Accueil > Politique | Par Laura Raim | 4 décembre 2014

La gauche doit-elle laisser Chouard ?

Blogueur influent, chantre d’une constituante tirée au sort, Étienne Chouard se dit démocrate et de gauche mais refuse de dénoncer l’idéologie d’Alain Soral. Un allié encombrant dont la gauche ne sait que faire.

Vos réactions (54)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est une tempête dans un verre d’eau. Une mini-guerre civile au sein du Mouvement pour une 6e République qui a opposé la semaine dernière, par statuts Facebook et blogs Mediapart interposés, deux signataires peu connues du grand public : l’écrivaine Pascale Fautrier a accusé Judith Bernard de faire rentrer la mouvance soralienne dans le mouvement initié par Jean-Luc Mélenchon. À l’origine de cette attaque : la supposée complaisance de Judith Bernard vis-à-vis d’Étienne Chouard, avec qui elle partage une passion intellectuelle et politique pour le tirage au sort.

Après une semaine d’escalade, le psychodrame a trouvé sa résolution mardi, avec la publication par Judith Bernard d’un article explicitant officiellement sa prise de distance avec le blogueur controversé qui, submergé par l’ampleur de la polémique, a annoncé de son côté qu’il se retirait du débat public. Une tempête dans un verre d’eau, donc, et pourtant. La dérive d’Étienne Chouard soulève plusieurs questions incontournables pour la gauche.

Un représentant de l’éducation populaire

Le professeur d’économie et gestion dans un lycée de Marseille sort subitement de l’anonymat en 2005 en devenant – via son blog – le héraut du non au référendum sur la Constitution européenne. Quelques années plus tard, le blogueur influent (plus de 42.000 abonnés sur Facebook) se découvre une nouvelle marotte : le tirage au sort. Pour lui, l’origine de toutes les injustices sociales actuelles, “la cause des causes”, réside dans le fait que notre constitution ait été rédigée par des professionnels de la politique vendus aux puissances de l’argent. Pour sortir de cette fausse démocratie parlementaire, qui ne fait que servir les intérêts des 1%, une seule solution : une constitution écrite par une assemblée constituante tirée au sort, une option politique théorisée par des penseurs comme Jacques Rancière, Yves Sintomer ou encore David Van Reybouck. L’expérience a d’ailleurs été menée avec succès en Islande en 2010 pour la préparation de la Constitution post-crise.

On peut douter du fait que le tirage au sort soit la réponse à tous nos maux. Il n’empêche qu’ Etienne Chouard a le mérite d’avoir œuvré sans relâche, à travers un véritable travail d’éducation populaire, à partager ses réflexions et à faire connaître cette voie originale à des dizaines de milliers de personnes, ces “gentils virus” qui œuvrent à leur tour à disséminer la question autour d’eux.

Le problème n’est pas là, mais réside dans la relation ambiguë qu’il entretient avec l’extrême droite, et notamment sa mouvance soralienne. Précisons d’emblée que ce n’est pas la reprise des textes de Chouard sur Égalité et Réconciliation qui est ici en cause. De fait, bon nombre d’articles de militants de gauche se retrouvent à leur corps défendant sur le blog de l’ex-militant du FN.

Refus de clarifier

C’est donc sa manière de réagir – ou plutôt de ne pas réagir – à ces reprises qui est problématique. Après quelques citations sur E&R, l’économiste Frédéric Lordon avait par exemple écrit une mise au point intitulée "Ce que l’extrême droite ne nous prendra pas". Difficile de faire plus clair. De même, lorsqu’E&R avait posté une vidéo de Julien Salingue s’exprimant sur la liberté de la presse, le spécialiste du Moyen-Orient avait envoyé aussitôt le message suivant : « Je n’ai rien à voir avec vous et vos "idées". Rien. Je sais que vous garderez sur votre site cette vidéo car elle vous permet de pallier votre déficit d’élaboration intellectuelle. (...) M’accordez-vous un droit de réponse ? En d’autres termes, la possibilité d’expliquer pourquoi je maintiens l’ensemble de mes propos, tout en récusant toute proximité avec votre "organisation" ? »

Étienne Chouard, lui, n’a jamais fait de telles déclarations. Voilà l’énigme : alors que l’homme se considère comme humaniste, antifasciste, de gauche et démocrate, pourquoi refuse-t-il obstinément de faire cette démarche de clarification ? Un refus qui lui vaut aujourd’hui d’être de plus en plus rejeté par la gauche, Martine Billard ayant par exemple annoncé sur son blog en janvier 2014 que le chantre du tirage au sort ne serait plus convié aux réunions du Parti de gauche.

« Parler à tout le monde »

Étienne Chouard avance lui-même une série d’arguments, qu’on ne peut se permettre de balayer d’un revers de main. Premièrement, il estime qu’un vrai démocrate se doit de parler avec tout le monde. Il a « une grande vertu que je n’ai pas et que je n’ai pas l’ambition d’avoir : la capacité de discuter avec patience avec tout le monde, même et surtout ceux qui ne partagent pas son analyse (quel intérêt sinon ?), les emmerdeurs et les abrutis », résume sur son blog le haut fonctionnaire souverainiste Claude Rochet.

Dans une vidéo récente, Chouard s’explique : les personnes racistes sont des « êtres humains » comme les autres, et c’est précisément en leur parlant, plutôt qu’en les méprisant, qu’ils pourront « changer d’avis  » un jour. Même si cette stratégie peut-être perçue comme naïve – difficile de savoir combien de gens racistes ont, grâce au dialogue, « changé d’avis » –, l’ouverture d’esprit de Chouard est louable. À ceci près qu’en pratique, on ne l’entend jamais aborder les sujets de désaccord (l’antisémitisme, le sexisme) qui risqueraient justement de heurter les soraliens.

Mais Chouard donne une autre raison de « parler avec tout le monde » : la nécessité d’atteindre un consensus autour d’un nouveau contrat social : dans un texte envoyé à François Ruffin, le fondateur du journal Fakir, il écrit : « Impossible de faire société en tenant à l’écart de l’écriture du contrat social des pans entiers de la société. » Ce à quoi Ruffin lui répond qu’aucune révolution n’a jamais fonctionné sur la base d’un tel unanimisme : « Le contrat de 1789 se fait très largement contre l’aristocratie, contre le clergé, et contre des fractions importantes des classes populaires qui se solidarisent avec leurs anciens maîtres. En 1944, le Conseil national de la Résistance n’a pas demandé l’avis des collabos – et encore moins de Pétain et de ses ministres – pour rédiger son programme ! »

Une définition délirante du "fascisme"

Deuxièmement, Chouard considère que son adversaire principal, ce n’est pas le FN ou Soral, qui dit certes parfois « des horreurs », mais ceux qui sont au pouvoir : « les possédants, les banquiers, les industriels, les multinationales (...) qui prennent le contrôle du politique, qui deviennent viscéralement anticommunistes et antisyndicaux et qui nous condamnent aux travaux forcés en nous empêchant toute résistance. » Pour lui, le vrai « fascisme ce n’est pas le racisme (...) c’est Hollande et Sarkozy (...). L’Union européenne est un régime fasciste. » Le racisme est certes un « fléau », admet-il, mais c’est un problème secondaire : combattre les gens racistes plutôt que les banques, c’est se tromper de priorité.
Et c’est au nom de cette redéfinition des priorités que Soral devient un allié possible, dès lors que lui aussi s’oppose à la finance et aux « fascistes au pouvoir ». « Mon curseur politique est simple, c’est celui de la révolution, explique Chouard en novembre à L’Express. Celui qui soutient le peuple qui veut se soulever contre ses maîtres est à gauche. À droite, il y a la défense des privilèges. Pour moi, Alain Soral est à gauche parce qu’il se bat contre les privilèges. C’est un résistant. »

ll s’agit d’une erreur d’analyse majeure. Tout projet de démocratie vraie est profondément incompatible avec l’idéologie sexiste, homophobe, autoritariste et antisémite de l’essayiste, qui a donné un aperçu édifiant de sa vision du monde idéal en juin dans une interview à ERTV. [1]

