Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 8 décembre 2017

Bertrand Badie : "Trump met en péril la paix du monde comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale."

Au lendemain de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump, quelles conséquences sur cette région du monde ? Tour d’horizon de l’état du monde avec le spécialiste des relations internationales, professeur à Sciences Po, Bertrand Badie.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur les relations internationales 
« Les relations internationales, c’est la science des souffrances humaines. »
« Y’a pas que la mort de Johnny Hallyday dans le monde. »
« Les souffrances que je vois naître au plan social, je les vois s’aggraver au plan politique. »
« Depuis 1989, le rapport de puissance a été remplacé par un rapport d’humiliation. »

 Sur Donald Trump 
« Trump met en péril la paix du monde comme ça n’a jamais été le cas depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. »
« Le leader de la superpuissance américaine parle à ses électeurs et à sa base avant de s’occuper de diplomatie. »
« La superpuissance américaine, celle qui couvre la moitié des dépenses militaires du monde, n’est plus en position de gouverner mais en position de contester. »
« La décision de Trump n’est pas une décision stratégique mais une décision symbolique qui n’a d’effet que d’humilier. »
« Pour la première fois depuis qu’ils ont une histoire mondiale, les Etats-Unis sont totalement isolés. »
« C’est une formidable inversion : être en principe le leader du monde mais être davantage un contestataire qu’un leader. »

 Sur le conflit israél-palestinien 
« Le processus de paix est mort depuis bien longtemps mais on veut nous faire croire qu’il est toujours en cours. »
« La solution à deux Etats en Palestine aujourd’hui est illusoire. »
« [Les accords d’]Oslo même étai[en]t un leurre. »
« Derrière la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, il y a des propos extrêmement violents voire racistes portés contre l’Iran. »

 Sur le multilatéralisme 
« C’est fini le temps des puissances d’ailleurs de ce qu’elles considéraient comme le centre du monde pouvaient résoudre le problème des autres. »
« Que dirait-on si pour résoudre le problème dEspagne - Catalogne, on en appelait à la médiation syrienne ou saoudienne ? »
« Il faut que nous ôtions de notre tête cette vision absurde, coûteuse, vouée à l’échec pour le mieux, à la guerre pour le pire, qui veut que l’Europe ait une solution à tout et soit en mesure de l’imposer. »
« Il faut retrouver l’humain au-delà de la puissance. »

 Sur Barack Obama 
« Barack Obama a compris la question palestinienne mieux qu’aucun des autres présidents qui l’ont précédé et ne parlons pas de celui qui l’a remplacé. »
« Barack Obama avait l’intuition qu’une combinaison du multilatéralisme et de la rénovation de la politique américaine pouvait arriver à une solution. »

 Sur la politique extérieure d’Emmanuel Macron 
« La présidence d’Emmanuel Macron avait, sur le plan diplomatique, mal commencé avec la visite de Benjamin Netanyahu qui était choquante. »
« L’engagement de la France dans la péninsule arabique qui ne date pas de Macron mais de ses lointains prédécesseurs, est probablement une démarche imprudente. »
« Il me paraît de bon aloi de donner à ce petit Etat [le Qatar] les moyens de sa survie. »

 Sur l’axe Etats-Unis - Israël - Arabie Saoudite 
« C’est un axe qui est d’autant plus redoutable que chacun a y trouver un avantage unilatéral : Israël parce que c’est une façon de garantir sa suprématie stratégique sur la région et de contenir l’Iran dont à tort ou à raison l’Etat hébreux a une peur bleue. Côté Arabie Saoudite, c’est un moyen d’avoir suffisamment d’alliés pour contenir l’Iran et à conserver la prétention saoudienne d’exercer un leadership sur la péninsule arabe (…). Et les Etats-Unis y voit le moyen de revenir sur la scène moyen-orientale par la petite porte dont ils ont été chassés par leur échec sur la question palestinienne mais surtout par leur double échec en Irak et en Syrie. »

 Sur la conditions des femmes au Moyen-Orient 
« Toutes les sociétés ont leur histoire, toutes les sociétés ont leurs luttes, toutes les sociétés connaissent leur moment d’émancipation. »
« La libération de la femme, elle se fait par le combat quotidien des femmes au sein du monde arabe et ce combat est grand, il est fort mais il est souvent anonymisé parce que tout ce qui va dans le bon sens au sein du monde arabe, on préfère ne pas en parler. »
« Nos regards satisfaits qui traduisent notre culture de la hiérarchie consistant à s’apitoyer sur la femme des autres en oubliant le destin souvent cruel des femmes chez nous, c’est une mauvaise méthode. »
« Arrêtons du voile des autres et dévoilons les femmes de chez nous. C’est pas forcément le voile physique, le voile de tissu ; c’est toutes les formes d’exclusion, de marginalisation et de mépris que notre culture, que notre cinéma, que notre publicité adressent à la condition féminine. Cessons de donner des leçons aux autres. »
« Notre monde est en train de mourir parce que notre vieux monde occidental ne cesse de s’ériger en donneur de leçons. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Merci Regards de donner la parole à Mr Bertrand Badie, merci Monsieur de vos analyses et de vos propos, ça tranche sur de nombreux "experts internationaux" .
    Merci pour la clarté de vos propos qui mettent à jours l’hypocrisie de l’Union Européene et du gouvernement français.

    Michel 65 Le 8 décembre 2017 à 13:54
  •  
  • Parler d’humanisme au lieu de "raison d’Etat" quand on evoque les relations internationales, ça redonne confiance en l’avenir... Alors merci.

    Carlos Le 8 décembre 2017 à 14:04
  •  
  • Bonjour
    Très bonne intervention, humaine, émouvante, ...
    avec un petit bé mol ,quid des contradictions et intérêts peut être plus "néo coloniale" , mais "impérialiste"......
    les USA comme les autres puissances, ne peuvent se retirer totalement , du" jeux". Ils se battrons bec et ongle pour préserver leurs intérêts. intérêts multiples ...pétrole, gaziers , minerais , contrôle des sources d’approvisionnement, géostratégiques...
    n’oublions pas la Russie, la Chine.

    BOB Le 9 décembre 2017 à 11:37
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.