photo cc El-Kelaa-des-Sraghna
Accueil > Monde | Par Philippe Marlière | 9 novembre 2015

Bloco de Esquerda : une stratégie pragmatique et radicale

En parvenant à un accord de gouvernement historique, les gauches portugaises se sont rapprochées et engagées dans un programme de compromis contre l’austérité, en tirant notamment les leçons de la défaite de Syriza.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour la première fois depuis la Révolution des œillets en 1974, la gauche portugaise (Parti socialiste, Bloco de Esquerda et CDU, qui regroupe le Parti communiste et les Verts) est unie. Elle vient de sceller un accord de gouvernement sans participation ministérielle de BE, du PCP et du PVE, qui pose les bases d’une politique antiaustéritaire engageant l’ensemble de la gauche.

Le coup de barre à gauche du PS

Les résultats de l’élection législative du 4 octobre ont été interprétés de manière tendancieuse par la plupart des commentateurs qui ont déclaré la droite victorieuse. La coalition des deux partis de droite (PSD et CDS-PP) a recueilli 38,3% et 107 des 230 sièges. La gauche PS-BE-PCP est, pour sa part, nettement majoritaire au parlement : elle a obtenu 50,8% des voix et dispose de 121 sièges.

Les médias ont joué un rôle quasi-séditieux, mettant en garde contre le “péril communiste” dans le pays. Le 22 octobre, le président Aníbal Cavaco Silva a chargé Pedro Passos Coelho, le premier ministre sortant, de former un gouvernement. Mais il a outrepassé ses prérogatives constitutionnelles en demandant aux députés socialistes de « se rebeller contre leur dirigeant » António Costa. Il a déclaré qu’il « ne laisserait pas des forces eurosceptiques [la gauche radicale] accéder au pouvoir ». Il s’est donc comporté en gardien zélé de l’orthodoxie austéritaire en Europe. Les Grecs avaient pu élire un gouvernement opposé à l’austérité. Au Portugal, la population ne devrait même pas avoir cette liberté !

Comment expliquer une telle évolution des principaux partis de gauche portugais ? Sous le gouvernement de José Sócrates, le PS a signé avec la Troïka un mémorandum d’une nature austéritaire sévère. Le PS a durement payé cette décision en perdant largement les élections de 2011. Pour António Costa, il s’agissait d’éviter la "Pasokisation" de son parti : sous son leadership, le PS a donné un coup de barre (rhétorique) à gauche et a affiché sa volonté de dialoguer avec la gauche radicale.

Un compromis contre l’austérité

Le Bloco et le PCP auraient pu arguer que le PS ne faisait que des promesses qu’il ne tiendrait pas. Inversement, la gauche radicale a pris le PS au mot et a accepté de négocier avec lui. Pris à son propre piège, Costa a dû répondre à l’offre de la gauche radicale. Les négociations furent difficiles et parsemées de compromis de part et d’autre. Elles ont cependant abouti à la signature d’un accord comportant 70 mesures dont la tonalité générale va à l’encontre des politiques d’austérité antérieures.

Sous la pression du Bloco et du PCP, le PS a abandonné les plans de privatisation exigés par la Commission européenne. Entre autres mesures, l’accord prévoit de restaurer les salaires et les retraites au niveau pré-mémorandum. Le salaire minimum sera augmenté en 2016 et en 2017 et les travailleurs dont les salaires perçus sont inférieurs au seuil de pauvreté recevront un complément financier. L’aide sociale pour les enfants et les personnes âgées sera également revalorisée. Les étudiants post-doc bénéficieront d’un contrat de travail ouvrant droit à une couverture sociale. Des divergences subsistent quant à la gestion de la dette publique et extérieure, et le texte ne prévoit aucun audit de celle-ci.

Sous l’impulsion de Catarina Martins, sa porte-parole nationale, les électeurs découvrent une gauche radicale qui se bat avec pragmatisme pour la défense des salaires, des retraites et des services publics. Cette audace est en train de payer : des sondages récents indiquent que le soutien au Bloco s’est renforcé depuis l’élection.

Premiers enseignements de la coalition

Les Portugais sont en majorité opposés à la sortie de l’eurozone. Le Bloco a géré cette question avec adresse : il est passé d’une position pro-euro à une critique radicale de la politique de l’Eurogroupe. Le Bloco a déclaré en juillet qu’un gouvernement de gauche radicale serait prêt à rompre avec l’euro s’il ne pouvait renégocier la dette. Autrement dit, le Bloco a tiré les leçons de la défaite de Syriza (lire aussi Fernando Rosas : « La gauche radicale portugaise est l’une des plus fortes en Europe »).