Une sous-estimation du danger FN

Enfin, Étienne Chouard justifie implicitement son indulgence vis-à-vis de l’extrême droite par le fait que, selon lui, « Le Pen et Soral ne sont pas dangereux, ils n’ont aucune chance d’accéder au pouvoir. » Il commet là sa seconde faute politique : convaincu que le système est “verrouillé” par les partis libéraux de gouvernement, il ne voit pas que le FN est tout à fait en mesure de gagner les élections présidentielles. Il suffit que l’abstention continue de progresser et que le gouvernement poursuive les programmes d’austérité sociale et de casse salariale.

Dans un contexte européen de chômage de masse et de menace déflationniste, dangereusement proche de la conjoncture des années 1930, la vigilance dans les alliances que l’on noue contre le néolibéralisme est primordiale. On peut détester autant que Chouard l’oligarchie au pouvoir, on la regrettera amèrement si elle est remplacée par un gouvernement policier autoritaire qui applique ouvertement des politiques raciales et racistes.

Notes

[1« On a vu le petit Elkabbach, c’est mon analyse un peu plus raciale-communautaire, qui est le petit sémite sépharade, se soumettre comme une femme à quelqu’un qui représente encore la virilité... aryenne, je dirais, même si elle est slave. Vous voyez, ça, c’est la juste hiérarchie traditionnelle, vous voyez... Quand Poutine ouvre sa gueule, un Elkabbach la ferme. Et c’est comme ça que se conçoit un monde qui fonctionne bien. Parce qu’il y en a un qui incarne l’autorité légitime et la virilité, et l’autre qui incarne la place qu’il aurait du garder depuis toujours, la place d’intermédiaire, de courtisan et au mieux de diplomate... »

Vos réactions (54)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Étienne Chouard, lui, n’a jamais fait de telles déclarations. Pressé par ses amis de gauche, il a finalement accepté la semaine dernière de retirer de son blog un lien renvoyant vers ER, avant de changer d’avis et de le remettre le lendemain. »

    D’abord, il ne le remet pas tout cru mais "commenté", un avertissement supposons :

    « Je vais donc remettre un lien, différent, commenté, vers E&R »

    Ensuite un troisième changement :

    « [Edit, 22h30 : j’ai supprimé carrément tous mes liens.] »

    Deux choses que vous auriez pu ne pas "oublier", histoire de ne pas faire un article orienté.

    « ll s’agit d’une erreur d’analyse majeure. Tout projet de démocratie vraie est profondément incompatible avec l’idéologie sexiste, homophobe, autoritariste et antisémite de l’essayiste, qui a donné un aperçu édifiant de sa vision du monde idéal en juin dans une interview à ERTV. »

    « Un jour, il y a trois ans je pense, je suis tombé sur une vidéo de Soral, que je ne connaissais pas, qui m’a intéressé : il y dénonçait le colonialisme raciste du gouvernement israélien et le sionisme comme idéologie de conquête, aux États-Unis mais aussi en France (en s’appuyant sur les livres — bouleversants — d’Israël Shahak, de Shlomo Sand, de Gilad Atzmon et d’autres que nous devrions tous lire, je pense). Pour moi qui travaille sur les abus de pouvoir, il est naturel d’être intéressé par toute étude d’un projet de domination, quel qu’il soit. En regardant un peu son site, j’ai vu qu’il étudiait, condamnait et résistait (comme moi), entre autres, à l’Union européenne, au capitalisme, à l’impérialisme, au colonialisme, au racisme, aux communautarismes, aux multinationales, aux complexes militaro-industriels et aux grandes banques d’affaires, à la prise de contrôle des grands médias par les banques et par les marchands d’armes, au libre-échange et au sabotage monétaire, aux innombrables et scandaleuses trahisons des élites, à toutes les guerres, à toutes les réductions des libertés publiques justifiées par la « lutte contre le terrorisme », etc. Bref, tous ces fronts de résistance étant, à mon avis, des fronts de gauche, et même de gauche radicale et vraie, j’ai ajouté naturellement un lien sur ma page d’accueil vers le site de Soral. Un lien, parmi des milliers — je ne savais pas encore que cela allait faire de moi, en quelques années, un homme à abattre. »

    OK, ok. C’est orienté. ’Fallait le dire tout de suite...

    Fabien G. Le 4 décembre 2014 à 16:55
  •  
  • Je pratique moi même le "travail constituant" seul ou en ateliers, et à mon rythme. Je suis content de trouver enfin un article qui relève le niveau sur toute cette affaire, même si je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui est écrit et notamment la fin. Jamais dans ma vie la peur n’a été pour moi un bon moteur. Et quand une voiture me fonce dessus, ce n’est pas la peur qui me fait réagir, mais l’instinct : la confiance. Dans cette période si particulière, je formule le vœu que ceux qui utilisent l’essentiel de leurs temps d’engagement (car la vie politique n’est pas tout !) à lutter CONTRE (une personne ou un parti) se remplissent d’énergie positive et cherchent des projets POUR. J’attends de voir comment les candidats du M6R à l’élection d’une constituante vont utiliser l’essentiel de leur temps politique en amont. A la communication pour être "élu" ? Ou bien au travail personnel de leur constitution ? C’est leur personnalité ET leur constitution personnelle qui permettra aux humains de bien voter !

    Vincent Le 4 décembre 2014 à 17:02
  •  
  • Merci pour cet article qui me parait dépeindre très justement le théâtre des opérations, sans tomber dans l’hystérie qui a purement et simplement étouffé le débat ces jours-ci et qui a poussé Judith Bernard et Etienne Chouard à prendre des décisions un peu définitives chacun de leur côté. Le déferlement de haine qu’EC a subit ces derniers mois (on peut même parler d’années), de la part de la gauche essentiellement, me parait délirant, injuste et complètement disproportionné. Cet homme m’a ouvert les yeux, comme à tant d’autres, sur beaucoup de choses, et m’a surtout redonné de l’espoir parce qu’il propose un début de solution concrète, une piste intéressante et prometteuse, pourvu qu’on soit nombreux à le vouloir et à se retrousser les manches, afin de rendre le pouvoir au peuple (tandis que TOUS les autres passent leur temps à dresser des constats sans jamais proposer de solution crédible ni même enthousiasmante - hormis peut-être le mouvement pour la 6iè république, mais qu’en restera-t-il une fois qu’on aura dégoûté tout le monde d’y participer ?). Au lieu de ça, les gens s’insultent et s’aboient dessus pendant des heures, chacun défendant sa chapelle, pour savoir si EC mérite d’être invité, cité, écouté, respecté... Je trouve ça indigne et ça me dégoûte profondément. Au final, je me dis qu’on mérite bien la déroute sociale, politique et démocratique dans laquelle on se trouve, parce que même à gauche, on est visiblement bien trop étroit d’esprit et paresseux pour relever à la fois le défi et le débat !

