CC Andrew Seaman
Accueil | Par Roger Martelli | 22 mars 2019

Europe : les impasses de Lordon

Le Monde diplomatique de mars 2019 publie un dossier sur l’Europe. L’article leader est confié à Frédéric Lordon qui, une fois de plus, plaide pour une rupture radicale avec le cadre institué de l’UE. Il assortit son argumentation d’une ébauche de stratégie pour y parvenir. Disons-le tout net : Lordon prétend «  sortir de l’impasse  »... pour se précipiter dans une autre.

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour Frédéric Lordon, deux camps seulement sont face-à-face. D’un côté se trouvent les classes populaires, les grands perdants effectifs de la construction européenne : elles sont protégées des «  scrupules précieux de l’européisme  » et un «  Frexit  » ne leur ferait pas peur. De l’autre côté, ce que Lordon appelle, selon les moments, «  la classe éduquée  » ou «  la bourgeoisie éduquée de gauche  » (sic  !). Celle-là souffre d’un «  européisme génétique  »  ; c’est à cause d’elle que tout processus de sortie est bloqué.

Lordon, qui tient à cette sortie, sait qu’on ne quitte pas le marché unique et l’euro sans majorité pour le décider et donc sans raccord entre les «  populaires  » et les «  éduqués ». Il faut donc, nous dit-il, trouver ce qui peut faire passer la pilule amère du retrait à ceux qui n’en veulent pas. La solution qu’il suggère est toute simple : offrir à «  la bourgeoisie éduquée de gauche  » le miel d’une Europe de la culture maintenue et même renforcée.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Populisme ou gauche : de la présidentielle à aujourd’hui

 

Le premier problème, dans cette construction intellectuelle, est que la réalité ne met pas en présence deux camps, celui des «  europhobes  » et celui des «  europhiles  », ni même d’ailleurs celui des «  populaires  » et celui des «  éduqués  ». Il est vrai que la confiance à l’égard de l’Union augmente avec la longueur des études et l’importance des revenus. Mais si, à juste titre, les catégories populaires sont majoritairement méfiantes à l’égard de l’Union, elles ne se prononcent pas majoritairement pour un Frexit. En fait, les seuls à se prononcer nettement pour la sortie de l’UE sont les sympathisants de l’extrême droite. En revanche, seuls 30% des sondés, 25% des électeurs de feu le Front de gauche et 32% des électeurs Mélenchon d’avril 2017 sont pour la sortie. On ne savait pas la «  bourgeoisie éduquée  » si nombreuse. [1]

Au lieu de la division binaire, les sondages suggèrent plutôt que les «  europhobes  » et les «  europhiles  » convaincus ne sont que les minorités extrêmes d’une opinion qui oscille entre au moins trois attitudes : ceux qui pensent que l’Union a plus d’avantages que d’inconvénients, ceux qui pensent le contraire (chaque groupe est au-dessous de 40%) et ceux qui jugent qu’il y a autant d’avantages que d’inconvénients. À l’arrivée, l’opinion positive et l’opinion négative globales sont à égalité, mais la volonté de sortie est très minoritaire. Telle est la réalité : elle n’est pas et elle ne sera pas univoque, en tout cas pour longtemps.

Par ailleurs, Lordon nous propose de défaire l’édifice européen et d’en construire un autre, réservé à la culture. Mais avec qui  ? La Hongrie de Viktor Orban, l’Italie de Giuseppe Conte, l’Autriche de Sebastian Kurtz, la Pologne de « Droit et Justice »  ? Et, en admettant qu’elle soit souhaitable et possible, comment financer cette Europe-là  ? En augmentant le budget européen au-delà du seuil critique des 3% du PIB, nous dit l’article. Mais cela supposerait qu’il y ait un budget européen : on sortirait de l’Europe et de ses structures communes, mais en gardant un budget communautaire. Comment serait-il plus facile de construire demain, avec des majorités nationales éclatées et peu compatibles, ce qu’il est si difficile de réaliser aujourd’hui.

Le propre d’une stratégie politique n’est pas d’ignorer une contradiction, mais de la travailler. On ne le fait pas en invoquant un peuple fantasmé ou en pensant que l’on va convaincre les gogos en leur promettant la lune.

