Accueil > Politique | Par Clémentine Autain | 2 décembre 2014

Resterons-nous spectateurs de l’irrémédiable ?

Une droite extrême banalisée, une gauche atomisée et impuissante, un état de sidération politique qui se généralise… C’est pourtant maintenant qu’il faut réagir. Pour ne pas périr.

Vos réactions (27)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

En ce lendemain de week-end politique, nous avons la gueule de bois. La fascination devant Marine Le Pen a franchi un nouveau cap. Il n’y a qu’à voir toutes ces bouches bées devant l’irrésistible ascension de la patronne d’extrême droite, réélue à la tête d’un FN rajeuni, pimpant, déterminé à prendre les rênes du pouvoir. Tournant en boucle, les images de "Marine" triomphante ne sont pas contrebalancées par des dents mordantes, pertinentes, efficaces, à même de tenir la dragée haute à ceux qui représentent un si grand danger pour la démocratie, l’égalité, la liberté.

Pendant qu’Éric Zemmour profite à plein de toutes ses tribunes libres dans les grands médias, madame Le Pen se pavane de plateau en plateau pour expliquer qu’elle seule peut redresser la France et se porter garante de notre République. On s’étrangle. Face à ce spectacle de banalisation, sentez-vous le parfum du scandale, un vent de révolte qui souffle et gronde ? Eh non. Comme si la sidération avait pris le dessus. Et les sondages viennent, chaque semaine un peu plus, planter dans le paysage le scenario autrefois impensable d’une victoire du FN.

N’avoir plus que le choix entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen ?

Or, aussi ahurissant que cela puisse être, c’est du côté de l’UMP que les regards se tournent pour trouver le sésame contre l’irrésistible ascension de l’extrême droite. Alain Juppé, chemise ouverte à la une des Inrocks, est ainsi transformé en meilleur rempart d’une Marine Le Pen aux portes de l’Élysée. Alain Juppé, nous rabâche-t-on à longueur d’éditos, serait en passe d’incarner « un espoir pour la gauche ». Diantre. Nous parle-t-on de cet ancien premier ministre contre lequel nous avons marché sous la neige pendant des mois en 1995 parce qu’il voulait nous imposer un plan de liquidation du système de retraite ? Est-il question de ce leader d’une droite sûre d’elle-même, déroulant interviews après interviews son projet libéral et réactionnaire ? Nous parlons bien de cet homme de l’UMP. Le peuple de gauche serait aujourd’hui prêt à se pendre à son cou. Pire, cet électorat est même appelé à se préparer à une autre hypothèse ultime : choisir in fine Nicolas Sarkozy contre Marine Le Pen. Qui l’eut cru ?

À Regards comme ailleurs, nous nous demandons comment il est possible d’en être arrivé là. Nous savons bien que le gouvernement, menant une politique de droite au nom de la gauche, a cassé les repères et brisé les espoirs. Nous voyons bien que le Front de gauche n’a pas réussi à capter le mécontentement qui en découle, à incarner une alternative crédible de gauche, trop associé qu’il est à l’union de la gauche, et donc au PS, et empêtré dans ses difficultés internes, sa cartellisation, son manque de créativité collective. Nous avons pleinement conscience que l’hégémonie culturelle est polarisée à droite, bien à droite, et que le mouvement social est à la peine, trop atteint par les échecs répétés et les méfaits de politiques néolibérales et austéritaires qui cassent les statuts, les liens sociaux, les vies. Oui, tous les pans de la tradition du mouvement ouvrier sont en crise.

Trouver un sens commun, une force commune

Mais sommes-nous condamner à choisir entre, d’un côté, le reniement des valeurs de gauche au nom du pragmatisme et, de l’autre, la répétition des vieilles recettes et l’éclatement des forces ? Les échecs passés nous rendent-ils si apathiques, refermés sur nous-mêmes, apeurés devant une situation sociale et politique potentiellement désastreuse que l’audace nécessaire dans la période resterait introuvable ? Allons-nous nous laisser bercer par les événements ou prendre le taureau par les cornes en assumant le travail de refondation, sur la forme et sur le fond, et de renouvellement à même de susciter la mise en mouvement, de fédérer les énergies collectives et individuelles, vers la création d’une nouvelle force de transformation sociale et écologique ? Est-il possible que, sur ce champ de ruines à gauche, nous sachions être responsables et susciter à nouveau le désir d’engagement ?

