Accueil | Par Pierre Jacquemain | 7 décembre 2017

Ariane Ascaride : "L’artiste est un éclaireur."

Elle est à l’affiche du dernier film de Robert Guédiguian, La Villa. Un film qui parle du temps, de la fidélité, du lien humain. Un film politique aussi. L’occasion avec Ariane Ascaride de revenir sur le cinéma, le jeu, la politique, la gauche, Mélenchon. Et Johnny.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la mort de Johnny 
« Quand j’étais jeune, je ne pouvais pas l’encadrer (…) mais en même temps c’est une bête de scène. »
« Le temps passant, j’ai un respect inimaginable pour lui. »
« Je suis allé voir le premier concert des vieilles canailles et il est extraordinaire. »
« C’est véritablement un artiste.

 Sur la culture populaire 
« Aujourd’hui on veut essayer d’uniformiser (…) et même les gens qui sont de milieux populaires essaient de ressembler à l’image qu’on leur montre de ce qu’il devrait être. »
« J’admire les gamins qui font du rap parce qu’ils parlent leur langue (…) qui est une culture française. »

 Sur le rôle des artistes 
« L’artiste est un éclaireur. »
« Ça me plait beaucoup de faire ce métier comme ça parce que je sais que j’énerve d’autres gens et ça me fait plaisir. »

Sur le film La Villa 
« C’est une rencontre entre un propos d’un auteur, de quelqu’un qui dit son sentiment par rapport à l’époque dans laquelle il vit, et ce qu’un public a envie d’entendre. »
« (Robert Guédiguian) est très éclaireur. Il dit ce que beaucoup de gens ont envie d’entendre. »
« La famille est un sujet incroyable, ça remonte aux tragédies grecques (…) on se tue, on se parle, on ne se parle pas, on se sacrifie, on se venge. »

 Sur les films de Guédiguian 
« Tout est politique dans l’art. »
« L’art est politique. »
« Je rêverais de travailler avec Ken Loach. »
« Mon rêve ultime serait de jouer une veille aristocrate, vers 70/80 ans. »

 Sur la politique du gouvernement et les réfugiés 
« Je comprends très bien que c’est compliqué d’organiser l’arrivée des migrants et de les recevoir. »
« (Le gouvernement) devrait mettre en place une campagne d’explication auprès du public pour dire que c’est très difficile de quitter son pays, sa famille. »
« On ne s’embarque pas de gaité de cœur sur un bateau pourri en se disant qu’on va peut-être mourir. »
« C’est une histoire de dignité. »
« Je ne peux pas me réveiller le matin en me disant que tout va très bien et de voir des images ou je me dis que le monde est fou. »
« (Ce qui me met le plus en colère) c’est que l’on ne considère pas un homme ou une femme comme un homme ou une femme avec le respect qu’on lui doit. »

 Sur la gauche 
« Il n’y pas de gauche au pouvoir en ce moment. »
« Il y a des tas de gens de gauche partout dans la rue, complètement perdus comme moi. »
« On est comme des petits poucets on ne retrouve plus cailloux, on ne sait plus où on en est, on est paumés dans la forêt. »
« Dans l’histoire il y a toujours des périodes ou on est bousculé mais je suis sûre qu’il va sortir quelque chose, j’ai confiance dans la jeunesse. »

 Sur Jean-Luc Mélenchon à Marseille 
« Il faudra qu’il comprenne comment marche cette ville parce que ce n’est pas si simple pour l’attraper.
« Il a provoqué un élan dans cette ville et les marseillais sont des gens très exigeants et il va falloir répondre véritablement à cet élan. »
« Il a voulu venir à Marseille, alors il faut que s’y colle vraiment. »

 Jean-Luc Mélenchon, maire de Marseille ? 
« Pourquoi pas mais il faut bien attraper cette ville. »

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ariane, tu es gentille et bonne comédienne, mais , je ne suis pas certain , autant que toi, que " l’artiste est un éclaireur"né. Il en est beaucoup d’autres qui sont le contraire et n’hésitent pas à enfumer leur public moyennant un cacheton doré. Pour un qui vient de s’éteindre et qu’on porte aux nues - on aura reconnu le fameux Johnny - il y en a encore une flopée qui obscurcissent plutôt qu’ils n’éclairent.

    Cyrille G Le 7 décembre à 20:21
       
    • Une question d’actualité : Johnny Halliday était-il un " artiste éclaireur", en ce sens qu’affectionne Ariane Ascaride ? Un artiste enfumeur et réactionnaire plutôt, qui obscurcissait la conscience politique de ses fans. Pour en être persuadé , Il fallait voir à la télé les milliers de guignols jeunes et vieux, lobotomisés par des médias unanimes dans l’éloge funèbre, écouter les fadaises nécrologiques du Jupiter de l’Élysée.

      bernard T Le 9 décembre à 18:25
  •  
  • Ou vais-je ? Sur les neiges du Kilimanjaro. Quand tu ne sais plus ou tu vas regardes d’où tu viens. Je me posais comme vous chère Ariane ce genre de question. J’ai éclairé le chemin parcouru. Enfant du milieu populaire qui a grandi dans une famille communiste et dans un quartier peuplé d’immigrés italiens, je m’étais égaré un temps dans la social démocratie. Jusqu’à la trahison finale de Hollande. Alors que faire après ça avec un PCF vidé de sa substance populaire et qui n’a plus rien d’un parti éclaireur ? Je me suis donc rappelé mon enfance et ma jeunesse militante. Syndicaliste et communiste je ne peux pas aujourd’hui rester l’arme au pied. Je ne vous dirais pas mon engagement aujourd’hui car certains esprits chagrins seraient capables de rétorquer que je fais du prosélytisme. Je ne suis sûr de rien sauf d’une chose, le chemin que j’arpente aujourd’hui est dans le droit fil de mes engagements passés. Pour l’instant cela me suffit à me donner l’envie de continuer ce combat pour l’émancipation. Car c’est de cela qu’il s’agit, pour vous, pour moi qui sommes de la même tradition progressiste, non ?

    Francis Le 8 décembre à 09:08
       
    • Pour ma part," sans m’être égaré un temps dans la social démocratie", syndicaliste et communiste depuis bientôt cinquante ans, j’assume une histoire "pleine de bruits et de fureurs" (Shakespeare), de succès et d’échecs mêlés. Et je continue le combat en me disant chaque matin :" Que c’est beau la vie " !

      André C Le 10 décembre à 19:07
  •  
  • Monsieur Jacquemin, ou donc êtes vous aller pêcher cette idée saugrenue que Mélenchon envisagerait de devenir maire de Marseille ?
    Franchement on peut attendre autre chose que des balivernes de ce type dans une revue qui se prétend une fabrique de la politique. Resucer les grands médias bourgeois n’est pas vraiment un signe d’originalité.

    Francis Le 8 décembre à 12:21
  •  
  • Ah non merci, tout sauf a Marseille ! pour attraper cette ville, il faut y être né , c’est un boulot énorme d être maire .Mélenchon sera plus utile ailleurs

    buenaventura Le 11 décembre à 19:59
       
    • En 2020 , où en sera JLM, ? nul ne le sait et pas même lui, comme il l’a dit à la journaliste de BFM TV qui l’interrogeait sur une éventuelle candidature à la mairie de Marseille. Par conséquent, une question inutile destinée à alimenter le "buzz" . On attend mieux de Regards.

      Bernard L Le 13 décembre à 18:08
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.