent en travers de la gorge.

    Il y avait urgence absolue à les sortir. Parce que ce qu’ils ont fait a plongé encore plus de gens dans la précarité et la misère. Cela n’a pas été fait !
    Il y avait urgence absolue à s’opposer à Valls, Hollande et ses affidés sur le sort abominable réservé aux réfugiés.

    C’était inacceptable. Cela n’a pas été fait non plus !
    Urgence absolue à s’opposer à la loi El Khomry et au traitement indigne infligé aux manifestants. Cela n’a pas été fait !
    A ceux qui me rétorquent que la censure n’était pas possible parce que cela revenait à voter une motion de la droite (oubliant au passage le nombre de mesures de droite qui ont été adoptées sous ce quinquennat de drauche), je dis d’aller dire cela aux éborgnés, aux mutilés, aux matraqués des manifestations contre la Loi travail !
    Je ne vote pas pour des gens qui s’abritent derrière une étiquette quand la maison brûle, et si leurs convictions les démangeaient à ce point, alors il fallait quitter “la majorité” et assumer la rupture !
    C’est précisément ce que j’appelle la clarté. Elle a certes un coût politique et humain, mais c’est à ce prix là que se juge la consistance des convictions que l’on défend.
    Cela n’a pas été fait. Dont acte !
    A ceux qui me disent qu’ils sont restés pour lutter de l’intérieur, je demande en retour qu’ils me disent en quoi le fait que “les frondeurs” soient restés dans la majorité a, ne serait-ce qu’une seule fois, permis que les mesures insanes qui ont été prises soient repoussées ? Quand cela est-il arrivé ?
    A quoi pourrions-nous nous accrocher, nous, les gens qui subissons de plein fouet la politique absurde de ce quinquennat à laquelle “les frondeurs” ont participé, pour soutenir aujourd’hui ces demandes de dialogue et de rassemblement ?
    Je sais que je vais faire grincer des dents en écrivant cela – au moins celles de ceux qui en ont encore – mais à mon sens, la candidature de Benoît Hamon est le contraire de ce qui est annoncé. Elle n’a pas plus vocation à “faire gagner la gauche”, qu’à “rassembler”. Elle entend tordre, avec l’injonction du “rassemblement” sur fond d’épouvantail FN, encore et toujours, avec la complicité des médias et de leurs sondages bidons.
    Sinon, pourquoi être allé jusqu’aux primaires ? Pourquoi n’avoir pas saisi la main tendue, depuis le premier jour, pour participer, en partenaire, à la construction du projet l’Avenir en commun ? Pourquoi maintenant ?
    N’était-il pas plus simple et plus efficace, si nos programmes sont "si proches", si ce “rassemblement” était bien l’objectif final, d’entamer les discussions sur le fond, comme sur la forme, il y a un an, lorsque Jean-Luc Mélenchon a proposé sa candidature au soutien populaire ?
    Avant le second tour de la primaire, Hamon déclarait : "Je ne pose pas comme préalable que ma candidature soit celle du rassemblement". Pour annoncer ensuite, galvanisé par un sondage qui sort opportunément le “bon” jour (allez-donc voir de prés les "critères de redressement" utilisés pour ce sondage, vous allez rire -ou pleurer-), qu’il y aurait, quoi qu’il arrive, "un bulletin Hamon à la présidentielle".
    Ce n’est donc pas de “rassemblement” qu’il est question ici, mais bien d’un ralliement, d’une reddition pure et simple !
    Non mais allo, quoi ? C’est BVA qui va choisir pour moi ? Et il suffit d’un sondage pour déterminer qui doit porter nos idées ?
    Alors chiche !
    Que dites-vous de celui-là, publié le 8/02/2017, qui donne 18% à Jean-Luc Mélenchon et 8% à Benoît Hamon ?
    Alors, les amis, on se rassemble toujours ?
    Pour finir dans un tout autre registre, mais que j’assume totalement, il y a la confiance que j’accorde à Jean-Luc Mélenchon et que je n’accorde pas à Benoît Hamon (pour les raisons évoquées plus haut notamment).
    Je milite aux côtés du premier, mais j’étais déjà, avant cela, l’une de ses observatrices attentives. Et la somme de mes accords, de ses positions publiques, de sa constance et le vécu militant partagé, fondent cette confiance.

    Laure Zudas - Insoumise et révoltée

    rodydecoue Le 26 mai 2017 à 12:32
       
    • @Roydecoue en citant cet article

      Je n’aurais pas écrit mieux et si complètement. Bravo !

      Babeuf

      Babeuf Le 26 mai 2017 à 12:47
    •  
    • Aaaahhh mais quelle mauvaise image de sectaires vous donnez là !!! ;)

      carlos Le 26 mai 2017 à 14:08
    •  
    • soyez fiers, faute de préparer le combat contre les ordonnances anti travail, il vous, il nous manquait "alien" amateurisme" et opportunisme" "résistant de la 2° guerre mondiale" appareille de breloques" vous est créatif on rajoute ça aux "arguments" de vos amis FI : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, protozoaire, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, politichiens, gaucheux, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, idiot utile, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité

      Filoche Le 26 mai 2017 à 17:57
  •  
  • .... Quels échanges !... J’admire Filoche pour son opiniâtreté à (tenter de) répondre à cette meute ! en croyant (peut-être) les convaincre !! Quelle énergie de l’inutile... Je ne vais pas rajouter de commentaires à des discussions impossibles ...
    Une seule chose : J’espère que les "dirigeants" de FI - Mélenchon en tête - se rendront compte de ce qu’ils produisent : Des "Aliens" qui vocifèrent, insultes, méprisent tout ce qui bougent, falsifiant l’Histoire et les histoires ! Imaginez cette "gauche-là" au pouvoir, ça fait peur ! Réveillez-vous "les gens" ! Redevenez Citoyens et Unissez-vous !

    Patrice le Gallois Le 26 mai 2017 à 13:46
       
    • P. Le Gallois - Si la France Insoumise a pu participer à trouver un sens à votre engagement politique alors tant mieux ! Bonne chance dans votre chasse aux "aliens" !

      carlos Le 26 mai 2017 à 14:45
    •  
    • Un accord Mélenchon Hamon était évidemment possible
      Ceci est un projet de texte commun entre hamon et melenchon, il a été écrit et proposé « à temps », en mars…

      un simple brouillon pour mémoire

      Les deux candidats avaient 80 % de points communs et il n’y avait aucun problème réel à s’emparer d’un texte de gouvernement commun, de le travailler, discuter, peaufiner, des deux cotes, en 72 h, et de mener une campagne unitaire et gagnante

      Le ticket Hamon Mélenchon défendra :

      Un avenir désirable,

      Une République sociale et démocratique

      Des sous ! Des salaires !

      1°) priorité à la la feuille de paie par la hausse du smic à 1300 euros net et 1600 brut, de la hausse immédiate de 10 % des points d’indice du bas de l’échelle de la fonction publique, des minimas sociaux, des allocations handicapées, des petites retraites, du revenu universel pour les jeunes de 18 à 25 ans, de l’allocation dépendance, comme branche de la sécurité sociale, et création d’un salaire maxima à 20 fois le Smic.

      Du travail Et de l’emploi pour tous

      2°) abrogation de la loi El Khomri et reconstruction d’un droit du travail d’ordre public social, basé sur le principe de faveur, tout activité de travail dépend du code du travail et des droits sociaux qui sont liés (non à l’uberisation), réduction progressive et massive du temps de travail (35 vers 32 h ?) sur la semaine et sur la vie (60 ans ?), du contrôle administratif des licenciements abusifs, quotas (5% ?) limitant la précarité (CDD CDII intérim saisonniers) , renforcement des institutions représentatives du personnel, CE, DP, CHSCT, DS, participation des salariés aux CA, droit syndical, retour aux conventions collectives négociées, renforcement de l’économie sociale et solidaire, de la justice prud’homale, de l’inspection du travail (doublement des effectifs et indépendance), de la médecine du travail (et scolaire), reconnaissance du burn out, et meilleure reconnaissance et réparation des maladies professionnelles et réparation) régulation de la sous-traitance, statut de la fonction publique, grand service public de formation professionnelle continue.

      De la santé Gratuité pour tous

      3°) Protection sociale renforcée pour toutes et tous, priorités aux politiques de prévention, médecin scolaire et du travail, hôpitaux, maison de santé, maisons de retraite, autour de LA grande mutuelle la sécurité sociale (fin du RSI) fin du millefeuille des complémentaires, prévoyances, etc., remboursement des médicaments et des lunettes et de la dentisterieDéveloppement de la pratique d’activité physiques et sportives (équipements) facilitation) améliorer la qualité des soins, maintien a domicile, aider les aidants, allocation dépendance suffisante, places d’accueil handicapés, procréation médicalement assistée, soins palliatifs et droit à mourir dans la dignité

      Education prioritaire et vive la culture

      4°) Service public de la petite enfance, congé paternité des 6 semaines, droit aux allocations familiales dés le premier enfant, et ensuite calculées par enfant, scolarisation pour les handicapés, instruction obligatoire des 3 ans, maximum de 25 éléves par classe, mixite sociale et scolaire, et groupes ad hoc pour les « décrocheurs », formation continue des enseignants, plus 40 000 enseignants en cinq ans, priorité budgétaire à l’enseignement supérieur et à la recherche, favoriser la mobilité internationale, service public de la formation professionnelle continue, effort public à la culture à 1% du Pib, arts à l’école, statut de l’artiste,

      De l’impôt direct et progressif D’abord sur ceux d’en-haut

      5°) Réforme fiscale en profondeur : faire sauter le verrou de Bercy, traquer massivement la fraude fiscale, contre les paradis fiscaux et l’optimisation fiscale, augmenter l’IS des 58 multinationales et des 1000 plus grosses sociétés, conforter l’ISF, 20 tranches d’impôt, taxes sur les dividendes, diminuer la TVA, fiscalité plus verte.

      Contrôle, transparence et taxation des banques et de la rente

      6°) Réforme bancaire en profondeur, séparation des banques de dépôts et d’affaires, taxe dite Tobin, taxe bancaire, taxe sur les dividendes, audit public de la dette, et renégociation de celle-ci, la BCE doit pouvoir prêter directement aux états, BPI puissante (nationalisation d’une des 4 grandes banques ?)

      Réorientation économique Par la demande, pour nos besoins

      7°) réforme budgétaire : budget participatif, chiffrage des dépenses/recettes globales, 1°) développement massif des services publics, de l’énergie, l’eau, l’air, des transports, de l’école, de la santé, de la justice, de la police de proximité, des éducateurs, des soins aux personnes, maisons de service publics. 2°) investissements 100 milliards dans la transition écologique, numérique, la recherche… contribution sur les robots ( ?) 3°) défense et reprise y compris par nationalisations de nos grandes industries 50 % aux marchés publics 4°) Contrôles des grandes entreprises par la puissance publique, les salariés, les usagers « made in France » 5°) 150 000 logements sociaux, encadrement des loyers, garantie universelle pour les loyers, bouclier énergétique, plan de renouvellement urbain dans les quartiers populaires 6°) priorité et maillage du réseau ferroviaire public, très haut débit partout, fonds d’égalité pour les Outremer

      Le choix d’une planification pour une économie verte

      8°) Soutien planifié à la transition énergétique, sortie du nucléaire en 25 ans et énergies renouvelables et durables avec programmation, agenda pour des investissements soutenus à la défense des mesures de la COP 21, de la biodiversité, de l’environnement, contre la pollution, les particules fines, les pesticides, les perturbateurs endocriniens, sobriété énergétique – économie « bleue » de la mer – haut débit numérique – économie du loisir, de la culture. Préservation des biens communs, conférence des territoires, protection du maillage des départements, des communes et des élus, défense notamment de nos petits et moyens agriculteurs, conditions de travail, droits sociaux, dans le cadre d’une PAC prévoyant la régulation des marches et des risques. Pour le respect du bien être animal.