Il en va de la reconstruction de l’imaginaire comme du cadre organisationnel. Les forces disponibles pour mener cette entreprise politique sont nombreuses en France aujourd’hui. Elles sont chez les femmes de chambre du Royal Monceau comme à Notre-Dame-des-Landes, chez les Fralib comme à Grenoble parmi les élus qui retirent un marché de publicité au géant Decaux pour reprendre les murs de la ville. Elles s’expriment au cinéma pour clamer « On a grèvé » ou dans le roman d’aujourd’hui, à l’instar de La petite communiste qui ne souriait jamais. Mais que pèsent ces résistances et espaces d’invention s’ils restent éclatés, loin d’un sens commun qui se dégagerait par une force commune ? Des alternatives concrètes existent, se pensent et s’inventent. Nous ne partons pas de rien. Mais la perspective n’est pas (encore tracée) et le temps presse.

Ou les forces d’alternatives se mettent ensemble au travail, lucides sur le besoin de convergences nouvelles et le niveau de refondation à produire pour être audible et crédible. Ou nous n’aurons plus qu’à aller vivre dans des arbres.

Vos réactions (27)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Et tout ça pour rien ! Succession de lieux communs, d’évidences aux ras des pâquerettes en guise d’analyse politique et comme toujours, chez Clémentine Autain, l’art de ne pas se mouiller en mettant perfidement le PC opportuniste, sans foi ni loi et le PG dans le même sac de l’échec du FDG ! Le bla bla sur l’imaginaire, les convergences nouvelles, la refondation n’est que l’habillage dérisoire du refus calculateur et politicien de combattre la direction liquidatrice du PC principale responsable, une fois encore, après 2005 et 2012 du torpillage du mouvement citoyen et de l’espoir de changements. "Le temps presse" dis-tu, prouve le !

    Fulgence Le 2 décembre 2014 à 09:54
       
    • Eh ! oh ! Fulgence, tu fais quoi, toi ? Au lieu de remâcher sempiternellement ton aigreur d’ex-PCF déçu ? T’es-tu rendu compte que tu emploies le langage stalinien de la grand époque : direction LIQUIDATRICE du PC !!!
      Alors oui, mettons-nous en capacité de faire grandir ce mouvement citoyen au plus près des gens mais ne rêvons pas de raccourcis par des hommes ou des partis providentiels.

      James Cognard Le 2 décembre 2014 à 10:36
  •  
  • CItation :

    "À Regards comme ailleurs, nous nous demandons comment il est possible d’en être arrivé là."

    Mieux vaut tard que jamais. Une gauche qui passe son temps à démolir le PS sans porter les discours sur les propositions d’alternatives, cà n’a fait que faire grossir la droite et l’extreme droite qui nourissent leur electorat du mecontentement populaire. Cà pas été faute de prévenir.

    Bon, comme solution, je ne vois plus que de redevenir une gauche responsable qui reprend contact avec les preocupations du peuple, et pas les bisbilles internes.

    Et mettre Melenchon et son Fan club au Placard, tant qu’on y est. On les a laissé faire, comme prévu, la gauche est en ruine. Cordialement.

    bdpif Le 2 décembre 2014 à 12:05
       
    • C’est plutot le Ps qui passe son temps à démolir la gauche...
      Pour ce qui est des propositions alternatives il y en a des tonnes, pour peu que l’on cherche un minimum : dans les partis (du FDG, et des autres) les associations et syndicats, les revues (Monde Diplo et autres...).
      Si etre responsable c’est aller au Medef offrir 50 mulliards de baisses de charges, on ne comprends pas le terme dans le meme sens ! C’est bon pour les actionnaires mais très mauvais pour le "peuple" dont vous parlez.

      beaunier Le 3 décembre 2014 à 15:26
  •  
  • Chut !... Ne parlez pas des arbres, bientôt ils vont les taxer et la Droite aura beau jeu de perpétuer cette taxe.

    Marif Le 2 décembre 2014 à 14:29
  •  
  • Oula ca part en live là non ?

    Ella Le 2 décembre 2014 à 14:55
       
    • Cà fait depuis deux ans que cà part en live :)

      bdpif Le 2 décembre 2014 à 17:07
  •  
  • @bdpif
    Le PC à moins de 2% à la présidentielle de 2007 ça te cause ? C’était pas la gauche en ruine ça ! Et JLM à plus de 11% 5 ans plus tard ! En 2017 envoyez Chassaigne, Laurent ou Tartignolles qu’on se marre un bon coup si vous en avez le courage...

