Photo : blog.jmlg.fr
Accueil > actu | Par Guillaume Liégard | 21 février 2014

L’anthologie libérale de dix socialistes

Ou comment des parlementaires PS fustigent la « rigidité » du Code du travail, ânonnent la vulgate droitière sur « nos corporatismes, nos conservatismes et nos égoïsmes » et félicitent François Hollande de « s’élever au dessus des préjugés et des tabous idéologiques »...

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est parfois des découvertes qui laissent pantois. Ainsi de cette phrase : « Pour l’emploi, il faudra que F. Hollande s’attaque à un ultime et redoutable tabou national : celui des rigidités d’un code du travail qui, de protecteur du salarié, est devenu un puissant répulsif de l’emploi ». Et là, on se dit : Pierre Gattaz, tu exagères, il faut toujours que tu en rajoutes. D’abord, avec le Pacte de responsabilité, tu es déjà bien servi, ensuite, l’Accord national interprofessionnel (ANI) signé le 11 janvier 2013 par trois syndicats (CFE-CGC, CFDT, CFTC) et l’ensemble des organisations patronales (MEDEF, UPA, CGPME) a accordé de nouveaux outils de flexibilité aux entreprises. Oui mais voilà, cette phrase n’émane ni des cercles du patronat français, ni des secteurs les plus libéraux de l’UMP mais d’un texte signé par dix parlementaires socialistes, "Pacte de responsabilité : le pari audacieux de F. Hollande".

Poncifs ultralibéraux

Anciens aficionados de Dominique Strauss-Kahn, ces députés et sénateurs dont Jean-Marie Le Guen ou Christophe Caresche députés de Paris se livrent à une véritable anthologie du renoncement. Fini les faux semblants, les ruses de la raison pour préserver un petit vernis progressiste, le discours s’affirme résolument libéral : « en donnant la priorité à une politique économique dite "de l’offre", F. Hollande transgresse la frontière entre les prétendus "libéraux de droite" et "keynésiens de gauche" ». Les « prétendus libéraux de droite », il faut oser : jusque là seuls des sites ultralibéraux comme atlantico.fr occupaient ce créneau. Il faut croire que depuis la conférence de presse de François Hollande, toutes les digues ont cédé au sein du Parti Socialiste.

Le Monde, rendant compte d’une étude lexicale des discours du président de la République, vient de publier "La sarkozysation du discours hollandais"… L’étonnante tribune de ces dix socialistes reprend quant à elle tous les poncifs ultra-libéraux : « la France, comblée d’atouts mais aussi percluse de conservatismes », « le vieux et inavouable corporatisme de nos corps intermédiaires » ou encore « les abus et les dérives de nos dépenses sociales ». Il y a peu, de tels propos exprimés, même avec un luxe de précaution, par l’UMP auraient suscité une levée de boucliers. Qu’ils puissent sans ambages être proférés par des parlementaires bien installés dans l’appareil socialiste en dit long sur la dégradation du rapport de forces et l’état du PS.

« Essayer aujourd’hui toutes les solutions »

Avec son Pacte de responsabilité, le gouvernement laisse miroiter d’éventuelles contreparties en matière d’embauches. Chacun le sait, il n’en sera rien, et la tribune le reconnaît sans difficulté : « Si F. Hollande a le mérite d’affronter le problème du coût du travail, on peut douter qu’il obtienne en contrepartie des engagements fermes d’embauche dans un contexte économique très incertain ». Mais pas de souci car le véritable problème pour l’emploi c’est « la rigidité du code du travail ».

Les convictions, la volonté d’un peu de justice sociale – on ne parle pas ici de transformation de la société, abandonnée depuis belle lurette –, c’est terminé. Désormais, « on caractérise un homme d’État par sa capacité à s’élever au dessus des préjugés et des tabous idéologiques de son camp pour faire prévaloir une vision de l’intérêt supérieur du pays » . Et le texte de conclure : « il faut essayer aujourd’hui toutes les solutions que nos retenues idéologiques, nos conservatismes et nos égoïsmes, ont trop longtemps interdites à la France ». Reconnaissons aux signataires de cette tribune, qu’effectivement, il n’y a plus aucune retenue.

Ce texte est une nouvelle illustration de ce qu’incarne le quinquennat de François Hollande : l’adieu définitif à la gauche. Ce n’est pas une bonne nouvelle, mais c’est une réalité à laquelle il faut désormais se confronter.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • nous ne sommes jamais trahis que par ceux que l’on croyait les notre ! pour ma part, 2012 était la dernière année où je votais ps... le parti socialiste se nourrit depuis longtemps déjà des trahisons qu’il a infligé à la gauche... Je me demande comment ses larbins, ses cireurs de pompes, ses mangeurs de soupe à nos frais peuvent encore le matin se regarder devant leur miroir... comment peut-on se dire de gauche et pratiquer une telle politique laminoire pour le plus grand nombre au profit du plus petit nombre, ils ramassent les miettes d’un patronat qui n’en demande pas tant !!! cette pseudo crise qui nous éreinte depuis près de 40 ans est leur fond de commerce... les politiques sont morts et le politique se meurt..

    claire Le 21 février 2014 à 17:37
  •  
  • Euh, sorry, mais si c’est bien la première fois que l’on à un pédégé de l’entreprise France qui sort d’HEC, la politique antisociale du PS ne date pas plus d’aujourd’hui que sa xénophobie...