Quels enseignements nous apporte le rapprochement des gauches portugaises ?

1. Le Bloco et le PCP ont pris acte que la “Pasokisation” du PS n’aura pas lieu.
2. La stratégie qui consiste à attaquer le PS plutôt que la droite est politiquement contre-productive et électoralement néfaste pour la gauche radicale.
3. L’accord de gouvernement avec le PS a amené ce dernier à rompre de manière significative avec ses politiques d’austérité.
4. Cet accord prive le PS de l’argument selon lequel il doit gouverner au centre pour compenser la désunion à gauche.
5. Le Bloco sort légitimité et renforcé de ces négociations.

Cette coalition ne sera pas un long fleuve tranquille. Il faut même s’attendre à des tensions et à des désaccords importants entre les divers partis de gauche. Le Bloco pourra, le cas échéant, dénoncer le non-respect des accords et retirer son soutien. Une chose est sûre, l’unité a redonné espoir au peuple et le premier qui la remettra en cause perdra gros.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Mais le PS Français est loin de se gauchiser, il est loin d’ouvrir le dialogue avec la gauche radicale !
    Au contraire, avec les lois Macron, le pillage des services publics par les PPP et les cliniques privées, il est franchement dans le camp de la finance, du profit, et de l’agravation de l’exploitation, qu’on appelle par euphémisme l’austérité.
    Avec le prétexte du FN, il demande un ralliement électoral sans conditions.

    JPC Le 14 novembre 2015 à 10:08
  •  
  • Il faut bien évidemment suivre pas à pas l’évolution de cet accord, notamment au niveau de l’application des 70 points d’accords qui sont censés stopper la politique austéritaire et faire barrage aux exigences néocapitalistes de la droite et de la commission de Bruxelles. Faut-il faire confiance au PS Portugais pour appliquer une telle politique ? c’est toute la question. Pour celles et ceux qui n’ont pas le recul de l’histoire de la mouvance sociale-démocrate, je dis qu’il faut être très méfiant. Il faut immédiatement observer à la loupe toute velléité de retour aux sources. Je n’oublie pas que le PSP a bien dans la tête l’expérience du Pasok Grec. : et si le PSP reprend du poil de la bête, que fera t il ?
    Il faudra galement suivre avec la même attention le comportement des pieds nickelés, à savoir le commission, la BCP et le FMI. leurs moyens de pressions sont immenses et les complicités au Portugal ne manqueront pas de sz manifester pour casser le nouveau gouvernement.
    Néanmoins c’est une brêche qu’il ne faut pas négliger et la gauche radicale devra pour ne pas se couper du peuple l’inviter à manifester clairement son soutien, notamment par son action à tous les niveaux. Le Bloco et le PCP ne doivent à aucun moment se couper du peuple, c’est ça la garantie.
    Un exemple pour la France ? Pourquoi pas ? Mais il y a loin de la coupe aux lèvres ! Le PS est effectivement engagé bien trop loin dans sa politique à droite et surtout, il a amorcé en son sein une mutation sociale libérale que même les "Frondeurs" n’arrivent pas à endiguer ; de même à l’extérieur, les socialistes de Nouvelle Donne.
    Un autre élément d’importance qui ne permet pas de nous comparer au Portugal : le PCF, tout en ayant bénéficié de l’apport du Front de Gauche fait toujours cavalier seul -et en se servant pour son compte du logo FDG !- et prend à l’Assemblée nationale SES décisions de vote sans consulter le coordination du FDG, laissant sur le bas côté le PS et même Ensemble !
    Enfin un troisième élément, les verts en France sont bien trop divisés entre eux pour accepter au niveau national un accord identique.
    N’oublions surtout pas que c’est le capitalisme mondialisé que nous avons comme advesaire, il ne peut donc y a avoir aucun compromis. L’exemple de la Grèce avec Syriza est manifeste.
    Le PSP veut éviter la "pasokisation" ?
    La vraie gauche devra éviter la "syrizakisation" !
    Vaste programme !!! je soutiens toute initiative visant à faire reculer la finance et ses complices, mais les yeux ouverts et les oreilles à l’écoute !!!

    morellenoire Le 6 décembre 2015 à 16:50
  •  
  • et prend à l’Assemblée nationale SES décisions de vote sans consulter le coordination du FDG, laissant sur le bas côté le PS et même Ensemble !
    ERRATUM : Je ne peux plus rien corriger, mais il faut lire cette phrase ainsi :
    et prend à l’Assemblée nationale SES décisions de vote sans consulter le coordination du FDG, laissant sur le bas côté le PG et même Ensemble !

    morellenoire Le 6 décembre 2015 à 16:55
  •