    Fulgence Le 2 décembre 2014 à 20:24
       
    • Jadis 11 % ....
      Jadis les deputés ...
      Jadis les cantonales ...

      Vous êtes un spectateur du jadis

      bdpif Le 3 décembre 2014 à 01:23
  •  
  • Je sors exceptionnellement du silence que je m’impose pour plusieurs mois pour :

     M’interroger (j’espère encore ne pas avoir dans quelques mois à remplacer “interroger” par “dénoncer”) sur le sens du texte - qui ne mange pas de pain - de C.Autain ...Il me semble évident que renvoyer implicitement PCF et PG -donc JLM- dos à dos alors qu’elle sait autant - et probablement mieux que nous - que l’essentiel de la responsabilité de l’état lamentable du FDG incombe pour l’essentiel d’une part à la direction du PCF et d’autre part au panurgisme de nombre de ses adhérents , c’est encourager les communistes (structure et individus) à persévérer dans leur attitude suicidaire pour eux-mêmes et néfaste pour la gauche toute entière....

     M’inquiéter de son silence assourdissant sur M6R....

    Dominique FILIPPI Le 3 décembre 2014 à 09:35
       
    • Faut pas rester dans son coin. D’accord pas d’accord, les discutions apportent le sel des solutions. Cordialement.

      bdpif Le 3 décembre 2014 à 15:10
  •  
  • Je suis déçu de ce texte qui ne fait que des constats largement partagés mais aucune analyse ni proposition.
    Selon moi, un brin d’autocritique ne ferait pas de mal...
    Par exemple : dire qu’à Ensemble on a des principes mais on ne les applique pas. On est contre le cumul des mandats mais on a au moins un élu qui cumule...
    Si l’on veut donner envie aux gens de participer, il faudrait peut etre faire autre chose que les autres partis et tenir ses engagements.

    beaunier Le 3 décembre 2014 à 09:52
  •  
  • Pourquoi Clémentine Autain ne s’engage-t-elle pas dans le mouvement m6r.fr ? Suit-elle les consignes implicites de la direction du PCF ? Etrange. Pourtant M-G. Buffet, des groupes de communistes de Révolution, des PS affligés, des membres de EELV, et tant d’autres citoyens ont déjà signés, 70.000 à ce jour. Alors quel est le problème ? "Ou les forces d’alternatives se mettent ensemble au travail, lucides sur le besoin de convergences nouvelles et le niveau de refondation à produire pour être audible et crédible. Ou nous n’aurons plus qu’à aller vivre dans des arbres." ??? dites-vous. Je ne comprends pas ou trop bien.

    Vassivière Le 3 décembre 2014 à 13:05
  •  
  • "nous" ne sommes donc pas spectateurs de l’irrémédiable, mais acteurs.

    alter ensemble Le 3 décembre 2014 à 14:29
  •  
  • L’ erreur de la gauche radicale aujourd’ hui face au Front National tient maintenant en une formule que j’ ai trouvée il y a une semaine , à la suite de mes échecs passés au NPA PG Front de gauche sur la ville de Marseille et suite à l’ analyse précise des discours de Zemmour , Le pen , Soral et cie ( écoutés longuement sur You tube ou autres )

    Vis à vis de la France péri urbaine que Guilluy décrit si bien ( ici fortement vilipendé par Martelli ) , il faut , en ces périodes de crises , mettre en avant une "gauche protectrice plutôt qu’ une gauche émancipatrice" ...Cela doit se décliner dans tous les domaines : programmes locaux , nationaux et interventions médiatiques .