Penser le monde tel qu’il est

Factuellement, l’argumentaire de Frédéric Lordon a du mal à résister à l’examen d’une réalité politique et sociale plus contradictoire qu’il ne le suggère. Il y a pourtant plus que cela : la question du devenir de l’Union ne se pose pas dans n’importe quel contexte historique. Pour Lordon, l’ennemi numéro un est «  l’européisme abstrait  ». Faudrait-il pour autant lui préférer un «  nationalisme concret  »  ? Il fut certes un temps où l’on pouvait invoquer les mânes de la nation révolutionnaire et du patriotisme républicain, par exemple quand le fascisme en expansion rappelait ouvertement ses accointances avec la contre-révolution.

Mais ce temps-là n’est plus. Nous vivons dans un autre monde, celui des rapports de forces instables, des inégalités croissantes, des concurrences exacerbées, où la realpolitik du heurt des puissances – la méthode Trump – se substitue de plus en plus au jeu patient des diplomaties et des instances de régulation planétaires. Un monde, en outre, où l’obsession de l’identité et la peur «  de ne plus être chez soi  » poussent à la fermeture par crainte du «  grand remplacement  ». L’identité se substitue à l’égalité sur le terrain des représentations sociales. Sur celui des représentations politiques, l’affirmation de la puissance prend le pas sur le primat de la négociation. Enfin, l’exigence d’autorité recouvre peu à peu le désir d’implication démocratique. Les Français ne s’accordent pas sur l’Union européenne, mais quand on les sonde sur les mesures qu’ils attendraient de l’Europe, celles qui attirent le plus de réponses positives, toutes catégories sociales confondues, sont le renforcement des gardes-frontières et l’élection d’un Président de l’UE au suffrage universel  ! [2] Il n’y a pas à s’étonner si cette période se prête, un peu partout, à l’émergence d’options autoritaires et aux tentations du repli sur soi.

Alors que la nation était promise à la disparition progressive, il y a quelques décennies à peine, nous assistons aujourd’hui à l’émergence d’un monde que le politologue Bertrand Badie désigne justement comme «  néo-national  ». En soi, cela pourrait n’avoir rien d’inquiétant : tout esprit national n’implique pas sa perversion chauvine. Mais, précisément, l’air du temps est aussi à la dominante d’un véritable «  néo-nationalisme  », et pas seulement en Europe. Tout discours «  national  » s’enchâsse aujourd’hui dans cette dynamique, au risque d’être dévoré par elle. Lordon déteste le « mondialisme abstrait  »  ; mais jusqu’où peut conduire le «  nationalisme concret  » que l’on opposerait à lui  ?

Nation : une réalité à relativiser

Les pensées binaires aiment bien les alternatives simples : ou bien la nation est obsolète, ou bien elle est éternelle. Le problème est que les deux affirmations sont fausses isolément. La nation fait partie de ces «  communautés imaginées  » – elles sont à la fois fictives et concrètement agissantes – qui rendent supportable la violence propre aux sociétés de classes. Le territoire réunit horizontalement les êtres que la hiérarchie sociale sépare et oppose verticalement. Toute communauté imaginée, nation comprise, vaut parce que des êtres humains ont voulu qu’elle soit la leur. Elle dure tant qu’ils souhaitent et décident qu’elle reste la leur, jusqu’à ce que d’autres représentations leur permettent de se situer autrement dans l’espace et dans le temps. Nul ne peut donc décréter arbitrairement que le temps des nations est forclos ; en sens inverse, nul ne peut faire comme si la nation était vouée à la répétition et à l’immobilité.

Quand le fait national s’est imposé, le monde était une abstraction pour l’immense majorité des êtres humains. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La poussée des échanges, l’urbanisation galopante, les révolutions informationnelles, l’essor des communications instantanées et la diffusion massive des savoirs n’ont pas annulé les frontières, mais les ont relativisées. Les enjeux économiques, écologiques et culturels tissent désormais la trame d’une communauté de destin planétaire. L’espace-monde n’est plus seulement celui de «  l’inter-nations  », mais celui des interdépendances et de la «  mondialité  ». Que cette mondialité soit aujourd’hui recouverte et parasitée par la mondialisation financière et capitaliste est une chose  ; qu’il faille lui tourner le dos, au nom de ce constat, en est une autre.

