photo Myrfa Yumiaji
Accueil > Politique | Par Clémentine Autain | 30 novembre 2015

Du côté de la chaîne humaine

Plus de 10.000 personnes, hier, ont constitué une chaîne humaine pour défendre le climat. Un événement majeur qui ne peut être éclipsé par les scènes de violence en fin de journée. Comment faire vivre la démocratie dans un contexte d’état d’urgence ?

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Hier, l’événement majeur fut la grande réussite de la chaîne humaine. Dans un contexte contraignant, celui de l’état d’urgence, deux années de travail des organisations de la Coalition climat se jouent. Alors que la COP 21 réunit en France des chefs d’État du monde entier, le mouvement social, citoyen, politique porteur du changement de mode de production et de consommation à même d’endiguer le réchauffement climatique a donné de la voix. Pacifiquement. Les chaussures déposées en masse exprimaient cette volonté de compter, de peser dans les négociations au sommet.

Malheureusement, les images de violence sur la place de la République entachent celles de plus de milliers de citoyens et militants se donnant la main ou déposant leurs chaussures pour dire leur volonté que les États s’engagent concrètement et fortement pour le climat. Sur les chaînes d’info continu comme dans les grands médias papier, ce sont les photos de personnes portant des cagoules et piétinant le monument dédié aux victimes du 13 décembre qui dominent. Que les bougies et les fleurs déposées pour rendre hommage aux victimes du 13 décembre aient pu être saccagées est insupportable.

Un climat de pénalisation des mobilisations sociales

C’est en effet indigne de la mémoire que nous devons rendre collectivement aux personnes victimes des attentats sanguinaires perpétrés par Daesh. Une poignée d’individus cagoulés venus "casser du flic" et non défendre le climat a provoqué. Les forces de police étaient présentes en nombre impressionnant au regard de la taille de cette manifestation interdite et à laquelle très peu d’organisations appelaient – Ensemble-Front de Gauche, dont je suis porte-parole, n’y appelait pas. Des échauffourées entre quelques individus et la police ont crée ce climat destructeur pour la mémoire des victimes. Côté police, les gaz lacrymogènes ont vite été sortis. Des scènes de violences policières m’ont été rapportées. La lumière doit être faite sur le déroulement de ces événements.

Que 317 personnes aient été embarquées est révoltant. Parmi eux, on compte des militants et sympathisants d’organisations politiques telles que le NPA, le Parti de gauche, Ensemble, comme d’associations écologistes ou de défense des droits de l’homme. Il est clair que l’État d’urgence porte aujourd’hui en germe un climat de pénalisation des mobilisations sociales. Celui-ci ne date pas des attentats : les procès des Goodyear ou de la ferme des 1000 vaches ont récemment montré combien la fermeté à l’égard des acteurs des mouvements sociaux était de mise.

Avec l’état d’urgence, la suspicion et la pénalisation s’accélèrent à vitesse grand V. Des agriculteurs bio ou des "zadistes" ont été perquisitionnés : est-ce ainsi que l’on combat sérieusement le djihadisme ? Les manifestations sont d’emblée interdites, de telle sorte que l’on peut faire ses courses dans une grande surface mais pas descendre dans la rue pour défendre ses idées. Où est la démocratie ? On peut aller au salon du vin ou du cheval mais pas défendre dans la rue les sans-papiers. Au nom de la sécurité, une logique absurde se met en place. Elle aboutit à ce que, au nom la défense de la liberté, des libertés fondamentales en démocratie se trouvent bafouées.

Dégager les moyens de riposter

La Coalition climat a répondu intelligemment à l’interdiction de manifester en imaginant la chaîne humaine. Nous allons dans les mois qui viennent nous trouver régulièrement devant cette difficulté : l’espace social et politique porteur d’une logique de transformation sociale et écologiste doit rester soudé et dégager, ensemble, les moyens de riposter. Le mouvement social ne doit pas dépérir avec l’état d’urgence mais trouver la voix de son expression face à un pouvoir qui ne lui facilite pas la tâche.

