Accueil | Par Pierre Jacquemain | 9 avril 2018

Benoît Hamon : "Rater le 5 mai, ce sera la fin de la mobilisation."

On l’a aperçu la semaine dernière aux côtés de Pierre Laurent, Olivier Besancenot, Eric Coquerel et François Ruffin pour une photo - très virile - de la gauche unie derrière les cheminots. Jusqu’où l’unité politique peut-elle aller ? En plein conflit social à la SNCF, le fondateur de Génération.S, Benoît Hamon est l’invité de La Midinale.

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes 
« Je ne comprends pas bien pourquoi on n’arrive pas à trouver une solution par le dialogue. »
« J’ai l’impression que c’est ‘Gérard Collomb la revanche’. »
« Je ne vois pas bien le bénéfice qu’il y a aujourd’hui à choisir la répression. »

 Sur le Parti socialiste 
« Une partie du PS a du mal à s’opposer à Emmanuel Macron parce qu’ils pensent qu’ils auraient fait la même chose. »
« Sans base sociale, il n’y a pas de base électorale. »
« Le congrès du PS est passé à côté de son examen de conscience. »
« J’ai fait le choix de sortir de la famille social-démocrate qui m’apparaît aujourd’hui qu’elle est en fin de cycle parce qu’elle n’arrive plus à honorer ni sa promesse démocratique ni sa promesse sociale. »

 Sur la « Fête à Macron » le 5 mai prochain 
« On y sera. »
« Il faut que l’on se débrouille pour qu’elle réussisse. »
« La dernière grande date organisée par le mouvement social lui-même, c’était la loi Falloux. »
« Il faudra éviter tout mot d’ordre politique qui domine un mot d’ordre syndical. »
« Rater le 5 mai, ce sera accélérer la fin de la mobilisation sociale. »

 Sur la grève en cours à la SNCF 
« Il se joue l’égalité des Français devant le service public. »
« Le gouvernement va fermer des gares et des trains là où il n’y avait déjà plus d’emplois et plus d’activité économique. »
« Le gouvernement explique qu’on fermera les gares demain à cause du statut des cheminots qui coûterait trop cher et c’est, sur le plan de la méthode, parfaitement scandaleux. »
« J’espère que cette mobilisation durera pour que le gouvernement recule. »
« Ce qui se passe à la SNCF nous concerne tous dans l’accès au service public. »
« On doit avoir aujourd’hui une vraie politique d’aménagement du territoire. »
« Elisabeth Borne doit parier sur le rail et investir dans le rail. »

 Sur la gauche 
« En Espagne et au Portugal, un candidat soutenu par la France insoumise, Europe-Ecologie-Les Verts, Génération.s et le Parti communiste fait 32%, plus 17 points par rapport aux dernières législatives. Donc ca montre que l’unité, ca marche. »
« C’est important que l’on retrouve la gauche là où les gens réclament le service public. »

 Sur le rapport à la France insoumise 
« Partir sous les mêmes bannières quand on a des désaccords stratégiques lourds, c’est assez compliqué. »
« Avec la France insoumise, il y a le même point de départ, on est d’accord pour dire que l’Europe ne marche pas, qu’il faut changer les traités. Mais moi je pense que la temporalité de changement des traités, elle suppose de dire entre le moment où l’on change les traités et maintenant, ce que l’on fera. »
« Tout miser sur le changement des traités, c’est s’ouvrir à l’hypothèse que, parce qu’on ne change rien dans les traités, on sorte de l’Europe. »
« Si on laisse tous les sectaires parler, on continuera à avoir des prises de becs ridicules notamment sur les réseaux sociaux. »
« Si l’objectif, c’est toujours d’avoir une Europe mais une Europe synonyme de progrès, il n’y a pas de difficultés. Si, par contre, à gauche, il y avait la volonté de renoncer parce qu’elle est libérale – et de renoncer donc au projet européen, de dire ‘on n’en veut plus, c’est à l’intérieur de la nation que l’on reconstruit une perspective progressiste, en clair que la nation redeviendrait révolutionnaire, ce qu’elle a été –, là on va avoir plus qu’un désaccord stratégique. »