    Alyss Le 4 décembre 2014 à 17:17
       
    • 100% d’accord avec toi Alyss

      Jf62 Le 4 décembre 2014 à 18:16
    •  
    • Merci pour cette analyse toute en nuance.

      Didier Lagasse de Locht Le 4 décembre 2014 à 23:15
    •  
    • A mon avis c’est d’accord. Pour moi le débat démocratique (qui n’existe pas et trop méconnu.... dans cette société ) doit mettre en confrontation les personnes d’opinions opposées, divergentes avec les opinions "orthodoxes" et cela sans acrimonie. C’est en argumentant justement à partir d’éléments réels que l’on peut ECHANGER pour PROGRESSER dans les conditions de vie , dans les relations avec "l’autre , différent " .
      Bien sûr que l’idéologie portée par le nazisme , le franquisme le pinochisme ou autres inhumanités doit être combattu sans faiblesse , avec détermination car l’histoire porte témoignage de la nocivité mortifère de ces conceptions . Or dans l’actualité récente , la situation et les péripéties relatives à la GRECE ont révélé combien devient violente toute tentative de débats au sujet de cette EUROPE SCANDALEUSE, son EURO !! L’invective devient couramment l’argument essentiel, le rejet de l’adversaire devient la règle !!Et si c’est ainsi que dans le camp PROGRESSISTE les relations dites DEMOCRATIQUES doivent se dérouler , les comportement de L’EXTREME DROITE ont influencé les cerveaux... il y a des progrés à faire !! Chacun a le droit de se tromper , de faire fausse route... mais pourquoi résoudre le problème par l’agressivité !!!!

      Guy AJAS Le 10 août 2015 à 19:29
  •  
  • Je suis très admiratif de ce que dit Etienne Chouard, est-ce que je serai aussi banni de tous les sites, blogs et pages de réseaux sociaux qui luttent contre le FN ou le fascisme ? Pourtant, comme le dit Chouard, je pense que le racisme, l’antisémitisme, le sexisme et l’homophobie sont des saloperies.
    Et si on arrêtait la chasse aux sorcières pour enfin aborder le thème qui nous est cher : la démocratie ?

    David TRIPARD Le 4 décembre 2014 à 18:23
       
    • Merci Clémentine Autain et Regards d’avoir donné une tribune, d’avoir déroulé le tapis "rouge" aux Gentils Virus "rouge" bruns d’Etienne Chouard très actif pour foutre la grouille dans le "m6r"
      (Merci à Roger Martelli et Catherine Tricot pour leur soutien dès le début.).

      Fulgence Le 4 décembre 2014 à 18:50
  •  
  • Si la "gauche de la gauche" , expression ridicule , se coupe de ce que représente étienne Chouard c’est à rien y comprendre ! Le FdG est à mon sens moribond et ce n’est pas avec ce genre de positionnement qu’il va se relever ! Cela fait 4 ou 5 ans que je suis la pensée de cet homme et franchement le procès que vous lui faites signifie que vous ne l’avez jamais lu , ou pire que vous ne l’avez pas compris ! ceci montre au moins une chose c’est qu’un éventuel changement au niveau de notre démocratie en lambeaux ne viendra pas d’un parti politique ...le sectarisme qui y règne est vraiment un repoussoir évident ... que des militants FdG témoignent de la même rigidité me surprend beaucoup !

    MAURICE jean-pierre Le 4 décembre 2014 à 19:22
       
    • Chouard est pour moi un imposteur. Son approche de la démocratie est inopérante parce qu’elle repose sur une connaissance erronée de la démocratie grecque. Cette dernière était parfaitement élitiste, limitée à une fraction infime de citoyens de la citée, l’acquisition de la citoyenneté étant extrêmement fermée.

      Chouard a trouvé une idée qui lui permet seulement d’exister. Et se référer à la démocratie grecque, ça fait intello, philosophe et lui permet de tenter de se positionner enfin dans le petit monde des penseurs.

      Qo Héleth Le 20 décembre 2014 à 12:48
  •  
  • Merci à Laura Raim pour cette analyse saine et intelligente.
    Ça fait du bien. Cela nous change de certaines critiques hystériques, pseudo intellectuelles et donneuses de leçon de la part d’intervenants psychorigides, autoritaires, totalement dépourvu de discernement et sans aucune vision humaniste. Et de gauche par-dessus le marché ! Ce qui me permet de conclure en disant qu’à choisir entre la droite et cette gauche, je choisis Etienne CHOUARD !
    Bonsoir :)

    Eric DURVILLE Le 4 décembre 2014 à 20:01
       
    • Depuis que je me suis engagé à l’extrême-gauche , je rencontre une catégorie de personnes , psychorigides et sectaires , qui sont un véritable mystère pour moi, sauf peut-être si je me rappelle la violente intransigeance de ma jeunesse , à la différence près cependant que je n’ai jamais eu besoin de m’appuyer sur un évangile pour y puiser une autorité d’emprunt. Depuis, conforté par mes lectures de Pascal ou de Spinoza, je vois qu’il y a toujours quelque chose de vrai dans ce que professent mes pires adversaires , qu’il faut entendre afin de leur représenter l’ensemble dont ils ne voient qu’une petite partie. Et parfois à ce jeu, j’ai dû convenir que j’étais celui qui ne voyait que devant sa porte.

      Nilbig Le 6 décembre 2014 à 08:50
    •  
    • Qo Héleth Le 20 décembre 2014 à 12:48 dit :
      "Chouard est pour moi un imposteur. Son approche de la démocratie est inopérante parce qu’elle repose sur une connaissance erronée de la démocratie grecque. Cette dernière était parfaitement élitiste, limitée à une fraction infime de citoyens de la citée, l’acquisition de la citoyenneté étant extrêmement fermée."

      Question : Chouard défend-t-il la démocratie Grecques élitiste ou se sert -t-il des principes ,des régles de cette démocratie pour essayer de proposer une alternance démocratique ? Il me semble qu’il y a une petite confusion ?

      jojolemérou Le 27 avril 2015 à 18:53
  •  
  • être et avoir été,

    Chouard a sans doute été de gauche, Dieudonné l’était aussi il y a maintenant fort longtemps et Doriot a réellement été communiste. Et puis un jour (toujours dans des périodes sombres, de décomposition politique) s’amorce le grand voyage, sans limite et sans retour. Au nom du combat essentiel ou de l’ennemi défini comme principal, on relativise des combats auto-définis comme secondaires, puis on les oublie et finalement comme c’est encore trop on en fait des obstacles pour s’adresser à tel ou tel. La cécité et la complaisance n’ouvrent pas des voies pour convaincre, elles sont le signe de la soumission à un nouveau paradigme haineux et nauséabond.

    Ce n’est pas une tempête dans un verre d’eau, c’est la ligne de partage des eaux.