      Sécurité, libertés et justice vont de pair

      9°) Pour la sécurité enquêteurs et éducateurs, renforcement des moyens de la police (5000 postes, zones de sécurité prioritaires), récépissés de contrôles d’identité, légalisation du cannabis. Justice, fin de tout statut d’exception, peines alternatives, prévention de la récidive, action de groupe, spécificité de la justice des mineurs (pas de pénal sans droit) contre toutes les discriminations raciales, ethniques, homophobes, sexistes (IVG, planning familial, contre les violences faites aux femmes, égalité salariale imposée, partage face aux métiers, parité en politique). Accessibilité pour les handicapés, maisons départementales pour les handicapés Loi sur la presse contre les concentrations, statut des journalistes et des sources, respect pour lanceurs d’alerte, service public audiovisuel réellement pluraliste.Souveraineté garantie, budget et moyens, pour nos forces armées en défense de notre territoire.
      En avant vers la VI° République,

      10°) Pour une république sociale, démocratique, parlementaire, écologique, féministe, laïque, internationaliste et pacifiste, La laïcité respectueuse et bienveillante selon la loi 1905, 49 3 citoyen, reconnaissance du vote blanc, droit de vote aux étrangers, élections à la proportionnelle, conférence pour une VI° république, élection d’une constituante avant la fin du quinquennat, contrôle des conflits d’intérêts, pas d’élus sans casier vierge, transparence dans les revenus des élus,

      L’Europe sera sociale ou périra

      11°) Défense acharnée de l’Europe des peuples contre les nationalismes, les xénophobies, les replis identitaires, combat contre l’UE libérale actuelle et ses terribles dégâts sans fin, dénonciation et renégociation de la directive travailleurs détachés, et aussi de celle contre le secret des affaires, bataille contre les choix austéritaires, aller le plus loin possible dans le Plan A de changement sous menace de plan B de rupture (car de toute façon l’UE est fragilisée et menacée dans son existence). Aller le plus loin possible dans le rassemblement de forces, de majorités pour démocratiser l’Europe, s’opposer aux diktats de la finance et des banques, reconstruire une Europe harmonisée par le haut sur le plan social et fiscal. Traite de démocratisation de la zone euro, vers un smic européen contre le dumping social, pour le juste échange, le droit du travail constitutif du droit de la concurrence, coopération européenne dans la défense et la lutte contre le terrorisme.

      Monde multipolaire et pacifique

      12°) Pour un monde multipolaire, contre tout impérialisme et néo-colonialisme, soutien à la bataille de l’Onu pour le recul de la fabrication et des ventes d’armes, pour le désarmement généralisé, pour les coopérations internationales, mondiales et régionales, contre les interventions militaires ingérentes, pour le respect de légalité des droits entre les peuples, reconnaissance de l’état palestinien.

      Personne ne se retire devant personne, personne ne se soumet à personne, il est défendu un principe complet d’égalité entre les partenaires signataires

      Et ce sont les deux candidats qui en décident,

      Respect et unité

      Marche en avant, et dynamique pour gagner

      C’est un accord global, indissociable

      Il inclut

      1°) ce programme commun de gouvernement

      2°) un gouvernement de toute la gauche unie dans toutes ses sensibilités

      3°) une majorité de députés, respectueuse de toutes les sensibilités de gauche, en soutien à ce gouvernement, à son programme et à son action politique pour le mettre en oeuvre

      Celui des deux candidats qui défendra ce programme le fera dans un scrupuleux respect publiquement affirmé du candidat qui appellera à le soutenir, l’un sera président, l’autre premier ministre, ils gouverneront en accord selon des principes et des méthodes appelant à la participation massive et la plus active possible des citoyens, engageant ainsi la rupture avec la V° République à bout de souffle, et la marche à la VI° République sociale, à laquelle nous aspirons tous ensemble.

      Cet accord audacieux et sans précédent ouvre une page historique sans précédent de la gauche, des travailleurs, de la France, de l’Europe et du monde.

      Filoche Le 26 mai 2017 à 19:26
    •  
    • Oui c’est beau et méritoire de vouloir continuer à qualifier le parti des hollande royal valls le drian camba etc... qui sont tous parti en marche rapide vers micron de parti gauche.
      Que penser d’un parti qui a choisi de critiquer JLM plutôt que MLP et a littéralement massacré son candidat et pour quelles raisons ?
      Vous ne m’avez convaincue que d’une chose de votre naïve candeur. Cela dit c’est toujours mieux que le cynisme.

      Irae Le 28 mai 2017 à 23:50
  •  
  • Ce grossier personnage totalement schizophrène qu’est Filoche
    va bientôt nous expliquer que "Le Capital" a, en réalité, été écrit
    par lui et son minuscule groupuscule d’apparatchiks du PS appelé D&S. :)

    Car peu de gens le savent...
    mais c’est leur oeuvre en fait... :)

    Ils avaient écrit cet ouvrage quelques années avant de mettre une bonne fessée à Hollande , Valls, Cambadélis, Le Guen, Le Roux, Cazeneuve, El Kohmri, etc... :)

    Quelques années avant de faire du PS,
    le fer de lance de l’avant-garde progressiste de la France,
    présent sur toutes les luttes sociales...

    au côté des CRS. :) :) :)

    "Voter pour le PS et ses matraques, flash-balls et tasers,
    c’est voter pour la paix sociale". :) :) :) :) :)

    Car les cadres du PS le savent,
    et ils l’ont bien expliqué aux cadres du PCF qu’ils emploient,
    "un bon militant de gauche est un militant mort". :)

    Il n’est donc pas surprenant qu’ils invitent les militants à occuper les usines... :)
    puisque ces cadres politichiens assis et rassis
    auront besoin le week-end de s’exercer au "ball-trap"...

    et que, pour eux, les militants n’ont jamais servi à autre chose que cela. :)

    cavalierbleu Le 26 mai 2017 à 14:16
       
    • Je suis abonnée à la version électronique de Regards et c’est la première fois que je lis les réactions à la Midinale. J’avoue que je suis sidérée par le niveau zéro des arguments échangés notamment de votre part "cavalierbleu" , notamment en vous permettant de traiter Gérard Filoche de "grossier personnage".
      Mais qui êtes vous donc et qu’avez-vous fait ? Avez -vous un passé ou une activité militante ? Avez-vous participé ou mené des luttes là où vous travaillez ou avez travaillé ; en résumé avez-vous mouillé la chemise ?

      Christine Rosemberg Le 27 mai 2017 à 01:45
  •  
  • @Patrice Le Gallois

    Grâce à vous (merci) j’apprends que j’appartiens à cette "meute" qui produit des "aliens". Physiquement c’est impossible mais il serait intéressant de vous voir jeter à la face de ces milliers et milliers de citoyennes et citoyens qui se sont investis (temps, énergie, créativité, argent peut-être aussi) dans l’élaboration d’un programme cohérent, qu’ils sont une "meute "et des "aliens. Je ne sais si l’insulte tient lieu, chez vous, de l’élémentaire rhétorique et est une façon d’opposer des arguments mais si c’est le cas, sachez alors Monsieur, que c’est un honneur d’être insulté par un protozoaire de votre sorte. Comme il est difficile d’échanger avec un protozoaire. je vous ignorerai et ne réagirai plus à votre logorrhée scripturale.

    Babeuf

    Babeuf

    babeuf Le 26 mai 2017 à 15:12
       
    • "protozoaire" nous manquait, on le rajoute au tableau de la FI : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, protozoaire, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, politichiens, gaucheux, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité

      Filoche Le 26 mai 2017 à 17:50
    •  
    • "protozoaire" nous manquait, on le rajoute au tableau de la FI : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, protozoaire, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, politichiens, gaucheux, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : les insultes remplacent les arguments, difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité

      Filoche Le 26 mai 2017 à 17:51
    •  
    • Comme pour En Marche !, la France Insoumise s’est constituée autour d’une plate-forme internet basée sur la transposition au domaine des campagnes électorales des techniques marketings de « Gestion de la relation client » qui transforme le client en promoteur et militant de la marque. C’est autour de ce type de plateforme que ce sont construites les campagnes d’Obama, Trump, Sander, et d’autres. Si ce sont des outils centralisés de mobilisations militantes et de campagne extrêmement efficaces et pertinents, ils ne règlent ni la pérennité, ni la vie démocratique d’une organisation. Ainsi il s’agit d’une organisation horizontale, de part le quadrillage du territoire par de multiples « groupe d’appui », mais en réalité inséré dans un fonctionnement très vertical, puisque l’essentiel de la communication, des éléments de langage, des mots d’ordre, des choix politiques cruciaux est centralisé sur un petit noyau dirigeant autour de Jean-Luc Mélenchon. Cette organisation ne pratique pas la délibération et a une vie démocratique simplifiée. C’est une organisation basée sur une base de données de contacts et la mise en mouvement sur des campagnes, avec des degrés très divers d’engagement de ces contacts, allant de réception d’information, au don financier, à la distribution de tract, la participation à des porte à porte et à la « chasse en meute » sur les réseaux sociaux. La FI n’est un parti au sens classique du terme, mais une multitude d’individus sincères, désintéressés, un petit noyau dirigeant centralisant tous les pouvoirs. Ce type d’organisation est extrêmement efficace et réactif dans une campagne présidentielle à la française centrée sur un leader. Elle est très prisée par les médias et les réseaux sociaux qui sont devenus la première source d’information des 18-25 ans et leur principal lieu de politisation. Sur le plan de l’orientation politique, FI revendique son refus de toute référence à la gauche, préférant à cette notion politique historiquement structurante, la notion exclusive et sublimée de « peuple ». FI se revendique ostensiblement de l’essentialisme du peuple en omettant les rapports de classe et la citoyenneté. La nature et le fonctionnement particulier de France Insoumise est une difficulté qui s’ajoute aux difficultés politiques de fond que nous avons eu avec eux sur la question des législatives.

      Patrice le Gallois Le 27 mai 2017 à 01:25
  •  
  • @G. Filoche,

    Je ne sais si c’est toi, vraiment, Gérard Filoche qui signe cette réponse. En aucun cas, mon dernier post ne s’adressait à toi. il était destiné en guise de réponse à un certain Patrice Le Gallois qui lui, a recours à l’insulte par les doux mots de "meute" et "d’aliens" qualifiant les Insoumis ( se reporter plus haut).

    De quel côté, l’insulte venait-elle ? Il est vrai, je le concède volontiers, que je n’eusse pas dû me situer sur ce même registre.

    Allez, basta !

    Babeuf

    Babeuf Le 26 mai 2017 à 18:02
       
    • Comme pour En Marche !, la France Insoumise s’est constituée autour d’une plate-forme internet basée sur la transposition au domaine des campagnes électorales des techniques marketings de « Gestion de la relation client » qui transforme le client en promoteur et militant de la marque. C’est autour de ce type de plateforme que ce sont construites les campagnes d’Obama, Trump, Sander, et d’autres. Si ce sont des outils centralisés de mobilisations militantes et de campagne extrêmement efficaces et pertinents, ils ne règlent ni la pérennité, ni la vie démocratique d’une organisation. Ainsi il s’agit d’une organisation horizontale, de part le quadrillage du territoire par de multiples « groupe d’appui », mais en réalité inséré dans un fonctionnement très vertical, puisque l’essentiel de la communication, des éléments de langage, des mots d’ordre, des choix politiques cruciaux est centralisé sur un petit noyau dirigeant autour de Jean-Luc Mélenchon. Cette organisation ne pratique pas la délibération et a une vie démocratique simplifiée. C’est une organisation basée sur une base de données de contacts et la mise en mouvement sur des campagnes, avec des degrés très divers d’engagement de ces contacts, allant de réception d’information, au don financier, à la distribution de tract, la participation à des porte à porte et à la « chasse en meute » sur les réseaux sociaux. La FI n’est un parti au sens classique du terme, mais une multitude d’individus sincères, désintéressés, un petit noyau dirigeant centralisant tous les pouvoirs. Ce type d’organisation est extrêmement efficace et réactif dans une campagne présidentielle à la française centrée sur un leader. Elle est très prisée par les médias et les réseaux sociaux qui sont devenus la première source d’information des 18-25 ans et leur principal lieu de politisation. Sur le plan de l’orientation politique, FI revendique son refus de toute référence à la gauche, préférant à cette notion politique historiquement structurante, la notion exclusive et sublimée de « peuple ». FI se revendique ostensiblement de l’essentialisme du peuple en omettant les rapports de classe et la citoyenneté. La nature et le fonctionnement particulier de France Insoumise est une difficulté qui s’ajoute aux difficultés politiques de fond que nous avons eu avec eux sur la question des législatives.