    THIERRY HERMAN Le 3 décembre 2014 à 19:44
       
    • Je ne vois pas en quoi la vraie gauche n’est pas protectrice, car tous nos droits et acquis sociaux sont attaqués.
      Devant ses attaques et régressions, la gauche propose de "protéger" ces droits, comme par exemple avec la retraite.
      Et aussi elle vise à l’émancipation en refusant le diktat libéral mensonger : soit vous baissez vos acquis soit vous disparaissez.
      Elle continue la lutte des classes, en protégeant ET en proposant des émancipations.
      Le "succès" des néo fachos tient au fait qu’il est plus facile de s’en prendre à des boucs émissaires : musulmans, roms, homos etc... que de comprendre les rapports de pouvoirs et les enjeux économqiues désormais mondiaux.

      beaunier Le 4 décembre 2014 à 20:13
  •  
  • Des mots qui sont suivis par d’autres mots, qui à la fin nous donne des phrases, elles mêmes suivies par d’autres phrases.Et je reste là, devant ce rien, je réfléchis et je pense : Pourquoi tant de haine envers ceux qui agissent ? Pourquoi sommes nous condamné à nous trainer des boulets ? Nous les attendons les donneurs de leçons ,les intellectuel(le)s des plateaux télé ,qui parlent pour empiler des mots derrière des mots ,où qui parlent pour critiquer ceux qui font,en les accusant de ne rien faire où, bien pire encore, de tout défaire. Je reviens sur terre,mes idées se remettent en place,j’ai enfin compris le succès du FN.

    alain Le 4 décembre 2014 à 15:50
  •  
  • La gauche n’ est pas protectrice au sens où elle ne sait pas s’ adresser aux personnes qui ont besoin de protection ... La focalisation de toute la gauche radicale sur le "mariage pour tous" pendant la première année du quinquennat Hollande illustre ce phénomène - Plus personne n’ entend la gauche radicale sur les perspectives globales et massives parce qu’ elle a fait le choix de consacrer son énergie sur les questions de société ...Certes on m’ a expliqué maintes fois aux universités du NPA ou de la défunte LCR que ces questions de "société" font aussi partie des causes à défendre ...Je vais être plus cru : on défend des questions de société pour des personnes qui sont souvent assez protégées ( enseignants comme moi , cadres ) ...Pendant ce temps là , les catégories vivant à plus de 40 km 50 km des centres villes des mégalopole souffrent ...C est ce constat , bien présenté par Guilluy , qui fait tant mal à la presse radicale de gauche comme Regards ou autres - On sait où Mélenchon a fait ses meilleurs scores dans la ville de Marseille : dans mon quartier et bien moins dans les 13ème 14ème 15ème 16 ème ( Ravier , FN , a pris la mairie dans le 13 14 )

    Pour revenir à quelque chose de plus positif , j’ ai trouvé une interview sur You tube de 40 minutes du premier ministre Mauroy en septembre 1981 ( déjà le format très lent surprendra ) - Mais il faut écouter le fond : sur la conception du travail , du partage du travail , il va beaucoup plus loin que ce que dit Mélenchon aujourd’ hui ....Etonnant non ?

    THIERRY HERMAN Le 4 décembre 2014 à 20:40
       
    • Guilluy, Chouard ...les gourous prospèrent (youp la boum !) dans les brouillards fétides de la crise et de la débandade du politique.

      Fulgence Le 4 décembre 2014 à 23:35
    •  
    • Le FDG a fait son plus gros score dans le 15-16 aux municipales.

      Flutiot Le 5 décembre 2014 à 14:32
    •  
    • Personne à gauche du ps ne pense que le mariage pour tous est plus important que la lutte contre la misère.
      Il n’y a qu’à voir les programmes de chacun pour le constater.
      Le fait est que Hollande et le ps ont lâché les luttes sociales et se sont concentré sur du "sociétal" mais ce n’est pas vrai pour le FDG, le NPA ou les autres. Qui donnent la primeur à la lutte des classes et à l’écologie politique.
      Ce que vous dites serait vrai s’il y avait du monde aux manifs sociales... Mais ce n’est pas la faute de la vraie gauche si les gens ne vont plus dans la rue en masse. Et s’ils préfèrent voter pour le fn... D’ailleurs ce sont eux qui préfèrent le sociétal, les problèmes d’immigrations et de délinquance à la lutte pour leur retraite, leur sécu ou le chômage...
      Les organisations de gauche ont leur part de responsabilité dans le marasme actuel mais tout leur mettre sur le dos n’est pas très juste.

      beaunier Le 7 décembre 2014 à 19:35
         
      • Une fois arriver sur la page de piratage vous aurez une barre
        de recherche en haut de la page avec écrit Pirater Snapchat et vous n'aurez plus qu'a cliquer sur le bouton pirater
        compte Snapchat et les photographs de votre cible s'afficheront dans les
        ten secondes.

