Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 17 mai 2018

Annie Lahmer : « Il n’est pas possible de demander à un enfant de prouver qu’il a été victime de viol »

Le projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes a été voté cette nuit en première lecture. On en parle avec Annie Lahmer, élue écologiste, l’une des premières femmes politiques à avoir témoigné contre Denis Baupin qu’elle accusait de harcèlement sexuel.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur son procès en diffamation après sa plainte contre Baupin 
« Aujourd’hui, j’attends mon procès car nous sommes mises en examen pour diffamation. »
« Parler, c’est compliqué. Et quand on a parlé, je savais qu’il y avait prescription, se retrouver en procès pour diffamation, je trouve ça profondément injuste. »
« Dans nos entourages, au début, on a eu pas mal de soutiens mais avec le temps, on en a moins. »
« Il faut parler plus de l’amnésie traumatique. »

 Sur l’article 2 du projet de loi contre les violences sexuelles 
« Demander à des enfants de moins de 15 ans de témoigner, de raconter un viol, de prouver que c’est un viol, ce n’est pas possible. »
« Déjà nous, en tant que femmes, on a du mal à aller témoigner et là, on va demander à des enfants de le faire ? C’est complètement aberrant. »
« C’est surtout pour qu’il y ait moins de procès aux assises. »
« Le viol est un crime, d’autant plus pour un enfant. »
« La raison de ce changement de loi, ce n’est pas pour que les enfants aillent mieux, puissent témoigner, pour qu’il puisse y avoir un procès, c’est juste pour désengorger les tribunaux. »

 Sur Marlène Schiappa 
« Marlène Schiappa est complètement décevante – et ce gouvernement avec. »
« Il faut un ministère de plein exercice. »
« Il y avait de la victimisation de la part de la ministre. »

 Sur la libération de la parole des femmes 
« Il faut que l’on comprenne qu’il y a beaucoup de femmes qui ne peuvent pas parler. »
« Nous politiques, on a réussi à parler. Les actrices aussi. Mais les caissières, celles qui font les ménages dans les trains, dans les hôtels de luxe : je pense qu’on aura gagné lorsque ces femmes-là, on les verra aussi. »

 Sur l’action du gouvernement 
« On est dans la com’, on n’est pas dans le concret. »
« Je n’ai pas l’impression que les choses changent. »

 Sur la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie 
« Quand on sait que les jeunes homosexuels se suicident plus que les autres, c’est qu’il y a un gros problème. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.