      Patrice le Gallois Le 27 mai 2017 à 01:26
  •  
  • la FI rajoute "fais du vent qui filoche en s’effilochant" a ; porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, protozoaire, sbire, ferme ta gueule, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, politichiens, gaucheux, parti de vendus, malade, hémiplégique, dégâts psychique amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, idiot utile, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité

    Filoche Le 26 mai 2017 à 18:03
  •  
  • Non tout ceci ne vient pas de la FI, c’est faux et cet amalgame ne vous honore pas. La FI n’a rien a voir dans les polémiques que vous suscitez dans les médias où vous intervenez (rappelez-vous Margerie) et les commentaires qu’elles entraînent. Qui sèment le vent ...

    Elon Le 26 mai 2017 à 18:37
       
    • oui tout est signé FI, derriere votre pseudo vous etes très bizarre de le nier et de mélanger cela a Total ; car ceux qui font cela de FI s’en vantent et les dirigeants ne condamnent pas ne combattent pas et c’est intolérable, et inacceptable dangereux pour la gauche et l’humanité,
      curieusement vous mêlez cela a Margerie rien a voir, Margerie roi des oligarques francais, trafiquait avec Poutine l’entreprise mixte Oukoil à 51 % russe et à 49 % Total, il était mêlé a AZF, Erica, l’Afrique et l’Iran, en Thailande, il a même été mis en examen a titre posthume pour corruption d’agents publics dans la filiere iranienne, Total 185 milliards, plus de la moitié du budget de l’etat, ne paie rien de ce qu’elle devrait a la Republique, des centaines de filiales bidon aux Bermudes, comment osez vous me mettre en cause moi et pas Margeriez, quel rapport , c’était le 20 octobre 2014 et la FI n’existait pas, c’est la droite, martin Bouygues en personne qui m’a agressé ce jour là depuis nanterre, novotel 9 h du matin, au CCE Bourygues, parce que j’avais dit la verité sur le patron de Total qui se payait 600 fois le Smic... je ne seme aucun vent, jamais je n’insulte, j’explique, j’argumente toujours sur le fond, comme... bien peu le font...

      Filoche Le 26 mai 2017 à 19:05
  •  
  • @ Filoche.
    Je vois bien la technique polémique à laquelle vous excellez : l’accusation d’autorité et les arguments factuels qui se veulent imparables. Et bien oui, ne vous en déplaise, les propos que vous avez tenus (et revendiqués) suite à la mort de Margerie ont quelque chose à voir avec vos indignations ici fort bien jouées façon victimisation : vous ne pouvez pas vous prévaloir du droit à l’injure à qui vous déplaît , fût-il décédé (peut importe qui, là n’est pas la question) mais que vous reprochez à qui vous déplaisez. C’est la loi du genre. On peut la déplorer et la condamner mais vous en participez allègrement. Mais par-delà le genre, il semble que vous n’ayez aucune conscience de l’injure que vous faites à celles-et ceux que vous accusez sans vergogne d’être des "diviseurs", surtout dans la situation d’échec et de désaveu que votre parti et votre candidat viennent d’essuyer. Oui, il y a de la provocation dans vos accusations. Quant à la FI que vous amalgamez finement à une bande d’insulteurs à votre égard, vous ne faites que confirmez votre goût pour ce genre de polémiques imbéciles. Il y a là de la manière stalinienne (me voilà cloué à votre pilori !). Je pense que Margerie ne vous aurait pas désavoué dans votre jugement.
    Bien le bonsoir.
    ps : si vous ne voulez pas avoir avoir à faire des commentateurs-trices anonymes sous pseudos, ne fréquentez pas les lieux où ils-elles peuvent intervenir. Loi du genre ...

    Elon Le 26 mai 2017 à 20:33
       
    • il y a deux camps la droite et la gauche. La droite ce sont nos adversaires de classe, les exploiteurs, l’oligarchie, dont de Margerie fait partie, nous la combattons de toutes nos forces, en tant qu’homme Margerie m’est peu sympathique mais c’est un humain, en tant que PDG de Total, il est le pire oligarque du pays. Son décès ? Vous avez vu comment une heure après le décès de Fidel Castro, la presse de droite le traitait ? Ne mettez pas sur le meme plan, la gauche, au sein de la gauche on est théoriquement dans le meme camp, celui du salariat qui n’a que sa force de travail a vendre, et alors les insultes d’une violence mortiers sinon neo-fascisantes n’ont rien a faire. La lutte de classes est une chose, le débat au sein de notre classe en est une autre. A moins de s’en exclure et c’est là tout le problème.

      Filoche Le 27 mai 2017 à 06:08
    •  
    • @ Filoche, dernière
      1/ Non rien ne justifie l’insulte dans le débat public. Ce n’est pas une question de bienséance mais d’efficience politique.
      2/ Je ne pratique jamais l’insulte dans mes commentaires ici ou ailleurs. En revanche ce qui peut paraître injurieux pour les uns ne l’est pas forcément pour d’autres. Comme je vous l’ai dit je pense que vous avez l’injure à la FI et à ses dirigeants de les amalgamer comme tels à - ici - 1 ou 2 personnes qui vous ont maltraité.
      3/ Quant à Hamon et l’otan (votre réponse à Gredin), rien à voir avec celle de l’Avenir en Commun : Hamon veut rester dans l’otan mais prendre quelques distances en sortant du commandement intégré. Idem sur l’Europe : il avait bien un plan A (avec lequel on peut être partiellement d’accord) mais pas de plan B ce qui faisait de sa "menace" (mot qu’il refuse se disant "pour" mais "contre") un simple chiffon rouge. Les logiques des 2 programmes sont in fine antagoniques

      Elon Le 27 mai 2017 à 09:03
  •  
  • La dispute politique ne devrait pas revêtir cet aspect injurieux...argument contre argument et après chacun choisit. Je pense, a priori, que chacun est de bonne foi. Je ne suis pas G.FILOCHE dans son affirmation concernant l’éviction de M.VALLS par les seuls militants socialistes de gauche. Je pense, et je l’entends autour de moi, que de nombreuses personnes ayant voté Mélenchon on voté Hamon pour éliminer VALLS. En ce qui concerne l’accord "possible" avec Hamon, on oublie un peu vite deux aspects essentiels : la sortie de l’Otan et le plan B à opposer à l’Allemagne dans la renégociation des traités. Donc pour moi cet accors était tout simplement inimaginable dans la mesure où le programme de la FI n’appartenait à personne !

    gredin Le 26 mai 2017 à 21:53
  •  
  • Mr Filoche et PCF ne sont pas des portes voix, mais des portes bâillon. Ils nous veulent petits soldats de leurs grandes pensées.

    Ils n’ont rien compris à la France Insoumise. Nous sommes autant instruits qu’eux et autant vécu qu’eux ; même plus par notre intelligence collective. Au ce sont eux aussi de faux démocrates dans le sens que la masse à nécessairement faux. Sauf à leur donner du pouvoir.

    Le pouvoir c’est nous et nous n’avons besoin d élire que des qui mettent en application.

    Mr Filoche la crédibilité eut été que les frondeurs fassent tomber le gouvernement, qu’Hamon candidat rejoigne la FI, et ne pas avoir manoeuvrer pour phagocyter comme ça a été le cas.

    Et si c’était le temps de prendre votre retraite ?

    La Renaudie Le 27 mai 2017 à 07:03
       
    • La Renaudie@

      Comme pour En Marche !, la France Insoumise s’est constituée autour d’une plate-forme internet basée sur la transposition au domaine des campagnes électorales des techniques marketings de « Gestion de la relation client » qui transforme le client en promoteur et militant de la marque. C’est autour de ce type de plateforme que ce sont construites les campagnes d’Obama, Trump, Sander, et d’autres. Si ce sont des outils centralisés de mobilisations militantes et de campagne extrêmement efficaces et pertinents, ils ne règlent ni la pérennité, ni la vie démocratique d’une organisation. Ainsi il s’agit d’une organisation horizontale, de part le quadrillage du territoire par de multiples « groupe d’appui », mais en réalité inséré dans un fonctionnement très vertical, puisque l’essentiel de la communication, des éléments de langage, des mots d’ordre, des choix politiques cruciaux est centralisé sur un petit noyau dirigeant autour de Jean-Luc Mélenchon. Cette organisation ne pratique pas la délibération et a une vie démocratique simplifiée. C’est une organisation basée sur une base de données de contacts et la mise en mouvement sur des campagnes, avec des degrés très divers d’engagement de ces contacts, allant de réception d’information, au don financier, à la distribution de tract, la participation à des porte à porte et à la « chasse en meute » sur les réseaux sociaux. La FI n’est un parti au sens classique du terme, mais une multitude d’individus sincères, désintéressés, un petit noyau dirigeant centralisant tous les pouvoirs. Ce type d’organisation est extrêmement efficace et réactif dans une campagne présidentielle à la française centrée sur un leader. Elle est très prisée par les médias et les réseaux sociaux qui sont devenus la première source d’information des 18-25 ans et leur principal lieu de politisation. Sur le plan de l’orientation politique, FI revendique son refus de toute référence à la gauche, préférant à cette notion politique historiquement structurante, la notion exclusive et sublimée de « peuple ». FI se revendique ostensiblement de l’essentialisme du peuple en omettant les rapports de classe et la citoyenneté. La nature et le fonctionnement particulier de France Insoumise est une difficulté qui s’ajoute aux difficultés politiques de fond que nous avons eu avec eux sur la question des législatives.

      Patrice le Gallois Le 28 mai 2017 à 20:36
  •  
  • Il y a quelques temps que je ne fréquente plus le blog de G. Filoche. En fait depuis que j’ai été censuré alors que je ne faisais que contester ses thèses sans utiliser ni l’insulte ni le dénigrement.
    Je ne participerais pas donc pas de cette sale pratique de l’insulte qui fleurit sur ce fil. G. Filoche n’est ni un malade mental, ni un corrompu. Il est simplement un militant qui reste sur le vieux logiciel de l’union de la gauche sans voir que celui-ci est rendu obsolète du fait qu’il n’y a plus de gauche. Son parti le ps est en déconfiture totale et le pcf trace un sillon qui le conduit à la même stratégie mortelle que Tsipras (qu’il soutient d’ailleurs mordicus) La critique de la France Insoumise qu’il professe ne relève d’aucune analyse scientifique mais est purement dictée par son logiciel obsolète. Peu lui importe le résultat de la présidentielle et la création sur le territoire de plusieurs milliers de groupes de la France Insoumise. Il lui est impossible de concevoir qu’il se trouvent dans notre pays des dizaines de milliers de citoyens qui veulent s’engager, non pas pour une improbable unité de façade, mais pour promouvoir un véritable programme révolutionnaire qui correspond à la situation de notre temps. Peu lui importe que son parti et son candidat à la présidentielle n’aient cessé de participer du concert abject de la bourgeoisie apeurée par la force que représente la France Insoumise. Il est inutile de pousser plus loin le débat avec lui car il ressasse en permanence les mêmes arguments et peu lui chaut la cohérence du discours et les preuves irréfutables qui lui sont opposées. Le disque est rayé et pendant ce temps son parti soutient celui qui a comme projet de poursuivre en l’accélérant la destruction ce qui reste de notre société solidaire. Voila pourquoi je pense que c’est peine perdue que de poursuivre une discussion avec lui.
    Nous avons bien d’autres choses à faire. Gagner une législative par exemple.

    Francis Le 27 mai 2017 à 08:51
       
    • D’accord avec vous.

      Victor Le 27 mai 2017 à 09:09
    •  
    • voilà bien dit,Francis, je suis ok avec toi, pour être sympathisant phi insoumis, à 70 ans, j’ai accepté, depuis ma participation à un meeting de jlmélenchon, au havre,(gérard filoche connait il est venu à un meeting contre l’état d’urgence),de considérer humblement , que nos anciens marqueurs(vieux logiciels comme dit francis), ne sont plus très souvent en adéquation, avec ceux des jeunes insoumis, mais en y mettant chacun du sien, on peut réussir avec eux sur l’avenir en commun§

      gilbair Le 27 mai 2017 à 11:38
    •  
    • Bien d’accord avec vous aussi.

