Accueil | Entretien par Laura Raim | 24 octobre 2018

« Le moteur de la "violence" du cortège de tête, c’est la répression policière »

Mardi 23 octobre, le Sénat a voté une proposition de loi visant à « prévenir et sanctionner les violences lors des manifestations ». Dans le viseur des élus, les "Black blocks". Regards est allé à la rencontre de Marco, un militant révolutionnaire de trente ans qui participe au "cortège de tête".

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Entretien extrait du numéro d’été 2018 de Regards.

Regards. Le cortège de tête est présenté dans les médias comme un repère de "casseurs" et de "Black blocks" violents. Tu peux nous le présenter ?

Marco. Le "cortège de tête" est apparu à Paris lors du mouvement contre la loi Travail en 2016. Il représente un renouveau et une massification des cortèges "autonomes" dans le mouvement social. Dans les années 90-2000, les autonomes formaient des petits groupes d’anars qui marchaient en fond de manif. Aujourd’hui, ils défilent devant et le phénomène dépasse largement les anars. Il faut bien comprendre que le moteur de ce que les médias appellent "violence" du cortège de tête, c’est la répression policière. Celles de 2016 contre un lycéen de Bergson ont constitué une étincelle importante. Depuis son arrivée au pouvoir, Macron a décidé d’écraser les mouvements qui se dressent face à lui, que ce soit dans les facs occupées ou les ZAD, d’intimider les gens, de les gazer pour les dissuader de résister. Le cortège de tête attire ceux qui se révoltent contre cette gestion sécuritaire du mouvement social, qui refusent de se soumettre et de co-organiser la manif avec la préfecture.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Occupation de la fac de Nanterre : deux jeunes condamnés, dont un à six mois ferme

 

Quel rapport avec les "Black blocks" ?

Dans ce cortège de tête, la partie la plus exposée à la police va s’équiper, et c’est elle qui sera décrite comme faisant partie des Black blocks. Il ne s’agit pas d’un mouvement ou d’une idéologie, mais d’une pratique militante qui consiste à travailler sur des techniques d’anonymisation et de protection – d’où les K-Ways noirs, les masques à gaz et les casques. Dans le cas du 1er Mai 2018, les médias se sont focalisés sur les 2000 Black blocks pour ne pas parler des 15.000 du cortège de tête. Or c’était ça l’événement : la massification inédite du cortège de tête, qui attire tous ceux qui veulent une manif plus offensive que celle des cortèges syndicaux. Même ceux qui ne veulent pas caillasser une vitrine de banque ou des CRS comprennent que c’est un geste politique, et ils aident à préserver l’anonymat de ceux qui le font en faisant masse autour d’eux.

Qui trouve-t-on dans le cortège de tête ?

À Paris, toutes sortes de parcours de lutte y ont débouché. Des étudiants mobilisés, qui auparavant auraient manifesté dans des cortèges de l’Unef, des syndicalistes radicalisés, des lycéens qui gravitaient avant autour du Mili, des participants de Nuit debout, des groupes de quartiers, des personnes nourries par les combats de la ZAD ou par les écrits du Comité invisible, des autonomes, des antifas…

…dont tu fais partie. Tu peux nous parler un peu plus de cette étiquette ?

On a assisté à un renouveau du mouvement antifa en région parisienne et dans certaines villes depuis quelques années, lié au développement de l’extrême droite, mais également en réaction à la radicalisation fascisante de l’État, avec Sarkozy puis Valls. Une génération a grandi durant ces années, qui s’est emparée de cette étiquette et qui se retrouve depuis deux ans dans le cortège de tête… C’est un antifascisme autonome qui, au-delà de la lutte contre l’extrême droite militante, prend également pour cible le racisme d’État, sur les questions des migrants ou des violences policières dans les quartiers populaires. Ces dernières années, on s’est aussi investi sur le terrain de la solidarité internationale, avec la Palestine, par exemple.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Lycée Arago : 65 heures de cellule pour 40 minutes d’occupation

 

Avec ton polo, tes cheveux courts, tu ne corresponds pas forcément à l’image que l’on peut avoir des antifas…

"Habille-toi bien comporte-toi mal" (rire). Il y a une évolution culturelle et esthétique par rapport au mouvement antifasciste lié à la séquence du punk rock alternatif des années 80, les redskins, les Béruriers noirs, etc. La nouvelle génération est plus influencée par les sous-cultures liées aux tribunes de foot, la culture hip-hop, le graffiti etc. Le 1er Mai, les slogans sur les banderoles ont souvent fait référence à la culture populaire, comme "Mars Attack", "À bas la Hess" (à bas la misère), qui fait référence au snapchateur HoMondieuSalva. Le slogan "La piraterie féministe n’est jamais finie" est un détournement du rappeur Booba, qui a d’ailleurs retweeté le slogan… L’esthétique du mouvement autonome ou antifasciste évolue avec le renouvellement générationnel.

