Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 10 mai 2019

Artistes, créateurs et créatrices : « Mettons-nous au service des gilets jaunes ! »

Ils ont initié l’appel des 1400 artistes, créateurs et créatrices en soutien aux gilets jaunes (http://www.nousnesommespasdupes.fr/). La photographe Caroline Deloffre et le producteur de cinéma Christian Pfohl sont les invités de la Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur le pourquoi de l’appel des 1400 artistes et créateur-trices en soutien aux gilets jaunes 
« C’est le silence vis-à-vis des gilets jaunes dans les métiers de la culture qu’il fallait briser. »
« En tant que citoyens, on a participé au mouvement par intermittence. »
« On n’est pas dupes de la répression et du traitement médiatique salissant avec le mouvement des gilets jaunes. »
« Nous avons eu la nécessité de faire un geste public. »
« L’appel des créateurs et créatrices est avant tout destiné aux gilets jaunes, pour leur signifier notre soutien. »

 Sur le caractère tardif de l’appel 
« C’est un appel qui arrive tard - mais pas trop tard. »
« Il y a plusieurs manifestes qui signifient la même chose que nous, même si c’est avec des termes différents et des préoccupations différents : la lettre des ophtalmologues, celle des enseignants-chercheurs, celle des journalistes… »
« Les ophtalmologues ont écrit au président de la République qu’ils n’avaient jamais vu ça : les armes utilisées ne sont pas des armes de guerre mais la taille des projectiles est exactement celle du globe oculaire… »
« Il y a un mouvement qui va aussi démarrer avec le syndicat des avocats de France et celui de la magistrature. On les attend ! »
« Les actes des cols blancs sont bien plus graves d’un point de vue social et républicain. »

 Sur la responsabilité des artistes 
« Les artistes ont une responsabilité : celle d’avoir la parole. »
« Par leurs œuvres, par leurs pièces, par leurs livres, par leurs films, les artistes prennent la parole. »
« On a eu une discussion avec Ken Loach : est-ce qu’un film peut changer le monde ? Et la réponse est non. Mais il peut témoigner, réparer des injustices, donner à penser. »
« Certains films, par exemple, ont un impact très concret dans la société. »
« On va utiliser nos plumes, nos mots, nos images, nos sons. »
« Artistes : c’est un métier où on peut très facilement se faire blacklister. »
« Les gens qui se déclarent gilets jaunes ou qui affirment des positions politiques le font prudemment. »
« Beaucoup de gens sentent l’urgence de la situation. »
« Ce que l’on dit, c’est : venez dans la rue avec nous, rejoignez-nous. Préparons Cannes, Annecy, Avignon, Arles… tous les festivals de l’été. »
« Mettons-nous au service des gilets jaunes : leurs revendications sont justes. »

 Sur la politique du gouvernement et les gilets jaunes 
« La seule politique du gouvernement, c’est la répression. »
« Le peu que le gouvernement a lâché, ce sont les gilets jaunes qui l’ont gagné. »
« Il faut que les gens comprennent que le mouvement des gilets jaunes n’est pas raciste, extrêmiste, de droite ou intolérant. »

 Sur les stars signataires de l’appel 
« Derrière les stars mises en avant dans la tribune de Libé, il y a plus de 1400 signataires dont la plupart sont des intermittents précaires. »
« On a joué le jeu du spectacle ; on savait qu’il fallait des personnalités si on voulait mettre le pied dans la porte. »
« Libé en a fait ce qu’ils en ont fait : le titre était pourri, le chapeau était hyper mal rédigé et ils ont mis devant Binoche, Béart… »
« Nous, on est des petits de la culture : des intermittents plus ou moins précaires. »
« Il faut que les gens comprennent que les artistes, ce n’est pas uniquement des gens pétés de thunes. »
« Si les têtes de gondoles de la tribune les refroidissent, qu’ils regardent la liste des signataires. »
« Laëtitia Casta, grande star, modèle et comédienne, a dit en février qu’elle soutenait les gilets jaunes parce qu’elle se rappelait d’où elle venait. »
« Les comédiens sont tous passés par la case galère. »

 Sur les suites du mouvement 
« On va demander des prises de parole dans le plus grand nombre possible d’événements culturels de cet été. »
« On va défiler en costumes, on va sortir le son, on va faire du bruit. »
« Défiler avec les signataires les plus connus, c’est ce qu’on aimerait faire. »
« On ne comprend pas que Virginie Despentes ne soit pas avec nous. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Temps de parole de la femme : 3mn 35sec.
    Temps de parole de l’homme : 10mn 52 sec. soit 3 fois plus !!!
    On est revenu/es en Mai 68, où la parole se libérait mais les mecs la trustaient à leur profit...
    Je vous ai envoyé 3 courriels le 4 mai dernier, pour obtenir votre soutien URGENT dans mon combat de lanceuse d’alerte contre le harcèlement moral dans l’Education nationale(vertical ET horizontal), utilisé pour placardiser, bâillonner, "casser" psychologiquement et faire dégager les profs trop compétent/es, trop investi/es, trop critiques envers la destruction délibérée de l’enseignement public depuis 15 ans.
    Je suis aussi Gilet jaune : https://www.youtube.com/watch?v=5xavOGsvfBM
    Si la parole d’une fonctionnaire d’Etat depuis 27 ans et d’une combattante vous intéresse : 03.26.21.82.00 ou 06.76.32.14.04.
    Jocelyne Chassard

    Jocelyne Chassard Le 10 mai à 15:57
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.