      Babeuf

      babeuf Le 28 mai 2017 à 08:00
  •  
  • he bien je ne le pense pas, les vieux" marqueurs ne sont pas vieux, nos logiciels encore moins, et je pressens que les différences dites des "insoumis" sont en fait une régression contre laquelle il convient de lutter, car sinon elle liquidera la gauche. FI n’incarne aucune rigueur programmatique a nos yeux, D&S, nous défendons un programme" le social au coeur", a nos yeux infiniment plus recherché, plus expérimenté, plus performant
    Jamais nous ne "rejoindrons" FI, ce n’est pas notre truc, notre praxis, notre projet,
    Nous n’avons aucun examen à passer, aucune leçon à recevoir, rien à faire "oublier", nous sommes des socialistes (gauche socialiste D&S) fiers de l’être qui nous sommes battus pied a pied contre Hollande des l’ANI, la loi Sapin, la loi Ayrault, la loi Macron, la loi El Khomri,
    Nous ne supportons pas la grossièreté les injures, les mépris, la suffisance de FI sur les réseaux sociaux, cela nous semble relever d’un secte triomphaliste, comme on en a connu dans les années 70 avec les maoïstes,
    ça ne durera pas à cause de cela ça finira en mille morceaux - malgré ou plutôt à cause de l’autoritarisme qui y règne
    Nous sommes pour un grand parti de toute la gauche uni et pluraliste, démocratique avec droit de tendance, tout ce que n’est pas et ne sera jamais "FI"
    On est pas "peuple" on est lutte de classes,
    On n’est pas "insoumis" on est syndiqués
    On est pour l’Europe d’Hugo et de Trotski, pour une Europe sociale et démocratique, pour une Europe des peuples, pas pour une Europe des banques, donc pas pour l’UE, mais pas pour le nationalisme, ni pour le souverainisme
    Nous ne sommes pas nationalistes mais internationalistes, on chante l’internationale et pas seulement la Marseillaise
    une de vos candidates dans le Pas de Calais fait campagne "insoumise et patriote", ça on ne le fera jamais
    on préfère un ouvrier allemand qui mange du hareng qu’un patron français qui nous bouffe tout cru
    Notre mouvement est enraciné dans l’histoire du mouvement ouvrier, on n’est pas et on ne veut pas être "neufs" : sans passé pas d’avenir ! Sans bilan du stalinisme et de la social démocratie, pas de programme révolutionnaire
    La social démocratie en crise partout n’est pas morte, et l’unité de la gauche rose rouge verte est indispensable hier, et demain pour gagner
    je me sens a la fois anarchistes, trotskiste, socialiste et communiste, mais pas "insoumis"
    il n’y aura jamais "d’insurrection civique" sans insurrection sociale,
    la gauche ce n’est pas seulement les estrades et les harangues, c’est d’abord et surtout un maillage de partis, de syndicats, d’associations, d’élus, qu’il faut rassembler dans les entreprises, les bureaux, les quartiers, les territoires, pour cela il faut passer des accord, tricoter des collectifs, faire la part belle au respect des différences et des convergences, tout ce que Mélenchon a refusé de faire depuis 18 mois, nous imposant la défaite la déroute, le malheur,
    Oui, on pouvait faire accord, à 80 % un texte commun entre Mélenchon et Hamon, c’était possible en le travaillant, je l’ai écris, transmis, JLM a refusé tout accord avec Hamon quand on pouvait encore gagner ensemble,
    Le désastre du 23 avril a 20 h est en majeure partie imputable à Mélenchon : c’est une tragédie qu’il a imposé au salariat, a nos frères et soeurs, à notre pays... des millions de gens non nantis non protégés vont être victimes de sa politique, de la déroute
    Je me moque du charisme, ni dieu ni césar, ni tribun, on en a tout autant..
    nous sommes contre un parti plébiscitaire vertical, centraliste bonapartiste, nous sommes je le répète pour un parti pluraliste, démocratique unitaire avec droit de tendance
    Mais malgré toutes ces différences, oui, nous proposons l’unité pour des actions, pour des campagnes, pour des élections contre les ordonnances macron ,pour défendre le droit du travail, pour nos salaires bruts et nets

    Filoche Le 27 mai 2017 à 12:41
  •  
  • Rarement lu des échanges aussi violents, de part et d’autres, G.Filoche n’étant pas en reste...
    Assez d’accord sur le "vieux logiciel", cependant, il faut se méfier des nouveautés, qui ne durent pas. Je pense que l’erreur, si ce n’est la faute, des gens comme G. Filoche et quelques militants PS, le PC et son appareil, c’est de ne pas avoir senti "la vague" et de ne pas s’être laissés portés, par elle. Je pense que nombreux n’ont pas vu que ce qui arrivait pouvait nous dépasser, les dépasser. Pour faire quelque chose plus grand qu’eux et que chacun.
    Ce refus de se mettre en mouvement s’est cristallisé autour des
    insultes sur "Mélenchon, dictateur, Vénézuela, Poutine, Syrie", d’un coté et sur "les insoumis, violents, régressifs, sectaires" et j’en passe.
    Monsieur Filoche, vous n’avez pas la vérité, même si je partage votre histoire, mais comme d’autres vous n’avez pas voulu prendre un train qui passait .

    Michel 65 Le 27 mai 2017 à 18:06
       
    • Vous verrez que le mouvement de la France Insoumise n’est pas un feu de paille. Il est appelé à durer et à se renforcer. Pour parvenir à un mouvement pérenne il faut un élément commun et cela ne peut être qu’un programme, révolutionnaire et cohérent. C’est pourquoi je m’inscris en faux par rapport aux allégations de G.Filoche qui ne cesse de claironner que FI serait responsable d’un non-accord avec Hamon. Il nous dit qu’il y avait des similitudes programmatiques à 80%. Sauf que sur l’essentiel il n’y avait pas d’accord. On a vu avec l’explosion de Syriza que lorsque l’on veut pousser les divergences sous le tapis, elles ressurgissent à la première difficulté. Il ne s’agit donc pas de fabriquer un patchwork de partis mais de créer un vrai mouvement uni sur un programme. Ceux qui pense que l’Avenir en commun n’est qu’une plateforme électorale et électoraliste se trompent lourdement. Il est le ciment du mouvement. Ceux qui appelaient de leurs voeux un Syriza ou un Podemos à la française seraient bien inspirés d’analyser ces deux mouvements dans leurs forces et surtout dans leurs faiblesses afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Le jeune mouvement de la France Insoumise ne se construira pas sur du sable, mais sur son programme. C’est bien pour cela qu’il ne saurait être question de taire les divergences fondamentales avec eux qui reprochent à FI d’être hégémonique. Oui il faut une hégémonie idéologique pour battre les forces puissantes de l’adversaire. Que ceux qui sont vacillants sur leurs bases fassent leur examen de conscience à la lumière de ce qui vient de se passer à l’élection présidentielle. Battre la finance n’est pas un jeu mais une véritable bataille qui nécessite une unité sans faille. Celle-ci ne supporte pas de compromis car ceux-ci reviennent simplement à abandonner la cohérence intrinsèque du programme.

      Francis Le 27 mai 2017 à 20:10
    •  
    • aucune sorte de train n’est passé ni n’est arrivé, nous avons tous et tout perdu, la raison en est que la théorie était fausse, la praxis était fausse. Revenir aux fondements et à l’unité de la gauche est une condition pour tirer la leçon du terrifiant désastre du 23 avril. Un cas d’école historique ou la gauche pouvait gagner et se refonder et ou ses deux dirigeants les plus bêtes du monde ont rendu impossible ce qui l’était. Impossible de faire quelque chose de plus grand sans associer toutes les forces vices de la gauche, sans les réunir rassembler, unifier.

      Filoche Le 29 mai 2017 à 08:23
  •  
  • Pas un mot sur l’OTAN et la renégociation des traités avec l’Allemagne...un détail sans doute, mais qui rend les discours crédibles, ou non.
    Vous me faites penser à un certain qui aurait pu dire "l’union, l’union, ...en sautant comme un cabri"

    gredin Le 27 mai 2017 à 20:24
       
    • non, il n’y a rien sur l’OTAN puisque ça fait divergence claire, et par contre sur l’Europe, le texte inscrit la possibilité de remettre en cause les traités comme résultante d’une bataille pour sauver l’Europe de sa crise inévitable, sauver l’Europe des libéraux, sauver l’Europe sociale de l’Europe des banques. Et tu sais qu’n pratique l’Europe est en crise et mourra si elle continue comme elle est et donc les rapports de force sont mouvants er propices a une bataille allant du plan A au plan B. Ecoutes donc Généreux et Piketty, ce n’est pas n’importe qui, et eux deux disent qu’il sont d’accord. Et il y a 12 points qui, s’ils sont mis en oeuvre, impliquent un affrontement net avec Schauble et Merkel, relis ces 12 points et compare avec Macron... Oui compare parce que c’est le réel, le réel c’est Macron et le réel aurait pu être ces 12 points s’il y avait eu accord. Relis encore ces 12 points même avec les limites que tu crois y voir et re compares avec Macron : cela veut dire que tu as refuse ces 12 points d’accord, au nom des deux points que tu crois discutables, et que tu as en creux "préfère" en pratique sans sauter comme un cabri, le programme de Macron plutôt que ces 12 points, que tu as fait de ces 2 points un préalable, préférant sacrifier la possibilité de mettre en oeuvre 12 points et et battre Macron, réfléchis ! quand auras tu 100 % d’accord ? t’es sur que tes réserves valent de penser que les 12 points ne sont pas "crédibles" ? quand auras tu une autre occasion de gouverner sur 12 points avec un gouvernement Hamon Jadot Laurent Mélenchon ? Veux tu dire que tu ne le feras jamais sans avoir un accord sur 14 points ? Tu comprends bien qu’on n’est pas des cabris mais des réalistes, des gens qui ont les pieds sur terre et qui ont pendant 18 mois toute leur énergie jour et nuit pour parvenir a un accord de toute la gauche sur un candidat unique, sur une plateforme de ce type, pour gagner le 23 avril. Et une chose est sure c’est qu’en refusant cet accord, la défaite était inéluctable et il en résulte un désastre inéluctable pour les législatives et le combat est mille fois plus difficile contre Macron qu’il ne l’aurait été si Hamon et Mélenchon unis avaient gagné. Imagines le coup de tonnerre a gauche, dans l’histoire, dans le monde, si nous, la gauche unie avions gagné !