        My web site : : [Pirater Le Compte Snapchat De Quelqu'un : Snapchat Hack->http://Vocational-Courses.Nearoff.com/component/k2/itemlist/user/1109954]

        Lorie Le 22 août à 12:50
  •  
  • L’ émission de DPDA sur France 2 illustre à merveille les propos de C.AUTAIN.
    Mais qu’ allait faire Mélenchon dans cette galère ?
    Qu’ espérer d’ une union avec des membres du PS dits de gauche ?Que les prétendants à une autre politique s’ unissent déjà avec ceux qui refusent la politique menée depuis 2 ans1/2.

    Il y a urgence à fédérer tous les mouvements révolutionnaires sur un programme fixant les objectifs , les engagements , les moyens dans la clarté et la transparence nécessaire à une application rapide dès la prise de pouvoir.Chaque électeur doit retrouver cette voix portée par une gauche révolutionnaire contre les forces de droite rosie ou non et d’ extrême droite.Libre alors aux autres politiciens de rejoindre ce mouvement libérateur.

    Il faut répondre aux inquiétudes sociales , démographiques, économiques nées de la politique européenne .
    Il faut répondre aux questions d’ immigration , d’ intégration.
    Il faut répondre aux questions de scolarité.
    Il faut répondre aux questions d’ insécurité.
    Ces questions nécessitent des réponses communes , des clarifications , une vision réaliste de l’ avenir proposé.

    C’ est aussi de la part des représentants de cette gauche , la volonté de na pas se laisser enfermer dans des débats stériles qui ne flattent que leur égo ; s’ en tenir au programme afin de le mettre en valeur et en perspective d’ une application concrète.

    On se fout de savoir si Hollande est meilleur ou pas que Sarkozy, on se fout de savoir si le FN est de droite ou d’ extrême droite, on se fout de savoir qui seront les prochains candidats à l’ élection présidentielle .

    L’ énergie de nos politiciens de gauche et d’ extrême gauche doit urgemment porter sur cette entente fraternelle ; RIEN ne doit dépasser les intérêts du Peuple.
    Sur le plateau de France 2 les intentions sont louables mais on sait que derrière les postures rien n’ est fait ni écrit encore.
    On le sait, le pouvoir des grandes fortunes ne tient que par la division des français , que par les guerres de parti , que par cet individualisme qui permet de jalouser,rejeter ,écraser l’ autre pour son profit personnel .
    L’Histoire pourtant a prouvé largement toutes les atrocités que cela a engendrées.

    Il ne suffit pas de crier l’ Humain d’ abord et voir la gauche se déchirer au détriment des Hommes.Arrêtons de donner le sang aux possédants de tous ordres !

    Mettez vous tous autour d’ une table, voyez ce qui vous rassemble et vous unit en incluant les autres mouvements progressistes européens ; pronez un programme européen, un discours commun qui redonne ESPOIR .
    Vous avez une responsabilité historique ; la vie des gens de ce pays et de l’ Europe dépend de vous, derniers remparts avant
    au mieux une plus forte régression sociale , au pire un nationalisme qui dans les 2 cas apporteront des tensions dans le pays.

    Yves Le 5 décembre 2014 à 17:16
  •  
  • Chère Clémentine, comme toujours, votre analyse est erronée. Vous vous demandez comment on en est arrivé là ? Les raisons sont diffuses : sociétales d’abord, économiques ensuite. Sociétale : le mariage pour tous, cette réforme refusée par le peuple passée en force, le ministère des droits spécifiques pour les femmes, à l’heure où le chômage et l’explosion des couples met des millions d’hommes en dehors de leur famille, revendiquer trop haut des droits exclusifs pour les femmes est sans doute mal perçu. (l’universalisme est mort). Et enfin pas besoin de commenter l’économie.

