Accueil > économie | Par Guillaume Liégard | 13 janvier 2014

Un coup de fil du cabinet de Bernard Cazeneuve

« L’entreprise, ce n’est pas un lieu d’exploitation, ce n’est pas un lieu d’accumulation de profits. » Au lieu de regretter que son ministre ait tenu ces propos, un de ses conseiller a préféré nous reprocher de les avoir reproduits...

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Lundi matin, 13 janvier, nous avons été bien surpris en recevant un appel téléphonique du cabinet du ministre du Budget. Le correspondant souhaitait s’adresser à votre serviteur en réaction à son article, « Bernard Cazeneuve réinvente la théorie économique », posté sur notre site vendredi 10 janvier. À Regards, on est bien élevé et je me sentais déjà flatté à l’idée que mes compétences budgétaires soient appréciées en haut lieu. Mazette, le ministère du Budget, ça n’est pas rien. Et puis, malgré ces temps de disette budgétaire, peut-être avaient-ils trouvé une subvention pour la presse de qualité ? C’est donc plein d’espoir que j’empoignais mon téléphone. Las, amère déception, il ne s’agissait pas de cela, mais de converser sur le contenu de mon article.

Par souci journalistique, nous l’appellerons Benjamin Ménard, conseiller communication et relations avec la presse de Bernard Cazeneuve. Le nom et le prénom n’ont pas été changés par un manque évident d’imagination et de bonne volonté. En fait, je n’ai pas eu le droit à des félicitations, mais plutôt à quelques remarques relatives à un article de « mauvaise foi ». L’objet du délit, s’est concentré sur la phrase suivante : « L’entreprise, ce n’est pas un lieu d’exploitation, ce n’est pas un lieu d’accumulation de profits ». Et voyez-vous, le problème de cette phrase, c’est qu’elle ne reflète pas la pensée de Bernard Cazeneuve. Mon interlocuteur m’a fait remarquer que je pouvais consulter vingt-cinq déclarations du ministre, toujours il indique que « l’entreprise ce n’est pas seulement un lieu d’exploitation et d’accumulation de profits ». Signe d’une véritable ouverture envers mon approche un peu obtuse de l’économie, mon conseiller en communication a reconnu qu’effectivement il pouvait y avoir parfois de l’exploitation dans les entreprises. Refusant d’entamer une exégèse de la pensée profonde de B. Cazeneuve, j’ai simplement fait remarquer que ces propos, ils les avaient bien tenus et que mon article fournissait même la vidéo. Et bien non, ce n’était pas suffisant. Certes le brillant ministre avait « un peu trop résumé », mais « qui ne fait pas d’erreur ? » En gros, j’aurais dû rectifier de moi-même.

Nous n’avons pas de doute que cet appel téléphonique n’est que l’initiative personnelle d’un conseiller un peu trop zélé. Mais quand même, c’est une drôle de conception des « relations avec la presse ». Alors de quoi s’agit-il ? D’une tentative d’inamicale pression, d’une demande de rectification ? Du tout, cette aimable discussion avait pour but « d’apporter des précisions à destination de vos lecteurs ». Et bien, c’est chose faite.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Un ministre avec une analyse de gauche, il n’y a que la drogue pour expliquer ce grave dérapage.
    L’appel n’avait pour but que d’éviter une enquête des stups à Bercy.

    ach Le 14 janvier 2014 à 07:23
  •  
  • Le grand mérite de cette mise au point c’est que je découvre qu’il y a un ministre du budget qui s’appelle Cazeneuve...
    A quelque chose malheur est bon.

    Cultissime Couillard Le 14 janvier 2014 à 11:15
  •  
  • "Un ministère, ce n’est pas un lieu d’exploitation, ce n’est pas un lieu d’accumulation de profits ...." ????

    coll’ Le 14 janvier 2014 à 13:26
  •  
  • De toutes façons, l’apport éminent de Bernard CAZENEUVE à la science politique contemporaine sera établi par les historiens qui se pencheront dans l’avenir sur l’histoire des idées. Il restera le grand contradicteur de Karl Marx, dans la lignée de Jérôme CAHUZAC qui avait déjà avant lui tracé cette vision fulgurante, en contestant l’existence de la lutte des classes du haut de la même chaire.

    ARDUS Le 14 janvier 2014 à 16:31
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?