      Filoche Le 28 mai 2017 à 07:49
  •  
  • Sur mon forum, (un des rares totalement ouverts, qui a laissé publier 17000 postes sur 120 pages en 8 ans) déjà des monstres FI insultaient avec des termes d’une grossièreté inouie, et de façon arrogante venaient donner des leçons, mais cela s’est répandu partout et vient à 99 % comme ici de la FI, en meute, alors il conviendrait que la gauche s’émeuve de ce qui se passe en son sein, ce n’est pas anodin, marginal, ce type d’insultes est intolérable, insupportable, nécessairement condamnable, extérieur a toute tradition cultivée, humaniste, émancipatrice, or, rien que dans cette liste de 130 post sur Regard, il y a eu de quoi doubler la liste des mots utilisés sur FB, sur forum : porc, vieux, gros, gras, gros porc engraissé, troll trop laid, retraité, pleureuse, fossoyeur, sénateur Obélix, vous êtes mort, malade de merde, amateur, peu de lapin, opportuniste, délirant, bouffon, alcoolique, socialope, solférinien, protozoaire, delirium tremens, sbire, ferme ta gueule, fais du vent qui filoche en s’effilochant, fantome, schyzophrène, vieux dandy gauchiste, fossoyeur, prends tes pilules et dégages, mauvais perdant, défend son os, la vieillesse est un naufrage, meurs, vendu, traitre, ayatollah, le cul entre deux chiottes, ripoublicain, gauche tuyau de poele, co-responsable de la politique de droite du PS, rosatre, verdatre, politichiens, amuseur public, cohn-benditisé, gaucheux, bonze donneur de leçons, sommité déchue et contestée, parti de vendus, ignoble parti, malade, mouton, hémiplégique, dégât psychique, délirant, perturbe mentalement, amuseur public, immuable petit, « gégé » sombre crétin, idiot, bargeot, pauvre type, pourri, corrompu, escroc, en fin de carrière, usé, naufragé, dépassé, pitoyable, lamentable, minable, alien, appareillé de breloques, « résistant de la 2° guerre mondiale », « mengele refoulé », stalinien jusqu’au bout, de fou, pov’ naze, fiotasse, vieille catin, disque rayé, torpille des dominants, soumise, âne qui s’entre-gratte, des gras dans ton genre qui chient dans les bottes, ferme ta gueule, filou, idiot utile, génération de vendu, soutien au système, prends tes couilles, débile, bipolaire, tombé bien bas, me promettant de me jeter, de me faire payer, de m’écraser, de me réduire, de m’exiler, de me dégager, calculateur a deux francs six sous, analyse de merde, sans idéaux, ils critiquent même mon orthographe, mes fautes, m’accusent d’être à la soupe, bouffeur au râtelier, allégeance, dans des bureaux feutrés, rattaché aux postes, aux prébendes, aux sièges, clown, radoteur, ridicule, honte du pays, de me faire graisser le cul profond, payé grassement, Ça s’accroche au pouvoir comme les étrons aux semelles, suppôt ou soutien lié... à Valls, Macron, Hollande, Cambadelis, social traitre, pitre trotskiste, trotskiste ouvrieriste (LCR) sic, conservateur de droite années 80 90 ? BHL, Gluscksmann, Goupil, apparatchik, néo capitaliste, pseudo gauche de sycophante, grenouilleur suintant manoeuvrier, soudoyé par Juncker, etc… les plus hypocrites, crient « je t’aimais bien mais.... j’aurais voté pour toi... je vous estimais mais... je partage sur le droit du travail, mais tu me déçois.. » (c’est un grand classique) et ils ressortent la logorrhée officielle, leurs éléments de langages sectaires qui sont tous les mêmes sur des km et des km, pris à la même source dans la même meute qui se connaît visiblement et se relaie. Tout ceci vient de la FI, drôle de « mouvement » : difficile de penser que les dirigeants ignorent cela, en tout cas, ils ne combattent pas ces insultes qui viennent de leur base qui ne devraient pas être tolérés dans la gauche ni dans l’humanité. C’est un grand danger pour la gauche, la pensée humaine, l’avenir.

    Filoche Le 28 mai 2017 à 08:17
  •  
  • Il y a évidemment à réflêchir sur ce qui a réellement bloqué l’union à gauche. Le point sur l’OTAN est indiscuté, dont acte. Ceci étant ce n’est pas une mince affaire. Indépendance (relative mais précieuse) dans une montée vers les guerres. Budget militaire non lié aux 2% de PIB imposés par les USA (Hamon proposait 3%...). Piketty qui se rapprochait de Généreux ? Cela en a surpris plus d’un en effet. Cela a-t-il changé l’attitude de Hamon vis à vis de JLM ( je pense ici au pacte de non agression) ? En rien. Signe selon moi que la "mission" de Hamon était de maintenir des voix de gauche hors de portée de JLM (comme en 2012 d’ailleurs). Devant la manoeuvre évidente, les unionistes pouvaient se rallier à la formation ayant déjà réalisé l’union de gauche, la FI. Peu l’on fait et le PCF lui-même a joué double jeu. Autant les insultes sont à proscrire, autant se la raconter en disant que la FI porte le malheur des humbles à son débit est oublier un peu vite le crédit de fait que vous avez apporté au PS en y restant. Le résultat lamentable de Hamon, l’échec prévisible de la FI aux législative, la majorité politique de MACRON (des députés PS aux républicains) est largement de votre responsabilité personnelle. Assumez. Comme nous devons assumer les outrances de certains dans nos rangs.

    gredin Le 28 mai 2017 à 16:52
  •  
  • Merci Gérard Filoche de parler politique là où d’autres se contentent d’injurier. Les injures contre des responsables de la Gauche socialiste font partie du répertoire de la Droite, de l’extrème droite et de leurs Trolls.

    La Gauche a toujours gagné ses sièges au deuxième tour par l’Union,. Ce sera autant de voix au Parlement en moins pour les lois antisociales et anti-écologiques de la Droite et du Centre droit.
    La seule solution est désistement républicain de gauche pour le candidat de gauche le mieux placé.
    Les défenseurs de la loi "Travail" ’Valls, El Khomry, Macron...) ne font pas partie de la Gauche.

    Les partis de gauche qui refuseront cet accord diviseront par cinq le nombre de députés de gauche, leur nombre de députés potentiels et seront pour une très longue période très fortement minorisés, que ce soit PS ou FI.

    Morice Le 28 mai 2017 à 23:23
       
    • L’union mais autour de quel programme. Le ps a rallié celui de lrem alors est-ce là votre projet rejoindre les ultralibéraux ? Créer votre propre parti avec son projet... ?
      Pour ce qui me concerne quand je vois des listes trop fourre-tout avec des accommodements à mes yeux inacceptables je passe.
      D’ailleurs ce serait ignorer l’état de colère et d’exaspération d’une grande partie de la population sans compter les ravis de crèche qui vont avoir une descente pénible dès les premières lois.

      Irae Le 29 mai 2017 à 00:06
  •  
  • Merci Gérard Filoche de parler politique là où d’autres se contentent d’injurier. Les injures contre des responsables de la Gauche socialiste font partie du répertoire de la Droite, de l’extrème droite et de leurs Trolls.

    La Gauche a toujours gagné ses sièges au deuxième tour par l’Union,. Ce sera autant de voix au Parlement en moins pour les lois antisociales et anti-écologiques de la Droite et du Centre droit.
    La seule solution est désistement républicain de gauche pour le candidat de gauche le mieux placé.
    Les défenseurs de la loi "Travail" (’Valls, El Khomry, Macron...) ne font pas partie de la Gauche.

    Les partis de gauche qui refuseront cet accord diviseront par cinq le nombre de députés de gauche, leur nombre de députés potentiels et seront pour une très longue période très fortement minorisés, que ce soit PS ou FI.

    Morice47 Le 28 mai 2017 à 23:31
  •  
  • Rien de grand ne s’est jamais fait dans le monde sans militant. A l’origine de tous les progrès sociaux, il y a un geste engagé. Ceux qui vont courageusement à contre courant arrivent souvent avant les autres, pourvu qu’ils aient une ambition sociale universelle. Non pas au nom d’une vocation avant-gardiste, mais du simple fait qu’ils expriment de façon vivante les aspirations de millions d’humains semblables à eux.
    Le monde entier se souvient de Spartakus mais pas du nom du gouverneur qui l’a supplicié. La Commune de Paris est célèbre dans le monde entier, Thiers est révélé traître à son pays. Trotski fut paria et assassiné mais c’est Staline qui est banni par l’histoire. Le nom de Jean Jaurès est couvert de gloire, son assassin Vilain a mal fini. Guevara est célébré, son assassin, couvert de lie. Le nom de Mandela l’a emporté sur celui du fondateur de l’apartheid.
    La force des militants c’est de renverser les exploitations et les oppressions, en partant de peu. Le courage et l’opiniâtreté sont leur lot. Humbles ou célèbres, ils comptent finalement toujours plus dans l’histoire des sociétés humaines que les César, les Empereurs, les Caudillo. Il y a toujours eu des Jacquou le croquant, des sans-culottes, des communards, des résistants, des syndicalistes, des indignés. Toutes celles et ceux qui luttent contre l’exploitation des humains par d’autres humains.
    Y aurait il de la démocratie sans résistants aux tyrannies ? Y aurait il des congés payés, des retraites, une sécurité sociale, des droits du travail sans syndicalistes ? Y aurait il des progrès de l’égalité entre sexes sans féministes ? Pour sauver la banquise il faut s’en prendre aux banquiers : mais pas sans écologistes convaincus. La paix n’est pas naturelle aux sociétés humaines sans action des antimilitaristes.
    Les gestes des militants sont simples mais ambitieux. Souvent, trop souvent ils apparaissent inefficaces, vains, répétitifs : et puis la parole est entendue, le tract est lu, le film est vu et compris, internet s’embrase, l’explosion sociale est là – comme en mai 68. Alors les militants font faire aux autres le chemin qu’ils ont eux mêmes parcouru : de l’éveil de quelques consciences à la conscience de masse : là où il y a une volonté collective il y a un avenir collectif progressiste.

    Filoche Le 29 mai 2017 à 08:33
  •  
  • Et voilà que les mêmes qui continuent de voir le 23 avril comme un échec, alors que malgré le bilan du quinquennat PS, parti qui reste celui de G. Filoche aujourd’hui encore et qui a participé à devoyer le terme même de "gauche", il s’en ait fallu de 600.000 voix pour qu’un candidat de cette même famille politique soit au deuxième tour de l’élection presidentielle, recommencent pour les législatives, la même litanie et le même travail de sape qu’ils ont mené en caricaturant et diabolisant la France Insoumise lors de la campagne électorale précédente...

    Ce sont de nouveau les mêmes arguments sur une unité des formations politiques qui se disent de gauche (totalement vide de sens et incapable de mobiliser les gens au vu de l’expérience du Front de Gauche), un "parti" (qui n’est en fait qu’un mouvement) sectaire composé de violents, incultes et fanatisés au service d’un gourou egocentrique, populiste et stalinien, qui reviennent inlassablement et dont on sait, chiffres à l’appui, qu’ils ont convaincu moins de 7% d’électrices et d’électeurs de "gauche", ce qui leur fait quelques points d’accords tacites avec ceux de "droite", en y incluant bien entendu ceux votant pour le télévangiliste Macron comme le surnommait G. Filoche !

    Quelle fatigue de voir ces "Cassandres" agissant de fait pour voir leur prédictions néfastes se réaliser ! Ils sont incapables de se remettre en question et d’admettre que les 19,6% d’un programme humaniste, écologiste et social auraient pu se transformer, s’ils avaient fait preuve d’un peu de discernement, en un combat entre Macron et Mélenchon plutot qu’en plébiscite pour le premier !

    Le plus desolant dans le cas de G. Filoche, c’est que la proximité entre les "1800 60 32 5" et "l’avenir en commun" était telle que le soutien qu’il aurait dû apporter au candidat à la présidentielle PHI s’avèrait presqu’évident pour tous les sympathisants de la France Insoumise ainsi que bon nombre de socialistes... Ils sont tombés de haut en le voyant soutenir, après avoir été écarté "salement" et de façon "méprisante" par Cambadélis, le ministre du redressement productif de Hollande dans un premier temps, puis finallement Hamon grand gagnant de la primaire ! Il lui en aura fallu de l’énergie pour gratter afin de trouver des convergences avec ceux qu’il avait commencé par allègrement critiquer à raison !!! A croire que les"1800 60 32 5" ne pesaient plus grand chose face à l’impérieuse nécessité de sauver un parti socialiste moribond : l’esprit partisan a primé devant le choix du programme et du bien général...

    C’est ainsi que pour eux, 19,6% ou 6% c’est du pareil au même alors qu’il est évident qu’en les transformant en "élus" au 3ème tour que sont les législatives, l’ordre des choses imposé par la présidentielle pourrait bien en être bouleversé ! Mais quel cynisme, quelle piètre opinion des électrices et électeurs, et quel attachement immodéré aux structures faut il ressentir pour demander de "casser" une dynamique positive "enregistrée" clairement autours d’un programme en "imposant" d’en abandonner la cohérence au nom d’une unité qui confinerait à l’impuissance (comme nous avons deja tous pu en avoir vu les conséquences, notamment et toute mesure gardée, avec l’exemple d’un Hamon, abstentionniste lorsqu’il s’agissait de voter la motion communiste contre le CETA à l’Assemblée sous pretexte d’une unité de vote "socialiste").

    L’unité que réclame certains apparaît clairement comme étant celles des partis et des partisans... allant abusivement jusqu’à faire croire qu’elle serait un préalable à l’union dans la rue ! Or, il y en avait bien dans les manifestations monstres contre la loi travail qui ont voté pour la F.I. pendant la présidentielle ! Et qui le referont aux legislatives ! Quelle vision réductrice de l’engagement politique et des luttes... Quelle vision réductrice de la democratie... au point qu’ils sont incapables de reconnaitre que la France Insoumise a déja sucité l’unité de bon nombres d’encartés (et qui le sont restés d’ailleurs) dans les rangs de ses sympathisants ! La France Insoumise est une plateforme capable de faire avancer les luttes mais elle impose une "cohérence" pour garantir sa "capacité à agir"... "Gagner" en se condamnant à trahir est une défaite ! Faut il être sourd pour ne pas comprendre cela !