Les images de violence telles que celles de la place de la République ne servent aucunement la cause du climat et de la justice sociale. La fachosphère, très en forme par les temps qui courent, se charge de les utiliser contre nous. BFM n’hésite pas à sur-saturer ses télespectateurs d’images sélectives qui ne sont pas favorables aux visées d’une gauche sociale et écologiste : vous verrez et reverrez les bougies jetées par des hommes cagoulés, vous ne verrez pas les fleurs écrasées par les crampons de policiers ou les militants se tenant la main pour protéger le monument aux victimes.

Nous devons prendre nos responsabilités en intégrant ce contexte. Valorisons la logique des chaines humaines et interpellons le grand nombre sur les conditions de la liberté véritable.

Texte également publié sur Mediapart.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Vous êtes une irresponsable politique. Vous avez servi le PS et le FN en invitant les gens à participer à cette manif interdite.
    Les résultats en sont politiquement désastreux pour l’image de la gauche ( la vraie !).
    Que pèse la réussite de la chaîne humaine, chaleureuse, responsable et rassembleuse du matin face aux images médiatisées des violences de la place de la République ?
    Qu’allez vous dire aux aux familles des victimes des attentats , à ceux qui les soutiennent par des messages, des fleurs ?
    Qu’allez vous dire aux personnes de bonne foi que vous avez invitées et qui ont terminé en garde en vue avec comme conséquence une fiche S ?
    Ne vous cachez pas derrière des débordements, des provocations, etc, etc... Tout était prévisible.
    Politiquement ,que ne feriez - vous pas pour un brin d’existence médiatique et un nom au bas d’une pétition. !!

    Olympe Le 1er décembre 2015 à 11:55
  •  
  • Olympe devrait regarder sur internet la video #cop21 LA MANIFESTATION INTERDITE PLACE DE LA RÉPUBLIQUE (surtout a partir de la 19e minute) et l’excellent doc de canal plus hier soir sur le flicage des écolos

    Achille Le 1er décembre 2015 à 12:27
  •  
  • Les zadistes, les ultra, les alter-mondialistes organisent souvent des manifestations autorisées auxquelles participent des individus ultra-violents.
    Parmi les difficiles missions de service publique de la police républicaine de la République Française, le maintient de l’ordre et la prévention des troubles générés par ces individus ultra-violents.
    Je crois qu’il ne faut pas chercher plus loin. Je crois que la Police se fiche de ficher les écolos. Par contre ficher des casseurs ultra-violents fait partie de ses attributions dans un but préventif.
    Par contre les politiciens qui justifient la violence devraient être remis en question.

    Thomas Legrand Le 1er décembre 2015 à 16:27
  •  
  • Qu’est ce qui est plus important ? que ces 10 000 personnes défilent ou que ces 10 000 personne est un comportement citoyen et environnemental responsable et fassent école.

    Les manifs ne sot plus un moyen actuel pour communiquer. Et voilà, elles ne servent juste au pouvoir à servir sa communication puisque lui et la droite détiennent les clés des media.

    Et pour le coup, les force de l’ordre ont encerclé le monument de la place de la République, que pour priver les casseurs d’une source de projectiles. Alors dénoncer ce s casseurs au service du pouvoir et de l’argent, mais pas de veine manipulation d’un autre âge, svp. Vous nous avez grandement desservi en rationalisant ce funeste vote FN.

    C’est dans les assos, dans les entreprises, de citoyens à citoyens que les choses doivent vivre et être dite. L’exemple est bien plus tangible et transmissible qu’une ronde parisienne.

    Sinon y a t il une grande ronde,mano a mano, pour soutenir les syndicalistes de Goodyear dont le pouvoir socialiste a requis des années de prison fermes ! RIEN

    LA Renaudie Le 11 décembre 2015 à 08:21
  •