Or l’interconnexion des espaces économiques et les problèmes globaux affectent la dynamique territorialisée propre à l’âge industriel. Les régulations «  avant tout nationales  » ont perdu l’évidence qui était naguère la leur. En fait, seuls les États-continents disposent de la concentration de puissance qui en fait des acteurs capables d’orienter le cours mondial. Tous les autres, sans exception, sont contraints de s’aligner plus ou moins, au mieux de surfer sur les contradictions entre puissances dominantes. Inventer des alliances d’États qui se substituent à celles rassemblant aujourd’hui les pays de l’Union européenne  ? Mais les expériences, lointaines ou plus récentes, montrent que ces alliances sont fragiles, si elles ne peuvent pas s’appuyer sur une cohérence partagée des modèles de développement. Or aucun modèle alternatif ne fait consensus face à celui, toujours dominant, du marché, de ses normes et de ses «  contraintes  ». Sur quoi fonder donc une nouvelle Union des nations dégagées des cadres communs européens  ?

Lordon a l’habitude de dire que la sortie de l’Union est d’autant plus nécessaire que c’est l’Europe communautaire qui a imposé le cours néolibéral de nos sociétés. Il sous-entend que cette sortie permettra de contester cette imposition. Je ne pense pas comme lui, et d’abord pour une raison historique : c’est parce que le mouvement ouvrier et les forces les plus démocratiques ont été nationalement battus, y compris en France, que la vague libérale a déferlé sur notre continent, et pas l’inverse. L’offensive néoconservatrice avait de solides bases nationales, qu’aucune configuration nationale des classes, aucune tradition démocratique, aucun dispositif local des gauches politiques n’a été en mesure de contrecarrer. Penser qu’il suffit de sortir du cadre de l’Union pour relancer la grande contestation sociale et dégager la nation du cadre ultralibéral est une illusion. D’une certaine manière, ce que propose Lordon relève d’un «  nationalisme abstrait  ».

Se couler dans les contextes nationaux pour pousser en avant les courants de l’émancipation, user des traditions et des opportunités de chaque État : voilà qui relève de l’évidence. Cela ne justifie pas la tentation d’un raccourci national. Seule la contestation de la logique dominante, dans tous les territoires, ouvre la voie à une issue de crise. Faire un préalable du retour à une mythique «  indépendance nationale  » : là se trouve la véritable impasse. Ce présumé retour pourrait bien n’être que le masque de bien lourdes dépendances à l’ordre social dominant. Un processus émancipateur est aujourd’hui voué à l’échec, s’il se pense comme «  avant tout national  ».

Un projet européen [3]

Contrairement à ce que suggère Lordon, «  l’opinion publique  » n’est pas si stupide en laissant entendre à la fois son scepticisme devant l’Union telle qu’elle est et son désir de perpétuer son existence.