Venons-en à la question de la violence. Quelle place a-t-elle dans le cortège de tête ?

Cibler une banque ou un fast-food est un acte politique, mais ce n’est pas forcément central. En réalité, la majorité des gens ne cassent pas, mais vont se concentrer sur la défense du cortège face à la police, vont chercher à mettre en difficulté le dispositif policier, par exemple en empêchant les nasses ou en sortant du parcours prévu.

Vous y réfléchissez comment ? Vous vous réunissez régulièrement pour discuter du déroulement des manifs ?

Il y a sûrement des dizaines de discussions entre petits groupes, mais aucune ne va pouvoir décider de comment va se passer la manif suivante. Par contre, il y a une intelligence collective du cortège de tête, qui évolue forcément plus lentement que l’intelligence collective d’un groupe de quelques personnes, mais qui a aussi beaucoup plus de potentiel. Et elle n’augmente que par la pratique, par l’expérience collective, en apprenant des échecs et des succès des diverses manifs. Regardons de plus près ce qui s’est passé le 1er Mai avec le concessionnaire brûlé : un premier feu est parti de l’intérieur du bâtiment, des manifestants cagoulés ont vu que c’était dangereux pour les gens qui habitaient au-dessus, ils sont allés chercher un extincteur, ont éteint le feu. D’autres ont sorti les voitures à deux mètres du bâtiment, puis leur ont mis le feu. Ces voitures n’appartenaient d’ailleurs pas à des particuliers, elles sortaient de la vitrine. Peut-être que certains ont pensé au jour où deux personnes sont mortes, en 2010 à Athènes, à cause d’un incendie de banque. C’est un épisode charnière qui a fait beaucoup de mal au mouvement et qui a marqué les esprits, là-bas. C’est ce que j’appelle intelligence collective.

« Prétendre que les Black blocks sont extérieurs au mouvement et ne viennent que pour casser a pour but de dépolitiser la manif émeutière. »

On sait que BFMTV adore passer en boucle les images des "violences" des "casseurs" cagoulés. Mais une partie de la gauche radicale aussi vous accuse de donner une mauvaise image au mouvement social, de vous faire plaisir en brisant des vitrines ou en provoquant la police…

Nous avons d’ailleurs beaucoup apprécié l’article de Guillaume Liégard, sur le site de Regards, qui nous traitait de « lumpenmanifestants en burqa paramilitaire »… Nous serions presque tentés de le revendiquer ! On retient souvent que "lumpenprolétariat" désigne les gens trop déstructurés pour avoir une conscience de classe, mais pour Marx, le terme désigne le résidu de toutes les classes qui n’arrivent pas à se mobiliser au sein des organisations de classe : petits bourgeois déclassés, paysans déracinés, sous-prolétaires, migrants, petits délinquants… Le cortège de tête, c’est aussi ce conglomérat de tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les cortèges officiels, y compris de nombreux syndicalistes ! Parmi nous, des gens travaillent à la SNCF. Durant une journée de mobilisation, ils vont participer le matin aux débrayages, aux occupations de gare, aux AG puis, l’après-midi, venir manifester dans le cortège de tête. Pour eux, l’aspect le plus intéressant du syndicalisme, c’est tout ce qui relève de l’action et du blocage de l’économie dans l’entreprise, pas de la manifestation syndicale. Prétendre que les Black blocks sont extérieurs au mouvement et ne viennent que pour casser a pour but de dépolitiser la manif émeutière.

Selon François Ruffin, par exemple, qui prône la non-violence, la question a été tranchée à la fin du XIXe siècle quand certains anarchistes ont mené une politique de « propagande par le fait » avec des attentats contre des députés. Une stratégie qui a échoué dès lors que le peuple a rejeté ces méthodes.

La comparaison n’est pas pertinente. Je pense que le cortège de tête a plus à voir avec les manifestations émeutières des 1er Mai des débuts du syndicalisme qu’avec les attentats anarcho-individualistes. Les syndicalistes révolutionnaires de l’époque n’étaient pas contre "la violence" en général, mais contre le principe de l’action violente individuelle plutôt que collective. La CGT était en faveur de l’autonomie ouvrière et de l’action directe, un concept qu’elle a développé pour désigner surtout la grève, les occupations, les sabotages.