 Sur le rapport avec EELV 
« Chez les Verts européens, il y en a qui gouvernent avec la droite et d’autres qui sont plutôt favorables à la gauche. »
« Mon objectif, c’est que nous soyons dans le même groupe. Si nous pouvions faire liste commune, ce serait formidable. »

 Sur Anne Hidalgo 
« La République En Marche veut la peau d’Anne Hidalgo. »
« Le président de la République aura une stratégie aux élections municipales qui consistera à s’opposer radicalement à certains sortants socialistes et à en choisir d’autres ailleurs. »
« Il y a un projet de gauche à construire à Paris dans le sillage de choix politiques qui ont été faits durant ce mandat et le précédent, notamment sur les questions écologique et sociale. »
« Je n’imagine pas Anne Hidalgo candidate En Marche ; je ne crois pas que ça corresponde ni à sa vision de Paris, ni à son tempérament. »

 Sur le projet de loi Asile et immigration 
« Ce projet de loi, je le qualifie en trois syllabes : la-men-table. »
« On accepte d’avoir les lois les plus répressives à l’égard des étrangers depuis 1945. »
« Le Ministère de l’Intérieur couvre des fonctionnaires qui n’appliquent pas la loi. »
« On sait parfaitement aujourd’hui qu’un certain nombre de fonctionnaires ou d’agents qui ont des délégations de service public, détournent des demandeurs d’asile des procédures qui leur permettraient de jouir de leurs droits. »
« Notre futur sera tragique si nous n’avons pas une politique de l’accueil. »
« Il y a une sorte de ciment social qui s’est construit en France et de ciment politique entre une partie de la gauche et toute la droite sur le refus des étrangers. »

Vos réactions (8)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Tout miser sur le changement des traités, c’est s’ouvrir à l’hypothèse que, parce qu’on ne change rien dans les traités, on sorte de l’Europe. »
    Et donc si l’on ne change rien aux traités on ne change rien à l’UE et ......on continue de plus belle ? Cette analyse et la conclusion qu’elle engendre est assez sidérante. C’est un festival d’europhilie béate en ce moment sur Regards.fr.
    Ne pas vouloir prendre en compte dans l’analyse concrète que l’UE est l’instrument de dominations des multinationales c’est simplement accepter le statu quo. B.Hamon a beau nous dire qu’il est sorti de la social démocratie, on peine à apercevoir la lueur de la sortie du tunnel.

    choucroute Le 9 avril à 13:09
       
    • @choucroute Le 9 avril à 13:09

      Vous avez tout à fait raison : »si l’on ne change rien aux traités on ne change rien à l’UE » et par conséquent aucune autre politique que celles qui nous sont imposées , qui jette les peuples les uns contre les autres , n’est possible.

      On peut ajouter que B Hamon est malhonnête lorsqu’il affirme que la FI et JLM veulent sortir des traités actuels et se replier sur la Nation. Pourquoi utiliser ce genre de procédé ? Le plan B est à l’opposé , il propose de créer avec tout ceux qui le souhaitent une autre UE . Et sur cette question importante tout est à inventer, c’est cela être porteur d’Avenir en Commun .

      Gege Le 9 avril à 17:32
    •  
    • Il faut également rappeler que cette UE mortifère , nous a été imposée contre le vote de la majorité des Français. Mais visiblement cela ne semble pas émouvoir B Hamon, qui par ailleur se dit démocrate, on n’est plus à une contradiction près.

      Gege Le 9 avril à 17:50
  •  
  • Puis-je vous rappeler que Benoît Hamon avait voté contre le traité de constitution européenne, alors que Mélenchon avait voté pour.
    Pour le reste, la question posée est de savoir quoi faire en attendant de pouvoir changer les traités, vu qu’il sera impossible de les changer du jour au lendemain.
    Je rajouterai que pour faire une nouvelle union avec les pays qui le veulent, encore faudrait-il que ces autres pays le veuille, déjà, ce qui est tout de même très hypothétique. Si dire ça, ce n’est pas noyer le poisson pour rester dans le statu quo...

