Accueil > politique | Par Guillaume Liégard | 28 avril 2014

Campagne des européennes : le PS sait-il qu’il est au pouvoir ?

Si la campagne des élections européennes ne passionne guère les foules, elle livre déjà quelques perles. Ne doutant de rien, le Parti socialiste a en effet décidé de placer sa campagne… sous le signe de la lutte contre l’austérité.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dès le 4 avril, celui qui était encore premier secrétaire du PS, Harlem Désir déclarait : « Il s’agit de rompre avec les politiques d’austérité imposées par les conservateurs et donner la priorité à la croissance et l’emploi ». Dans la foulée, les socialistes et leurs alliés du PRG convoquaient un meeting européen au Cirque d’hiver en présence de Martin Schulz, candidat du Parti socialiste à la présidence de la Commission européenne. L’affiche met d’ailleurs en exergue une phrase de ce dernier : « L’austérité en Europe est une erreur ». Pour faire bonne mesure, le matériel de campagne pour la circonscription d’Ile-de-France creuse le sillon : « Je veux une Europe qui protège », « 1.000 milliards d’évasion fiscale en Europe par an ! », « Stop au dumping social », indiquent les têtes de chapitre. Sur le site de campagne Choisir notre Europe, on trouve aussi des mots d’ordre comme « Refuser l’austérité », assorti de l’ambition de « réviser le pacte de stabilité pour donner la priorité à la croissance, la relance et l’emploi ».

Bigre, se dit-on, voilà un personnel politique qui gagnerait à être au pouvoir. Le problème est que, justement, ils y sont. Martin Schulz, par exemple, à la suite d’un accord avec les conservateurs, est l’actuel président du Parlement européen. Surtout, il appartient au SPD qui, depuis les dernières élections législatives, participe au gouvernement d’Angela Merkel dans le cadre d’une grande coalition. Depuis plus de trente ans, socialistes européens et conservateurs ont voté tous les traités qui ont organisé la dérégulation de l’économie, les privatisations et la casse des services publics. Quant aux socialistes français, se prévaloir d’une quelconque lutte contre les politiques d’austérité au moment même ou Manuel Valls va faire voter le Pacte de responsabilité à l’Assemblée nationale, il fallait oser.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ils ont tous les pouvoirs. Et ils n’ont rien fait !

    Pierre Magne Le 4 mai 2014 à 18:36
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?