    Guillaume Liégard (membre de la rédaction)

    Guillaume Liégard Le 4 décembre 2014 à 20:12
       
    • Ce n’est pas parce qu’il refuse de dresser un cordon sanitaire autour ou de lyncher quelqu’un (aussi malfaisant soit-il) qu’on peut l’accuser de partager les idées les plus éloignées de l’idéal démocratique qu’il défend depuis des années. Toute personne ayant un minimum d’honnêteté intellectuelle et ayant suivi certaines de ses conférences ou de ses publications sait bien qu’il ne partage en rien les idées les plus crasses de ce bord-là de la politique. C’est même carrément abject de le comparer avec Doriot ou même avec Dieudonné, dont on peut citer des propos ou des postures pour lesquels il a été condamné à plusieurs reprises. Vous fantasmez en lui prêtant des intentions, invoquant même "les heures sombres" pour ajouter du drame, que rien dans ses propos ne vient jamais créditer (et cette histoire de lien sur son site ne peut suffire à justifier l’acharnement dont il est victime). C’est malheureux toute cette énergie déployée à brasser de l’air quand il y a tant à faire. Si tous ces aboyeurs mettaient la même énergie à construire plutôt qu’à détruire, on aurait déjà la tête hors de l’eau, et de l’espoir, et de l’énergie pour continuer plus avant. Au lieu de ça, le M6R est pour beaucoup déjà condamné alors qu’il peinait à gagner les consciences tant les gens n’ont plus confiance ni en rien ni en personne. Je le redis, tout ça m’écœure et me retire désormais toute envie de m’engager et je ne pense pas être la seule. On n’était déjà pas bien nombreux à penser qu’on pouvait tenter quelque chose. Tant pis pour moi. Tant pis pour nous tous !

      Alyss Le 4 décembre 2014 à 21:30
    •  
    • Je partage parfaitement votre commentaire, depuis le début ce monsieur a été pour moi un populiste, que l’on pouvait classer à gauche par fainéantise intellectuelle . car il est réellement, et depuis le début un brun qui s’ignorait, et qui enfin révèle sa vraie nature, donner des interviews à minutes était sans doutes pour parler à tous. Il est vrai que c’est très sain de dénoncer le capitalisme et les banquiers dans un journal assimilant les noirs à des singes car ceci est secondaire devant la lutte contre ces truands. Etre de gauche est très difficile car cela nécessite une constance sur les valeurs humanistes et sur les valeurs républicaine, car comme disait Jaures la république c’est le socialisme. Je fus assez surpris que du crédit ( de gauchitude) soit donné à ce populiste qui remettait en cause les fondements républicains et qui avait ce simplisme propre aux populistes. Le brun c’est enfin révélé à lui même et ce révélera dans les gens qui le soutiennent, telle est ma conviction et j’espère que cela épargnera la gauche progressiste et la république, déjà bien affaiblie par les libéraux au pouvoir et préservant notre projet de la sixième république en éloignant les bruns de nos rangs

      mustapha mokdad Le 4 décembre 2014 à 22:44
    •  
    • "La cécité et la complaisance n’ouvrent pas des voies pour convaincre, elles sont le signe de la soumission à un nouveau paradigme haineux et nauséabond."

      Cet extrait s’applique à merveille à votre analyse et à votre méconnaissance totale de l’homme Etienne Chouard.

      Peu d’hommes ont un sens aussi aigu de la droiture, de la tolérance et de l’altruisme qu’Etienne Chouard.
      Et c’est probablement l’absence de ces vertus chez ses détracteurs qui les empêchent d’appréhender la marche d’Etienne Chouard et d’en comprendre la sagesse.

      Didier Lagasse de Locht Le 4 décembre 2014 à 23:34
  •  
  • Une chose me parait évidente, à lire et entendre les postures de ceux qui se prétendent être les représentants de "la gauche" et leur croisade contre tous ceux qui ne pensent pas comme eux, leur combat est perdu d’avance car en agissant de la sorte, ils ont perdu leur âme et ne peuvent se prétendre démocrate.

    Didier Lagasse de Locht Le 4 décembre 2014 à 23:19
  •  
  • " On peut détester autant que Chouard l’oligarchie néolibérale au pouvoir, on la regrettera amèrement si elle est remplacée par un gouvernement policier autoritaire qui applique ouvertement des politiques raciales et racistes. "

    Ah ces bobos quartiers qui sont du coté manche de la matraque...

    J-Stéphane Le 5 décembre 2014 à 13:34
  •  
  • Une précision : sur la vidéo postée par E&R, je ne parlais pas d’Israël mais de la liberté de la presse en France.

    Julien Salingue

    Julien Salingue Le 5 décembre 2014 à 15:03
  •  
  • C’est corrigé, merci.

    Laura Raim Le 5 décembre 2014 à 16:19
  •  
  • Selon moi ce rejet excessif, n’est pas tant celui de la personne de Chouard, gentillement naïf, que la démonstration d’une incapacité des structures "de gauche" (à tendance coco tradi) à intégrer des mouvances inédites dépassant leur grille de lecture traditionnelle à base de petites cases pré-définies pour ranger chacun à sa place. J’ajouterai que ce sont les mêmes qui crient au facho partout qui se gargarisent du prolo, sans être capables d’en analyser ou contrecarrer le départ vers l’extrême droite. Là encore avec Chouard, ces réac de gauche reproduisent la même chose, en poussant les partisans d’une "démocratie directe" vers la fachosphère qui elle les accueille à bras ouverts, les écoutes, les caresses, les appels "dissidents" pour nourrir la confusion et finit par les endormir pour mieux leur mettre et imposer finalement son projet de régime autoritaire et centraliste. A voir des fachos partout, on finit par aider les vrais à se dissimuler dans la masse et à en prendre le contrôle. Donc oui, l’ouverture et le dialogue sont urgents pour accueillir à gauche les nouveaux indignés et militants de la démocratie réelle.

    Eben l’Engraineur Le 5 décembre 2014 à 17:04
  •  
  • Merci de corriger l’article : je n’ai jamais écrit que le tirage au sort était un "court-circuitage fasciste" de la politique, mais qu’il pouvait favoriser la confusion avec ceux qui militent pour ce court-circuitage. Laura Raïm, c’est curieux : vous donnez le lien vers mon article mais vous ne le citez pas correctement, et vous qualifiez de "peu sérieuse" une analyse qui n’est pas la mienne. Cdlt, pf

    Pascale Fautrier Le 5 décembre 2014 à 20:07
       
    • Merci pour votre correction. J’ai décidé de supprimer la référence à votre position, la pertinence du tirage au sort comme option politique n’étant finalement pas du tout le sujet de cet article. Il fera bientôt l’objet d’un papier sur Regards où on aura tout loisir de rentrer dans le détail de la discussion, ce qui évitera de résumer maladroitement la position de chacun, comme j’ai pu le faire avec la vôtre.
      Je me permets cependant de mettre ici vos deux citations qui m’ont conduit à résumer votre analyse du TAS comme court-circuitage fasciste :
      "Il y a quelque chose dans le tirage au sort qui a à voir avec ce raccourci anti-rhétorique qu’est le fascisme - auquel leurs partisans feraient bien de réfléchir", extrait de l’article "m6r, tirage au sort, Etienne Chouard, Alain Soral, Judith Bernard"
      puis "le tirage au sort court-circuite la parole politique : on est tiré au sort et non élu sur un discours, défendant un programme. Je qualifie donc le tirage au sort de procédé anti-politique : et c’est par cet aspect anti-politique qu’il risque d’agréger d’autres courants antipolitiques fascistoïdes, puisque le discours fasciste se caractérise précisément par une rhétorique antipolitique confusionniste : tous pourris, haine des corps intermédiaires (partis, syndicats), antiparlementarisme.", extrait de l’article "La gauche et la mouvance rouge-brune : ma réponse à Judith Bernard réitérant son soutien politique à Etienne Chouard"
      Cordialement,
      Laura Raim

      Laura Raim Le 5 décembre 2014 à 23:05
  •  
  • Le titre contient toute l’erreur de cette pensée contreproductive :
    "Blogueur influent, chantre d’une constituante tirée au sort, Étienne Chouard se dit démocrate et de gauche mais refuse de dénoncer l’idéologie d’Alain Soral. Un allié encombrant dont la gauche ne sait que faire."
    Non. Refuser de dénoncer ce n’est pas être allié.
    C’est plus compliqué que ça, et cet argument reflète un article "à charge".
    Dénoncer OBJECTIVEMENT quelqu’un c’est penser à la fois qu’aucune de ses idées n’est utile, et que la plupart de ses idées sont nuisibles.
    Votre notion de la dénonciation se base sur le dégoût du personnage. Etienne chouard lui est dégoûté par certaines idées, pas par d’autre qui elles restent utile et sont celles qui fédèrent les soraliens.. Si vous résumiez l’ensemble des repproches faites à l’ultra-gauche et à l’antifascisme, vous avez cet argument. Non bien sûr, les gens ne sont pas tous rasciste ou homophobes car naïf et bête, penser cela mène à une vieille peur du peuple..
    Cette morale absolue est du nazisme. Paradoxalement, on pourrai vous appeler les nazi antifascistes.