    Carlos Le 29 mai 2017 à 10:13
  •  
  • G.Filoche nous aligne le même copié/collé depuis des lustres. Il n’existe que par ceux qui lui apportent la contradiction.

    Francis Le 29 mai 2017 à 10:20
       
    • Bien sur, d’ailleurs mes 36 livres publiés, vendus et épuisés, les 245 numéros de la revue D&S, les dizaines de milliers d’articles, les milliers de meetings, les centaines de vidéos, au fil de l’actualité sont tous des "copié collé", dites cela aux militants D&S... je me demande bien qui vous pousse et ce que cela vous rapporte d’écrire cela ? vous êtes FN ? Nazi ? Facho ? Stalinien ? Macronien ? car sinon, a gauche, qui a intérêt à insulter diminuer nier nos efforts, nos luttes, nos contributions ?

      Filoche Le 29 mai 2017 à 12:08
  •  
  • mais bien sur que les 19 % et les 6,5 % sont du pareil au même c’est le même électorat sur un programme "voisin". C’est le même salariat sans lequel nul ne peut agir a gauche. Des millions d’électeurs, à la fin, ont vote Mélenchon malgré Mélenchon, d’autres n’ont pas voté à cause de Mélenchon et d’autres encore se sont abstenus parce qu’il n’y a fait d’unité entre Mélenchon et Hamon. 93 % des électeurs de Hamon voulaient l’unité et d’ailleurs en partie se sont ralliés, 71 % des électeurs de Mélenchon voulaient l’unité et 78 % des deux électorats voulaient l’unité. Tous les socialistes qui se résignaient à voter Mélenchon faute d’autre choix, l’ont fait. Mais les 2,4 millions d’électeurs de Hamon qui savaient bien, pourtant, quel était l’enjeu de leur vote, ne l’ont pas fait, parce qu’il n’y pas eu d’accord politique global. C’est le fond d’une course qui va du 21 janvier 2016 au 14 avril 2017 (www.filoche.net) et qui prouve de façon incontestable que sans unité il était et il a été impossible de gagner. La preuve du pudding c’est quand on le mange. Et on mange de la défaite tous les jours, toutes les heures depuis, on avale du désastre, on subit une terrible déroute, on a tous et tout perdu, tout est à refaire, les voix et le programme sont perdus balayés, rangés dans un tiroir, hop c’est Macron qui gouverne et on va souffrir jusqu’a ce que le mouvement social aide à corriger et inverser cette tragédie. On a eu le cas d’école historique ou la gauche pouvait à la fois gagner et se refonder, et ou elle a perdu par sa propre et seule faute, parce que ses deux dirigeants du moment ont été les plus bêtes du monde et ont été incapables, ont refusé de faire alliance, alors qu’ils étaient si proches. Et les législatives vont nous faire connaitre le même sort, parce que la division appelle la division, le désastre appelle le désastre, la déroute va réduire le nombre de putes de gauche tout compris, a moins de 50, parce qu’aucune leçon n’a été tirée du 23 avril et pire, arrogance et triomphalisme aveuglent les mêmes dirigeants qui s’entêtent et les conduisent à... NOTRE perte ! Un pas en avant vaut mieux que mille programmes, nous venons de faire mille pas en arrière, et il reste à reconstruire l’unité, une dynamique, dans la lutte, la rue, et en occupant, si nous y parvenons, les entreprises.

    Filoche Le 29 mai 2017 à 10:39
       
    • Personne n’a jamais été contre la dynamique unitaire ! Ce serait mentir que de dire le contraire ! Mais c’est la question du "autours quoi" qui posait un soucis et la pose encore !

      La position des unionistes à tous prix se résumait en trois phrases significatives de votre crû (il s’agit de citations venant de votre blog) :

       "celui qui veut mettre ses cohérences en préalable a un accord et a l’action est un parfait imbécile apolitique qui ne fera jamais jamais jamais rien"

       "Modifier les programmes fera perdre 50.000 voix de sectaires mais gagner 2 millions de voix"

       "Hamon président, Mélenchon 1er ministre !"

      Alors que la séquence qui s’était initiée en 2012 marquait la prédominance d’une idéologie "droitière" au sein du PS avec
      Cambadélis, Valls et consorts ainsi que l’incapacité des "frondeurs" à leur faire barrage (et encore moins à les censurer), il aurait fallu soutenir un Hamon qui avait fait la tournée des "droitiers-contrariés" en leur donnant des gages en échange de leur soutien tacite... jusqu’à accepter d’assumer le bilan du quinquennat !

      En somme, n’importe qui y aurait vu tout le flou et l’ambiguïté d’un Hollande bis ! Mais pas les "unionistes" ! En quoi était-ce si évident qu’il fut le candidat "naturelle" de la gauche après ces 5 dernières années ? Quelle garantie les électrices et électeurs qui ont choisi le programme de la France Insoumise auraient-ils pu accorder à l’application par la suite d’un accord basé sur un programme "au rabais" (ou en tous cas, réduit à sa plus simple expression) ? Le fait que Mélenchon eut été 1er ministre ? Oui certes... jusqu’aux législatives en tous cas ! Les législatives parlons-en ! Une nouvelle fois, nous voici face à la question de la "confiance" demandée aux citoyennes et citoyens par les politiques... Et quelles garanties leur offre-t’on ? Celles d’avoir de nouveau des élus fabriqués sur le même modèle que les anciens... Mais on n’aura pas eu le choix puisqu’il n’y aurait eu qu’1 seul candidat de gauche dans chaque circonscription !

      Décidément, s’il y a bien une différence entre les 6,5% et les 19,6% elle se situe sur le fait de donner quelques indices à ceux qui cherchent une réponse à la question de l’importance d’être cohérent en politique... A quoi sert de gagner 2 millions de voix si c’est pour les trahir une nouvelle fois ? A quoi sert de clamer "1800 60 32 5" et au lieu d’appeler à voter Mélenchon plus proche politiquement de ces propositions, appeler à voter Hamon ?

      Enfin, que pensez de l’unité lorsque celui qui y invite annonce clairement la couleur :

      "La FI n’incarne aucune rigueur programmatique", c’est une "secte triomphaliste" soumise à un "(..) dieu (...) césar (...) tribun""Mélenchon qui impose la défaite la déroute, le malheur"
      C’est "un parti plébiscitaire vertical, centraliste bonapartiste" qui"n’est ni ouvert(e) ni genereux(se), ni unitaire, ni efficace" et c’est juste le "fanatisme", "l’autoritarisme qui y règne"
      C’est une "résurgence de stalinisme tardif et larvé" qu’il faut "éradiquer".
      En effet, "Je pressens que les différences dites des "insoumis" sont en fait une régression contre laquelle il convient de lutter"
      La FI c’est "la gauche des estrades et des harangues", celle qui porte "le nationalisme, (...) le souverainisme"

      Franchement, il y a quelque chose de soûlant à être perpétuellement sollicité pour formaliser une "unité" par des gens qui n’ont que mépris pour les idées que vous défendez et caricaturent à outrance l’engagement politique de vos compagnons... Et je ne parle pas de Mélenchon, dont personnellement je me fous (ne lui en déplaise) mais de tous les sympathisants qui veulent une avancée significative dans les luttes pour le progrès social, économique et écologique...

      Il est clair que PHI est une plateforme ouverte où l’on trouve déjà bon nombre d’encartés mais aussi d’antipartidaires de laquelle a émergé un programme fédérateur pour 2017 ! Mais ce programme n’est absolument pas une plaque de marbre immuable et il est appelé à évoluer pour rester aux prises avec la réalité en pleine mutation dans laquelle s’inscrit notre société ! Clairement, les aménagements du programme "l’avenir en commun" ne peuvent pas être circonstanciers mais doivent coller à une exigence d’efficacité dans ses objectifs (et ses objectifs dépassent de loin la seule unité de la "gauche") ! Autrement dit, tous ceux qui souhaitent contribuer à faire évoluer le projet sur du long terme peuvent le faire, que ce soit le PCF, le PS, EELV en prenant une part plus active au sein du mouvement... à condition qu’ils soient mués par des intentions affichées et motivées susceptibles de dégager une ligne cohérente et commune !

      carlos Le 29 mai 2017 à 13:21
  •  
  • mais ce jeu des citations n’aide pas a y voir clair, surtout quand elles sont tronquées et utilisées a contre emploi de ce que leur auteur leur faisait dire...
    1°) plus de mille fois j’ai répète entre le 21 janvier 2016 et le 14 avril 2017 qu’il fallait un accord politique global, incluant une plateforme de gouvernement commune, un accord de gouvernance, et un accord de majorité parlementaire. La plateforme j’en ai même écrit un projet à titre d’exemple. Il est disponible en 12 points sur mon blog, le 25 avril. Je l’ai fait à la demande d’une des partie concernées, et il a été communiqué à l’autre partie en temps utile. Il était évidemment remaniable par qui des deux le voulait. Il aurait pu faire accord. SUR LE FOND !!
    2°) la gouvernance : j’ai proposé audacieusement et à titre personnel, en le précisant, sans mandat, au moment ou les sondages donnaient Hamon à 17 % et Mélenchon à 9 %, que Hamon soit président et Mélenchon soit premier ministre. C’était hardi, novateur, et révolutionnaire ! Vous imaginez un gouvernement ainsi fait ? C’est en soi une révolution dans l’histoire du pays, en Europe et dans le monde. La donne est bouleversée ! D’autant que tous les deux sont pour la VI° république, et j’ai précisé un gouvernement Hamon Jadot Laurent Mélenchon. Mais je n’ai eu aucune réponse d’aucun des deux, aucun des deux ne s’en est indigné à ce moment là (début février) et n’a ni refusé, ni accepté. Quand les sondages ont changé et que Hamon est passé à 9 % et Mélenchon à 17 %, j’ai évidemment cessé de dire cela, pensant que la même formule devait s’inverser, et j’ai proposé qu’ils se rencontrent sur la plateforme pour en discuter en "72 h" en "48 h" pour conclure un accord global. 3°) Je proposais depuis le 4 février que les députés soient ensuite, après, la victoire du 23 avril et du 7 mai, "labellisés" "majorité présidentielle" en soutien au gouvernement H J L M qui aurait été mis en place le 10 mai et élus sur la base de sa plate-forme. C’était clair sur le fond et clair sur la méthode. 4°) Ou y a t il un problème ? Dans ce que je pense de la plate-forme, de la forme et du fonctionnement de la FI ? En aucune façon, l’unité n’est pas l’unité de pensée, mais l’unité d’action, on peut être différents, pluriels, pluralistes au sein de la gauche et agir en commun, gouverner ensemble, c’est déjà arrive en 1936, en 1942 (pour écrire le programme du CNR, les gens étaient plus différents que ce que nous sommes !) en 1945, en 1981, en 1997... Un programme de gouvernement exige des mesures essentielles, avec un calendrier, il ne saurait réduire la pays à des béni oui oui ni chacun à aimer la culture intime de l’autre. Dans les articles que vous citez, et où j’ai exposé franchement mes divergences politiques avec la FI (vous les avez découpées, vous avez enlevé le détail du contenu politique de D&S, les lecteurs peuvent retrouver ce texte réel - et d’autres - sur mon blog) (www.filoche.net), peu importe, je précise que, en dépit de ces divergences mon estimation est qu’on peut avoir plate-forme commune gouvernement commun et majorité commune, c’est ça l’essentiel.

