Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 16 mars 2018

Bruno Perreau : "Si les minorités veulent exister, elles doivent résister aux normes dominantes."

Alors qu’un deuxième sondage en quelques mois vient rappeler que la majorité des Français-es sont favorables à la PMA et à la GPA, Bruno Perreau, professeur spécialiste des questions de genre au MIT, était l’invité de La Midinale à l’occasion de la sortie de son ouvrage "Qui a peur de la théorie queer ?" aux Presses de Sciences Po.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur le sondage qui donne plus de 55% des Français-es en faveur de la PMA et de la GPA 
« La logique de réflexion sur la PMA et la GPA, était, dans les années 80, purement médicales : c’était réparer un corps infertile. »
« Ce type de sondage va dans le bon sens puisqu’il montre une ouverture d’esprit des Français et des Françaises sur ce point. »
« [Ce sondage montre que les Français-es sont prêts à] faire primer la liberté des personnes sur l’idée selon laquelle il y a aurait une exploitation nécessaire du corps à travers la GPA. »
« Les enjeux internationaux sont beaucoup plus marqués en matière de GPA que de PMA. »

 Sur le rapport de la gauche aux questions de PMA et de GPA 
« La gauche a longtemps été contre la PMA. Le Parti socialiste a changé sur le sujet qu’à la fin des années 2000 et, bien qu’ayant changé, n’a pas réformé la PMA. »
« Il faut défendre ces questions-là avec un point de vue de gauche, c’est-à-dire en associant la question des droits des minorités, la question de la lutte contre les discriminations et les questions économiques et sociales. »
« Après tout, le mariage, c’est une réforme économique et sociale. »

 Sur la théorie queer 
« Queer en anglais, ça veut dire tordu, bizarre, pédé, tapette. »
« Pour s’opposer au mariage [pour tous], plutôt que d’utiliser des arguments théologiques qui n’auraient pas été très efficaces dans une société qui se pense sécularisée, ont été convoquées des rhétoriques déjà présentes dans le débat public : celle du risque – protéger la famille au nom d’un risque social qu’exercerait les minorités sur le modèle du risque environnemental – et puis l’anti-américanisme. »
« Les théoriciennes et théoriciens queer se sont appuyés sur des auteurs français et françaises : Simone de Beauvoir, Michel Foucault, Jacques Derrida, Gilles Deleuze… »
« C’est l’histoire du retour de la théorie française via l’interprétation américaine qui fait si peur au mouvement réactionnaire. »
« Peut-être que la théorie queer a eu un rôle plus important dans le militantisme LGBT précisément parce que, bien qu’elle s’appelle théorie, elle ne se conçoit pas complètement comme une théorie mais plutôt comme une boîte à outils. »

 Sur la démocratie des minorités 
« L’anticommunautarisme est associé à la peur de la tyrannie des minorités. »
« Les minorités et le ‘vrai peuple’ sont indissociables : on est ouvrier et homosexuel, homosexuel et ouvrier. »
« L’homonationalisme vise à dénoncer l’instrumentalisation des questions minoritaires dans le cadre de politiques impérialistes et racistes. »

 Sur La Manif Pour Tous 
« L’idée du relativisme, c’est ce qu’a cherché à imposer La Manif Pour Tous. »
« Il faut se souvenir qu’Emmanuel Macron a commencé sa campagne électorale au Puy-du-Fou chez Philippe de Villiers, qu’il a reçu des prêtres de La Manif Pour Tous durant sa campagne et qu’il a, dans la presse, expliqué que les débats sur le mariage pour tous avaient humilié La Manif Pour Tous, en renversant les rapports de pouvoir et en plaçant les combats contre l’égalité et contre les discriminations sur le même plan. »

 Sur les conditions d’existence des minorités 
« Si les minorités veulent exister, elles doivent résister aux normes dominantes qui s’imposent à elles et notamment la domination économique et sociale. »
« La matérialité des questions queer, c’est celle de la vulnérabilité des corps dans l’espace public. »

 Sur la GPA 
« Toutes choses égales par ailleurs, il y a quelque chose de très similaire entre la GPA et la question de la prostitution, lorsque l’on réduit la question de la prostitution à la question de l’exploitation : il y a des trafics dans la prostitution qu’il faut impérativement combattre mais lorsque des personnes prostituées interviennent dans l’espace public pour revendiquer leur trajectoire, leur identité et demander aussi à être reconnues comme telles, il y a quelque chose de similaire avec la GPA. »
« Avoir une espèce de point de vue très général sur la GPA me semble faire taire les personnes au nom de l’intérêt de vérités transcendantales que rien n’étaye de façon ni théorique ni pratique. »

 Sur l’homophobie dans le sport 
« L’homophobie dans le sport est largement liée à la culture sportive : non-mixte, de l’équipe, de la sociabilité entre femmes et entre hommes, qui passe par le contact physique mais bornée par l’interdit de l’homosexualité. »
« La performance sportive elle-même est foncièrement associée à l’idée de puissance, c’est-à-dire de domination physique très associée à la virilité dans le sport. »
« Il ne faut jamais dissocier la lutte contre l’homophobie et la lutte contre le sexisme dans le sport. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • La question de la "GPA éthique" est intéressante... Il semble que pour certains elle soit impossible.
    Je comprends que celle-ci devrait s’inscrire dans le respect de normes légales qui soit fondées sur le don et cadrée par un accord préalable prévoyant TOUTES les situations des plus évidentes (qui ne le sont plus) au plus extrêmes ! L’exhaustivité nécessaire pour garantir le bon déroulement d’une GPA éthique me laisse dubitatif.

    carlos Le 16 mars à 17:05
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.