    Olivier EnliL Le 5 décembre 2014 à 21:13
       
    • @Laura Raim
      Alléluia ! Alléluia ! Prochainement un papier sur le tirage au sort !
      Depuis le temps que les exploités, les salariés, les chômeurs, les sans domicile fixe attendaient ça ! Le grand Chouard sponsorisé par la Mècque du hasard, la Française Des Jeux , et qui va en deux coups de roulette nous éviter le cataclysme de 2017, instaurer la démocratie directe, instantanée, écolosocialiste et permanente pour des millénaires de fraternité blogueuse...
      Merci à Regards pour l’enthousiasme que déclenche dans les masses accablées l’annonce d’un grand débat sur LE sujet crucial du 3 ème millénaire !

      Fulgence Le 6 décembre 2014 à 11:42
  •  
  • Disons le franchement, les hystériques anti-chouard me filent autant la gerbe que les réac-facho fronto-soraliens.
    Parce que je suis humaniste et démocrate, avec moi, il y en a pour tout le monde. Poussez pas, vous serez servis.

    Je suis ravi que Regard prenne un regard plus nuancé, et avec plus de recul sur la situation que des fanatiques comme truc-much et machin-chose sur médiapart qui, au delà de l’hypocrisie de leur posture, ne sont ni plus ni moins que dans une petite guéguerre misérable d’influence médiatique au sein du M6R.
    C’est comme ça que je le vois et je trouve ça particulièrement pathétique et lamentable.

    J’ai envie de leur dire : vous êtes insignifiants, vous êtes outranciers, vous êtes simplement fanatiques.
    Gardez pour vous vos haineuses chasses aux sorcières, les fascistes on les connait, on les verra venir. Remballez votre pseudo complots que vous brandissez à tout va comme le CRIF balance les anathèmes pour antisémitisme.
    Vous êtes la cause (une de plus) du dégoût pour la chose politique à gauche. Une source de désespérance pour tout être rationnel et de bonne volonté. Arrêtez de nous pomper l’air et si réellement vous avez à cœur le devenir de notre société, faites comme l’homme que vous vouez aux gémonies à la sagesse de vous l’enseigner, malgré votre aveuglement. Agissez sur la cause des causes.

    La gauche, qui est normalement consciente que la dérive idéologique chez les classes populaires est presque systématiquement due aux conditions de misère sociale, devrait savoir que le plus grand problème, la source majeure de la dérive politique vers l’extrême-droite en France, n’est pas la situation économique du pays, qui n’est qu’un symptôme de la façon de fonctionner du système et de ses institutions, mais la vision très claire des électeurs que le pouvoir n’est plus entre leur mains, qu’ils en ont été dépossédés. Vos querelles intestines vous rendent inaudibles et repoussants.

    Au sortir de la 2nd guerre mondiale, le CNR n’était aussi sectaire que vous l’êtes. Il a su fédérer tous les esprits de bonne volonté afin de produire ce dont on n’a pour le moment pas réussi à dépasser l’horizon. Il n’a surement pas passé des années à pratiquer une chasse aux sorcières et une épuration idéologique pour être à même de proposer un pacte politique et social qui serve l’intérêt commun.
    Il n’a pas cherché à éliminer tous ceux qui lui semblait suspect d’un mauvais esprit, d’une trop grande naïveté, ou même, odieuse chose, de collusion avec des personnes qui ne partageraient pas les idées de gauches.

    Car la cause des causes, elle n’est pas dans le projet idéologique et sociétal, ni même dans l’orientation économique ou géopolitique du pays. Elle relève de ce simple fait que le pouvoir politique n’est pas entre le mains de ceux à qui il revient : les citoyens. C’est la clef ! Car une fois que les règles seront remises à plat, et que les nouvelles émergeront d’un travail de réflexion et du consensus national, alors, peu importe qui pense quoi car en définitive, ce sera vraiment le peuple qui devra être à même de faire un choix. A ce moment là alors, et particulièrement à ce moment là, nous pourrons recommencer à nous disputer sur ce que nous croyons être le meilleur pour l’avenir de la société que nous formons, et de notre civilisation. Mais tant que nous n’aurons pas pris en main et réglé son compte définitivement à cette perversion antidémocratique que l’on nomme régime représentatif, abusivement démocratie, toutes nos querelles ne seront que de pusillanimes disputes sans finalité.

    Comprenez enfin qu’un homme comme Chouard, dans une tâche colossale telle que celle qu’il a entrepris, attaqué de toutes parts, et surtout détenteur de cette conscience acéré que la cause des causes est dans la forme que prend la démocratie (réelle ou illusoire), ne peut finalement donner qu’une importance à la fois relative et secondaire aux dérives pathologiques d’un type comme Soral. Il ne saurait en être autrement. Quand vous avez cerné le problème, ciblé la porte de sortie, une fenêtre particulièrement étroite et presque impossible à atteindre, vous n’avez pas de temps à perdre avec ce qui vous apparaît alors comme des problèmes secondaires à régler plus tard.

    Si malgré tout, pour vous, lutter contre Chouard, un homme juste dans lequel il n’y a pas de malice, est aussi important qu’il vous détourne du vrai combat. Alors c’est que vous êtes vous même des hypocrites et des menteurs. Ce combat dure depuis des siècles, et le prix à payer pour le remporter est incommensurable. Et même un paumé comme Soral, que sa mégalomanie et son narcissisme poussent à s’auto-détruire lui-même tout seul, ne devrait pas occuper nos esprits plus de quelques instants car l’enjeu dépasse toutes les considérations individuelles et mesquines.

    Défendez l’idée d’une démocratie réelle, faites ce travail d’éveil des esprits, soyez plus dans l’éducation que dans la prescription, la moralisation et l’inquisition paranoïaque. Ce sera le produit de votre travail qui fera que chacun pourra en son âme et conscience se déterminer. Le jour ou la majorité des gens aura intégré que la source même de tous les maux n’est pas l’immigré, et même, oserais-je dire, pas les banquiers (moi qui les déteste), mais la façon dont le pouvoir est confié délibérément à des individus qui s’en servent contre nous, alors, des infections comme Soral disparaîtront d’elles mêmes comme la moisissure disparaît au soleil. Car n’oubliez jamais que si Soral est dangereux, c’est parce qu’il trouve un écho dans l’esprit des gens, et s’il trouve un écho dans leurs esprits, c’est parce qu’il dénonce aussi l’injustice et l’iniquité de ce système. Supprimons-là, coupons lui l’herbe sous le pied, et l’ensemble des problèmes qui en découlent naturellement trouverons une solution simple.