Ruffin estime aussi que les violences empêchent le mouvement de s’amplifier…

Face à la répression policière, certains vont effectivement rentrer chez eux, s’occuper de leurs vies, se dire : "C’est pas pour moi". Mais d’autres vont penser : "Ah bon, c’est comme ça ?", et revenir encore plus organisés et plus déterminés la fois suivante. Cela éloigne certaines personnes et en attire d’autres ; délégitime le mouvement pour les uns et le légitime pour les autres, notamment des gens lambda qui voient que cela commence à ressembler à ce qui se passe dans d’autres pays – quand il se passe vraiment quelque chose de significatif, comme pendant les révolutions arabes de 2011.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Antonin Bernanos, condamné sans preuve par une justice politique

 

Et que répondez-vous à ceux qui disent que les violences donnent une mauvaise image dans les médias ?

De toute façon, aucun mouvement social n’aura droit à un traitement médiatique favorable. S’il n’y a pas de violence, les JT diront : "Le mouvement s’essouffle", même si c’est faux. Quand il y a des affrontements, les médias parlent du conflit, montre qu’il y a une résistance, et cela attire certaines personnes qui ne suivent pas forcement le détail des reformes néolibérales, mais attendent que la tension sociale monte un peu pour participer.

Mais vous savez que vous ne pourrez jamais "gagner" contre les CRS…

Comme dans tous les conflits asymétriques… Les actions visent à se défendre, à mettre en difficulté le dispositif policier, à déborder les forces de l’ordre, à les fatiguer, à les délégitimer. Il y a des victoires collectives ponctuelles.

« Il faut parasiter et saboter son fonctionnement en occupant des bâtiments et des places, en prenant la rue et en bloquant les entreprises et les flux. »

Que voulez-vous obtenir, alors ?

Nous sommes loin des relais politiques. Pour nous, les débouchés du mouvement social, ce n’est pas faire élire le politicien ou le parti de gauche plus ou moins radical qui ferait passer les bonnes mesures. Le but est d’instaurer un rapport de forces dans la société, de redonner confiance à notre camp. Je considère qu’il est plus efficace de taper le système au portefeuille que d’essayer d’atteindre sa tête ou son cœur. Autrement dit, il est plus stratégique de le saboter, de lui faire perdre des sous, de parasiter son fonctionnement avec des grèves, des occupations et des manifestations que d’essayer de convaincre le gouvernement dans le cadre de négociations. En ce sens, le cortège de tête est dans la continuité du mouvement ouvrier et du syndicalisme révolutionnaire. Des précaires, des gens qui ne peuvent pas s’organiser syndicalement sur leur lieu de travail viennent dans le cortège de tête ou dans les occupations pour mener une espèce de syndicalisme urbain : si l’on considère que la métropole capitaliste est comme une usine, il faut parasiter et saboter son fonctionnement en occupant des bâtiments et des places, en prenant la rue et en bloquant les entreprises et les flux. La manif n’est pas que du symbolique et de l’image, elle est aussi du blocage matériel de la ville, une des modalités de la grève sociale, une prise de la rue par des gens en révolte. L’objectif est aussi de délégitimer le pouvoir en place. Macron soigne sa com. Il adore se présenter comme moderne et progressiste. Le mouvement actuel, dans sa diversité, montre au monde entier que les transports sont bloqués, qu’il y a des émeutes en centre-ville, que la présidence de Macron ne se passe pas si bien que ça…

Mais quel est l’objectif final ?

Cela dépend pour qui. Le cortège de tête réunit beaucoup de courants de pensée différents : des communistes, des anarchistes, des insurrectionnalistes, et surtout des personnes qui ne se revendiquent pas d’un schéma idéologique précis, mais sont quand même généralement anticapitalistes et antifascistes. Personnellement, cela m’intéresse peu de discuter des querelles idéologiques du mouvement ouvrier du XIXe siècle ou du XXe siècle. J’assume cet héritage, en bloc, une synthèse de tout ça, mais je préfère parler de pratiques et de stratégies militantes pour aujourd’hui… Je pense que ce que le cortège de tête a en commun, c’est de chercher à faire grossir un contre-pouvoir, plutôt que d’être la "gauche radicale" du pouvoir, comme Tsipras en Grèce. Le pouvoir en France est peu légitime, énormément de gens ne s’identifient pas aux institutions, aux médias et à la police. Pourtant, il manque une réelle force en face. Pour nous, cette contre-société doit se construire au sein même de la société, pas seulement en construisant des communautés autogérées à la campagne, mais aussi dans nos villes et nos quartiers, en se confrontant à l’existant.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.