  1. Dans un monde instable et incertain, où le heurt des puissances fait courir un risque mortifère à l’humanité, la convergence des peuples européens et la synergie de leurs forces sont plus nécessaires que jamais. Mais l’Europe doit aussi prendre la mesure de son expérience et déceler ce qui contredit absolument la réalisation d’une union solide : la généralisation du principe de concurrence qui accroît les inégalités  ; la «  gouvernance  » technocratique qui anémie la démocratie jusqu’à la contredire  ; l’obsession de l’identité qui fait de notre continent soit une Europe-forteresse, soit un agrégat d’États-nations désunis. L’utopie néolibérale, le fédéralisme technocratique et la realpolitik du rapport de force sont les pires ennemis de la construction d’une Europe dynamique et solidaire.
  2. Dans des contextes différents, la Grèce et le Royaume-Uni montrent la double impasse de l’alignement sur la doxa «  ordo-libérale  » et de la sortie pure et simple du cadre communautaire. Dégager l’Union des traités qui l’étouffent est un objectif raisonnable. Mais «  sortir des traités  », ce qui équivaut de fait à sortir de l’Union, est au mieux une astuce linguistique bien opaque et au pire une impasse politique. Dès lors, la solution la moins coûteuse est de maintenir le cadre communautaire, de préserver les cadres d’un débat démocratique continu sur ses normes et sur ses possibles évolutions et de légitimer les marges de manœuvre – y compris la désobéissance – des États qui s’estiment corsetés indûment par le respect strict des normes communes. Sans devenir un objectif en lui-même, le droit à l’écart ne peut être tenu pour une violation a priori répréhensible du pacte commun.
  3. La source de la crise européenne est dans le décalage qui existe entre une construction qui repose avant tout sur les gouvernements des États et des citoyens qui ont le sentiment légitime d’être dessaisis des choix fondamentaux. Cette situation est due à la fois aux carences démocratiques des institutions et à la faiblesse des mobilisations collectives proprement continentales. Les dynamiques européennes des mouvements critiques existent et peuvent être développées pour y remédier. En revanche, malgré l’existence de partis européens – dont le Parti de la gauche européenne –, la conscience politique reste quasi exclusivement construite sur des bases nationales séparées. L’avenir de l’Europe passera donc à la fois par l’ampleur des mobilisations progressistes nationales et par l’émergence de formes de conscience européenne combative, sur tous les sujets, économiques, sociaux, écologiques, démocratiques qui conditionnent le devenir de l’Union.
  4. Le recul des normes sociales, la crise du mouvement ouvrier et le désarroi démocratique sont à la base de tous les dérèglements, dans chaque État et sur le continent tout entier. C’est cet état de fait dangereux qui doit être renversé. Cela suppose, non pas le repli prioritaire sur les nations, mais l’articulation plus grande des projets démocratiques, à toutes les échelles de territoire sans exception. Nul projet national n’est viable s’il n’inclut pas une dimension européenne majeure et, en sens inverse, aucun projet européen n’est crédible s’il ne s’ancre pas dans les exigences sociales et démocratiques de chaque peuple. En matière de construction continentale, le sens du commun et le respect de la spécificité sont les deux dimensions inséparables de toute avancée. Faute de cette liaison, l’universel mal compris nourrit le nationalisme, tandis que l’exacerbation de la différence conduit au séparatisme et à l’affrontement des esprits nationaux.
  5. À court terme, tout projet européen conséquent à gauche doit donc articuler quatre niveaux : la définition d’un objectif progressiste européen de long terme, même si sa réalisation immédiate est impossible  ; l’exigence persistante d’une refonte des traités ; la mobilisation des leviers sociaux et politiques sans lesquels aucune refondation n’est possible, ni à l’échelon national ni dans le cadre communautaire  ; l’affirmation conjointe que l’on veut une mise en commun européenne et que l’on mettra en œuvre les décisions nationalement prises, quand bien même elles contrediraient la norme légalement retenue dans l’Union.

 

Roger Martelli

Notes

[1Sondage Elabe, «  Les Français et l’Union européenne  », 9 mars 2017

[2Sondage Elabe, mars 2017

[3Des approches intéressantes à débattre dans l’ouvrage d’Attac et Copernic, Cette Europe malade du libéralisme. L’urgence de désobéir (Les Liens qui Libèrent, 2018), ainsi que dans le Manifeste pour la démocratisation de l’Europe, coordonné par Manon Bouju, Lucas Chancel, Anne-Laure Delatte, Stéphanie Hennette, Thomas Piketty, Guillaume Sacriste et Antoine Vauchez (http://tdem.eu). On peut lire aussi la réflexion de Yanis Varoufakis, dans le dossier du Diplo évoqué ci-dessus («  Pour un printemps électoral  », mars 2018)

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Lordon a raison : les bourgeois prétendus de gauche qui veulent nous soumettre à la bourgeoisie libérale européenne, on en a marre.