    Lizerunn Le 6 décembre 2014 à 03:28
       
    • Vous dites des choses intéressantes, à ceci près selon moi que les gens n’ayant jamais cru à leur propre pouvoir, pensaient ou espéraient au moins que leurs représentants avaient le pouvoir de défendre leurs intérêts, car , que vous le vouliez ou non, ce qui importe à chacun, c’est de faire bouillir la marmite, élever ses enfants, s’acheter une auto et partir en vacances ; voilà le souci de chacun ! et les riches étaient très contents de leurs riches représentants qui faisaient des lois pour eux. Or que voient-ils maintenant ? Que plus personne n’est capable de les défendre contre les banques, contre Bruxelles, contre la mondialisation, les multinationales et les super riches. Et qu’on va au bouillon , car le Titanic a trop d’élan pour pouvoir éviter l’iceberg

      Nilbig Le 6 décembre 2014 à 09:17
    •  
    • @Nilbig :
      Je suis tout à fait d’accord avec vous, et c’est précisément pourquoi j’affirme que c’est à nous et à tous ceux qui en sont conscients de faire ce travail de fourmis qui consiste à éveiller les consciences de nos proches et leur montrer que toute l’iniquité du système repose sur leur consentement tacite et sur leur inaction.

      Lizerunn Le 6 décembre 2014 à 13:43
    •  
    • @Lizerunn
      Ite, missa est.

      Fulgence Le 6 décembre 2014 à 17:48
  •  
  • Moi , ce qui me fait rire "jaune" en lisant tous ces articles , c’ est qu’ apparemment la polémique est venue de discussions sur ce fameux m6r ...Franchement , aujourd’ hui , qui à part les militants acharnés et enfermés sur eux même du Parti de gauche et proches , connait l’ existence du m6r ?

    Combien de signatures ? ( je l’ ai signé vaguement , je crois ) ... Effectivement le verre d’ eau , actuellement , représente très bien la situation du groupe de pensées "PG Ensemble , Regards Politis " perdu entre Bastille et Oberkampf ou entre La Plaine et le Boulevard Libération ( Marseille ) et qui est terrorisé par l’ extrême droite , au point de refaire ressortir une polémique qui date sur Etienne Chouard ( elle a au moins 5 ans d’ âge )

    Par contre , personne ne fait remarquer que toutes les initiatives , forums de l’ extrême gauche anti Front National ( de Ras L Front aux livres anti FN du Parti de gauche ) ont complètement échoué depuis 20 ou 30 ans , quand on constate les progrès de l’ extrême droite à tous niveaux ...

    Et le plus cocasse , c’ est qu’ on reproche à Etienne Chouard de minimiser le danger de l’ extrême droite , alors que tout militant qui ose dire que l’ extrême droite progresse pour certaines raisons , se fait tailler en pièces en réunion publique ( moi le premier ) par les militants du PG et Ensemble chevronnés qui préfèrent le " cachez ce diable qu’ on ne saurait voir" ...

    Bref encore un article qui prouve encore que l’ extrême droite a triomphé malheureusement de la gauche radicale sur le plan idéologique et sociétal .

    Allez va ! Triste fin que Regards

    THIERRY HERMAN Le 6 décembre 2014 à 11:26
  •  
  • Ce qui est bien avec cet article c’est que j’ai manifestement réussi à mettre en colère tout le monde, les chouardiens commes les anti-chouardiens. Ce commentaire-ci ne va pas arranger mon cas auprès des premiers...Je voudrais en effet signaler que, estimant que j’avais manqué de clarté (moi aussi...) dans certains passages du papier, j’ai légèrement réédité le texte vendredi afin de préciser mon analyse. Les modifications les plus significatives sont les suivantes : je dis que Chouard "se dit" de gauche et démocrate et non plus qu’il "l’est". C’est plus factuel et je laisse chacun juger de ce qu’il "est". J’évoque désormais en début d’article sa "dérive", car oui, je pense qu’il y en a une. Cela ne m’empêche pas de reconnaître qu’il a fait un travail remarquable lors du TCE, tout comme ses ateliers et ses recherches autour du processus constituant et du tirage au sort me paraissent intéressants. Je sais également que Chouard n’est pas Soral, qu’il n’endosse pas toutes ses idées et qu’il est en désaccord avec celles qui sont le plus nauséabondes. J’estime néanmoins qu’il y a dérive dès lors qu’il assimile la démocratie parlementaire, en dépit de tout ce qu’elle a d’oligarchique, avec "le fascisme", qu’il qualifie Soral de "résistant", qu’au nom de sa lutte anti-système il est prêt à s’entendre avec l’extrême droite.

    Laura Raim Le 6 décembre 2014 à 11:29
       
    • Merci de vous rendre compte du bourbier dans lequel vous avez sauté à pieds joints. Bon courage pour la suite , vous n’êtes pas sortie de l’auberge tout comme vos lecteurs qui se seraient bien passés de cette affligeante couillonnade.

      Fulgence Le 6 décembre 2014 à 12:01
    •  
    • La grande force d’Etienne Chouard est que son combat est sur les idées et non contre les hommes qui les portent.

      Ainsi, il a cette vertu que peu d’homme ont, garder la main tendue... même vers ses adversaires car comme il l’explique très bien, tout homme peut changer, évoluer.

      Il n’y a donc pas de sympathie pour Choral mais bien la reconnaissance qu’il mène un combat qui est le sien. Sans plus.

      Contrairement à ses détracteurs qui pensent qu’il faut mettre des cordons sanitaires autour des personnes qui ne pensent pas comme eux, Etienne Chouard garde la porte ouverte car trop conscient que beaucoup de Frontistes ou autres extrêmes peuvent reprendre espoir dans les projets de Constitution citoyenne et le tirage au sort et donc revenir sur leur pas.

      Etienne Chouard démontre des qualités humanistes très supérieures à la moyenne.
      Voilà pourquoi sa démarche n’est pas comprise par ses détracteurs.

      Didier Lagasse de Locht Le 8 décembre 2014 à 14:21
    •  
    • @ Didier Lagasse
      "Il n’y a donc pas de sympathie pour Choral mais bien la reconnaissance qu’il mène un combat qui est le sien. Sans plus".
      Cette contraction entre Chouard et Soral pour faire Choral est un savoureux lapsus. Plus que révélateur. Ainsi donc il faudrait reconnaitre le combat de Soral et le mener avec lui ? Non merci, ce sera sans moi.

      Michel Davesnes Le 9 décembre 2014 à 01:11
    •  
    • @Michel Davesnes

      "Ainsi donc il faudrait reconnaître le combat de Soral et le mener avec lui ?"

      Non, rien de cela.
      Reconnaître le combat de quelqu’un ne veut nullement dire que vous approuvez tout ou partie de ce qu’il dit, et donc encore moins de le mener avec lui.

      Didier Lagasse de Locht Le 9 décembre 2014 à 09:45
  •  
  • Vous avez cru que le système ne réagirai pas contre le travail d’Etienne Chouard ?
    Voilà la preuve qu’il est sur la bonne piste !!!
    La reprise de la constitution par les les enfants dans les écoles et les adultes dans des ateliers constituants dans chaque villes !!!!
    C’est la seule solution de ne plus subir un état imbécile qui joue contre les peuples.
    Continuer de vous documentez et agissez en local !

    comprenez Le 6 décembre 2014 à 17:05
  •  
  • "Dans un contexte européen de chômage de masse et de menace déflationniste, dangereusement proche de la conjoncture des années 1930, la vigilance dans les alliances que l’on noue contre le néolibéralisme est primordiale. On peut détester autant que Chouard l’oligarchie au pouvoir, on la regrettera amèrement si elle est remplacée par un gouvernement policier autoritaire qui applique ouvertement des politiques raciales et racistes."

