Accueil | Par Fabien Perrier | 7 mai 2018

Albin de la Simone : la grâce du quotidien

Nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie "meilleur album de chansons", Albin de la Simone est un artiste-compositeur-interprète qui a la faculté d’illuminer, de son humour et de son amour, nos quotidiens. Rencontre.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« L’art a ce devoir de laisser sa part à l’interprétation. Il est rare que j’aime quelque chose de fini, d’identifiable, de compréhensible. » L’homme qui parle ainsi à Regards a fait des études d’arts plastiques. Sur le réseau Instagram, il poste souvent ses dessins, des photos. Et pourtant, il ne parle ni de peinture, ni de photo spécifiquement en tenant ces propos. Cet homme s’appelle Albin de la Simone, il a passé la quarantaine, et il fait – notamment – des chansons.

Qu’il s’exprime ainsi sur l’Art colle parfaitement aux paroles et aux musiques de son album L’Un de nous, sorti en 2017 et avec lequel il tourne actuellement sur les routes francophones. « J’aime beaucoup planter le décor », admet d’ailleurs l’artiste. Les morceaux semblent organisés selon une succession d’évocations, d’images parfois incongrues, qui, mises bout à bout, dessinent des scènes de vie ou photographient des tranches du quotidien.

Par exemple, dans Les chiens sans langue. Albin de la Simone y parle du couple. C’est « le soir » :

« Ils sortent un peu moins tard
C’est rare
Ils rentrent un peu moins tard »

Les petites habitudes sont passées en revue. Puis, le refrain répète régulièrement :

« La vie est longue
Longue et vaine et lente
La vie des ombres
Des chiens sans langue
Des chiens sans langue »

« A la fin des concerts, des spectateurs viennent parfois me demander ce que sont ces chiens sans langue ! », confie le chanteur, amusé. Le sait-il vraiment lui-même ? Qu’a-t-il voulu évoquer ? A chacun de se faire son idée.

Autre tranche de vie avec L’Ado qui, alors qu’il fait beau,

« Reste dedans, garde sa dégaine
Sa mitaine, un bonnet de laine »

Albin de la Simone se souvient : « C’était moi, cet ado qui reste en perfecto et en rangers sur la plage quand tout le monde va se baigner ». Tout en ajoutant qu’il avait envie d’en parler « sans moquerie, mais avec tendresse ».

Tendresse, c’est d’ailleurs ce qui se dégage de ce personnage. Sa voix, d’abord : tendre, douce, et dont le timbre ne semble porter aucune marque du temps. Les propos, ensuite : empreint de grâce, qu’il parle d’amour, de rupture, ou du temps qui passe.

Il mêle ses trois thèmes dans Ma barbe pousse. Il y dessine en musique un visage qui porte les marques d’une rupture. Dans L’un de nous, il s’inquiète du sort du couple, texte plein d’humour posé sur une musique au rythme enlevé.

Autobiographique, alors, cet opus ? Est-ce bien la question essentielle ? En fait, le morceau L’Un de nous a donné son titre à l’album. L’un de nous pourrait être n’importe qui, à un moment de sa vie. C’est peut-être ce qui touche autant à l’écoute. Ces évocations renvoient au quotidien de chacun. Comme si, au long des 12 compositions de la galette se dégageait une philosophie, celle de la vie et du temps qui passe.

« Dans l’amour, la durée est, pour moi, un sujet de préoccupation : comment il se transforme, comment nous sommes obligés d’en accepter la métamorphose », reconnaît Albin de la Simone. Il ajoute : « ce n’est qu’en moi que je trouve l’inspiration ». Et peu à peu, il colore cette inspiration de sentiments universels.

« L’art a ce devoir de laisser sa part à l’interprétation », dit, donc, Albin de la Simone. Il dit aussi que « c’est à l’endroit où tu ne mets pas qu’il se passe quelque chose. C’est là que se créé l’étincelle. » Lui le fait en paroles et en musiques. Il allume des petites étincelles qui font scintiller le quotidien. Avec humour, amour, beauté.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.