    La République Populaire de Chine est 1000x plus démocratique et sociale que l’Union Européenne. Pour réussir à instaurer un tel régime, ils sont commencé par envoyer en camps de travail tous les intellectuels gauchistes. Voilà la voie à suivre : elle plaira fortement aux gilets jaunes, qui en bons prolos matérialistes détestent les intellectuels gauchistes à la solde de la Bourgeoisie anti-démocrate.

    marreDeLaGaucheDeDroite Le 20 mars à 11:01
  •  
  • Roger Martelli vous nous gavez avec vos discours on veut= le fréxit et pour ça Asselineau et l’UPR ,BASTA

    bour Le 20 mars à 14:31
       
    • le Frexit, c’est une question pour un référundum, pas pour une présidentielle. Un RIC sur le Frexit serait parfait. Mais bon, Asselineau est trop bourgeois pour soutenir les Gilets Jaunes et le blackblock.

      marreDeLaGaucheDeDroite Le 20 mars à 16:15
  •  
  • Ha Roger Martelli
    Qui trouvera grâce à ses yeux parmi la gauche, la vraie pas celle allant des écolos à hamon en passant par glucksman vraie droite libérale rempart contre le retour aux solidarités du CNR et à l’avènement d’une véritable lutte pour la préservation de notre planète.
    La critique lui est aisée on attend ses propositions.

    irae Le 20 mars à 21:01
  •  
  • Dans un monde instable et incertain, où le heurt des puissances fait courir un risque mortifère à l’humanité, la convergence des peuples européens et la synergie de leurs forces sont plus nécessaires que jamais.

    Pour ma part, je sus de gauche et je suis pour l’Europe.

    1. 2 guerres mondiales en un siecle

    2. La Russie deviens l’état le plus dangereux de ce siecle : Serbie, Tchetchenie, Ukraine, Syrie, venezuela. Des centaines de millers de morts, récents

    3. Il nous faut donc une europe de la défense autonome des USA, et surtout pour nous protéger de la Russie

    Pour toutes ces raisons, ll nous est impossible en tant que gauchiste, de voter pour des elements pro Russe, comme le FN, la FI ou Asselinau

    bdpif Le 21 mars à 21:47
  •  
  • U.E a été faite PAR et POUR la capital.
    Elle est de fait incapable d’autre chose.
    Une autre Europe suppose, impose de sortir de celle-là.
    Sauf à considérer que le refus de sortir de cette U.E n’est que le masque de tous ceux qui ne veulent pas sortir du capitalisme.
    Sortir de l’U.E ne garantie pas une sortie du capitalisme, mais y rester c’est avoir la certitude de ne pas en sortir.
    Le divorce en les couches moyennes et les milieux populaires est là flagrant.
    Nous avons dit NON au TCE en 2005 il n’y a pas à y revenir.
    Si nous avons 30% de votant ce sera le bout du monde, une sorte de référendum anti U.E.
    Je voterais pour ma part Ian mais sans trop de conviction
    Clamer notre refus des traités, je partage, c’est de fait quitter l’U.E inutile de se raconter des histoires.
    Le divorce avec les milieux populaires n’a jamais été aussi flagrant.
    Cette gauche chic bon genre m’est devenu totalement étrangère

    Bernard Trannoy Le 22 mars à 19:04
  •  
  • Merci Mr Martelli

    Votre article est parfait mais Gluckman dit globalement les mêmes choses que vous mais en 100 mieux !!!
    Il connait toutes les ficelles du marketing.

    Bon courage pour votre ligne originale et franchement novatrice :"Une autre Europe est possible !"
    Bon cet appel à l’unité avec ce qui reste du PS c’est pour quand ?

    Cyrano78 Le 24 mars à 20:53
  •  
  • Bonjour
    faire une autre Europe ...certes, mais avec quelle rapport de force ?, avec qui ? . la "gauche" actuelle ?.Nous tournons en rond .
    Chacun va aller voter pour sa petite liste, ou s’abstenir , puis les choses continueront comme avant.

    bob Le 25 mars à 11:46
  •  
  • Bonjour
    Voir le dessous des cartes sur arte you tube de pascal Boniface : quelles guerre dans les années 2020 ,
    La Russie n’est pas le danger immédiat pour le monde, ni pour les USA, la montée en puissance de la Chine inquiète plus les USA et l’Europe , que la Russie.