    Ben, peut être, mais ce ne sera quand même pas la faute de Chouard, non ? C’est pas lui qui est au commande en ce moment non ? Les 8 millions de pauvres en France, c’est pas lui quand même !

    Alors pourquoi autant de gens de gauche s’acharne t-il à vouloir dézinguer coute que coute un vrai démocrate, hein ? Notamment les gens à la tête du M6R, ou l’idée de "tirage au sort" fait semble t-il petit à petit son chemin ? Ne serait ce pas d’abord parce que le "tirage au sort" mettrait tous ceux qui se verraient bien élus à la constituante au chômage ?... C’est une question que je me pose depuis quelques jours, en constatant la troublante convergence de ce tir groupé.... ( Le nouvel Obs, Rue 89, Médiapart, l’Express et les gens de M6R)
    Sinon, je ne comprends pas un tel acharnement démesuré. Le monde ne manque quand même pas de vrai méchant qu’il serait vraiment utile d’abattre, non ?

    Luc Le 7 décembre 2014 à 17:25
       
    • En complément.
      D’ailleurs pourquoi ne dénonce t-on pas aussi Fabrice Luchini ? N’est il pas en adoration devant la prose de Céline ? Cet antisémite avoué ? Je suis sur qu’on devrait trouver dans une de ses interviews au moins une citation de Céline, ce qui devrait donc faire de Luchini un antisémite par contagion, puisqu’il ne renie pas Céline et continue d’aimer sa littérature. C’est bien comme çà que çà marche ?

      Et Marx ? L’article « A propos de la question juive » de 1844, serait selon certains historiens, un article antisémite... Je suis sur qu’en cherchant bien, on devrait trouver sur le blog de Mélenchon (et peut être même sur ce blog aussi) par exemple, une citation de Marx....Ce qui serait très grave, non ?

      Et Proudhon ? Tous les anarchistes (anti-fa compris ?) soutiendraient donc l’antisémitisme en se réclamant de Proudhon, qui aurait peut être eu des écrits un tantinet antisémites ?

      Aussi, je propose donc que tous les fins limiers qui s’acharnent actuellement sur Chouard ou Bricmont, se lancent maintenant aux trousses de Luchini ou de Mélenchon, ou de toute autre personne ayant cité un jour Céline, Marx ou Proudhon, puisqu’il suffit d’un lien de cette sorte vers la personne louche pour devenir à son tour louche, au regard des inquisiteurs du net qui veillent....

      Une autre question que je me pose aussi : puisqu’il semble y avoir une curieuse convergence d’articles à charge en ce moment ? Qui donc a donner l’ordre ? Car on en me fera pas croire qu’une telle convergence est le seul résultat du hasard, non ? Alors qui donc est le chef d’orchestre de tout çà et dans quel but ?

      Merci quand même pour cet article qui est plutôt moins à charge que d’autres, j’en ai bien conscience.

      Luc Le 7 décembre 2014 à 22:45
    •  
    • Luc ferme là s’il te plaît. Ce que l’on appelle anarchisme aujourd’hui n’a rien à voir avec la pensee de Proudhon (mutualisme), il s’agit plutôt de communisme libertaire comme celui prôné par Kropotkine. De plus, Proudhon était clairement antisémite puisqu’il souhaitait déporter les juifs en Asie. C’était une obsession pour lui. Donc là tu t’es bien ridiculisé.

      LePierrack Le 31 mai 2015 à 17:36
  •  
  • Je crois qu’on ne peut être que très partagés, pendant des années, ont à mobilisé les gens sur des sujets sociétaux (important)comme : le féminisme, homosexualité, le racisme... ; mais délaisser les luttes sociales, contre la pauvreté, les expulsions, l’exclusion sociale, ..... Oui !, la priorité doit revenir, à la lutte contre les banques , les multinationales...le capitalisme quoi !!!.
    Chouard , veut faire dans le pèdagogisme, parler , convaincre, certes, mais, on peut parler avec un raciste, ou facho, lambda de base, votre voisin ou compagnon d’atelier,et encore, mais pas avec des responsables d’organisations réac.Je reste assez sceptique sur Chouard, pas parce, qu’il discute avec tout le monde, justement , mais parce qu’il entretiens lui aussi des illusions , justement, sur les capacités de réformes, du système économique, et politique. Soral n’est absolument pas anti-capitaliste, il reprend la vieille critique d’extréme droite , de la dénonciation de la finance, et banque(juive), de la mondialisation, des excès du libéralisme...mais pour revenir à un bon capitalisme national. Il participe en cela au complotisme (des gens tirent les ficelles...on devine qui).Chouard , entretien l’illusion que, une réforme juridique, constitutionnelle, va aussi régler le problème des gens (il n’est pas le seul, Mèlenchon , avec la sixiéme république) ....dans le cadre du capitalisme ?.

    Bob Le 7 décembre 2014 à 18:54
       
    • Je partage entièrement le commentaire de Luc ... dans votre liste de gens "louches", vous auriez pu aussi ajouter Richard Wagner : est-ce que ceux qui apprécient sa musique sont antisémites par "contagion" ?
      On peut être pour ou contre le tirage au sort, en débattre avec des arguments qui tiennent la route mais s’acharner sur la personne d’Étienne Chouard, qui n’est pas un homme politique, est d’un niveau lamentable ...
      Où est le débat d’idées ?

      Marie Le 20 décembre 2014 à 13:33
  •  
  • Dans votre analyse, vous reprenez un argument de Chouard, compréhensible d’après vous, celui qui consiste à parler à tout le monde. On pourrait être tous d’accord là dessus, seulement avec Chouard, il ne s’agit pas de cela. Le problème n’est pas une question de liberté de discussion ou d’expression (encore que pour la discussion, il n’y a guère intérêt à légitimer des zigotos comme Soral). Personne n’empêche Soral et autres du même acabit de s’exprimer. Soral a même un site où il peut faire commerce de vieux bouquins d’Édouard Drumont et autres auteurs antisémites (ce que l’idiot Chouard n’a pas remarqué, sans doute).
    Le problème c’est que Chouard va au delà de la discussion, il fait carrément la retape pour ces gens là en mettant sur son site un lien vers le site de Soral ou vers une vidéo du négationniste et antisémite (pléonasme) d’Eustace Mullins (un truc délirant, comme quoi ce serait les Juifs qui ont inventé le nazisme). En osant affirmer, en plus, qu’il ne voit rien d’antisémite dans cette vidéo.
    Chouard est devenu l’idiot utile des rouges-bruns, et il refuse d’écouter ses amis (Franck Lepage, Bernard Friot, Frédéric Lordon, François Ruffin entre autres) qui lui montrent le danger.