    Toto Le 12 décembre 2014 à 18:56
  •  
  • Cet article de Clémentine n’étonne. Alors qu’une majorité de Français rejette le mot gauche, qu’il associe à Ps, cette auteure nous relance sur cette pseudo- gauche !
    Pourtant les Français ont par leur vote et surtout leur abstention montré qu’ils ne croient, plus ni à la gauche, ni aux partis politiques ! (Je sais bien, Clémentine, que les combats les plus désespérés sont les plus beaux !)
    .
    Évidemment la cause est à rechercher
     dans la duplicité de Hollande et du Ps, et dans leur trahison de leur électorat ;
     dans le contrôle quasi-absolu des médias par les plus riches, ils façonnent l’opinion dans le sens qui leur est le plus favorable ;
     dans la division extrême de ce que vous appelez la « gauche » ; division hélas tant sur les objectifs, que sur les moyens de changer les choses ;
     enfin dans la trahison aux municipales de la direction du PCF et de beaucoup de camarades hélas !
    .
    Changer les règles qui régissent notre société, la justice et la légitimité des décisions politiques et économiques me paraît devoir s’imposer (c’est l’objectif du Mouvement pour la 6ème République) ! Et pourtant ni le PCF, ni Ensembles, ni d’autres partis ou organisations, ne semblent à ma connaissance, s’être prononcés pour. Je sais qu’il y a des adhésions, mais seulement quelques adhésions individuelles !
    .
    Chaque parti de cette pseudo-gauche, en dehors de ceux qui participent au Mouvement pour la 6ème République, ne semble raisonner qu’en fonction de ses avantages acquis ou espérés pour son parti, et non en fonction de l’ensemble des gens qui souffrent déjà et qui demain vont encore plus souffrir !
    J’aimerais que mon commentaire ait été précis, compréhensible, et ne prête pas à confusion sur mon analyse. Je le résume : soit, on veut prendre démocratiquement le pouvoir, soit on ne le désire pas.
    .
    Doucement, insensiblement, nous nous dirigeons donc vers le pire !

    Pierre Magne Le 15 décembre 2014 à 17:49
  •  
  • Déjà avant les municipales, certains "Ensemble" de chez nous étaient de mèche avec les communistes locaux (à direction "orthodoxe") pour chercher la petite bête dans les discours de Mélenchon (beaucoup n’analysent même pas la situation, c’est "épidermique" !), et pour soutenir la candidature de Clémentine en 2017. Comme ils imaginent l’autre à leur (triste) image, ils croient que m6r n’est qu’un subterfuge électoraliste de Mélenchon pour promouvoir sa propre candidature. Ils ne voient pas que la prétendue "démocratie interne" du Pcf tire sur tout ce qui bouge en dehors de lui, s’il ne peut pas en tirer profit pour sa propre hégémonie et pour perpétuer la croyance qu’il est lui seul une "avant-garde". Résultat, ils traînent les pieds, et adieu les intérêts du peuple dans son...Ensemble ! Oui, ils freinent, les ignares, le seul "mouvement réel" qui, dans l’immédiat, s’il gagne aussi associations et syndicats, pourrait "abolir l’ordre actuel" à plus brève échéance, et commencer à satisfaire, en légiférant autrement, les revendications les plus urgentes des 99% en matière d’emploi, de code du travail et d’écologie. Ils n’ont toujours pas compris que les luttes sont désormais (vu la large dominance Medef au P"S" et les atermoiements des syndicats) sans espoir de victoire, si ne se profile pas à l’horizon une autre issue politique, réelle et actuelle. Et que pour cela, il faut que le monde du travail , le grand nombre, cesse de s’abstenir et s’implique dans la politique, en restaurant son droit à la citoyenneté, piétiné et oublié depuis 2005. Etant donné aussi l’intox médiatique quotidienne, aucune issue n’est plus possible sans dénoncer et briser le piège de la Vème : alternance des mêmes aux mêmes, verouillée par le FN. Donc une femme, c’est bien, mais un mouvement qui marche, c’est mieux.

    mauvaise langue Le 16 décembre 2014 à 16:59
  •  
  • Comment en sommes nous arrives la ?
    Ça fait des lustres que je le crie haut et fort et personne ne veut entendre. La seule chose qui fait la différence dans l’esprit des gens qui votent f’haine au lieu du FDG, c’est la question de l’immigration !
    Pourquoi refusez vous de le voir de l’entendre ?
    Il ne s’agit pas de renier nos valeurs mais de proposer une alternative cohérente et acceptable. Au lieu de ça, nous avons notre candidat à la présidentielle qui appelle nos amis de l’autre côté de la méditerranée à nous rejoindre !!?? "vous voyez le problème ou toujours pas ?
    Ou bien, vous êtes trop malhonnêtes pour le reconnaître et laissez des pauvres gens qui se crèvent à militer ou qui votent pour vous se bercer d’illusions ! Et ça d’un côté comme de l’autre, ça n’est pas bien du tout !

    DdF Le 17 décembre 2014 à 01:42
  •