    voir sur internet, par exemple :

    • Trois critiques des années Mitterrand

    • À gauche poubelle, précaires rebelles

    • R.S.A : fausse hausse et coupures programmées

    colporteur Le 21 février 2014 à 20:17
  •  
  • Il ne faudra plus m’appeler à voter ps, JAMAIS. Quel qu’en soit le prix, je les classe désormais à droite. Et si les militants socialistes se scandalisent de ce que je viens d’écrire, tant pis pour eux. Ils devront choisir. Moi c’est fait.

    max Le 22 février 2014 à 22:45
  •  
  • Le parti socialiste est passé dans le camp des néo-libéraux , donc tout à fait opposé à mes idées . Ce qui fait que lors des prochaines élections il n’est pas questionque je leur apporte ma voix . Et si à l’occasion le PG nous demande de les soutenir lors d’un second tour , sans hésitation pour toutes les élections à venir je voterai fn.
    Je connais des communistes qui vont voter fn dès la prochaine municipale . Il y a du changement dans lair qui risque de se produire .

    lineand Le 25 février 2014 à 14:47
       
    • Affligeant....de voir où peut mener la dépolitisation de personnes visiblement honnêtes...

      Le 2 mars 2014 à 10:25
    •  
    • citation :Je connais des communistes qui vont voter fn dès la prochaine municipale .

      Problème ! Soit ils ont été communistes , soit ils le sont encore et ne peuvent plus l’être en votant FN : Ne pas apprécier du tout la gale n’implique pas de se précipiter à chopper le choléra !

      votre "je connais des communistes" est tout sinplement de l’enfumage !

      PrNIC Le 2 mars 2014 à 12:08
  •  
  • lors d’un second tour , sans hésitation pour toutes les élections à venir je voterai blanc.

    Le 13 mars 2014 à 14:07
  •  
  • C’est clair, Le PS n’a rien fait pour nous, ni baisse du temps de travail, ni retraite à 60 ans après 37.5 de cotisation alors je ne voterai plus PS même si on nous fait le coup de la menace FN !, terminé !.
    Juste rajouter le PS a tous les pouvoirs en france et ne fait rien contre l’austérité !.

    morel Le 17 mars 2014 à 13:29
       
    • Cet article aurait pût être intéressant s’il n’avait sombre dans le sectarisme. Je relève une phrase qui me semble symptomatique :
      "
      Fini les faux semblants, les ruses de la raison pour préserver un petit vernis progressiste, le discours s’affirme résolument libéral "

      Autrement dit libéralisme et progressisme sont antinomiques. Cette assertion qui ne fait pas au lecteur les honneurs de la franchise et de la sincérité, sans doute pour éviter d’avoir à l’ argumenter, synthétise la faiblesse de l’article. L’auteur ne démonte jamais les poncifs qu’il prétend combattre mais se contente d’y opposer d’autres formules tout aussi usées, péremptoires et inopérantes.

      Guilhem Benezet Le 18 mars 2014 à 20:30
    •  
    • Pour répondre à Guilhem Benezet, j’avoue que je suis perplexe quand je lis qu’il pourrait y avoir un doute sur le fait que progressisme et libéralisme économique sont antinomiques.
      Rien que sur ce site, il y a des kilomètres de faits, de chiffres, de situations concrètes qui le démontrent amplement.
      Je n’ai rien contre les oxymores, mais "libéralisme progressiste" évoque à peu près pour moi la même chose que tortionnaire sympathique.

      Guillaume Liégard Le 18 mars 2014 à 21:15
  •  
  • Voici ce que j’écrivais sur le blog de ce repus de le guen :
    Jiorjio dit :
    Votre commentaire est en attente de modération
    19 mars 2014 à 23 h 54 min

    Oui, trois fois oui, il faut procéder d’ores en avant à ce changement, il ne s’agit plus de réformer mais véritablement CHANGER !
    Il est absolument nécessaire de bouter hors les pseudo-socialistes que vous êtes et qui, historiquement ont toujours trahi les salariés au profit des patrons et des banquiers. Il ne vous restait plus qu’une seule infamie à commettre, c’est fait, vous l’avez écrite.

    Jiorjio Le 19 mars 2014 à 23:56
  •  
  • Jusqu’à nouvel ordre, je ne touche plus à un seul bulletin socialiste.

    Guillaume81 Le 1er avril 2014 à 17:01
       
    • Oh ça, même un ordre, hein, il irait se faire voir.

      Alabergerie Le 12 août 2014 à 09:29
  •  
  • Le critique le plus dangereux pour le patronat de la "loi" Macron est un socialiste de gauche Gérard Filoche, membre du Bureau National du PS. Une grande partie des députés socialistes va s’opposer à la loi Macron.

    Il est vrai que la tactique "classe contre classe" a permis dans les années 30 l’arrivée au pouvoir de Hitler. Je suis pour l’Union des Gauches sur une ligne de gauche anti Macron.

    Bernard Maurice Le 20 janvier 2015 à 18:52
  •  
  • premier paragaffe :
    blanc
    deuxième :
    blanc cassé
    troisième :
    blanc de blanc poutant je ,nesuis pas alcoolique

    ratata patouille Le 12 mars 2015 à 00:22
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?