    Michel Davesnes Le 8 décembre 2014 à 17:30
  •  
  • Nous sommes tous dans le conflit en utilisant des mots durs , forts , qui fâchent et tout cela pour des idées nobles , pures , humaines . Pourquoi n’arrive t’ on pas à positiver le débat dans le seul objectif d’une société idéale . Que Les philosophes nous dessinent cette société , les humanistes définissent leur position : l’être humain d’abord ça veut dire quoi ? les immigrés les sans papiers les gens de couleur les rom , les individus quel qu’ils soient doivent avoir accès , à la santé , au respect , à un minimum de survie ... la pauvreté éradiquée , les richesses supprimées etc .
    C’est à partir de l’adhésion des individus sur des valeurs humaines expliquées qu’il faut tout reconstruire . Les valeurs de la république , de l’europe , des démocraties , de la religion etc ça veut dire quoi ????

    JD Le 10 décembre 2014 à 12:01
  •  
  • Eh bien moi, très influencé par Etienne Chouard , je suis à fond pour le tirage au sort (voir auprès de lui les modalités). Si cela se faisait, je risquerais donc un jour d’être assis aux côtés d’un citoyen " idéologue sexiste, homophobe, autoritariste et antisémite " pour écrire la nouvelle Constitution. Et il nous faudra bien composer.

    A moins que nous réservions l’écriture aux seuls gens bien de gauche ! Cela serait tellement mieux si nous n’étions qu’entre nous !

    Lannehard Le 11 décembre 2014 à 14:51
  •  
  • Vous résumez les travaux de Chouard au tirage au sort, mais pour lui, et il le dit à chaque intervention, le plus important est la réécriture de la constitution, un travail amorçé sur son wiki, avec des dizaines de participants citoyens. Par ailleurs, à chaque fois qu’on lui demande : "mais pourquoi écoutez-vous, rencontrez-vous des gens d’extrême-droite ? " il répond : dans une vraie démocratie, on doit écouter les idées de tout le monde, celà ne veut pas dire qu’on est d’accord avec toutes les idées. Bref, votre article trompe les gens qui ne connaissent pas son travail, en suggérant à de nombreuses reprises, que non seulement il fréquente l’extrême-droite, mais qu’en plus il serait antisémite ? vous n’êtes pas la première à faire ce genre d’insinuations, et comme par hasard, il s’agit toujours du même procédé, des mêmes éléments de langage.

    alhaz Le 14 décembre 2014 à 23:14
  •  
  • LA Gauche ? C’est QUI ? Bernard, Fautrier ? Mélenchon ? Sénéchal ? Vals ? Hollande ? Lang ? ... C’est pour rire ? Non, c’est à pleurer ... de rire : tous ces gens qui n’ont jamais cotoyés les gens non-bourgeois et s’y méfient copieusement. Ce sont des beaux-parleurs avec une soif du pouvoir énorme, rien de plus.

    Kalkutta Le 15 décembre 2014 à 16:37
  •  
  • Chouard est un vrai démocrate.
    Sur le fond, d’ailleurs, il a pris ses distances avec les positions de Soral, qui tendent effectivement à devenir antidémocratiques.
    La position de Chouard, c’est de dire que dans une vraie démocratie, il faut maintenir le débat ouvert à tout le monde.
    Honneur à lui ! Il est bien au-dessus de ces gens "de gauche" qui le critiquent.

    Zoro Le 21 février 2015 à 15:43
  •  
  • Tous les démocrates devraient se réjouir de voir le tirage au sort récupéré par des sympathisants FN grâce à l’action de Chouard. On pourrait même déplorer que son action ne rencontre pas encore assez d’adhésion dans cette mouvance. En effet, quel modèle plus incompatible avec l’idéologie historique du FN (autoritarisme, culte du chef et goût de la hiérachie) que la démocratie dont une des conditions nécessaires (mais pas suffisante) est le tirage au sort ?

    democrate Le 26 avril 2015 à 18:24
  •  
  • Chouard ne se laisse pas intimider par un certain terrorisme intellectuel qui pointe l’antisémite derrière la plus légère critique du gouvernement d’Israël. Ce peuple est ni meilleur ni pire que d’autres qui ont eu leurs moments d’égarement , la France colonialiste ou l’Allemagne nazie à qui je ne pardonne pas , entre autres crimes , de nous avoir autrefois réduits en esclavage et forcés à soutenir leur effort de guerre.

    nilbig Le 28 avril 2015 à 02:19
  •  
  • "L’homme qui a nourri le poulet tous les jours de sa vie finit par lui tordre le cou, montrant par là qu’il eût été bien utile audit poulet d’avoir une vision plus subtile de l’uniformité de la nature."

     Bertrand Russell

    Maurice Le 28 avril 2015 à 07:17
  •  
  • ... Étienne Chouard est-il politiquement dangereux ?

    D’après nous, OUI.

    Surtout auprès des plus jeunes individus ou mouvements qui découvrent avec lui une politique sans repère, confuse et sans mémoire. Surtout dans une période qui rappellent les heures sombres du continent. Nous n’oublions pas ce que cette confusion a permis l’accession au pouvoir du pire des fascismes durant le vingtième siècle en Grèce et en France ...

    (Source : http://sanurezo.org/spip.php?article141)

    Roger NYMO Le 27 juillet 2015 à 21:49
  •  
  • Je pense que l’on touche ici à une problèmatique très humaine. Peut-on admettre que des êtres qui nous déplaisent profondément (pour des raisons objectives et valables), apprécient les mêmes choses que nous ? Et vice-versa... Car c’est bien là la question au final. Et dès lors, question suivante, quelle position doit-on prendre par rapport à ces gens ? Le rejet simple ? La neutralité stricte ? L’acceptation conditionnée ? Le respect forcé ? Il est terrible de voir que la faiblesse de la gauche (l’idéologique j’entends), sera toujours basée ses qualités propres, à savoir, entre autre, la prise en compte de l’autre, la réfléxion, le doute... Les ennemis de la gauche ne s’embarrasse pas de ces lests, ils agissent sans états d’âme, et ça leur réussit plutôt bien jusqu’à présent (doux euphémisme). J’avoue moi-même avoir la plus grande peine à "juger" (car c’est un jugement de valeur au sens plein du terme) de la position à prendre aujourd’hui. L’histoire nous a toujours montré que les "associations momentanées" droite-gauche (ou gauche -droite) au nom de "combats" aux intérêts convergents, ont toujours été au désavantage de la gauche. D’où l’extrême méfiance compréhensible que la gauche radicale affiche de nos jours au moindre fumet fasciste. Cependant, le fond de la question semble bien être là : sommes-nous prêts, gens de gauche, à enfin obtenir un résultat, quels qu’en soient les moyens ? Sommes-nous prêts (en avons-nous les capacités) à manipuler nos ennemis tout en gardant intacts nos idéaux fondamentaux ?... Je vous invite à y réfléchir car il me semble que le capital (pour l’avoir assez fréquenté) est une boîte qui ne s’ouvre que de l’intérieur...

    matt Le 15 août 2015 à 11:47
  •  
  • Revenons un peu au fonds !
    Les candidats des partis actuels (de droite ou de gauche) ne peuvent l’être que si les détenteurs de gros moyens financiers les soutiennent. Comment être surpris qu’ils en tiennent compte lors de l’exercice de leur mandat.
    Pour changer : changer le système !
    Etienne Chouard fait la proposition de remplacer l’élection par le tirage au sort.
    Dans tous les propos critiques que je viens de lire je n’ ai pas vu d’autres propositions. Serait ce que ces détracteurs ont des intérêts à défendre les forces politiques en place ou les puissances financières dénoncées ?
    Au lieu de cultiver la polémique dans laquelle certains semblent prendre gout je pense pour ma part qu’il serait mieux de construire autour de cette idée ou d’ en proposer une meilleure !

    gigi31140 Le 17 février à 17:18
  •