    LoulieH Le 10 avril à 02:39
       
    • @LoulieH Le 10 avril à 02:39

      Bonjour Mr le perspicace :
      « Je rajouterai que pour faire une nouvelle union avec les pays qui le veulent, encore faudrait-il que ces autres pays le veuiellent »
      On pourrait rajouter que pour que deux personnes puissent se marier encore faudrait-il qu’ils le veuillent. Je crois qu’on appelle cela une lapalissade .

      Si on propose par exemple de créer une banque centrale auprès de laquelle les pays peuvent directement se refinancer au lieu d’aller sur les marchés financiers, comme cela se faisait avant la libéralisation de la finance , je crois que cela en fera réfléchir plus d’un . Rappelons que la BCE donne régulièrement à taux zéro des milliards aux banques , qui elles financent les pays.

      Quand au traité de constitution européenne en 2005 le FG , le PG, JLM ont fait campagne pour le non , et ont votez contre , de même en 2007 quand il a changé de nom pour s’appeler le traité de Lisbonne.

      Sachez Mr le perspicace que sans hypothèse on ne peut avancer , le chercheur démarre sa recherche à partir d’une hypothèse, le pêcheur lorsqu’il part à la pêche fait l’hypothèse qu’il va pêcher du poisson, le syndicaliste lorsqu’il se met en grève et manifeste il fait l’hypothèse qu’il va gagner , on pourrait continuer ainsi sans fin .

      Je RAJOUTERAI que si l’on fait l’HYPOTHESE que l’on est battu d’avance on ne fait jamais rien , et comme les « sociaux démocrate » l’on finit par s’accommoder de l’ordre établit.

      Gege Le 10 avril à 06:43
  •  
  • Rien à faire avec Hamon ! Il continue sur la même ligne que celle d’hier ...Une Europe synonyme de progrès Monsieur Hamon passe nécessairement et inévitablement par sa re-fondation par les citoyens qui ne veulent plus de cette Europe qu’on leur propose libérale notamment dont le but avéré qui ne date pas d’hier mais depuis les années 1920 est la destruction des Etats-nations .Lire " les collabos de l’Europe Nouvelle " de B BRUNETEAU auquel fait allusion F Lordon dans son article de décembre sur le monde diplomatique ...Hamon est toujours du côté du manche et va encore plomber les mouvements contestataires pour faire simple ... Moqueur , je pense que pour lui retourner à la vie active doit lui poser un problème ...

    jaime Le 10 avril à 08:19
  •  
  • "Rater le 5 mai ...." ...pourvu qu’on me prenne en photo avec JLM...comme çà je ferai oublier que j’ai été ministre de l’homme au casque de scooter...

    Dominique FILIPPI Le 15 avril à 11:19
       
    • Les réformes Macron sont la variante française de la brutalisation des rapports sociaux , brutalisation voulue par tous les émules du néo libéralisme, violence appliquée partout dans le monde. C’est une "stratégie du choc " (Naomi Klein) appliquée à la France, une fois le terrain déblayé par plus de trente années de travail de sape par la droite et la "gauche". Partout cette offensive mondiale du capitalisme affaiblit les faibles et fortifie les forts. Elle les affaiblit financièrement par le chômage, la déréglementation et la précarisation ; elle les affaiblit socialement par l’activation des réflexes du repli sur soi et du chacun pour soi ; elle les affaiblit politiquement par la déprise de la chose publique (effondrement des partis et syndicats, abstention aux élections) .
      Est-il trop tard ?
      Peut-être mais peut-être seulement.
      En effet l’Histoire nous enseigne que les comportements collectifs ne peuvent être mis en équation visant à démontrer qu’il n’y a pas d’alternative au capitalisme financiarisé. Pour l’instant...Anne ...ma sœur Anne ....ne vois-tu rien venir ? Pour l’instant je ne vois que des combats sectoriels eux mêmes affaiblis par la division politique plus que syndicale, des forces de contestation de l’ordre social existant en miettes sur fond de dépolitisation de masse.
      Nous en sommes là. La suite est entre les mains de chacune et chacun d’entre nous. Pour l’instant le pire n’est encore que probable.
      Probable ? Oui si le 5 mai n’est pas un succès...L’orientation Ruffin est la seule porteuse d’espérance...Sur ce point objectivement Hamon a raison quelles que soient ses turpitudes....

      Dominique FILIPPI Le 15 avril à 11:35
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.