Accueil | Editorial par Pierre Jacquemain | 10 février 2020

ÉDITO. Regards fait sa (r)évolution !

À l’occasion de ses quinze ans, la revue Regards lance une nouvelle formule papier et devient un semestriel pour toujours plus d’analyses, de décryptages et de reportages.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Détaché de l’actualité immédiate mais pas du monde comme il va, le semestriel permet d’écrire plus en longueur et proposera de grandes enquêtes intellectuelles, des reportages en France et à l’étranger, des entretiens exceptionnels, longs et approfondis, avec des personnalités politiques françaises et internationales, du monde des idées, des arts et des luttes. Désormais éditée par les éditions Au Diable Vauvert, la revue est disponible depuis le 6 février dans toutes vos bonnes librairies.

 

VOIR AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Regards : une année de nouveautés

 

À quelques semaines des élections municipales, face aux États défaillants, impuissants parfois - en ce sens qu’ils organisent leur impuissance -, les villes montrent l’exemple et prennent le pouvoir : sur les questions démocratiques, environnementales et climatiques mais aussi sur l’accueil des migrants ou plus généralement sur les solidarités et la fiscalité. Des villes américaines à celles du Sénégal, les communes refont du commun sur la gestion de l’eau, le réchauffement climatique, les processus de décision et de délibération, l’aménagement urbain. Elles sont parfois à l’avant-garde – et souvent en opposition – des décisions étatiques. Ce premier numéro de la nouvelle formule de Regards vous propose un dossier complet sur ces villes qui prennent le pouvoir, inspirée des mouvements dits « municipalistes » sur lequel le groupe de travail « municipalisme et mouvements sociaux » du réseau Intercoll revient longuement.

Des nouveautés et des rencontres dans ce premier numéro de la nouvelle formule. Comme cette rencontre sous le regard de la journaliste Marion Rousset, entre le chorégraphe Thomas Chopin et l’universitaire Romain Huët, maître de conférences en sciences de la communication à l’université de Rennes 2. Un essai, un spectacle de danse et l’émeute pour sujet commun. Caroline Chatelet a aussi rencontré la réalisatrice et afro-féministe Amandine Gay qui travaille actuellement sur son deuxième film documentaire, Une histoire à soi, consacré aux enjeux de l’adoption : « Je fais le film que j’aurais eu besoin de voir. C’est cela, mon moteur : savoir qu’un certain nombre de personnes ont besoin de ce film. » Une rencontre passionnante.

À retrouver également dans ce numéro, une interview inédite : l’historienne Mathilde Larrère a rencontré Louise Michel pour Regards. Tout y passe : les luttes passées et actuelles, des gilets jaunes aux questions de démocratie, de féminisme ou d’idéal révolutionnaire. Ça donne un entretien d’une (d)étonnante actualité. Et puis vous découvrirez cette enquête intellectuelle sur les nouvelles masculinités. Après des décennies de combats féministes, l’heure est venue pour les hommes de s’interroger sur eux-mêmes. Au cœur de la vague #MeToo, de nouvelles masculinités cherchent à se dégager de la matrice patriarcale.

C’est un nouveau Regards que nous sommes très heureux et fiers de vous présenter. Et pour fêter sa petite révolution, l’ensemble de l’équipe de la rédaction vous invite à une soirée de lancement qui aura lieu le 25 février au Point Éphémère. Entourée de personnalités du monde des médias, de la société civile, d’intellectuels, d’artistes et d’humoristes, d’hommes et de femmes politiques ainsi que de syndicalistes, nous vous accueillerons dès 19h autour d’une soirée festive.

Pour nous aider ; pour vous abonner (ou les deux), c’est par ici.
Toutes les infos pour la soirée festive de Regards du 25 février, c’est par là.

 

Pierre Jacquemain

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.