    Filoche Le 29 mai 2017 à 16:48
  •  
  • « Il faut menacer d’occuper les entreprises »
    Piètre syndicaliste que celui qui croit qu’il suffit de menacer pour effrayer. Et après ? On appuie sur le bouton rouge ? Comment est-il possible de tenir un tel discours ? Tout syndicaliste un tant soit peu sérieux sait évaluer un rapport des forces. M. Filoche croit-il qu’aujourd’hui les conditions d’une grève générale avec occupation des entreprises sont réunies ?

    choucroute Le 29 mai 2017 à 17:54
       
    • un syndicaliste sait une chose, c’est quand il y a accumulation de non succès, les salariés acculés cherchent une issue avant de se faire tout prendre, il y a des cas ou il faut des issues politiques, évidemment ça ne peut pas être FI, extérieur au mouvement social et à ses traditions, mais une demande d’unité de la gauche surgit en profondeur, d’une part, et oui 14 manifestations majoritaires sans gagner en 2016, ça pousse à bout... soit on arrête soit on se bat, et si on se bat alors il faut forcément rechercher des formes de luttes appropriées. C’est tout. Après pas besoin de mots d’ordre, la plaine est sèche. Et quand l’heure viendra elle viendra.

      Filoche Le 29 mai 2017 à 23:12
    •  
    • Belle tentative d’esquive mais le sujet était celui de la menace d’occupation.

      choucroute Le 30 mai 2017 à 20:01
  •  
  • Le mécanisme social qui conduirait à une révolte des opprimés est une lecture désinvolte de Marx. La dialectique nous invite à une toute autre lecture du réel. La puissance de l’idéologie libérale est telle, l’individualisation des salariés et leur peur sont telles, la précarisation atteint un tel niveau, les intellectuels sont si poreux à cette idéologie (personne n’y échappe) que le mouvement syndical n’en peut mais aujourd’hui. Les postures de la CFDT.FO.CGC... ne viennent pas nous rassurer sur ce point, les syndicalistes de garde sont là.
    Dézinguer le mouvement FI au nom d’une pureté dogmatique de l’union avec des militants qui s’obstinent à défendre un outil plutôt qu’à changer d’outil (les communistes sont pareils)...au lieu de contribuer utilement au débat des organisations qui seraient aptes à ouvrir une perspective alternative au mouvement social,me paraît stérile. La période est dangeureuse, l’affaire cazeneuve qui refuse la responsabilité des ordres donnés par le gouvernement PS en dit long.

    gredin Le 30 mai 2017 à 11:08
       
    • j’ai vécu mai 68 a l’âge de 22 ans. Avant, quand j’ai commence a militer entre 1963 et 1968, il y en a qui me disaient "il n’y aura jamais plus de mai juin 36, ni même 45, la classe ouvrière est embourgeoisée, atomisée par le crédit, le tiercé, la bagnole." il y avait des théoriciens sur la "nouvelle classe ouvrière", sur les "cadres ingénieurs et techniciens", (les "CSP" de l’époque) et d’autres sur la fin des syndicats, et sur leur division, sur l’individualisation des consciences, d’autres pensaient en termes de révoltes globales, ou les questions matérielles, revendicatives, n’avaient plus place. D’autres enfin glosaient sur l’après guerre d’Algérie, et donnaient la priorité au "tiers monde révolutionnaire" les "damnés de la terre", les seuls qui étaient en position de continuer la révolution éteinte dans les pays capitalistes, enfin les derniers priorisaient la lutte armée, la guérilla, afin de "réveiller la classe ouvrière assoupie" par des années d’exploitation et de soumission idéologique. Je n’ai jamais cédé à ces sirènes, car mon salariat, la classe sociale majoritaire de mon pays, 93 % des actifs, n’a jamais cessé d’être active, motrice, combattante, et mai 68 est une "histoire sans fin" dont les relais sont passés de génération en génération, en 1973, 1976, 1982, 1986, 1994, 1995, 2003, 2006, 2010, 2016... il existe une mémoire sociale que vous n’avez pas, et dont vous vous privez : a la fois vous avez surestime la puissance de l’idéologie libérale et vous n’aviez même pas imagine que Hollande puisse retirer et Valls battu, vous n’avez même pas compris les racines puissantes de la victoire de la gauche socialiste par delà Hamon, vous avez hésité a abandonner l’idée de vous construire dans la défaite et un moment avez cru pouvoir gagner le 23 avril alors que ce n’était pas dans vos plans, (qui ont toujours été ceux de la défaite a la présidentielle, sauf le 23 avril pendant une heure ou votre chef s’est pris la tête dans le flou) mais votre encroûtement idéologique malgré quelques hésitations, dans un schéma ou vous méprisez le mouvement social dominé n’avait pas cessé en profondeur : Mélenchon trouve le moyen de s’en vanter le 14 avril quand il raconte au Parisien qu’il a eu "raison" de "résister à l’unité". L’ignorance des forces vives transmises depuis mai 68, est réelle chez vous, cela vous fait parler de "insurrection civique" au lieu d’insurrection sociale. Cela vous faire faire des manifs à la façon des opposants a Poutine : "les marches du désaccord" ( 6 mai 2013 "du balai" et 1er décembre 2013 "non a la TVA") au lieu de vous inscrire dans les mobilisations unitaires anti ANI, anti loi Ayrault sur les retraites, anti loi Macron, anti loi El Klhomri. Et d’ailleurs dans on dernier billet désespéré JLM l’annonce, après votre inéluctable déroute (qui sera la notre a tous a gauche) aux législatives : "Pour l’instant, comme cela est bien normal pour un mouvement fondamentalement inscrit dans la logique de la démocratie politique, les campagnes sont des campagnes électorales. Mais demain, elles redeviendront des campagnes sur des thèmes précis comme la sortie du nucléaire, la lutte pour la paix, contre la pauvreté et ainsi de suite. Ou bien des mobilisations en appui à des actions organisées par d’autres et dont les objectifs sont aussi les nôtres ; je pense aux actions sur le climat ou celle du type du samedi 20 mai contre Montsanto. Demain encore, le programme restera toujours l’objet central du mouvement." là il enjambe encore, et méprise à sa façon , tellement ancienne dans sa culture, déjà ce qui est la premier objectif naturel, basique, contre les ordonnances Macron anti code du travail, il n’imagine pas que le blocage des salaires puisse être central. Pour moi le socialisme vient du ventre, pour JLM il vient "des lumières" (les siennes). Tu me donnes là un leçon stupide de faux marxisme, impressionné que tu es par le domaine des idées par le libéralisme et la peur, (ainsi que tu le décris) : mais la reconstitution de nos forces de gauche, viendra en profondeur des besoins, des luttes élémentaires, revendicatives, aucune idéologie libérale, n’arrêtera cela, car ce sont ces mouvements là, ceux du "besoin" qui reproduisent sans cesse l’aspiration au socialisme, ils sont l’école ressourçante du socialisme, on ne les décrète pas, ces soulèvements surgissent quand le salariat exaspéré n’a pas d’autre choix pour récupérer la part immense des richesses qu’il produit et que la finance lui vole. Encore faut il les préparer, y contribuer, les pressentir, former le cadre politique qui leur permettre de s’épanouir et d’aller le plus loin possible dans la mobilisation. Et oui, en France, le plus loin possible a été jusque là, l’occupation généralisée des entreprises bloquant tout et donnant aux appareils syndicaux le pouvoir de négocier. Peut etre sera ce aussi l’occasion de faire mieux qu’en juin 36 et mai 68 et d’ouvrir un double pouvoir entre salariat et patronat, mais là, si je le souhaite, nous le souhaitons (D&S et moi), je n’en sais rien, nous n’en savons rien. lire "mai 68 histoires ans fin" Ed. Flammarion en 1998, 2008 et demain en 2018.

      Filoche Le 30 mai 2017 à 12:55
    •  
    • j’ai vécu mai 68 a l’âge de 22 ans. Avant, quand j’ai commence a militer entre 1963 et 1968, il y en a qui me disaient "il n’y aura jamais plus de mai juin 36, ni même 45, la classe ouvrière est embourgeoisée, atomisée par le crédit, le tiercé, la bagnole." il y avait des théoriciens sur la "nouvelle classe ouvrière", sur les "cadres ingénieurs et techniciens", (les "CSP" de l’époque) et d’autres sur la fin des syndicats, et sur leur division, sur l’individualisation des consciences, d’autres pensaient en termes de révoltes globales, ou les questions matérielles, revendicatives, n’avaient plus place. D’autres enfin glosaient sur l’après guerre d’Algérie, et donnaient la priorité au "tiers monde révolutionnaire" les "damnés de la terre", les seuls qui étaient en position de continuer la révolution éteinte dans les pays capitalistes, enfin les derniers priorisaient la lutte armée, la guérilla, afin de "réveiller la classe ouvrière assoupie" par des années d’exploitation et de soumission idéologique. Je n’ai jamais cédé à ces sirènes, car mon salariat, la classe sociale majoritaire de mon pays, 93 % des actifs, n’a jamais cessé d’être active, motrice, combattante, et mai 68 est une "histoire sans fin" dont les relais sont passés de génération en génération, en 1973, 1976, 1982, 1986, 1994, 1995, 2003, 2006, 2010, 2016... il existe une mémoire sociale que vous n’avez pas, et dont vous vous privez : a la fois vous avez surestime la puissance de l’idéologie libérale et vous n’aviez même pas imagine que Hollande puisse retirer et Valls battu, vous n’avez même pas compris les racines puissantes de la victoire de la gauche socialiste par delà Hamon, vous avez hésité a abandonner l’idée de vous construire dans la défaite et un moment avez cru pouvoir gagner le 23 avril alors que ce n’était pas dans vos plans, (qui ont toujours été ceux de la défaite a la présidentielle, sauf le 23 avril pendant une heure ou votre chef s’est pris la tête dans le flou) mais votre encroûtement idéologique malgré quelques hésitations, dans un schéma ou vous méprisez le mouvement social dominé n’avait pas cessé en profondeur : Mélenchon trouve le moyen de s’en vanter le 14 avril quand il raconte au Parisien qu’il a eu "raison" de "résister à l’unité". L’ignorance des forces vives transmises depuis mai 68, est réelle chez vous, cela vous fait parler de "insurrection civique" au lieu d’insurrection sociale. Cela vous faire faire des manifs à la façon des opposants a Poutine : "les marches du désaccord" ( 6 mai 2013 "du balai" et 1er décembre 2013 "non à la TVA") au lieu de vous inscrire dans les mobilisations unitaires anti ANI, anti loi Ayrault sur les retraites, anti loi Macron, anti loi El Klhomri. Et d’ailleurs dans son dernier billet désespéré JLM l’annonce, après votre inéluctable déroute (qui sera la notre à tous à gauche) aux législatives : "Pour l’instant, comme cela est bien normal pour un mouvement fondamentalement inscrit dans la logique de la démocratie politique, les campagnes sont des campagnes électorales. Mais demain, elles redeviendront des campagnes sur des thèmes précis comme la sortie du nucléaire, la lutte pour la paix, contre la pauvreté et ainsi de suite. Ou bien des mobilisations en appui à des actions organisées par d’autres et dont les objectifs sont aussi les nôtres ; je pense aux actions sur le climat ou celle du type du samedi 20 mai contre Montsanto. Demain encore, le programme restera toujours l’objet central du mouvement." là il enjambe encore, et méprise à sa façon , tellement ancienne dans sa culture, déjà, ce qui est le premier objectif naturel, basique, contre les ordonnances Macron anti code du travail, il n’imagine pas que le blocage des salaires puisse être central. Pour moi le socialisme vient du ventre, pour JLM il vient "des lumières" (les siennes). Tu me donnes là une leçon stupide de faux marxisme, impressionné que tu es par le domaine des idées par le libéralisme et la peur, (ainsi que tu le décris) : mais la reconstitution de nos forces de gauche, viendra en profondeur des besoins, des luttes élémentaires, revendicatives, aucune idéologie libérale, n’arrêtera cela, car ce sont ces mouvements là, ceux du "besoin" qui reproduisent sans cesse l’aspiration au socialisme, ils sont l’école ressourçante du socialisme, on ne les décrète pas, ces soulèvements surgissent quand le salariat exaspéré n’a pas d’autre choix pour récupérer la part immense des richesses qu’il produit et que la finance lui vole. Encore faut il les préparer, y contribuer, les pressentir, former le cadre politique qui leur permettre de s’épanouir et d’aller le plus loin possible dans la mobilisation. Et oui, en France, le plus loin possible a été jusque là, l’occupation généralisée des entreprises bloquant tout et donnant aux appareils syndicaux le pouvoir de négocier parce ce la a existé, cela existera. Peut être sera ce aussi l’occasion de faire mieux qu’en juin 36 et mai 68 et d’ouvrir un double pouvoir entre salariat et patronat, mais là, si je le souhaite, nous le souhaitons (D&S et moi), je n’en sais rien, nous n’en savons rien. Lire "mai 68 histoires ans fin" Ed. Flammarion en 1998, 2008 et demain en 2018.