    bob Le 28 mars à 10:56
  •  
  • Bonjour
    La Russie n’a ni la volonté , ni les moyens d’envahir l’Europe ,les chars Russes a Paris ou Berlin, c’était , il y a trente ans....
    Rappel historique a l’époque de la guerre froide, du mur de Berlin, de l(URSS , les chars soviétiques étaient a deux heures de Paris, les troupes soviétiques installer en Allemagne de l’EST, et le pacte de Varsovie éxister, les mIssilles étaient à l’Est et les pacifistes à l’Ouest , comme le disait un président.
    Maintenant le pacte de Varsovie à était dissous , les troupes Russes se sont retirer derrière leur frontières, les missiles aussis.
    Par contre l’OTAN a installer ses troupes et ses missiles a la limites des frontières Russes.
    C’est donc , les Russes qui se sentent menacer, les pacifistes n’existent plus.
    Pourtant Gorbatchev avait eu la parole que l’OTAN ne s’étendrez pas à l’EST, Otan qui aurait du être dissoute puisque le pacte de Varsovie n’existez plus....parole, parole

    bob Le 28 mars à 11:11
  •  
  • Qui paie pour notre laïcité,notre code du travail,notre santé gratuite,nos études gratuites,nos allocations familiales,nos retraites,notre RSA ?
    C’est l’état providence français.
    Ce n’est pas du nationalisme que de dire ça.
    Pourquoi toutes ces populations extérieures viennent en France ? si ce n’est pour les bienfaits de cet état providence français ,en telles proportions que le grand remplacement est à l’oeuvre avec l’islamisation des territoires,4000 mosquées en 10 ans,des centaines de morts par Jihadisme,en France comme en Afghanistan....
    Qui veut détruire notre laïcité,notre code du travail,notre santé gratuite,nos études gratuites,nos allocations familiales,nos retraites,notre RSA ?
    C’est l’UE.
    La preuve , Martelli qui ment comme il respire , dit que non.
    Evidemment, Lordon a raison.

    Maurice Le 31 mars à 06:27
  •  
  • M ; Martelli, je suis... circonspet...

    1. Dans un monde instable et incertain, où le heurt des puissances fait courir un risque mortifère à l’humanité, la convergence des peuples européens et la synergie de leurs forces sont plus nécessaires que jamais.
    => Si je comprends bien, c’est avec nos partenaires européens actuels dont ceux-là même que vous citez, que vous souhaitez converger vers une Europe dynamique et solidaire : La Hongrie de Viktor Orban, l’Italie de Giuseppe Conte, l’Autriche de Sebastian Kurtz, la Pologne de « Droit et Justice » ????

    2. Dégager l’Union des traités qui l’étouffent est un objectif raisonnable. sans «  sortir des traités  »...
    => ce ne serait pas ça, une astuce linguistique ????

    3. la conscience politique reste quasi exclusivement construite sur des bases nationales séparées. L’avenir de l’Europe passera donc à la fois par l’ampleur des mobilisations progressistes nationales et par l’émergence de formes de conscience européenne combative...
    => Et d’ici à ces temps bénis, probablement reportés à après le "déluge" (qui tape à la porte, faut-il le rappeler), ne faudrait-il pas, M. Martelli, tenter dans un ultime sursaut pour changer le sort de l’humanité, servir d’exemple (juste pour dire : regardez c’est possible, ils l’ont fait), comme l’ont déjà fait en leur temps les Etats-Unis et la France lorsqu’ils ont montré la voie de la révolution...

    4. En matière de construction continentale, le sens du commun et le respect de la spécificité sont les deux dimensions inséparables de toute avancée. Faute de cette liaison, l’universel mal compris nourrit le nationalisme, tandis que l’exacerbation de la différence conduit au séparatisme et à l’affrontement des esprits nationaux.
    => Faut-il se borner à une construction "continentale" européenne ? La coopération entre les peuples pour plus de justice et d’équité ne peut elle se contruire partout où est présente la France ? A savoir en Amérique, dans l’océan indien ? dans l’océan pacifique ? L’universalisme n’est-il pas mieux que le continentalisme ?

    5. À court terme, tout projet européen conséquent à gauche doit donc articuler quatre niveaux : la définition d’un objectif progressiste européen de long terme, même si sa réalisation immédiate est impossible ...
    => L’horloge climatique vient rappeler le triste décompte de la fin des illusions... Nous creusons activement notre tombe et celle de nos enfants en même temps que celle de la dette climatique tout en sachant que nous n’avons aucun moyen de la combler. L’inertie européenne doit être brisée de manière radicale, M. Martelli car elle est pire que celle du titanic une fois lancé !

    carlos Le 8 avril à 12:34
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.