      Filoche Le 30 mai 2017 à 13:26
  •  
  • Filoche est membre du PS. Tout est dit.

    DMc Le 31 mai 2017 à 09:24
       
    • ouuuaaiiiis vive le socialisme !

      Filoche Le 31 mai 2017 à 10:50
  •  
  • Petite remarque en passant : Marx évoquait le passage du capitalisme au communisme, pas au socialisme. Le socialisme tel qu’il est construit par la social démocratie est une des planches de salut du capitalisme (l’idéologie...)

    gredin Le 31 mai 2017 à 16:58
       
    • mais Gredin, c’est évidemment faux, pour Marx on passe de l’un à l’autre justement, le socialisme c’est redistribuer a chacun selon ses capacités et le communisme ensuite redistribue a chacun selon ses besoins

      Filoche Le 31 mai 2017 à 23:20
  •  
  • Il s’agit d’une définition erronée du communisme !
    Sa devise est " De Chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins "

    Selon Marx la société communiste est la phase finale de l’histoire avec la disparition de l’état et des classes sociales, cela suppose que le développement des forces productives est arrivé à un tel niveau qu’on se trouve dans une société d’abondance, les biens sont suffisamment nombreux en quantité pour qu’on puisse les distribuer à tous ceux qui en ont besoin sans restriction, la production de ces biens est assurée par tous selon les capacités de chacun.
    Le salariat est aboli puisqu’on ne reçoit pas selon son travail mais selon ses besoins, en échange on fournit à la société tout ce qu’on peut et sans attendre de recevoir une part de richesse en retour.

    Le socialisme c’est différent, il s’agit d’une étape transitoire vers le communisme qui est caractérisée par la persistance de classes sociales, la lutte qu’elles continuent a se mener entre elles et surtout la fameuse dictature du prolétariat qui signifie que seule la classe sociale des prolétaires a le pouvoir et impose ses décisions aux autres classes, la condition selon Marx pour que la révolution prolétarienne puisse se poursuivre et ne pas être arrêtée et la transition vers le communisme s’opérer.
    Il importe de bien comprendre qu’à l’époque ou a été écrit le manifeste du parti communiste en 1848, la classe ouvrière était minoritaire voir pratiquement inexistante dans beaucoup de pays, seuls les pays avancés d’Europe Occidentale, France, Allemagne et Angleterre qui avaient vécu les débuts de la révolution industrielle et le développement rapide du prolétariat par la reconversion des anciens paysans touchés par l’exode rural faisaient un peu exception. La classe paysanne était presque partout en tout cas la principale classe sociale.
    Marx considérait que seule la classe ouvrière avait la capacité de mener la révolution socialiste, c’est la raison pour la quelle il avait créé cette notion de dictature du prolétariat.
    Aujourd’hui la paysannerie est en voie de disparition, en tout cas, elle s’apparente plutôt dans le meilleur des cas à une petite bourgeoisie, puisqu’ils sont propriétaires de leurs exploitation, les frontières entre la classe ouvrière et les classes d’autres salariés, employés, cadres travailleurs indépendants, tend à s’effacer.
    Les théories marxistes sont encore valides mais il faut prendre bien garde à ne pas les interpréter d’une manière dogmatique, outre les erreurs éventuelles dont on s’est rendu compte à l’usage, la société a évolué.
    Ce que Marx n’avait sans doute pas prévu c’est que le capitalisme durerait aussi longtemps, assez longtemps pour que les rapports de production change.

    Dans les années 70-80, on parlait de capitalisme, monopolistique d’état, on croyait qu’on était arrivé au stade ultime du capitalisme, on a vu avec l’apparition de la mondialisation qu’il n’en était rien puisqu’aujourd’hui, c’est le capitalisme financiarisé multinational qui a remplacé le capitalisme monopolistique d’état, la marche vers le monopole se poursuit mais elle échappe aux états pour se produire au niveau international.
    Ce qui donne raison d’ailleurs à Trotsky quand il disait que la révolution socialiste serait mondiale ou ne serait pas.

    Par contre ce qui est décrit dans le capital sur le fonctionnement du capitalisme reste valide L’accumulation forcenée, la recherche à tout prix du profit, l’exploitation du travail des autres, etc , tout cela est d’une brûlante actualité meme plus de 160 ans après !

    Dominique Babouot Le 4 juin 2017 à 22:49
  •  
  • C’est bien Marx qui, dans sa Critique du programme de Gotha, a introduit la distinction d’emblée classique entre phases inférieure et supérieure de la Société sans classes. Seulement il n’y appelle pas du tout la première socialisme, mais phase inférieure « de la société communiste » - pour lui, il ne peut être un instant question de penser cette première phase, sous une appellation autre que celle de communisme, comme inférieure par le niveau des exigences - est par exemple aussitôt à l’ordre du jour pour lui la nécessité de briser la machine étatique bourgeoise et d’engager le dépérissement de l’Etat en tant qu’instrument d’oppression de classe. Inférieure, elle l’est exclusivement par le niveau de satisfaction initialement possible de ces exigences, ce qui n’ajourne en rien leur nécessité. Jamais Marx n’a quant à lui envisagé qu’on puisse aller vers la société sans classes en se contentant d’engager en une première phase, “socialiste”, la seule transformation - pour cruciale qu’elle soit à ses yeux - du mode de propriété des moyens de production et d’échange, comme si l’engagement des autres transformations pouvait être différé.

    gredin Le 5 juin 2017 à 18:49
  •  
  • bien sur il n’y a pas "d’étape" entre socialisme et communisme, le passage de l’un a l’autre, de la distribution de chacun selon ses capacités et chacun selon ses besoins, c’est le développement des forces productives et de l’abondance, la révolution par étapes, ça n’existe pas, il est impossible de construire le socialisme dans un seul pays, son extension est impérative, le stalinisme était une contre révolution théorique et sociale en combattant la révolution permanente, et en prétendant construire le socialisme dans la seule URSS... c’est comme si on voulait privilégier le socialisme en France, la souveraineté en France, sans combattre pour la construction du socialisme en Europe et dans le monde... C’est pour ça qu’un socialiste un communiste ne peuvent être "français". Ils ne peuvent être insoumis mais doivent être révolutionnaires et internationalistes.

    Filoche Le 6 juin 2017 à 21:09
       
    • quelques remarques :
       le stalinisme n’a que peu à voir avec le communisme (ne serait-ce que sur le plan du"dépérissement" de l’Etat ! et bien sûr du point de vue de l’humanisme !) ;
       la FI n’est pas un mouvement "communiste" même si certains de ses membres se réclament de cette vision de l’avenir ; Son programme est de "bon sens" pour atténuer les effets du système sur les gens. C’est pour cela que je suis très critique sur le programme qu’a présenté (très tardivement !) Hamon.
       les forces productives et leur développement ne conduisent pas mécaniquement au dépassement du mode de production capitaliste, ce dernier, on le voit depuis 1929, est en capacité de trouver de nouvelles formes de soumission et de nouvelles sources de profit !
       S’il faut attendre que tous les pays avancent en même temps vers le communisme...autant laisser tomber ! cela me rappelle l’argument des salariés qui me disaient : je ferai grève quand tous les syndicats seront ensemble ! demandez à la CFDT ce qu’elle en pense !
       ceci étant le débat et la dispute sont indispensables pour essayer de s’en sortir !

      gredin Le 7 juin 2017 à 10:26
  •  
  • réflexion complémentaire : si l’on regarde la situation de pays à fort développement des forces productives (sciences fondamentales comprises) tels que les pays des zones dollar, euro, yen et celle des pays empêchés (anciennes colonies, pays laissés pour compte) on ne peut attendre de ces derniers une révolution sociale et technique que de fait les pays riches et dominants leur refusent !
    la révolution doit se produire chez les premiers pour que les autres puissent sortir de leur état de domination !
    une donnée nouvelle peut aider à la prise de conscience et à la mise en mouvement sociale : le danger écologique !
    c’est une course contre la montre : la marchandisation des personnes (le temps de cerveau disponible l’illustre) modifie l’essence même des individus (ensemble des rapports sociaux selon Marx) ! serons nous lobotomisés avant d’avoir su nous organiser et réagir ?
    Rien n’est écrit mais le temps presse !

    gredin Le 7 juin 2017 à 11:03
  •  
  • le stalinisme n’a rien à voir avec le socialisme et le communisme, RIEN ! le stalinisme c’est une contre révolution dans tous les domaines Staline fait assassiner 99 % des bolcheviks, et remplit les goulags avec les communistes.
    évidemment qu’il n’y a rien de mécanique, la construction du socialisme demande la mobilisation d’une majorité du salariat, donc de l’unité des organisations de celui ci
    il ne faut pas "attendre" que tout le monde s’y mette, mais il faut initier la révolution sociale, et suivre un développement inégal et combine, avec le souci de l’élargir selon la révolution permanente, et la encore il faut gagner influencer unir la majorité des salariats de façon internationaliste

    Filoche Le 7 juin 2017 à 15:33
  •  
  • Macron prépare la plus terrible attaque contre nos salaires de toute l’histoire de notre pays. Du jamais vu.
    Il va supprimer le salaire brut.
    Les grands médias des 9 milliardaires font mine de nier ou déforment la réalité : comme si seul comptait le salaire net en bas de la feuille de paie.
    Mais non, c’est le salaire brut qui compte !
    Réexpliquons le à nos concitoyens car le pouvoir cherche à supprimer les feuilles de paie papier et à les « simplifier » pour pas qu’on voit la manœuvre.
    Le salaire net c’est pour payer la force de travail.
    Le salaire brut c’est pour payer la reproduction de la force de travail.
    Le salaire net on vit avec au mois le mois
    Le salaire brut on vit avec tout au long de la vie.
    Le salaire net vous permet de consommer et de vivre quotidiennement.
    Le salaire brut vous permet de faire face à tous les aléas de la vie, quand vous avez besoin de logement, quand vous êtes en charge de famille, quand vous êtes malades, quand vous avez un accident du travail ou une maladie professionnelle, quand vous êtes au chômage, et quand vous êtes en retraite.
    Les cotisations ne sont pas des impôts, elles sont obligatoirement pré affectées à ce pourquoi elles sont collectées, elles ne vont pas aux caisses publiques, car les différentes caisses de Sécurité sociale sont de droit privé (et devraient être gérées par les cotisants, les représentants des salariés normalement élus comme cela l’était à l’origine de la « Sécu ». Allez revoir le film « La sociale » de Gilles Perret).
    Le salaire brut ce n’est pas une « charge » comme ils le disent, c’est un bonheur.
    C’est une partie du salaire mutualisée et redistribuée à chacun selon ses besoins, c’est ce qu’il y a de plus beau dans notre pays.
    Le salaire brut vous est redonné en « temps différé » quand vous êtes malades, en « temps indirect » pour le logement, mais aussi en « temps réel » quand vous êtes en retraite (car dans ce cas il va en direct, de ceux qui travaillent à ceux qui sont en retraite, la retraite par répartition n’est pas une épargne !).
    C’est le capital, l’actionnaire, l’employeur qui paient votre protection sociale, le salaire brut, chaque mois, en même temps que votre salaire.
    Macron a déjà supprimé les cotisations familiales, il a baissé les cotisations parfois jusqu’à 1,6 ou 1,9 fois le smic. Là, il supprime et remplace tout par l’impôt.
    C’est vous, par vos impôts, qui allez payer dorénavant à la place de votre patron. Un hold up de 470 milliards contre vous ! Un cadeau géant de 470 milliards pour le Medef.
    Pour tenter de masquer ça, ils vont augmenter de quelques euros votre salaire net mais baisser de centaines d’euros votre salaire brut.
    Ils baissent le haut de la feuille de paie en faisant croire qu’ils augmentent le bas de celle-ci. C’est un coup de bonneteau.
    Et c’est pourquoi Macron diffère le prélèvement de l’impôt à la source prévu fin janvier 2018, purement pour manipuler, cacher cette énorme arnaque.

    Gérard Filoche

    Filoche Le 10 juin 2017 à 13:56
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?